Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 
 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 18:38

Quelle est l’origine de l’expression:  « c’est la bérézina » ?

 

La Grande Armée de Napoléon traversant la rivière gelée de la Bérézina en 1812. © January Suchodolski (Domaine public), via Wikimedia Commons

La Bérézina est une rivière située dans l’actuelle Biélorussie, lieu d’une bataille entre l’armée de l’empereur Napoléon et les armées russes le 27 et le 28 novembre 1812. Cette bataille s’est déroulée pendant la retraite de Russie. Les Russes comptaient sur l’obstacle naturel de la rivière Bérézina pour stopper l’armée de Napoléon et l’anéantir. Mais deux ponts construits par les ingénieurs hollandais alliés des Français ont permis au gros de l’armée de passer la rivière.

Bérézina : défaite cuisante pour les Russes

Malgré les pertes, les historiens considèrent que la bataille de la Bérézina est une victoire française car elle a évité l’anéantissement de l’armée napoléonienne. Mais associée à la débâcle de la retraite de Russie, elle est devenue synonyme de déroute absolue. Et c’est ainsi qu’elle est passée dans le langage courant.

😎⬇😎

La lettre 

 

Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 09:36

Le saviez-vous ?                    Batman n’est pas qu’un super-héros,

 il s’agit aussi d’une province en Turquie

Le maire de cette ville a menacé de poursuivre Warner Bros. et Christopher Nolan pour avoir utilisé ce nom sans autorisation

Nous connaissons tous le Chevalier Noir, gardien de la ville de Gotham. Bruce Wayne le jour, Batman la nuit, le héros de l’univers de DC Comics a de nombreux fans à travers le monde. Il combat le crime et tente d’arrêter des super-vilains, tels que le Joker, Bane, l’Homme-Mystère ou encore Mr. Freeze. Mais saviez-vous qu’en plus d’être le nom d’un héros de bande dessinée, Batman est aussi le nom d’une province en Turquie ?

La Turquie compte 81 provinces, et parmi elles, une province au sud-est de l’Anatolie répond au nom du Chevalier Noir. Cette province est connue pour son gisement de pétrole, sa production de coton, le monastère Imam Abdullah Derviche, le pont de Camiü’r Rizk et la ville de Hasankeyf. Il existe aussi une ville du même nom.

Il y a de cela à peine 60 ans, la ville de Batman n’était encore qu’un village qui portait un tout autre nom : Iluh. Comme la province, aujourd’hui si bien nommée Batman, qui s’appelait Siirt. Néanmoins, si la province et la ville portent le nom de Batman, cela n’a aucun rapport avec le Chevalier Noir, mais bien avec la rivière qui traverse la province et qui se nomme aussi Batman. La ville de Batman est alors devenue célèbre lorsque le maire a déclaré vouloir poursuivre Warner Bros. et Christopher Nolan, le réalisateur de Batman Begins et The Dark Knight. En effet, le maire souhaitait avoir les droits sur le nom « Batman ». Cependant, aucune action en justice n’a été engagée. Aujourd’hui, de nombreux touristes passent par cette ville pour se prendre en photo devant un des panneaux Batman.

Deux secrétaires papotent pendant une pause.

La première demande à l’autre :

- Tu fumes après l’amour ?

Et l’autre  répond :

- Je ne sais pas, j’ai jamais regardé.

 

Repost0
21 février 2022 1 21 /02 /février /2022 10:50
Quoi de neuf à Bordeaux ?

Nouveau Développement touristique !

 De La Buttinière à Achard, un téléphérique pour franchir la Garonne en sept minutes

TRANSPORT Le projet de téléphérique de Bordeaux Métropole doit entrer en phase de concertation publique avant l’été

Elles veulent toutes leur téléphérique… Après Brest en 2016, Toulouse au printemps prochain, Créteil et Nice aux alentours de 2025, Bordeaux souhaite aussi réaliser, dans les cinq à six ans, un transport par câble au-dessus de la Garonne. Relativement rapide à mettre en œuvre et acceptable financièrement, le téléphérique coche a priori toutes les cases . faisons  le point sur le projet bordelais, avant la phase de concertation prévue avant l’été.

