Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 07:10

Avec le printemps au jardin ; 

Il y a un légume succulent qui débute en ce moment c'est: " L'asperge "

Voici revenu le temps des asperges ! Temps si court, si rapide, où nous sont offertes ces pousses délicieuses, qu'on aime savourer à la vinaigrette. L’asperge annonce le printemps, les beaux jours, elle se cache sous la terre, et il faut la cueillir dans les profondeurs du sol. Le mot lui-même révèle des sonorités pleines de douceur, sifflante "s", labiale "p", chuintante "g". Seule la gutturale "r" lui apporte une pointe d'amertume...Blanche, verte, ou violette, l'asperge est un mets délicat et précieux. Sa saveur pleine de finesse, de fraîcheur, de simplicité nous donne un avant-goût du printemps. Délices d'asperges ! Pousses sauvages qu'on peut découvrir en pleine nature ! Le mot "asperge", venu du latin "asparagus" et plus anciennement du grec "asparagos", comporte des origines lointaines. Le terme "asparagos", avec sa voyelle "a" réitérée, nous fait entendre des sonorités emplies de poésie : ce mot redondant déroule ses syllabes dans une belle harmonie...L'asperge a des racines gecques, elle renvoie à un passé mythique, celui de la Grèce antique, "l'asparagos", avec sa finale grecque, nous fait entendre cette langue d'autrefois qui est si présente dans de nombreux mots français ! Le nom "asparagos" nous fait goûter à des sonorités lointaines, exotiques et étranges..."L'asparagos" nous montre que notre langue est constituée de latin, de grec et que ces langues vivent, encore, dans des mots très simples du quotidien, que tout le monde connaît. L’asperge, plante grecque et latine était très appréciée par les anciens : elle entrait dans des recettes raffinées qui nous sont parvenues, grâce à Apicius, un célèbre gastronome du premier siècle, par exemple, la Patina de asparagis frigida ou Patina froide d'asperges...

 PATINA DE ASPARAGIS FRIGIDA
 

 Accipies asparagos purgatos, in mortario fricabis, aqua suffundes, perfricabis, per colum colabis. Et mittes <in caccabum> ficedulas curatas. Teres in mortario piperis scripulos VI, adicies liquamen, fricabis, <postea adicies> vini cyathum unum, passi cyathum unum, mittes in caccabum olei uncias III. Illic ferveant. Perunges patinam, in ea ova VI cum oenogaro misces, cum suco asparagi impones cineri calido, mittes impensam supra scriptam. Tunc ficedulas compones. Coques, piper asperges et inferes.
Apicius, Art Culinaire, livre IV, 132

Traduction :
Patina froide d'asperges
Prenez des asperges bien nettoyées, écrasez-les dans un mortier, arrosez-les d'eau, écrasez-les complètement, et passez au tamis. Mettez <dans un plat> des becfigues vidés. Pilez dans un mortier six scrupules de poivre, ajoutez du garum et triturez, puis un cyathe de vin et un de vin paillé. Mettez trois onces d'huile dans une cocotte où vous ferez bouillir le tout. Graissez une casserole, mélangez-y six oeufs avec du garum au vin et placez-la avec la purée d'asperges dans la cendre chaude. Versez-y la préparation indiquée ci-dessus et disposez alors les becfigues. Faites cuire, saupoudrez de poivre et servez. L’asperge, appréciée des romains reste un mets de choix : la blanche, la plus délicate, la plus fine est, sans nul doute, la meilleure... L'asperge violette au goût fruité est aussi délicieuse. Voici revenu le temps des asperges ! Profitons-en pour goûter ce légume de choix, au parfum savoureux ! Source de vitamines, l'asperge contribue à une bonne santé, et à un parfait équilibre nutritionnel.

Côté santé :

Riche en fibres et en vitamines, l'asperge est connue pour son action diurétique. Elle pourrait aussi diminuer l'inflammation et protéger de certaines maladies chroniques.

