Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 
 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 10:08

Aujourd’hui 7 Mars 2022 :      " Au niveau Ephéméride"

Quelques citations

« Faute d’un clou, le fer fut perdu,
Faute d’un fer le cheval fut perdu,
Faute d’un cheval le cavalier fut perdu,
Faute d’un cavalier la bataille fut perdue,
Faute d’une bataille le royaume fut perdu.
Et tout’cela faute d'un clou de fer à cheval. »

Le dicton du jour

« Le beau temps de mars se paie en avril. »

Le proverbe du jour

« Où la vigne pousse le mieux, on boit le plus mauvais vin. »

Ce fut aussi Le 7 Mars 1926 :  La première communication téléphonique transatlantique est établie entre New York et Londres.

Connaitre aussi

 

L’Origine du nombre sept

(D’après « Bulletin de la Société préhistorique française », paru en 1916)

Comptant parmi les plus marquants, le nombre sept est en relation étroite avec l’histoire humaine, religieuse et scientifique : sept péchés capitaux, sept merveilles du monde, sept plaies d’Égypte, sept paroles de Jésus en croix... Les sept planètes — du moins considérées comme telles, le Soleil et la Lune en faisant partie — connues dans l’Antiquité et le nombre de jours que compte la semaine ont-ils amené l’Homme à considérer le 7 comme intimement lié à l’âme du monde ?

Le problème de l’origine du nombre sept se rattache au problème général de la genèse des premiers nombres. Aussi bien ceux qui ont tenté d’élucider cette question, sans tenir compte des problèmes parallèles et convergents, ont abouti aux solutions les plus diverses. On a souvent supposé que le nombre sept tirait son importance, sa valeur et son origine du nombre des étoiles des deux Ourses. Deux savants appartenant à la Société préhistorique française ont cru de leur côté devoir expliquer la genèse de ce nombre par celui des Pléiades.

Repost0
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 09:35

Papier alu ; " Savez-vous l'utiliser correctement ?  " Pas sur ! "

Le papier aluminium est largement utilisé dans les aliments mais dans la plupart des cas il est mal utilisé. Les utilisateurs ont tendance à mettre le visage brillant dehors, car il laisse l'aspect du plat le plus joli. Le côté le plus lumineux est ainsi parce qu'un polissage de l'aluminium est fait pour créer une barrière et éviter le contact direct de l'alu avec les aliments.

Nous devons mettre le côté brillant vers la nourriture et le côté non brillant vers l'extérieur.

Si nous le faisons à l'envers c'est-à-dire le non brillant vers la nourriture, l'aluminium entrera comme un bourreau invisible dans la nourriture

Cette protection, le polissage, n'est pas des deux côtés car c'est un processus coûteux qui rendrait la commercialisation de l'aluminium impossible.

L'aluminium est hautement toxique et est certainement responsable de complications générales dans le fonctionnement de notre corps et peut être un facteur de la maladie . Prenez garde 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 07:35
L'actu rien que l'actu

Que veut dire l’expression tout vient à point à qui sait attendre ?

Cette expression signifie qu’avec du temps et de la patience, on finit toujours par obtenir ce que l’on souhaite.

Ce proverbe se retrouve dans la littérature classique, notamment chez Rabelais et chez Marot. On trouve la même idée exprimée autrement dans la fable Le Lion et le Rat de La Fontaine : « Patience et longueur de temps / Font plus que force ni que rage ».

L’expression tout vient à point à qui sait attendre a quelques variantes. À l’origine, sa forme était tout vient à point qui sait attendre, sans le mot à (qui a été ajouté entre le XVIIIe et le XIXe siècle). Ici, le mot qui signifiait « si on » mais ce sens a disparu aujourd’hui. De plus, on trouve aussi une variante avec le verbe pouvoir : tout vient à point à qui peut attendre.

Il existe d’autres proverbes au sens très proche : à qui sait attendre, le temps ouvre ses portes ; à savoir attendre, il y a tout à gagner.

L’erreur à ne pas faire

On n’écrit pas tout vient à point à qui c’est attendre ! Ce proverbe s’écrit bien avec le verbe savoir et non avec c’est.

 

Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 08:32

Brassens  : "L’amoureux des mots"

 

Pour célébrer encore Brassens, le poète, le musicien, l'amoureux des mots et de la littérature, voici une republication d'un article consacré à une de ses chansons les plus célèbres...

