Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 07:29

Les bonnes et mauvaises nouvelles de la semaine

Dans les bonnes:

Bercy présente les comptes définitifs de l’économie française pour 2020 et si c’est historiquement mauvais, ça l’est quand même moins que prévu. Au total, le PIB recule de 9%, argh certes mais 2 points de mieux que ce qu’on attendait (-11%). Mieux, à la faveur d’une bonne résistance de l’économie française au second confinement, les rentrées fiscales ont été plus riches que prévu, et parallèlement les mesures d’urgence ont coûté un peu moins cher que prévues

Résultat des courses, il reste 30Mds€ à dépenser en 2021 (20Mds€ non consommés en 2020 + 10 milliards supplémentaires votés dans le budget 2021). On devrait y arriver.

Dans les mauvaises

Voire énorme cata ! Le Financial Times a publié hier un article sur le retour de l’inflation. Oui, oui, ce truc qui a disparu depuis 15 ans des économies occidentales pourrait être un effet secondaire du Covid qui, en réduisant la production mondiale, crée de la rareté sur les matières premières (explosion des prix du blé, maïs, soja, gaz naturel) ou les biens industriels (acier, semi-conducteurs…). Le problème ? C’est que pour lutter contre l’inflation, on a un seul remède…

… faire remonter les taux d’intérêt, et ça avec des économies endettées comme jamais et qui – toutes – ont fait l’hypothèse de taux durablement bas/nuls… on ne peut juste pas se le permettre

 

Le saviez-vous ?

ça ne rigole pas 

à la Maison Blanche, Joe Biden veut marquer le début de sa

présidence "normale" par le détricotage des mesures les plus

symboliques de Trump (mur avec le Mexique, "muslim ban",…).

Nouvel élément aujourd’hui :

The Hill (très sérieux) rapporte que Biden a fait retirer le bouton rouge installé par son prédécesseur sur le "Resolute Desk" (= le bureau présidentiel). Le bouton nucléaire ?

Non mais un bip permettant de commander directement un verre de "Coca light" !

Toujours selon The Hill, Trump en buvait "une douzaine par jour" et s’amusait même à "piéger" ses invités avec le bouton en leur faisant croire qu’il lançait une attaque nucléaire. Il va nous manquer (un peu). 

 

Une révolution française

 

Oui, grâce au Model E -- la nouvelle gamme de scooters de RED Electric -- la révolution du 2 roues est déjà en marche et bonne nouvelle elle sera : 1) française, évidemment (RED Electric est un constructeur tricolore), 2) électrique (finis les moteurs thermiques polluants et bruyants, place au 100% électrique), 3) puissante (son moteur central délivre une puissance inégalée et vous emmène -- selon le modèle -- jusqu'à 120 km/h), 4) durable (vous disposez d'une autonomie record allant jusqu'à 300 km),

... et enfin 5) intelligente (votre scooter s'appuie sur un concentré de nouvelles technos pour plus de sécurité et de performance). Sur les pavés, la révolution. 

 

Découvrir la gamme Model E de RED Electric

Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 09:24
Une année pas comme les autres

Afin de vous faire oublier la crise , écoutez la nature comme elle peut être apaisante ,

cela vous permettra une meilleure identification lors de vos futures balades dans la nature

 

http://www.chant-oiseaux.fr/

 

Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 00:35

Une page télévisuelle qui se tourne

Le Présentateur du journal de 13h depuis 1988, Jean-Pierre Pernaut, le journaliste préféré des Français cède son fauteuil.

Mais si Jean-Pierre Pernaut quitte le 13h, il ne s’agit pas vraiment de retraite puisqu'il continue d’autres activités au sein du groupe où il officie depuis 1975 : il poursuivra les émissions spéciales ("SOS Villages" et "Les Plus Beaux Marchés") et les spectateurs le retrouveront aussi sur LCI.

Celui qui est aussi directeur adjoint de l’information sur la chaîne va enfin pouvoir s’occuper de son jardin, planter des bulbes, traiter les rosiers ou admirer les floraisons de ses magnolias Star Wars...  Mais il continuera à cultiver les particularités qui expliquent pour partie sa grande popularité !

1/ Au plus près de la vie des gens

L'homme des territoires, c’est lui ! De Mouthe (Jura) - le village le plus froid de France- à Giou-de-Mamou (Auvergne), nous avons grâce à lui révisé notre géographie et découvert la France dans ses moindres recoins. Et ça plaît ! Le journal télévisé de TF 1 caracole en tête avec 5 millions de téléspectateurs. Le journaliste d'origine picarde a créé un ton unique en donnant toute sa place à la vie des régions, aidé par le réseau de 19 bureaux régionaux de TF 1. Une signature qui fait sa popularité car elle mêle le patrimoine et le terroir, le plaisir de montrer le travail des artisans, le rôle des petits commerces face à la désertification. Pour celui qui a passé les vingt premières années de sa vie à Quevauvillers (Somme), un village de 600 habitants, rien de plus normal... mais c'était révolutionnaire à la télé, et cela lui a valu beaucoup de moqueries et quolibets !