Une haute densité nutritionnelle

L’asperge bénéficie à la fois d’un faible apport énergétique, et d’une haute densité nutritionnelle pour de nombreux nutriments :

vitamine C (34.95 pour 100 kcal),

provitamine A (227 µg pour 100 kcal),

vitamine E (3,2 mg pour 100 kcal), 

magnésium (63,5 mg pour 100 kcal),

fer (4,1 mg pour 100 kcal),

acide folique (149 µg/ 100 kcal),

fibres (6 g pour 100 kcal).

100 kcal d’asperges correspondent à environ deux bottes : 455 g.

Une action diurétique marquée

Différents composés capables de stimuler l’élimination rénale sont présents dans l’asperge en proportions relativement importantes : des fructosanes (glucides spécifiques à certains végétaux), et l’asparagine bêta (un monoamide dérivé d’un acide aminé, l’acide aspartique).
Par ailleurs, le rapport potassium /sodium élevé (270/3) contribue aussi à favoriser la diurèse. L’asperge possède donc une action diurétique certaine, sensible même lors d’une consommation modérée.
A noter : l’odeur caractéristique que prend parfois l’urine après consommation d’asperges est due à la présence de méthylmercaptan, une substance soufrée issue de la dégradation et de l’élimination de certains composés azotés présents dans les asperges.

Des fibres utiles

Les fibres de l’asperge favorisent le bon fonctionnement des intestins : elles régularisent le transit intestinal (grâce aux pectines et mucilages, qui retiennent l’eau, et sont très bien tolérés), tout en le stimulant (les celluloses de la tige sont particulièrement efficaces pour lutter contre la paresse intestinale.). 
La consommation d’asperges permet ainsi de remédier en douceur à une tendance à la constipation, sans risque d’irritation pour les muqueuses intestinales.
Une teneur clé en acide folique
Par sa richesse en vitamine B9, l’asperge peut aider à prévenir certaines malformations congénitales (chez la femme enceinte), et à protéger le système cardiovasculaire (en maintenant un taux d’homocystéine correct).

Une source de quercétine

L'asperge est une source importante de quercétine, un flavonoïde aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. L'asperge en renferme en moyenne 12 mg pour 100 g (autres sources intéressantes : les oignons : 33 mg/100 g, le sarrasin : 23 mg/100 g, les câpres : 200 mg/100 g). Selon des études expérimentales et d'observation, il est possible que les aliments riches en quercétine, comme l'asperge, jouent un rôle dans la prévention du cancer et des maladies cardiovasculaires. La quercétine pourrait aussi avoir un effet anti-histaminique (être utile donc en cas d’allergies).
Bonne contre l'inflammation
L'asperge renferme des saponines, des substances qui donnent une saveur amère aux plantes. Dans l'asperge, la principale saponine est l'asparanine A. Expérimentalement, ces saponines ont des effets anti-inflammatoires en inhibant par exemple l'interleukine-6 et le TNF (des molécules inflammatoires). A l'inverse, elles semblent activer une autre cytokine (l’interleukine-12) qui soutient l'immunité via certains globules blancs. 

Un aphrodisiaque peu connu ?

L’asperge est connue en Inde pour ses propriétés phytoestrogéniques et a longtemps été considérée comme un aphrodisiaque dans de nombreuses cultures. Cette réputation lui vient de sa forme mais aussi des glycosides stéroïdes qu’elle renferme qui peuvent stimuler la production de la testostérone, l’hormone du désir. 
Sa richesse en vitamine E lui permet aussi d’aider à fluidifier le sang, ce qui facilite l’érection chez l’homme et l’afflux sanguin au niveau des parties génitales chez la femme. 

Références

J. S. Negi, P. Singh, G. P. Joshi, M. S. Rawat, and V. K. Bisht. Chemical constituents of Asparagus. Pharmacogn Rev. 2010 Jul-Dec; 4(8): 215–220.

 

Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 19:14
Du Côté de la nature..............

Quoi de neuf au jardin ?

Après le froid, la vie reprend ses droits "

 

Une semaine de douceur nous attend après l'épisode de froid subi avec plus ou moins de casse au jardin. Le retour du soleil et des températures douces agite forcément le jardinier ravi de sortir de sa torpeur hivernale !

Si vous avez la chance de posséder une serre chauffée, un jardin d'hiver ou un appartement bien lumineux, des semis précoces peuvent être envisagés pour obtenir des plants déjà bien avancés au printemps.