Brassens reste, pour chacun d'entre nous, l'éternel ami Georges : ses chansons sont intemporelles et éternelles, on aime toujours les entendre, les fredonner, les savourer...

L'amour lui a inspiré ses plus beaux poèmes : comment oublier La chasse aux papillons, Les amoureux des bancs publics, J'ai rendez-vous avec vous, Les sabots d'Hélène, Marinette, L'orage, ou encore Le parapluie ?

 Comment ne pas être sensible au charme, à l'évidence, à la simplicité de ce texte : Un p'tit coin d' parapluie ?
 
Une inconnue rencontrée sur le chemin offre au poète un moment de rêve.
Désignée par le pronom "elle", la jeune inconnue apparaît d'autant plus énigmatique et secrète : on ne connaîtra pas son nom, comme le poète l'ignorera aussi...
 
La pluie intense favorise la rencontre amoureuse.
Privée de parapluie, la belle inconnue a forcément besoin de secours, un secours que s'empresse de lui apporter le poète.
 
Le verbe "courir" souligne cet empressement, et le poète propose "un peu d'abri", grâce à un parapluie qu'il a volé, le matin même, à un ami.
On reconnaît bien, là, dans cette remarque, la désinvolture et l'indolence d'un poète.
 
La réponse de la belle inconnue ne se fait pas attendre... Elle accepte la proposition, avec un geste rempli de séduction :"en séchant l'eau de sa frimousse..."
 
Le refrain transforme alors la jeune fille en "ange" et le "coin de parapluie" devient "un coin de paradis".... L'inversion et la reprise de ces mots traduit bien le ravissement du narrateur.
Et le poète peut, dès lors, constater familièrement : "je ne perdais pas au change, pardi !"
Le vocabulaire religieux : "ange, paradis" transforme la jeune inconnue en une déesse, un être divin, aux attraits envoûtants.
 
La promenade sous la pluie nous permet de percevoir "le chant joli que l'eau du ciel faisait entendre..."
La pluie personnifiée semble, alors, devenir complice du poète en berçant les personnages de son doux chant...
 
Et celui-ci commente, avec tendresse et humour, son désir de voir la pluie se prolonger à l'infini et devenir "un déluge".
"J'aurais voulu comme au déluge, 
Voir sans arrêt tomber la pluie, 
Pour la garder sous mon refuge..."
 
Le poète se veut protecteur, car le parapluie se transforme en un véritable "toit", en un "refuge".
 
Mais le rêve s'achève avec le bout du chemin qui conduit au pays de la belle...
Les routes personnifiées conduisent "bêtement" vers des pays et le poète voit sa "folie" interrompue par la fin du voyage.
La jeune fille s'éloigne, alors... après un remerciement et on la voit devenir lointaine "toute petite", vision quasi-cinématographique du personnage qui disparaît, symbolisant, pour l'inconnue, l'oubli de ce moment qui reste si intense dans l'esprit et la mémoire du poète.
 
Le refrain rythmé de sonorités de labiales, dentales, et de gutturales assez fortes nous donne l'impression d'entendre la pluie qui s'égrène sur le toit du parapluie.
Le vocabulaire familier :"rescousse, frimousse, pardi", les interventions du narrateur à la première personne, une certaine auto-dérision donnent à cette chanson une allure de confidence, remplie de charmes.
On retrouve, comme souvent dans les chansons de Brassens un subtil mélange de culture et de familiarité : l'allusion à l'épisode biblique du déluge nous fait sourire...
 
La mélodie pleine de fluidité, de limpidité restitue un moment de bonheur inoubliable...

 

Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 05:34
Constat & réflexion

L’appât

                          Ou

Après la carotte il y a le bâton !

Une entreprise de grande séduction est lancée à travers le monde entier pour inciter les récalcitrants dubitatifs à se faire vacciner. Alors on offre des bières, on mijote des petits plats traditionnels, des paellas, on offre des œufs frais, du poulet, de la farine, des donuts, du café, de la glace plombière et autres crèmes glacées et même du cannabis…

Ailleurs ce sont des bijoux qui servent d’appâts, des tissus, une réparation automobile, des voyages, des réductions d’impôts, des promotions dans les magasins, des coupons de réduction, un mixeur ou un petit billet glissé dans la poche… Pour le moment, c’est la carotte, mais tout le monde connaît le proverbe, après la carotte, le bâton, peut-être un joli badge avec la lettre « V » ?