Quel tracé ?

Trois sites avaient été étudiés dans un premier temps, entre Bassens et Blanquefort, entre Bègles et Bordeaux et entre Lormont-Cenon et le quartier Achard à Bordeaux. C’est ce dernier qui a été retenu. 

Les six scénarios de téléphérique à Bordeaux, qui seront soumis à enquête publique - Bordeaux Métropole Il reste maintenant à affiner le tracé entre six scénarios possibles, même si l’idée est de « partir du pôle Buttinière à Lormont, poursuivre au-dessus du couloir du tramway qui descend vers la gare de Cenon, marquer un arrêt à Lissandre pour une connexion avec la ligne de bus Bassens-Campus, puis repiquer vers Achard, près du pont d’Aquitaine sur la rive gauche, en survolant essentiellement des friches et sites industriels, explique Jean Touzeau, le maire de Lormont et vice-président de Bordeaux Métropole en charge de la valorisation du fleuve et des franchissements et rééquilibrage vers la rive droite. Les habitations et les espaces naturels seront très peu concernés. » En revanche, ce couloir se situe en limite du périmètre Unesco de Bordeaux. « Il faudra en effet regarder cela attentivement » reconnaît l’élu.

Quel intérêt ?

 Le téléphérique n’a pas que des adeptes. A droite, l’ancien vice-président en charge des transports et maire de Saint-Aubin-de-Médoc Christophe Duprat (LR) évoque un projet « gadget » au regard d’une fréquentation annoncée de 15.000 voyageurs par jour. « Bien sûr que ce n’est pas un téléphérique qui va régler à lui seul les questions de mobilité ou d’embourbement que nous vivons sur la rive droite, reconnaît Jean Touzeau. Mais c’est un élément très intéressant qui va permettre de relier en sept minutes la ligne A (à Buttinière) et la ligne B (à Achard) du tramway. Cette liaison va donc connecter trois grands réseaux de transport avec la ligne Bassens-Campus, et va permettre de repenser le réseau de transport autour de La Buttinière. L’un de nos objectifs est de réaliser de plus en plus de parcs-relais en extérieur de rocade, pour permettre aux utilisateurs d’y laisser leur voiture et de rejoindre en bus La Buttinière, d’où ils pourront prendre le tramway ou le téléphérique pour traverser la Garonne. C’est complémentaire. » Le téléphérique doit en revanche être interrompu durant une certaine période chaque année, pour des opérations de maintenance. « L’immobilisation serait de l’ordre de quinze jours par an, assure Jean Touzeau. L’entretien pourrait se faire durant une période de vacances, et il reste toujours la ligne A du tramway pour relier les deux rives. »

Quel coût ?

En fonction du tracé retenu, le budget qui comprend l’aménagement de stations, le système de transport composé de pylônes, câbles et cabines, ainsi que la création de parcs-relais et de passerelles, serait compris entre 55 et 70 millions d’euros. « Je ne connais aucun dispositif de franchissement aussi positif que celui-ci en termes budgétaires, puisque nous sommes sur l’équivalent de trois kilomètres de tramway », assure Jean Touzeau. En plus de l’intérêt pour le transport du quotidien, l’élu y voit aussi une possibilité de développement touristique : « Il sera intéressant d’emprunter ce téléphérique pour découvrir les coteaux de Garonne, le Rocher de Palmer et tous les attraits de la rive droite. »Quel calendrier ?La phase de concertation devrait démarrer en mai-juin, pour une durée de deux mois. « Plusieurs tracés seront soumis à l’enquête publique, l’intérêt étant de choisir le couloir le moins pénalisant pour les habitants et sur le plan environnemental, poursuit Jean Touzeau. Le président de la métropole veut faire avancer ce dossier très vite. » La mise en service pourrait intervenir aux alentours de 2027.