Réveillez votre curiosité et votre esprit aventurier en semant des légumes oubliés, différents, ou originaux. Couleurs, textures, formes et saveurs viendront vous surprendre et satisfaire votre besoin de nouvelles expériences ! Les catalogues des grainetiers en regorgent ; De quoi largement s'amuser !

Il est temps aussi de semer les tomates, melons et autres pantes réclamant beaucoup de chaleur en mini-serre chauffante à une température constante de 20°C. Rien ne vous empêche de semer des tomates tout en apprenant comment cultiver le persil !

Si vous ne possédez pas de serre chauffante, vous pouvez la créer vous-même ! Procurez-vous une caissette en polystyrène chez votre poissonnier et garnissez le fond avec une résistance spécifique (qui supporte l'eau) ou un cordon chauffant pour terrarium. Couvrez le système chauffant avec du sable avant de remplir la caissette de 'Terreau spécial semis'. Il vous suffira ensuite de semer, d’arroser et de couvrir le tout d'une vitre récupérée. Le tour est joué !

 

Repost0
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 17:30

Il est bien là tout près de nous arrivé ce jour de 21 décembre 2020, soleil plus rare , journées plus courtes , temps gris, froid , pluvieux c’est ça l’hiver mais “S’il n’y avait pas d’hiver, le printemps ne serait pas si agréable : si nous ne goûtions pas à l’adversité, la réussite ne serait pas tant appréciée.”

Les hivers d'autrefois

A l'heure actuelle notre mode vie s'efforce de gommer l'aspect sombre et assoupi de l'hiver. De ce fait, nos horaires de travail sont les mêmes en hiver et en été et nous ne ralentissons pas nos activités, qu'il s'agisse de loisir ou de travail, durant la mauvaise saison. Il n'en allait pas de même autrefois, à l'époque où l'agriculture dominait. L'hiver était pour les paysans une période de repos, par contraste avec l'été où le travail était harassant.

C'est en hiver que les hommes prenaient le temps de réparer les outils, d'améliorer leur habitat, de profiter de la vie domestique. Les femmes savaient occuper les longues soirées près du feu à repriser les vêtements mais aussi à réaliser de beaux ouvrages, broderies et autres travaux d'aiguille. L'attrait de cette saison était pour tous le plaisir de la veillée au coin du feu, où l'on recevait voisins et amis et où de longues et belles histoires circulaient. On profitait également de l'hiver pour dormir plus longtemps, en suivant l'exemple du soleil qui allait se coucher tôt et se lever tard...

Difficile aujourd'hui d'imaginer un retour en arrière, mais il y a quelques enseignements à tirer du passé. Ainsi, il ne faut pas culpabiliser de se sentir fatigué en hiver, car c'est parfaitement naturel. Si le mode de vie moderne ne nous permet pas d'ajuster nos horaires de travail sur le temps d'ensoleillement, en revanche il nous reste le week-end et les jours de congés pour tenter de se reposer davantage.
Certains plaisirs d'autrefois savent séduire encore aujourd'hui. Il n'y a qu'à voir le succès du feu de cheminée, qui sait faire le spectacle à lui seul et réunir petits et grands à la tombée de la nuit. Alors prenez le temps de savourer le temps de l'hiver. Car si cette période n'est pas favorable à une intense activité, en revanche elle est propice aux retrouvailles familiales et permet de profiter de la vie différemment.

En hiver la terre pleure

En hiver la terre pleure ;
Le soleil froid, pâle et doux,
Vient tard, et part de bonne heure,
Ennuyé du rendez-vous.

Leurs idylles sont moroses.
- Soleil ! aimons ! - Essayons.
O terre, où donc sont tes roses ?
- Astre, où donc sont tes rayons ?

Il prend un prétexte, grêle,
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : - C'est la nuit, ma belle ! -
Et la fait en s'en allant ;

Comme un amant qui retire
Chaque jour son coeur du noeud,
Et, ne sachant plus que dire,
S'en va le plus tôt qu'il peut.

