Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 
 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 08:04
Expressions Proverbes d'autrefois

Dans la catégorie Expressions Française : " voyons aujourd'hui ce que veut dire "

Les biens lui viennent en dormant

 

Se dit en parlant d’un homme à qui quelque bonne fortune arrive

 Lorsqu’il ne s’y attend pas et sans travailler

Le bibliographe Antoine du Verdier (1544-1600) explique que « François Ier, ou plus vraisemblablement Louis XI, voyageant par son royaume, étant entré un peu devant l’heure de vêpres dans une église (Notre-Dame de Cléry), comme quelqu’un qui avait couru la poste, lui demanda en don un bénéfice de collation royale, vacant par le décès du possesseur d’icelui, et que le roi à l’instant vit, à l’un des coins du chœur, un pauvre prêtre qui dormait ;

« Après l’avoir fait éveiller, lui donna le bénéfice, pour lequel l’autre, à force de courir par plusieurs journées, s’était mis en péril de se rompre le col, et commanda lettres lui en être expédiées, disant qu’il voulait en cet endroit faire trouver véritable le proverbe qui dit : Qu’à aucun les biens viennent en dormant ».

Repost0
31 décembre 2021 5 31 /12 /décembre /2021 12:02

La dernière séance

A bout de souffle..............

L’année dernière, ma rétro des événements de l'année 2020 avait été une "Annus horribilis".

Que pourrait-on dire de 2021 ?

A-t-elle été meilleure ou pire que 2020 ? 

Pour moi, 2021 fut une métaphore de 2020. 

 

Les comiques fonts ce qu’ils peuvent

 

La France est souvent bien placée dans le domaine de l’humour, et il est donc normal que cette particularité touche aussi le monde politique, et le 1er ministre en est le parfait exemple.

( exemple "La dernière gaffe est signée Jean Castex, lors de sa conférence de presse, aux côtés d’Olivier Véran, il a assuré : «  j’ai parcouri la France et les services de réanimation pour dire inlassablement mon soutien au personnel soignant  »...les dits services auraient probablement préféru au « soutien » du 1er ministre, une réévaluation sérieuse de leurs salaires... lienLe même jour, très en forme, il avait aussi assuré que le réveillon du nouvel an se tiendrait le 31 janvier... lien )

Olivier Véran n’est pas en reste...

En janvier dernier, alors que Bruno Le Maire en était à sa troisième publication, il assurait avoir déjà écrit quelques lignes de son futur bouquin, mais il ajoutait « je n’ai pas le temps... ! », voyant la bourde qu’il avait commise, laquelle le mettait en porte à faux favec son ministre du budget, il ajoutait, « je n’ai pas le talent »...lien

Quant aux mesures prises, comment donner une légitimité au fait qu’il serait plus dangereux de boire debout qu’assis ?

Oui mais pendant ce temps là...

Marlène Schiappa, ministre délégué à la Citoyenneté, présentait, ce jeudi, un nouveau formulaire CERFA pour les papiers d’identité. Révolutionnaire, celui-ci comporte désormais la double mention « père-mère ». Pourquoi ? « Parce que les enfants ont le droit d’avoir deux papas ou deux mamans » ? ? ?  a dit Marlène. tient , tient nouveau modèle !

De mieux en mieux ! 

A quand l’interdiction de respirer dans les trains ?

 

Porter le masque ici mais pas là, passe vaccinal pour promener son chien, mais le chien doit-il être masqué ? Ô Micron, que faut-il faire pour te plaire ? Nous ne mangerons plus dans les TGV ni dans les avions. Boire, nous éviterons. Respirer, peut-être mais avec circonspection. Exclusivement aux arrêts en gare. Une bouffée d’air frais sur le quai et retour à sa place pour deux heures d’apnée. Il y a encore des voyageurs qui parlent au contrôleur, qui lui disent bonjour lorsqu’il passe. 135 euros d’amende. La politesse a un prix.