 

Repost0
16 février 2022 3 16 /02 /février /2022 10:12

Pas d'inquiétude ! Pour les passionnés ;En ce qui concerne  la future suppressions du pass sanitaire ( ou vaccinal ) le progrès à bien fait les choses !

Une entreprise Suédoise  propose le pass sanitaire sous la peau avec une micro-puce

 

Alors que le nouveau Matrix sort mercredi en salles, il n’y a pas besoin de regarder si loin pour voir le futur. Vous pourriez bientôt avoir votre passe sanitaire sous la peau !

C’est, en tout cas, ce que propose Epicenter, une entreprise suédoise : une puce implantée sous votre peau permettrait de scanner votre passe sanitaire ou toute autre sorte de données (carte de transport, de salle de sport).

« Cela signifie qu’il est toujours accessible pour moi ou pour quelqu’un d’autre qui voudrait le lire. Par exemple si je vais au cinéma ou dans un centre commercial, les gens pourront vérifier mon statut même si je n’ai pas mon téléphone », explique, enthousiaste, Hannes Sjöblad, directeur général de DSruptive Subdermals sur Euronews.

Réversible

Cependant, cette technologie est réversible et, surtout, ne permet pas de géolocaliser un individu.

 

« Il faut comprendre comment ces implants fonctionnent. Ils n’ont pas de batterie, ils ne peuvent pas transmettre un signal par eux-mêmes, donc ils sont fondamentalement passifs. Ils restent là, endormis. Ils ne peuvent jamais indiquer votre position, ils ne sont activés que lorsque vous appuyez sur votre smartphone », rassure Hannes Sjöblad.

 

Repost0
14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 18:42

Bordeaux : 

"un Girondin lance la "2 CV" du 21e siècle,

une voiture électrique low tech et très économe en énergie

La Gazelle est fabriquée à partir de matériau composite dans des micro-usines, en un rien de temps. Très légère, elle consomme presque deux fois moins que ses concurrentes. Son concepteur veut lancer un nouveau modèle industriel. Gaël Lavaud est-il un visionnaire ? Cela fait des années qu'il réfléchit à changer les méthodes de fabrication dans l'industrie automobile. Il est aujourd'hui tout près du but.

 

Une auto artisanale

Ancien de la prestigieuse école Centrale de Lyon, ex de la direction du développement du groupe Renault, il est persuadé que l'avenir sera au "low tech" à l'exact opposé de la high-tech.

Soit une technologie basée sur la simplicité, la durabilité, fabriquée localement et de façon plutôt artisanale qu'industrielle.

A l'inverse des giga usines qui concentrent la production à un endroit puis exportent dans le monde entier, on veut au contraire répartir des micro-ateliers d'assemblage aux quatre coins du monde et créer des emplois là où ils vont être utilisés ,Gaël Lavaud. Ce modèle, il a mis huit ans à le mettre au point. 

Une Micro usines , 

qu'il a conçue, installée dans les locaux de l'incubateur de startups Bordeaux Technowest à Blanquefort, dans la métropole bordelaise.

Quatre containers sont accolés, aucune grosse machine, nul robot à l'intérieur..."C'est vraiment ultra basique avec trois containers dédiés à l'assemblage et un au fond pour le stockage des pièces détachées. Vous avez un concept dans la logique du low tech où on va rendre l'assemblage et la maintenance des véhicules le plus simple possible ".Selon son créateur Avec une caisse à outils et un peu d'air comprimé on peut monter des voitures !En effet. Le chassis de la Gazelle est monté en une heure, tel un lego. Et pour cause : il n'y a que 10 éléments à assembler contre environ 300 pour une voiture classique.

 

Le secret ? C'est le matériau utilisé. Pas d'acier, pas d'équipement coûteux.

