Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 10:25

C’est quoi le polyamour ? ( tient c'est un nouveau mot ?)

 

Suite à la journée internationale de la Polyamorie,

fêtée ce 23 novembre, Voici quelques explications sur ce qu'est  le polyamour.

C’est un terme qui a commencé à être utilisé dans le début des années 1990. Le mot « polyamour » puise ses racines dans le grec « poly » signifiant « plusieurs », et le latin « amor », signifiant « amour ». Oui, il s’agit d’aimer plusieurs personnes à la fois, non ce n’est pas de l’infidélité, car la notion de consentement de toutes les personnes concernées est ici essentielle. L’accord de tous les partenaires est primordial.

« La polyamorie – ou polyamour – est la pratique, le désir ou l’acceptation de vivre plus d’une relation intime avec le consentement libre et éclairé de toutes les personnes concernées. Les concepts essentiels au consentement et à l’éthique en polyamorie sont l’égalité entre les genres, l’autodétermination, le libre choix de chaque personne concernée, la confiance mutuelle et le respect entre les partenaires », définit la Canadian Polyamory Advocacy Association (CPAA), à l’origine de la journée internationale de la Polyamorie, fêtée le 23 novembre. Célébrée pour la première fois au Canada en 2017, cette journée internationale s’est rapidement propagée sur les réseaux sociaux d’autres pays, et dans d’autres langues.

 

Une réflexion sur le couple monogame

Dans un entretien accordé au Monde, la journaliste et écrivaine Françoise Simpère, elle-même polyamoureuse, explique : « C’est une nouvelle forme de relation individuelle, où l’on oublie le couple pour se baser sur les relations humaines. Le polyamour apprend à être autonome, à aimer avec détachement. On aime avec des sentiments, mais sans dépendance. Cela implique d’avoir déjà confiance en soi, pour ne pas se sentir brisé si l’autre ne répond pas à ce qu’on souhaite. (…) Le polyamour, c’est inventer ses propres valeurs d’amour ».

C’est aussi une réflexion sur la vision du couple monogame : « En économie, le couple est un ménage qui consomme et stabilise ainsi la société. Or, le polyamour est une remise en cause de ce modèle de relation et de ses valeurs normatives. Il sape les bases même de la société, déstabilise, fait peur. Si l’on en parle sur Internet et dans les médias depuis à peu près dix ans, pas grand-chose n’est dit sur le polyamour. Peu de chiffres existent », poursuit Françoise Simpère, autrice d’Aimer plusieurs hommes (2002), et Guide des amours plurielles (2009).

 

Polyamour et polygamie : pourquoi ce n’est pas la même chose

Certes, ces deux types de relations font référence à plusieurs partenaires. Pourtant, elles ne se vivent pas de la même façon. Dans la polygamie, il s’agit d’une personne, unie à plusieurs hommes ou femmes. « De plus, les hommes polygynes – en règle générale, mariés à plusieurs femmes monoandres (unies à un seul homme) – détiennent fréquemment un statut social privilégié », explique le sociologue Mathieu Lévesque, dans son mémoire intitulé « Le polyamour : exploration d’une réalité relationnelle ».

Ce dernier détaille : « Il s’agit d’une situation dont ‘la grande masse’ des individus est exclue, notamment les femmes à qui est refusé le droit d’être en relation avec d’autres partenaires tous genres confondus. D’ailleurs, en regard de cette considération conservatrice particulière, la polygamie exclut évidemment aussi les relations homosexuelles ».

En revanche, le polyamour « serait donc un concept plus inclusif, égalitaire et séculier en ce qu’il n’implique notamment pas le mariage et, sans égards au statut social, reconnaît l’accès à de multiples partenaires, peu importe le genre », écrit-il.

 

Repost0
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 10:39

Enfant roi

C’est vrai ! « Encore un exemple « de stupidité des lois (cette fois ce n’est pas chez nous mais au Royaume-Unis…

A 41 ans, il attaque ses parents en justice pour qu’ils lui versent une pension alimentaire à vie

Un Britannique de 41 ans, ne travaillant pas depuis dix ans, a attaqué ses parents en justice pour leur réclamer une pension alimentaire à vie ! 

 

A 41 ans, Faiz Siddiqui est sans emploi depuis 2011. Ancien étudiant d’Oxford, il vit à Londres, dans un appartement valant près d’un million d’euros dans lequel le logent ses parents, qui lui versent aussi une somme d’argent hebdomadaire. Le quadragénaire les a pourtant attaqués en justice pour les obliger à lui donner une pension alimentaire à vie.

Selon le journal « The Daily Mail », un différend entre le père, qui vit à Dubaï, et le fils serait à l’origine de la première procédure, en 2020. Faiz Siddiqui, se plaignant que sa famille lui aurait coupé les vivres, réclame alors une pension alimentaire à vie. Sa demande est rejetée.

 

« Adulte vulnérable »

L’homme porte l’affaire devant la cour d’appel. Selon son avocat, il peut demander une pension en vertu de la loi de 1989 stipulant qu’il est un « adulte vulnérable » avec des problèmes de santé. Un argument qui ne tient pas pour ses parents, qui lui versent plus de 400 euros par semaine.