2/Une longévité professionnelle exceptionnelle

Les directeurs de chaîne passent, les présentateurs sautent et Jean-Pierre Pernaut reste. Depuis 1975, le journaliste travaille pour le groupe TF1. Lorsqu'inconnu -mais pas débutant-, il prend les commandes du JT de 13h, à la suite d'Yves Mourousi, un quotidien titre "Jean-Pierre qui ?". Trente-trois ans plus tard, Jean-Pierre Pernaut est toujours là et lorsque l'on parle de lui, trois initiales suffisent : JPP.

Plus que Patrick Poivre d'Arvor (vingt et un ans au 20 heures de TF1) ou Claire Chazal (vingt-quatre ans !), cette longévité médiatique n'est pas si courante. Exception faite de la chef de la météo Evelyne Dhéliat entrée en 1975 à TF1 et de Michel Drucker, qui peut se targuer d'une telle persévérance à l’antenne ? Le journaliste est désormais une véritable institution, avec ses habitudes dont celle de commenter (un peu) les sujets qu'il lance du lundi au vendredi. 

3/ Le roi des fiches

Contrairement à ses confrères de plateau télévisé, JPP n’utilise pas de prompteur pour présenter le journal de 13h. Depuis février 1988, date à laquelle Jean-Pierre Pernaut officie à la tête du 13 heures de TF1 du lundi au vendredi, il travaille avec de simples fiches toujours à portée de mains.

Sa devise à la présentation du contenu de son journal : Le 9 Décembre 1998, interrogé  par Télérama, le très objectif hebdomadaire qu'on sait. Jean Pierre Pernaut mettait déjà les choses au point:

" Le JT de 13 heures est le journal des Français, qui s'adresse en priorité aux Français et qui donne de l'information en priorité Française. vous voulez des nouvelles du Venezuela ? Regardez la télévision Vénézuélienne. Sur le Soudan ? Regardez les chaines Africaines  ! "

Le concept est certes un peu court, mais se défend aisément . Inutile de préciser que ce cher Jean Pierre Pernaut  va nous manquer terriblement .On sait ce qu'on perd, mais l'on ne sait pas ce que l'on va trouver ! 

Jean Pierre nous t’avons aimé, merci pour tout ce bonheur télévisuel, longue et paisible vie à toi….

 

Vidéo :

 " Dans les coulisses du 13h de TF1 ( la fabrication du journal ) vue par la relève

Vous voulez continuer à le suivre

https://www.jpptv.fr/

L'info du jour 

 

Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 08:51

Au goût du jour…..( clin d'œil)

La vie sous l’Ancien Régime

La représentation pessimiste de cette période de l’Histoire de France relève d’une position héritée des Lumières et de l’idée de progrès, et rejette pêle-mêle la religion, la philosophie, les valeurs et les efforts déployés par nos ancêtres pour faire face à l’adversité et à la précarité de leurs conditions d’existence. Leurs descendants ont souvent trouvé que l’industrialisation et l’exode rural du XIXe siècle avaient rendu les conditions de vie bien plus pénibles, accréditant ainsi le souvenir d’un temps sinon béni, du moins agréable.

 

Sous le règne des Bourbons, l’existence était rude : climat éprouvant, alimentation déficiente, spectacle permanent de la mort et des maladies incurables. À ces conditions s’ajoutait le cadre rigide d’une société figée dans des hiérarchies immuables, révérant un souverain lointain et courbant sous le poids d’une religion traditionnelle.

Pourtant, les hommes étaient heureux. Ils le disent, l’écrivent, le chantent. Leurs témoignages, mémoires, journaux intimes, récits, louent un art de vivre à la française, le goût d’une culture singulière, d’un patrimoine, d’une gastronomie enviée, de codes comportementaux élégants. Dès lors, comment expliquer que la Révolution française ait pu s’élever contre une telle conception de la société et des rapports humains ?

L’historienne Agnès Walch répond à cette question en explorant la vie quotidienne des Français sous l’Ancien Régime. Dans un grand récit nourri aux meilleures sources et écrit d’une plume enlevée, elle donne à voir et à entendre les voix d’un passé oublié qui sut conjuguer la rudesse et la « douceur de vivre », selon la formule de Talleyrand. Professeur des universités, elle est spécialiste de l’Ancien Régime ainsi que de l’histoire du mariage et du couple. Elle a notamment publié Histoire du couple en France et Histoire de l’adultère.