Dernière minute : Omicron aurait atteint les neurones des membres du gouvernement. La nouvelle est tombée. Implacable. La simple écoute d’une déclaration du porte-parole ou de tout autre personnage officiel transmet la maladie. À l’heure où ces lignes sont écrites, la plupart des macroniens aux commandes seraient devenus microniens. Contaminants à l’extrême. Transmetteurs compulsifs de panique généralisée. Déjà, des centaines de milliers de Français testés Castexo-positifs. Gagnés par la fièvre effroyable, certains coupent l’eau des robinets, d’autres assèchent des puits, ici et là des restaurants pourraient être incendiés… Le voyant Ô Macron l’avait prédit. La guerre est là.

En même temps " La SNCF aime équilibrer ces engagement histoire d'être à l'heure ....

 

La SNCF abandonne le glyphosate pour désherber ses voies dès 2022

La SNCF devrait remplacer le glyphosate par une solution alternative, « composé à plus de 95% d’acide pélargonique ».le côut ; SNCF Réseau dépense 30 millions d’euros par an pour traiter les voies et les pistes. Après l’interdiction du glyphosate, la facture pourrait, selon ses calculs, atteindre 500 millions avec les moyens actuellement à disposition, peut-être 350 millions «avec des standards dégradés».

Pendant ce temps là 

 

Les meetings politiques pourront être soumis au passe sanitaire

Ce mercredi, les députés en commission ont voté un amendement proposé par Les Républicains et soutenu par la majorité qui prévoit la possibilité, pour les organisateurs de meetings politiques, de demander le passe sanitaire

Oui mais voilà

Forte opposition du côté de La France insoumise, par le biais d’Ugo Bernalicis. « Nous n’avons de leçons à recevoir de personne », s’est-il insurgé, tandis qu’au PCF, on dénonce une « manœuvre ». « Nous avons un devoir d’exemplarité mais cela me gêne, on met le pied dans la porte », a quant à lui ajouté le député Bruno Millienne, du MoDem. L’amendement a été voté mais pourrait être retoqué par le Conseil constitutionnel. Affaire à suivre

Ma conclusion perso : Voilà deux ans qu’on le dit : ils sont fous. Malgré tout, l’honnêteté m’oblige à dire qu’avec les nouvelles mesures annoncées lundi soir par le Premier ministre, on confine cette fois au génie.

Pendant ce temps là Monsieur " Chez nous ......

Pour les fêtes de fin d’année, la mairie écologiste de Bordeaux a multiplié les innovations. Le traditionnel arbre de Noël géant a été remplacé par une œuvre d’art en verre et acier recyclés, présentée comme une alternative à l’abattage des conifères. Si ce changement a beaucoup fait parler de lui, une autre nouveauté est passée plus inaperçue. Les décorations de Noël ont été fabriquées par impression 3D, à partir de matériaux biosourcés contenant, entre autres, des résidus de coquilles d’huîtres. Un débouché de plus pour ce coquillage de plus en plus recyclé.

Plus loin ..... En Chine : quatre personnes contraintes à une « marche de la honte » pour non-respect des règles sanitaires 

Mardi 28 décembre, quatre personnes ont été humiliées publiquement en Chine pour n’avoir pas respecté les règles sanitaires, rapporte CNews.

Les médias locaux rapportent que quatre hommes ont dû défiler dans la rue, revêtus d’une combinaison blanche et menottés, encadrés chacun par deux policiers, eux aussi vêtus d’une tenue blanche. Chaque homme portait une pancarte sur laquelle se trouvaient son nom et sa photo d’identité. Ils ont dû effectuer cette « marche de la honte » pour avoir tenté de faire passer la frontière à des migrants, et ce, malgré la fermeture du pays en raison du Covid-19.

Ce type d’humiliation publique était interdit depuis 2010. Le pays a décidé d’en faire de nouveau usage pour stigmatiser les personnes ne respectant pas les contraintes sanitaires.

Nous allons en rester là pour aujourd'hui car de nouvelles pages comiques vont continuer à s'écrire , mais gardons en pour l'année prochaine , car je crains que le feuilleton ne soir pas terminé ! 