 

 

Repost0
6 octobre 2020 2 06 /10 /octobre /2020 07:03

Ils sont les rois de nos tablées…………

Voici revenue la saison des potirons et des potimarrons... Tout un programme avec ces noms de légumes aux sonorités variées de labiale, dentale, gutturale...

Ces mots qui s'arrondissent de leurs voyelles "o", ces mots qui évoquent des rondeurs de fruits épanouis. Les potirons nous émerveillent de leurs couleurs dorées, de leurs éclats d'orange vif...Des couleurs de rouille, de xanthe surgissent, cerclées de blanc...

Des formes généreuses s'épanouissent.

A l'intérieur, la chair dorée révèle des teintes éclatantes encore, des senteurs douces et sereines, des graines d'un jaune pâle, dans des ravines et des effondrements. De la famille des cucurbitacées, comme la citrouille et la courge, le potimarron éclaire les journées d'automne de ses éclats de couleurs vives. Et quel goût raffiné ! Un suc délicat de châtaignes...La surface du fruit fait briller des miroirs, de légères aspérités apparaissent, de petits cratères. Potirons, potimarrons, citrouilles, cucurbitacées... tous ces noms remplis d'expressivité semblent mimer les formes mêmes de ces fruits de l'automne : on entrevoit des rondeurs, des épanouissements, des épanchements de couleurs. Redondances dans les sonorités, éclats solaires de palatales, mots qui rebondissent et s'étirent dans des tourbillons de consonnes variées. Quelle bonhomie dans ces termes ! Ils nous amusent, nous font sourire, nous annoncent toutes les couleurs bigarrées de l'automne. On en perçoit toute la poésie, tant ils éveillent en nous des images : couleurs réitérées, formes apaisantes, cercles de lumières...

Pour mémoire :

"Les potirons aident à garder la ligne, ils sont peu caloriques, et peu sucrés... leur principale fibre, la pectine, est rassasiante et permet d’épaissir des potages en remplacement de la pomme de terre, plus calorique. Ils sont doux pour les intestins :
La pectine n’est pas irritante et aide à réguler le transit en douceur. Les courges conviennent aux intestins irritables. La pectine permet aussi de nourrir certaines bactéries de la flore intestinale ("microbiote"), considérées comme bénéfiques pour la santé.

Les potirons sont remplis de minéraux :
Riches en potassium, qui contribue au bon fonctionnement du cœur et à la régulation de la tension artérielle, ils fournissent aussi du calcium et du magnésium, essentiels à la santé osseuse, et des oligo-éléments, fer, zinc, cuivre et manganèse, ces deux derniers étant des antioxydants luttant contre le vieillissement cellulaire. Les potirons sont bénéfiques pour la vue :Ils contiennent de bonnes proportions de lutéine et de zooxanthine, qui s’accumulent dans la rétine et participent à la protection des yeux contre les effets nocifs de la lumière bleue des écrans et à la prévention de la dégénérescence maculaire liée à l’âge."

 

Repost0
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 07:01
Du Côté de la nature..............

A propos de sécheresse au jardin

Accablé par une chaleur caniculaire, le jardin semble en bien piteux état, les plantes en terre ou en pot sur le balcon font triste mine ! Il est temps d'opérer un sauvetage !

Au jardin, stoppez les tontes de gazon afin de laisser pousser les graminées ; la longueur des brins d'herbe procurera une ombre bienfaitrice au sol. Autre solution : optez pour une tondeuse mulcheuse qui laissera sur son passage l’herbe broyée. Celle-ci servira à la fois de couche protectrice contre le soleil mais aussi de fertilisant lorsqu'elle se décomposera. Si le gazon jaunit malgré tout, inutile de s'inquiéter, dès les premières pluies, il reverdira !

Faites un tour dans les massifs et taillez les tiges jaunies. Certaines vivaces peuvent être rabattues sur quelques centimètres afin de leur redonner un port plus esthétique et de supprimer les fleurs fanées. Si des végétaux semblent totalement morts, taillez-les plus drastiquement mais laissez-leur une chance de reprendre grâce à de copieux arrosages nocturnes, il sera toujours temps de les arracher si aucun signe de reprise ne se manifeste après l'épisode caniculaire. Vous pourrez alors les remplacer par des vivaces résistantes à la sécheresse.