 

Référence pratique :
La vie sous l’Ancien Régime, par Agnès Walch. Éditions Perrin
368 pages. Format : 14,2 x 21,2 cm. 24 euros
ISBN : 978-2-262074340. Paru en février 2020

Repost0
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 06:24

Le forceps……….( des sénateurs)

La réforme des retraites, imposée Samedi soir par surprise au Sénat !

Les sénateurs ont fait rentrer par un amendement de dernière minute la réforme des retraites massivement report de l'âge de départ, allongement de la durée des cotisations ..

La réforme des retraites vient d'être validée samedi soir à 19H au sénat, alors que des millions de Français la refusaient Bien pratique l'état d'urgence sanitaire !

Mais y avait-il urgence  à passer la loi sur la réforme des retraites ? 

Lire la suite

Repost0
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 09:55

Selon le conseil d'un berger pour tondre son peuple….

Le Berger et le Loup 

 

Un regard sans fard et sans concession porté sur la façon de manipuler les masses au XXIe siècle et les travers humains rendant la chose aisée : un anthropomorphisme inversé qu’un La Fontaine, en son temps, n’aurait sans doute point renié On peut utiliser les méthodes de berger chez des humains. En effet, la différence entre le comportement des moutons et celui des humains, c’est que justement il n’y a aucune différence. Le secret est là. Il n’est pas ailleurs. Donc quand on veut faire passer une loi, impopulaire, qui ne fait pas plaisir, eh bien on le fait pendant que la population a peur. Par exemple, on parle de crise climatique, de crise de la dette, de crise financière, de tempêtes, de canicule, de terrorisme, de crise sanitaire, etc.

À cause du coronavirus, on a réussi à confiner, non pas des milliers de moutons, mais des milliards d’humains, sur toute la planète, sur toute la Terre. Des humains. Confinés comme des animaux. Des humains déshumanisés. Et le pire, le plus révoltant, le plus dramatique, c’est que les chefs rebelles ferment leur gueule. Les grands chefs acceptent aussi leur confinement. La seule solution pour s’évader de ce piège machiavélique serait un réveil collectif. Mais perdre son temps à essayer d’éclairer les blaireaux. Cela ne sert à rien, car lorsqu’on explique la stratégie dont sont victimes les moutons, soit le mouton est déjà éveillé, et dans ce cas toutes les explications sont inutiles, soit le mouton ne comprendra rien à ce qu’on lui raconte...

(Source : Xavier-Louis de Izarra)

Repost0
29 septembre 2020 2 29 /09 /septembre /2020 06:14

Sept ponts détruits en cinq nuits sur l’autoroute A10

Ce chantier colossal et spectaculaire permet de préparer l’élargissement de l’autoroute, qui passera à deux fois quatre voies au nord d’Orléans à l’horizon 2023-2024.

En pleine nuit sur l'A10 en ce début d'automne, quelques privilégiés peuvent assister à un spectacle hors norme : sur la chaussée fermée au trafic, une quarantaine d'engins de chantier s'activent pour boucler un chantier exceptionnel en un temps record : la destruction de sept ponts en cinq nuits, jusqu'au 29 septembre, entre la bifurcation de l'A19 et celle de l'A71, à proximité d'Orléans. Ces travaux qui mobilisent une cinquantaine d'agents s'inscrivent dans le projet d'élargissement de l'A10 à quatre voies sur ce secteur. Les ponts qui enjambaient l'autoroute étaient trop étroits, ils ont donc été doublés par des ouvrages neufs, plus larges, qui les rendent désormais inutiles, d'où leur destruction.

Entre 20 heures et 6 heures du matin

Pour éviter de trop perturber la circulation sur ce tronçon qui voit passer 68 000 véhicules par jour, il a été décidé d'intervenir entre 20 heures et 6 heures du matin, en déviant le trafic.

Cinq nuits, jusqu’au 29 septembre, pour venir à bout de sept ponts entre la bifurcation de l’A19 et celle de l’A71, à proximité d’Orléans./LP/Vinci Autoroutes  

Au sol, une épaisse couche de sable est répandue afin de protéger la chaussée. Une machine impressionnante armée d'une pince coupante vient alors grignoter le béton et les ferrailles des ouvrages d'art, d'abord le tablier, puis les piles, avant que les pelleteuses et les camions n'entrent en scène pour déblayer les gravats.« L'intervention est millimétrée, tout est minuté. Mais si jamais on dérapait, on reporterait car on ne peut pas se permettre de ne pas rouvrir à l'heure », précise Vinci, qui va désormais pouvoir s'attaquer à une nouvelle phase du chantier, la création des nouvelles voies de circulation et la réorganisation de l'échangeur de l'A71, avec, là encore, des opérations spectaculaires à venir.

Repost0