​​​​​​​Dans l'attente soyez prudents pour cette clôture 2021 et donc votre passage au début 2022

 

sans regret

sans regret

Repost0
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 08:52

Dans la catégorie métiers d'autrefois voyons aujourd'hui celui de :

Crieurs des morts : " un funèbre métier du passé "

 

Crieurs des morts : un funèbre métier du passé 

Dans les campagnes, on les appelle les clocheteurs, en raison des clochettes qu’ils agitent sur leur passage pour attirer l’attention des badauds. Oubliez la discrétion, leur mission est que le monde entier apprenne la nouvelle.

« Aujourd’hui, le deuil est du domaine de l’intime, explique l’historienne Elisabeth Belmas du laboratoire de recherche Iris. Mais à l’époque, les événements comme la naissance et la mort appartenaient à la communauté. » Vêtus d’une robe et d’un chaperon noirs, parfois flanqué de l’écu du défunt s’il s’agit d’un prince, ces officiers publics effectuent une tournée pour diffuser la liste des décédés et l’horaire des funérailles au plus grand nombre. À la mort de Jean de Berry, l’un des fils du roi de France Jean Le Bon, en 1416, huit crieurs ont ainsi parcouru les rues de Paris pendant quatre jours pour annoncer sa disparition.

Que crient les clocheteurs exactement ?

Après avoir annoncé le nom du défunt et les détails de ses funérailles, ils exhortent la population à faire une prière pour lui en prononçant cette formule consacrée : « Priez Dieu pour les trépassés. » Le nombre de tintements de clochette varie selon le statut social du disparu : à Paris, un noble a le droit à deux coups de clochette contre un pour les roturiers.

De l’affichette au faire-part

Mais avec l’invention de l’imprimerie au XVe siècle, des affichettes de taille A3, placardées sur les murs de la ville et les portes de l’église, remplacent peu à peu leurs annonces tonitruantes. Puis au XVIIIe siècle, les plus riches commencent à distribuer à une liste de destinataires choisis, des petits billets, ancêtres des faire-part. À la Révolution, la pratique des affichettes est interdite et seuls restent les faire-part. Les nobles suppriment la mention de leur titre pour la remplacer par le détail de la parenté. C’est de là que vient l’énumération des noms encore affichés aujourd’hui. Au XIXe siècle, le faire-part se généralise, y compris dans les classes populaires, avant d’être remplacé à son tour au début du XXe siècle par les avis d’obsèques publiés dans les journaux.

 

Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 17:00
Un regard vers le passé .

En ce moment ce temple républicain est souvent mis à l’honneur. Je veux parler bien sûr du Panthéon !

Mais savez-vous qu’elle est sa devise et sa signification ?

 

Édifié en 1790, le Panthéon doit dans un premier temps servir d’église. En effet, cinquante-six ans plus tôt, Louis XV décide de faire ériger une église en l’honneur de Sainte-Geneviève, patronne de Paris, que le roi, malade, aurait sollicitée dans ses prières de guérison. L’architecte Jacques-Germain Soufflot propose donc un projet d’église à dôme, en forme de croix grecque, c’est-à-dire avec quatre branches courtes, égales en longueur et en largeur, et emprunte au style néo-classique, en rupture avec le style baroque. Avant de s’appeler “Panthéon”, l’édifice est baptisé “église Sainte-Geneviève”. La Révolution entame cependant la déconfessionnalisation de cette église royale catholique qui devient alors un temple républicain. L’Assemblée nationale constituante vote un décret le 4 avril 1791, selon lequel le bâtiment servira dorénavant de nécropole aux “personnalités exceptionnelles qui contribuent à la grandeur de la France”.

Qui est enterré au Panthéon ?