Le temps que dure la canicule, ombrez l'espace au maximum en privilégiant les plantes les plus fragiles. Canisses ou palmes placées sur une structure en bois pour un aspect naturel, voiles d'ombrage très tendances, simple parasol... Peu importe pourvu que les plantes aient un peu de répit face aux rayons solaires écrasants.

Profitez-en pour déplacer les plantes en pots sous les ombrages, elles sont encore plus sensibles à la chaleur ! Si une d'entre-elles semble vraiment atteinte, placez-la dans une bassine remplie d'eau pendant 2 heures. Si elle ne reprend pas son aspect originel, taillez-la puis, installez-la au frais et à l'ombre pour essayer de la sauver !

Au potager, vérifiez l'épaisseur du paillage et rajoutez-en une couche si nécessaire pour conservez la fraîcheur du sol. Le jardinier avisé aura employé la technique des 3 sœurs permettant l'association judicieuse du maïs, des courges et des haricots assurant un ombrage et une lutte naturelle contre les parasites. La plantation des laitues ou des radis sous des tipis portant des grimpantes est une autre solution pour créer une ombre bienfaisante, pensez-y pour l'année prochaine !

Repost0
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 15:33

Peut-on faire cohabiter un chat et un chien ?

De nombreux exemples et histoires prouvent que c’est tout à fait possible. Même si on ne peut pas forcer 2 êtres à s’aimer, il existe des solutions pour une cohabitation pacifique entre eux.

Dans l’inconscient populaire, les chiens et les chats ne sont pas faits pour s’entendre. La nature même de chacun de ces animaux fait d’ailleurs qu’ils sont incompatibles à plus d’un égard. Pourtant, il y a des exceptions, des familles au sein desquelles canidés et félins cohabitent le plus normalement du monde, ou encore de touchantes histoires de chiens et de chats des rues qui se sont liés d’amitié. Il en existe d’ailleurs tellement que c’est à se demander si on peut vraiment parler d’exception.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas toujours évident de faire en sorte que son chien et son chat vivent sous le même toit de manière pacifique. Il n’existe aucune méthode permettant de garantir une cohabitation à 100%, tout simplement parce que chaque être possède sa propre personnalité, qui peut ne pas « coller » avec d’autres, exactement comme chez les humains. Néanmoins, il est possible d’augmenter les chances d’une cohabitation réussie grâce à ces quelques conseils.

 

Deux êtres aux fonctionnements différents

Même s’ils sont nos animaux de compagnie préférés (les plus courants), les chiens et les chats ont des personnalités et des modes de vie très différents. Quand le chien se sent bien au sein d’une meute (sa famille humaine en l’occurrence) et privilégie les interactions sociales, le chat est un animal beaucoup plus indépendant.

Leurs caractères diffèrent, tout comme leurs attitudes et postures de communication. Le chien relève et remue la queue pour signifier son enthousiasme, tandis que le chat la lève quand il est incommodé. Ce dernier lève la patte pour menacer son vis-à-vis, alors que le chien l’interprète comme un encouragement au jeu. Ce ne sont là que quelques exemples de ce qui distingue ces 2 animaux.

Ils fonctionnent différemment et leurs rapports sont donc difficilement conciliables, a priori.

La socialisation, clé de la réussite

Pour que le chien se comporte convenablement (sans agressivité) vis-à-vis de son entourage, qu’il s’agisse de congénères, de chats ou d’autres, il est essentiel de le socialiser dès son plus jeune âge. Un constat valable aussi pour le chat. Un chien correctement socialisé aura moins tendance à vouloir s’attaquer à un chat.

Socialiser un chiot, c’est le mettre au contact avec d’autres chiens et représentants d’espèces différentes. Cela commence dès sa naissance, puisqu’il côtoie sa mère et ses frères et sœurs. D’où la nécessité de ne pas le séparer trop tôt de sa génitrice. Ensuite, quand il est un peu plus âgé, la socialisation se fait à l’extérieur, dans la rue, dans les parcs, au sein des clubs et associations.