Souvenez-vous de la chanson de Boris Vian,

« La Complainte du progrès » :

Pour séduire on glisse à l’oreille,
Ah Gudule, viens m’embrasser
Et je te donnerai
un frigidaire, un joli scooter,
un atomixer, et du dunlopillo,
une cuisinière avec un four en verre,
des tas de couverts et des pelles à gâteaux,
une tourniquette pour faire la vinaigrette,
un bol aérateur pour bouffer les odeurs,
des draps qui chauffent, un pistolet à gaufres,
un avion pour deux,
[…] une armoire à cuillers,
un évier en fer, un poêle à mazout,
un cire-godasses, un repasse-limaces,
un ratatine-ordures, un coupe-friture,
un efface-poussière, un chauffe-savates,
un canon à patates, un éventre-tomates,
un écorche-poulet…
[…] et l’on vit comme ça jusqu’à la prochaine fois !

Ah, Gudule…

 

Repost0
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 06:41

Vous êtes -vous posé la question combien votre cerveau peut contenir de " Gigaoctets " ?

Et bien figurez-vous  que  plusieurs équipes de recherches se sont prêtées au jeu de la comparaison entre la capacité de stockage du cerveau humain et celle d’un ordinateur.

La dernière estimation en date (2016), de neurologues du Salk Institute for Biological Studies, en Californie, avance le chiffre de 1 million de gigaoctets, l’équivalent du web mondial à l’époque. Pour arriver à ce calcul, les chercheurs sont partis de l’estimation de la capacité d’une petite zone du cerveau qu’ils ont extrapolée. Ils se sont plus particulièrement intéressés aux synapses, c’est-à-dire les points de contact entre deux neurones dans lesquels sont stockées les informations.

4,7 bits pour chaque synapse

Chaque neurone peut avoir des milliers de synapses, dont la puissance varie selon leur taille. Jusqu’ici, on estimait qu’il existait trois tailles de synapse, contenant chacune 1 ou 2 bits d’information (le bit étant l’unité de mesure du stockage en informatique, qui correspond à 8 octets).

Mais, en réalité, il en existerait 26 catégories différentes, l’équivalent selon les chercheurs de 4,7 bits pour chaque synapse. Multiplié par le nombre de synapses (plusieurs trillions), cela donne le nombre faramineux de 1 pétaoctet, soit 1015 octets, un minimum selon les chercheurs. Ce qui complique le calcul, c’est que la taille des synapses change toutes les deux à vingt minutes, en fonction du signal qu’elles reçoivent.

La comparaison avec l’ordinateur a donc bien des limites, sachant, par exemple, que mémoriser 5 mots ne demande pas plus de travail que de mémoriser 5 lettres, alors que dans l’ordinateur 5 mots occupent plus de place que 5 lettres. Et que le cerveau n’a pas besoin de libérer de l’espace pour engranger de nouvelles données.

 

Repost0
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 18:05
Bon à savoir .....

Pourquoi on ne peut pas voir dans le noir ?

Un être humain est doté de cinq sens naturels que sont le toucher, l’ouïe, l’odorat, le goût et la vue. Chaque sens à des moyens spécifiques pour nous faire ressentir. Pour ce qui est de la vue par exemple, quand il y a de la lumière, nous voyons très bien, quand nos yeux sont en bonne santé bien évidemment.

Seulement, quand il fait nuit, nous ne voyons plus. Pourquoi donc ?

L’œil est composé différentes cellules dont les cellules bâtonnets et les cellules cônes. Chaque type de cellules a un rôle spécifique. Les cellules en bâtonnets par exemple nous permettent de voir la lumière ou tout ce qui se trouve éclairé. Quant aux cellules en cônes, elles nous permettent de distinguer les couleurs. Ces cellules se trouvent dans la zone de la fovéa située derrière l’œil.

Par contre, les cellules en bâtonnets prennent toute la place restante.

Quand nous sommes face à une très grande luminosité, la pupille se resserre pour que la lumière ne frappe pas notre œil. Par contre, si nous sommes dans l’obscurité, la pupille se dilate pour laisser passer le peu de lumière qu’il y a dans l’œil.

Cette petite quantité active les cellules en bâtonnets et nous arrivons à voir dans l’obscurité. Seulement, la dilatation des pupilles à ses limites. S’il n’y a donc pas assez de lumière à faire passer pour activer les cellules bâtonnets, alors on ne peut pas voir dans le noir.

 

Repost0