D’après « The Daily Mail », le juge qui examine l’appel a concédé que si son cas devait être retenu cela constituerait une « invasion considérable dans le droit des parents au respect de leur vie privée et familiale ». Faiz Siddiqui a été débouté début novembre

 

Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 07:36

Histoire (véridique) de comptoir

Le pire cache le meilleur

 

- Oh puteng, Victor, tu tombes bien. Tè, assieds-toi, bois un canon et écoute la perle que je viens de trouver : « À la Stanford School of Medicine, le Wall Street Journal rapporte que des chercheurs sont en train de mettre au point un scanner capable de reconnaître « l'empreinte anale » unique de l’utilisateur, c’est-à-dire les « caractéristiques distinctives de son anoderme », c’est-à-dire la peau du canal anal. »

- Voilà le progrès Loulle ! Fini les humiliantes prises d’empreintes digitales, vive les empreintes du trou du cul ! Mais comment ils font ces « savants » ?

- Ben, ils ont installé une caméra à l’intérieur d’une cuvette de chiottes et utilisé des algorithmes d’apprentissage automatique pour associer des échantillons de merdes à des utilisateurs spécifiques, à des chieurs quoi. Le système peut même calculer « le débit et le volume de l’urine en utilisant la vision par ordinateur comme un débitmètre urinaire », selon une publication de 2020.

- Évidemment, je suppose que les « chercheurs » en question arguent d’un côté utilitaire, altruiste, humaniste de leur « trouvaille ». C’est pour détecter des maladies chroniques et même des cancers qu’ils disent dans The Guardian.

- Ben voyons. Y a même une autre entreprise, Toi Labs qui recueille, dans son chiotte, une sélection encore plus large de données biométriques. Quel est le poids du chieur ? Comment est-il assis sur le siège ? Le siège peut ensuite analyser des échantillons d’estron « en utilisant des méthodes optiques, en regardant des choses comme le volume, la clarté, la cohérence, la couleur. » - Tout ça pour la bonne cause, bien sûr. On photographie ton trou de balle, on hume, triture, analyse ton estron et ta pisse pour ton bien.

- Sûr Victor. « Il s’agit essentiellement de comprendre quand une personne présente des schémas anormaux, puis d’être capable de documenter ces schémas et de fournir des rapports qui peuvent être utilisés par les médecins pour aider au traitement d’une variété de conditions », a déclaré Vi Kashyap, le fondateur de cette entreprise merdique.

- Ça se défend Loulle. Mais moi qui suis un affreux rebroussier, un authentique fouille-merde, je vois autre chose derrière les travaux de ces merdologues distingués. La collecte de données sur des échantillons de merdes et de pisse permet de révéler de nombreuses informations personnelles, jusqu’à la consommation de médicaments – illicites ou prescrits – et des détails sur la santé des personnes. Imagine un monde où les toilettes intelligentes des bureaux seraient capables de dire quels employés sont enceintes, se droguent ou risquent de souffrir de troubles physiques ou mentaux, ce qui impliquerait qu’ils sont potentiellement moins productifs ou sur le point de s’absenter du travail. Je vois le DRH convoquant l’employé et lui disant « Monsieur, ou Madame, votre trou du cul vient de nous apprendre que… etc. En conséquence, nous devons revoir le contrat de travail qui nous lie ».

Et puis, t’as les compagnies d’assurances qui doivent baver de plaisir : si elles ont accès à ces informations – et elles feront tout pour - elles vont pouvoir moduler leurs tarifs en fonction et, pire, proposer des traitements préférentiels à des personnes par ailleurs en bonne santé !

 

 

- Ouais, t’as raison Victor,

c 'est une idée de merde.

Tè, pour arroser ça,

je te propose un « Vin de merde ».

Repost0
31 juillet 2021 6 31 /07 /juillet /2021 07:26

Savez-vous  d’où vient l’expression « s’en moquer comme de l’an quarante » ?

Cette expression apparaît en 1790 sous une forme plus vulgaire : « s’en foutre comme de l’an 40 ». Selon certains, l’an 40 serait la déformation de l’Alcoran (du Coran, comme on l’appelle au siècle des Lumières).

Autre possibilité, il faudrait y voir une allusion à la fin du monde prévue pour 1040, ou au roman d’anticipation L’An 2440, rêve s’il en fut jamais de Louis-Sébastien Mercier, paru en 1771.

Un nombre symbolisant l’attente

Mais pourquoi 40 ? Dans la Bible, ce nombre symbolise l’attente pendant l’épreuve : le Déluge dure 40 jours, le peuple hébreu erre 40 ans dans le désert, David puis Salomon règnent chacun 40 ans sur Israël, Jésus se retire 40 jours dans le désert après son baptême, alors qu’il est tenté par le diable… Et l’an 1940 alors, si terrible pour la France ? On s’en moque !

Vous aimez la compote et la confiture 

 

Le vendredi tout est permis…..
Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 17:53
Un certain art de vivre.............
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 11:19

La récap de "NA"

La récap de " Papy"

Un certain art de vivre spécial14 juillet
Un certain art de vivre spécial14 juillet
Un certain art de vivre spécial14 juillet
Un certain art de vivre spécial14 juillet
Un certain art de vivre spécial14 juillet
Un certain art de vivre spécial14 juillet
Un certain art de vivre spécial14 juillet
Un certain art de vivre spécial14 juillet

Bouquetfinal

Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 05:57

 

 

Repost0