Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 
 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

24 mai 2022 2 24 /05 /mai /2022 06:27
Au potager....

Bonjour les jardiniers et les jardinières,

Vous avez sûrement entendu que les températures de ce mois de mai battent des records partout en France. En prévision d'un mois d'été très chaud, prenez quelques précautions pour conserver l'humidité au jardin :

une fois les fleurs et légumes plantés, posez un lit de paillis végétal en surface pour conserver la fraîcheur et éviter l'évaporation de l'eau ;

placez des oyats ( Diffuseur d'eau en argile microporeuse ) , à planter ou à enterrer ou un arrosage goutte à goutte pour économiser l'eau et limiter les corvées d'arrosage ;

récupérez au maximum l'eau de pluie lors de chaque orage , récupérez également l’eau de  lavage des fruits et légumes pour arroser les végétaux du jardin, du balcon et de la terrasse ;

pour l'ombrage de légumes fragiles, utilisez des légumes grimpants comme les haricots, concombres ou chayottes qui peuvent coloniser des treillages, grillages ou tipis afin de casser le trajet des rayons du soleil ;

installez des canisses sur des tasseaux pour éviter la sécheresse de gagner le sol ;

pour les légumes de taille moyenne, recyclez les cageots du marché car ils ont l'avantage de laisser passer l'air et la lumière filtrée ;

binez régulièrement le sol pour que l'eau ne stagne pas mais atteigne les racines des végétaux. 

Rappelez-vous le dicton : " un binage vaut deux arrosage ! !"

Repost0
15 mars 2022 2 15 /03 /mars /2022 09:20
Du côté nature

 

Mars : " ses pluies, ses mauvaises herbes..."

 

Au mois de mars, les journées sont plus longues et plus chaudes mais les pluies sont souvent très présentes. La situation est donc idéale pour faire croître les herbes folles dans le jardin !

Nous ne parlerons pas ici de 'mauvaises herbes' car ces plantes poussant spontanément ont une grande utilité ; Certaines comme l'ortie ou les plantes de la famille des Apiacées comme la carotte sauvage abritent la ponte d'insectes auxiliaires dont de nombreux papillons qui sans elles ne seraient pas présents au jardin. Vous pouvez aussi opter dans vos cultures pour des plantes relais qui les attireront à coup-sûr !

Les herbes sauvages vous aident aussi à connaître la nature de votre sol, simplement en les observant, car certaines plantes ne poussent que dans un écosystème particulier, comme un sol acide, calcaire, pollué, ou riche en azote on les nomme 'Plante bio-indicatrices'.

Certes, il est impossible de laisser pousser toutes ces herbes au potager ou au jardin d'ornement, où il est judicieux de les ôter pour faire place à vos cultures. Vous pouvez alors désherber naturellement, biner souvent, installer un paillage épais et utiliser quelques astuces pour ne plus être envahis et empêcher leur apparition là où elle sont indésirables.

Contrairement à une idée reçue, il est tout à fait possible de les composter après arrachage, ainsi elle seront recyclées !

Vous pouvez aussi confectionner du purin pour soigner vos plantes. L'ortie, riche en azote, est idéale pour stimuler le départ de végétation, alors que la consoude est bien dosée en potasse qui favorise la production de fleurs, le purin de prêle traite quant à lui les maladies cryptogamiques comme la cloque, la tavelure, le mildiou ou la rouille.

De quoi adopter un nouveau regard sur les 'mauvaises herbes' !

Repost0
15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 09:48

Des chercheurs ont trouvé comment l'éradiquer

Le frelon asiatique pourrait bientôt être éradiquée grâce aux travaux de chercheurs tourangeaux. Un espoir pour les apiculteurs très touchés par ce fléau.

Éric Darrouzet, enseignant-chercheur à l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte (IRBI) de l'Université de Tours pourrait bien avoir trouvé comment éradiquer le frelon asiatique. Avec son équipe, il a découvert le Conops vesicularis, une espèce parasitoïde, sorte de petite mouche qui pond son œuf au printemps sur des reines frelons. « L'œuf éclôt, et la larve, comme l'Alien du film, va se développer dans l'abdomen de son hôte, ce qui va entraîner au bout de dix ou quinze jours la mort de la reine ».

Lutte biologique

Cette découverte est essentielle car si ce parasite tue la reine, la colonie entière ne lui survit pas. Les chercheurs peuvent désormais imaginer mettre au point un système de lutte biologique contre le frelon asiatique. 

« Il faudra des années pour démontrer que ce parasitoïde a une préférence pour le frelon asiatique et qu'il n'entraînera pas de dégâts collatéraux sur les abeilles, les bourdons et les guêpes », tempère néanmoins Éric Darrouzet qui travaille aussi sur plusieurs types de pièges. « Un des buts de notre projet est la fabrication d'un piège sélectif. Il pourrait être mis à la disposition des professionnels de l'apiculture et des amateurs pour protéger leurs ruchers », explique-t-il.