"C'est une technologie de châssis entièrement en matériau composite. Avec une fibre de verre associée à d'autres matériaux peu chers qui permettent un comportement mécanique extraordinaire en termes d'absorption d'énergie et de rigidité" explique Gaël Lavaud qui a obtenu la note maximum au crash test.

Sa technologie est brevetée et jalousement gardée secrète.

Ultra légère, hyper économe

Outre l'assemblage facile, le matériau composite permet d'alléger considérablement la voiture.

"Elle fait à peu près 900 kg, on pourrait encore baisser à 800 " assure le concepteur girondin. Alors qu'une citadine classique pèse au minimum 1,2 tonnes.

"La légèreté, c'est de la consommation en moins puisque les trois-quarts de la consommation d'un véhicule, c'est son poids. En allégeant comme on l'a fait, on réduit à peu près de 40% la consommation".

 

"Et puis, un des coûts importants du véhicule électrique, c'est sa batterie. Là, en réduisant la batterie on obtient la même autonomie que les autres. C'est grâce à ça qu'on arrive à avoir un véhicule compétitif en prix. Il va sortir autour de 20 000 euros".

La batterie permet d'effectuer 180 kilomètres. Elle se recharge en 4 heures sur une prise électrique classique. "C'est une voiture qui ne dépasse pas les 100 km/h. L'idée, c'est d'avoir vraiment un véhicule simple et efficace pour tous les trajets du quotidien, c'est un peu la 2 CV du 21e siècle" explique Gaël.

 

Equiper collectivités et entreprises

Son premier objectif est d'équiper les collectivités et les entreprises qui devront obligatoirement convertir leurs flottes de véhicules au tout électrique d'ici quelques années.

Mais rapidement, ce sont ces micro usines qu'il veut commercialiser. Les vendre, vendre les pièces détachées et de la formation auprès de concessionnaires ou autres.

 

"Ils assureront l'assemblage en plus de la vente et de la maintenance. Ca leur coûtera très peu en

investissement de départ. Une micro usine, c'est environ 250 000 euros".

Gaël Lavaud a ainsi pour ambition de créer de l'activité dans tous les endroits du territoire. L'intérêt des micro usines est qu'elles permettent de développer une activité économique avec très peu d'investissement là où il n'y a rien. Elles sont adaptées pour créer de l'emploi dans nos campagnes et dans des pays émergents qui n'ont pas de constructeurs. Avant de voir rouler les "Gazelle", il reste à franchir une étape importante : l'obtention de l'homologation officielle. Elle est prévue à l'automne 2022. 

Repost0
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 10:25

C’est quoi le polyamour ? ( tient c'est un nouveau mot ?)

 

Suite à la journée internationale de la Polyamorie,

fêtée ce 23 novembre, Voici quelques explications sur ce qu'est  le polyamour.

C’est un terme qui a commencé à être utilisé dans le début des années 1990. Le mot « polyamour » puise ses racines dans le grec « poly » signifiant « plusieurs », et le latin « amor », signifiant « amour ». Oui, il s’agit d’aimer plusieurs personnes à la fois, non ce n’est pas de l’infidélité, car la notion de consentement de toutes les personnes concernées est ici essentielle. L’accord de tous les partenaires est primordial.

« La polyamorie – ou polyamour – est la pratique, le désir ou l’acceptation de vivre plus d’une relation intime avec le consentement libre et éclairé de toutes les personnes concernées. Les concepts essentiels au consentement et à l’éthique en polyamorie sont l’égalité entre les genres, l’autodétermination, le libre choix de chaque personne concernée, la confiance mutuelle et le respect entre les partenaires », définit la Canadian Polyamory Advocacy Association (CPAA), à l’origine de la journée internationale de la Polyamorie, fêtée le 23 novembre. Célébrée pour la première fois au Canada en 2017, cette journée internationale s’est rapidement propagée sur les réseaux sociaux d’autres pays, et dans d’autres langues.