Le but est de lui faire découvrir des bruits, des odeurs, des êtres différents afin d’améliorer ses capacités d’adaptation et de cohabitation.

Plus facile quand ils grandissent ensemble

Il est évidemment beaucoup plus facile pour un chien et un chat de s’entendre s’ils ont grandi côte à côte. Habitués l’un à l’autre, ils se considèrent, en plus, comme les membres d’une même famille et peuvent même devenir très proches.

Dans ce cas de figure, il n’y aura pas grand-chose à faire du côté du maître.

Présenter un chien et un chat adulte

En revanche, les choses sont bien plus délicates lorsqu’il s’agit de faire se rencontrer un chien et un chat adultes, qui n’ont pas grandi ensemble. Il faut alors beaucoup de temps et de patience pour espérer les faire cohabiter.

Si le chien est du genre énergique, hyperactif, il y a quelques précautions à prendre avant le premier contact avec le chat. Si celui-ci n’a jamais connu de chien auparavant, l’idéal serait que ce premier contact canin soit organisé avec un chien plus calme, celui d’un proche ou d’un voisin par exemple. Si ce n’est pas possible, il est recommandé de promener longuement son chien avant la rencontre afin de tempérer sa fougue.

Dans tous les cas, le maître doit être présent durant le premier face-à-face, mais il doit se garder de trop intervenir (sauf en cas de bagarre, bien entendu). Les choses doivent se faire naturellement.

On peut, pour mieux les préparer, leur laisser d’abord le temps de s’habituer à leurs odeurs respectives, en leur laissant par exemple la possibilité de se renifler sous la porte. Parallèlement, lors de la présentation, vous pouvez également mettre en place un diffuseur d'huiles essentielles apaisantes Petscool pour apaiser le climat et leurs ardeurs. Il faut également veiller à ce que le chat puisse avoir une issue pour prendre la fuite s’il se sent agressé. S’il se retrouve dans un coin, sans aucune possibilité de fuite, il risque de devenir lui-même très agressif.

 

Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 06:12

Des bulbes pour préparer l'été.....

La morosité actuelle ne doit pas non faire oublier l'essentiel car dans chacun de nos actes positifs se cache une petite part de bonheur ! Profitons que bon nombre de bulbes d'été soient disponibles en supermarchés  pour préparer un bel été !

Très colorés, ils font vibrer tous nos sens, qu'ils soient plantés dans les massifs au jardin ou en pots sur un simple balcon !

Soyez particulièrement vigilants lors de l'achat et préférez les bulbes en sachets translucides que vous pourrez observer et tâter. Ils devront être bien fermes et ne pas présenter de tâches suspectes ou de traces de pourriture. Le calibre est une notion importante : plus il sera élevé, plus les bulbes seront florifères !

Certains bulbes comme ceux des dahlias, des cannas ou des bégonias devront être mis en culture dès à présent pour hâter leur végétation et ainsi profiter plus rapidement de leurs fleurs. Placez-les dans un mélange léger à la pleine lumière pour forcer leur démarrage !

Les bégonias tubéreux sont idéaux pour égayer une zone ombragée avec leurs grosses fleurs souvent très doubles, il en existe une multitude de cultivars ! En suspensions, ils sont les rois des balcons ! Toujours à l'ombre, pensez aux arums, dont les teintes se déclinent à présent en de multiples coloris.

Les dahlias, quant à eux, apprécient le plein soleil et la chaleur, tout comme les splendides lys qui ne cesseront de vous émerveiller même dans un grand pot sur le balcon et que dire des élégants glaïeuls qui d'ailleurs se marient si bien en bouquets avec les lys ! Les glaïeuls trouvent leur place au jardin le long d'un mur bien abrité du vent.

Pensez aux crocosmias, magnifiques en rocailles ou en massifs mais aussi aux ixias plus précoces mais non moins colorés !

Enfin, puisqu’officiellement les jardineries ne peuvent vendre que des végétaux comestibles, pensez aux légumes aux feuillages ornementaux qui apporteront une note d'originalité à vos compostions estivales ! De tout temps, la privation des libertés booste la créativité, c'est le moment d'être inspirés !

Repost0