Piège sélectif pour ne pas toucher les abeilles

Éric Darrouzet reste discret sur les avancées de ses recherches. Avec son équipe, il travaille sur l'architecture d'un piège pour qu'il soit plus sélectif, malgré l'utilisation d'un appât non sélectif. « Un prototype est déjà à 99% sélectif. Fin 2015, nous devrions avoir un piège sélectif disponible », prédit-il. Un appât lui-aussi sélectif pourrait également voir le jour. « On veut remplacer les appâts alimentaires à base de sucre et de protéines par un appât phéromonal (N.D.L.R.: issu d'une sécrétion externe produite par un organisme) à base de molécules volatiles émises par les frelons. On teste actuellement ces molécules isolées en laboratoire. On le fera dès l'année prochaine sur le terrain. L'objectif est de labelliser et de faire breveter ces pièges. Mais il nous faudra pour ça des finances », prévient le chercheur.

Piqûre mortelle

La vespa velutina, communément appelée frelon asiatique, est arrivée en France il y a une dizaine d'années. « Cette espèce pose de gros soucis car elle se nourrit de nombreux insectes, dont les abeilles. C'est une catastrophe pour les apiculteurs. Mais aussi pour la biodiversité, car ce prédateur généraliste chasse divers insectes. De plus, sa piqûre peut être mortelle », expose le scientifique.

70% du territoire français 

Selon lui, cette espèce invasive se répand de plus en plus en Europe, et même en Europe de l'Est, épargnée jusqu'ici. 

Plus de 70% du territoire français est colonisé: c'est dire si les apiculteurs français seront intéressés par l'exposé que fera Éric Darrouzet à leur 20e congrès à Colmar. Sur le seul département d'Indre-et-Loire, l'augmentation du nombre des colonies de frelons est exponentielle. L'espèce est arrivée près de Tours en 2009. Les chercheurs avaient relevé trois colonies. En 2011, il y en avait quarante et le recensement de 2013 fait état de 400 à 600 colonies.

Et les surprises ne manquent pas, car le frelon asiatique construit son nid un peu partout. On peut en trouver dans des cavités souterraines, sous des toits, dans des greniers, dans des buissons à hauteur d'homme, sur des façades de maisons, ou encore dans des arbres jusqu'à plus de vingt mètres de hauteur.

 

 

Voilà le type de nid auquel vous pouvez vous trouver confronter ! ©CPB chêne perso

Voilà le type de nid auquel vous pouvez vous trouver confronter ! ©CPB chêne perso

Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 15:44
Du côté de la nature

Les beautés de l’hiver

L'hiver est rude mais beau aussi aux Jardins : beauté des arbres nus et dépouillés, comme calcinés, échevelés, beauté des ramures qui dessinent des arabesques, beauté froide et sans artifice...Dans le parc, l'eau frissonne sous les vents de l'hiver, elle révèle des moires dorées si douces, si apaisantes pour le regard...L'eau reflète les balustres, de grandes vasques lumineuses aux teintes d'albâtre...Quelle mélancolie dans les allées où les arbres s'étiolent et dévoilent leurs branches ténébreuses ! Le soleil de l'hiver traverse les allées de ses rayons obliques et magnifie les ramures...Sur les hauteurs, des pins, des cèdres immuables se dressent dans toute leur majesté... des panaches verdoyants en plein coeur de l'hiver...La présence de l'eau, ses bruissements, ses murmures accompagnent le promeneur...Sur le plan d'eau, deux cygnes souverains traversent les ondes mordorées...Des pigeons s'attardent sur les murets, au bord de l'eau : douces silhouettes familières ébouriffées par le vent de l'hiver...Le vent bouscule les branches des grands arbres qui dessinent des dentelles mouvantes sur le ciel...Murmures du vent dans les arbres, voix célestes qui emplissent l'espace..

Les oiseaux du jardin ; " Le pinson des arbres "

Repost0
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 17:26

Au verger: Pourquoi choisir le colza pour traiter les arbres fruitiers

 

Du gras oui, mais pas n'importe lequel sur nos fruitiers, pulvérisez le bon traitement dès maintenant.

Les pulvérisations d'huile comme insecticide

Les traitements d’hiver dans les vergers sont parfois incontournables, pour peu que la saison fût pluvieuse et c’est l’explosion des ravageurs. Mais rassurez-vous même par temps sec les bestioles sont présentes, bien cachées sous les écorces. Pour pallier à ce problème, des traitements à base d’huile de paraffine sont proposés. Bien qu’efficaces il faut comprendre qu’ils sont à base de pétrole donc nocifs pour le jardin et destructeurs à long terme des ressources naturelles.
Préférez l’utilisation d’une simple huile de colza qui sera plus écologique et économique. Son action insecticide viendra à bout, sous forme de larve hivernantes ou adultes, des cochenilles, des acariens et des pucerons.
Non miscible dans l’eau, il est impératif de lui ajouter un émulsifiant comme le savon noir. Ce dernier attaque la carapace des cochenilles tandis que l’huile les étouffe., un vrai duo de choc. Vous pouvez aussi échanger le savon contre un liquide vaisselle bio ou optez pour un savon noir liquide.
Il sera inutile de chauffer mais battez alors au fouet vigoureusement pour bien mélanger les ingrédients. Réalisez la recette  ci-dessous, et traitez un jour sans vent, sans pluie et hors gel. 
Cet insecticide peut être utilisé en hiver sur les arbres fruitiers mais aussi en saison sur les arbres d’ornements selon le type de ravageurs.