 

Une réflexion sur le couple monogame

Dans un entretien accordé au Monde, la journaliste et écrivaine Françoise Simpère, elle-même polyamoureuse, explique : « C’est une nouvelle forme de relation individuelle, où l’on oublie le couple pour se baser sur les relations humaines. Le polyamour apprend à être autonome, à aimer avec détachement. On aime avec des sentiments, mais sans dépendance. Cela implique d’avoir déjà confiance en soi, pour ne pas se sentir brisé si l’autre ne répond pas à ce qu’on souhaite. (…) Le polyamour, c’est inventer ses propres valeurs d’amour ».

C’est aussi une réflexion sur la vision du couple monogame : « En économie, le couple est un ménage qui consomme et stabilise ainsi la société. Or, le polyamour est une remise en cause de ce modèle de relation et de ses valeurs normatives. Il sape les bases même de la société, déstabilise, fait peur. Si l’on en parle sur Internet et dans les médias depuis à peu près dix ans, pas grand-chose n’est dit sur le polyamour. Peu de chiffres existent », poursuit Françoise Simpère, autrice d’Aimer plusieurs hommes (2002), et Guide des amours plurielles (2009).

 

Polyamour et polygamie : pourquoi ce n’est pas la même chose

Certes, ces deux types de relations font référence à plusieurs partenaires. Pourtant, elles ne se vivent pas de la même façon. Dans la polygamie, il s’agit d’une personne, unie à plusieurs hommes ou femmes. « De plus, les hommes polygynes – en règle générale, mariés à plusieurs femmes monoandres (unies à un seul homme) – détiennent fréquemment un statut social privilégié », explique le sociologue Mathieu Lévesque, dans son mémoire intitulé « Le polyamour : exploration d’une réalité relationnelle ».

Ce dernier détaille : « Il s’agit d’une situation dont ‘la grande masse’ des individus est exclue, notamment les femmes à qui est refusé le droit d’être en relation avec d’autres partenaires tous genres confondus. D’ailleurs, en regard de cette considération conservatrice particulière, la polygamie exclut évidemment aussi les relations homosexuelles ».

En revanche, le polyamour « serait donc un concept plus inclusif, égalitaire et séculier en ce qu’il n’implique notamment pas le mariage et, sans égards au statut social, reconnaît l’accès à de multiples partenaires, peu importe le genre », écrit-il.

 

Repost0
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 10:39

Enfant roi

C’est vrai ! « Encore un exemple « de stupidité des lois (cette fois ce n’est pas chez nous mais au Royaume-Unis…

A 41 ans, il attaque ses parents en justice pour qu’ils lui versent une pension alimentaire à vie

Un Britannique de 41 ans, ne travaillant pas depuis dix ans, a attaqué ses parents en justice pour leur réclamer une pension alimentaire à vie ! 

 

A 41 ans, Faiz Siddiqui est sans emploi depuis 2011. Ancien étudiant d’Oxford, il vit à Londres, dans un appartement valant près d’un million d’euros dans lequel le logent ses parents, qui lui versent aussi une somme d’argent hebdomadaire. Le quadragénaire les a pourtant attaqués en justice pour les obliger à lui donner une pension alimentaire à vie.

Selon le journal « The Daily Mail », un différend entre le père, qui vit à Dubaï, et le fils serait à l’origine de la première procédure, en 2020. Faiz Siddiqui, se plaignant que sa famille lui aurait coupé les vivres, réclame alors une pension alimentaire à vie. Sa demande est rejetée.

 

« Adulte vulnérable »

L’homme porte l’affaire devant la cour d’appel. Selon son avocat, il peut demander une pension en vertu de la loi de 1989 stipulant qu’il est un « adulte vulnérable » avec des problèmes de santé. Un argument qui ne tient pas pour ses parents, qui lui versent plus de 400 euros par semaine.

D’après « The Daily Mail », le juge qui examine l’appel a concédé que si son cas devait être retenu cela constituerait une « invasion considérable dans le droit des parents au respect de leur vie privée et familiale ». Faiz Siddiqui a été débouté début novembre

 

Repost0