Pourquoi du gras ?

Les cuticules des insectes sont des sécrétions qui recouvrent tout leur corps. Leur composition, constituée de lipides, leurs permet de résister aux réactifs chimiques. Les acides gras du savon noir pénètrent cette enveloppe externe ce qui engendre la mort de l’insecte.

Le bon dosage pour le colza

Réalisez un mélange avec 300 ml d’huile de colza et 200 ml de savon noir. Diluez avec 5 l. d’eau. Faire chauffer, si le savon est solide, pour mélanger et obtenir une émulsion mais sans porter à ébullition. Pulvérisez sur vos fruitiers après refroidissement complet. Renouvelez si nécessaire.

 

Repost0
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 07:47

On sort les voiles d'hivernage !

 

Cette semaine le froid arrive dans de nombreuses régions, la mise en place de protections pour les plantes les plus frileuses s'impose au jardin tout comme sur la terrasse ou un simple balcon !

Les plantes non rustiques installées en pleine terre seront protégées tant bien que mal avec un épais paillage au niveau de la souche. Si vous cultivez des plantes tropicales frileuses, vous pouvez en plus, entourer les parties aériennes d'un voile d'hivernage. Entourez également le tronc des petits arbres avec un grillage à poule sur toute sa hauteur et remplissez-le de paille.

L'idéal, dans les régions où le gel sévit étant bien sûr de planter des végétaux adaptés à ces conditions ; il existe par exemple des espèces de palmiers qui résistent très bien au froid, et même certains bananiers !

Sur une terrasse ou un balcon les plantes sont cultivées en pot ce qui simplifie leur éventuel hivernage si vous possédez un local. Pélargoniums, fuchsias, hibiscus, osteospermums seront taillés drastiquement puis placés dans une pièce hors gel durant la froide saison.

S'il est impossible de les rentrer, on sort la panoplie hivernale sans tarder ! Du papier à bulles sera fixé autour des contenants qui seront placés sans leurs coupelles sur des caillebotis pour les isoler du sol et favoriser l'écoulement des eaux de pluie. Une plante dont le substrat demeure détrempé est bien plus sensible au gel.

Le voile d'hivernage viendra là-encore couvrir les parties aériennes en prenant garde de ne pas trop le coller au feuillage ou aux tiges. Il n'est pas question de momifier la plante mais surtout de la laisser respirer ! N'oubliez pas d'ouvrir les protections par beau temps et hors gel pour la même raison.

Courage, l'hiver approche !

Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 07:30

Pourquoi pas une semaine automnale active ?

L'automne est bien là, mais il n'est pas question pour autant de rester cloîtrer chez soi !

Entre deux averses et trois coups de vents, les belles journées peuvent être optimisées au jardin.

La chute des feuilles mortes est maintenant effective dans la majorité des régions. Les brûler serait vraiment dommage, pensez à les recycler ! Ramassage des feuilles en vue de réaliser un épais paillage dans les massifs ou au potager, de les ajouter au compost ou de les broyer avec votre tondeuse afin de les réduire en matière organique qui sera laissée en couverture du sol : les choix sont multiples ! En se décomposant grâce aux organismes présents dans le sol ou le tas de compost, elles vont se transformer en un amendement naturel et fertile.

L'heure est également aux opérations de taille, voire d’élagage. N'hésitez pas à récupérer le bois coupé pour votre cheminée ou votre poêle et à laisser quelques tas de petites branches dans un coin caché du jardin, vous créerez ainsi de nombreux écosystèmes qui abriteront des animaux comme le hérisson et de multiples insectes durant l'hiver. Au printemps, si ce visuel vous dérange vraiment, il sera toujours temps de broyer ces branches pour en faire du BRF qui servira à pailler les massifs.

L'automne est également l'époque idéale pour créer un bassin qui pourra plus tard constituer une réserve de biodiversité grâce aux plantes qu'il accueillera. Reptiles, batraciens, insectes en tous genres, mais aussi petits mammifères et oiseaux apprécieront à coup-sûr ce point d'eau même s'il n'est pas immense !

Les activités ne manquent pas lorsque l'on a la chance de posséder un jardin, profitez-en pour vous aérer, le jardinage est bon pour la santé et pour le moral !

Repost0