Un an seulement après son inauguration, le bâtiment subit un lifting afin qu’il devienne un “panthéon” au sens d’un temple où reposent les dépouilles des hommes et des femmes qui ont marqué l’histoire de la nation. Sous la direction de l’architecte Quatremère de Quincy, un chantier de consolidation est engagé d’entre 1791 et 1793. Le premier tombeau accueilli – en 1791 – au Panthéon, est Mirabeau mais il n’y reste pas longtemps, car accusé de trahison. Il est bientôt remplacé par Voltaire puis Rousseau, figures majeures des Lumières.

A quoi le fronton fait-il référence ?

Quant au fronton, il est à l’image des revirements politiques de l’époque. Il est d’abord l’œuvre du sculpteur Guillaume II Coustou qu’il nomme “L’Adoration de la Croix”, lorsque l’édifice a une vocation religieuse. Il est remplacé en 1793 par une œuvre de Jean-Guillaume Moitte illustrant les idéaux révolutionnaires, lui-même supplanté par une inscription en lettres de bronze restée célèbre jusqu’à nos jours : “Aux grands hommes la patrie reconnaissante”. Cette formule est pourtant de nouveau remplacée par une autre évoquant cette fois la sainte patronne Geneviève et les rois Louis XV et Louis XVIII lorsque l’édifice est rendu au culte en 1823. C’est finalement le fameux “Aux grands hommes la patrie reconnaissante” qui s’imposera durablement à partir de 1885 lors de l’inhumation de Victor Hugo qui donne au Panthéon son statut laïc définitif.

Quels secrets renferme le Panthéon de Paris ?

Les exclus du Panthéon

Quelques personnalités historiques se sont fait exclure du Panthéon après y être entrées. C'est notamment le cas de de Mirabeau, icône révolutionnaire et première personnalité à entrer dans le monument en 1791, quelques jours après sa mort... pour finalement en ressortir trois ans plus tard. La raison ? Ses relations ambigües avec le roi Louis XVI, qu'il conseillait dans l'ombre. Une correspondance cachée avait ainsi été découverte. Sa dépouille repose finalement dans un cimetière de Clamart.

C'est donc Marat qui doit prendre sa place, mort en 1793, tué par Charlotte Corday et considéré comme un martyr de la Révolution. Mais les troubles politiques causés par la Révolution française entachent sa réputation. Entré au Panthéon en septembre 1794, il en sort finalement quelques mois plus tard, le 8 février 1795.

Voltaire a failli connaître le même sort, sous le règne de Louis XVIII qui souhaitait le retirer du Panthéon, à cause de son anticléricalisme. C'est finalement le roi lui-même qui s'oppose à cette décision, et déclare : "Laissez-le, il est bien assez puni d'avoir à entendre la messe tous les jours".

C’est aussi Un lieu d'expériences scientifiques

En 1851, le physicien Léon Foucault obtient l'autorisation de Napoléon Bonaparte pour utiliser le dôme du Panthéon et installer son célèbre pendule.

Sa démonstration scientifique de la rotation de la Terre sur elle-même est un succès. Son expérience est cependant stoppée à la fin de l'année 1851, après le coup d'État du 2 décembre.

Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 17:03

Nous n’oublierons jamais ce 5 décembre 2017

 

Le billet du dimanche
Repost0
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 18:35

Proverbes & citations d'autrefois

Année de noisettes, année de mariages

On dit aussi : année de noisettes, année d’enfants. Le fruit que la noisette renferme sous une double enveloppe a été regardé comme l’image de l’enfant dans le sein de sa mère, et l’on a conclu de cette similitude que les années abondantes en noisettes doivent l’être aussi en mariages ou en enfants.

 

C’est de ce préjugé fort ancien, et non, comme on pourrait le croire, des rendez-vous donnés sous la coudrette ou la coudraie, qu’est né le dicton usité parmi les gens de la campagne et rappelé par Monteil dans la phrase suivante de son Histoire des Français des divers états (XVIe siècle) : « Vous savez que c’est l’année des noisettes ; tout le monde se marie : sans plus tarder, mademoiselle, marions-nous. »

Marchande de noisettes

Cela avait lieu au Moyen Age, comme dans l’Antiquité. De plus, on déposait alors auprès du lit nuptial une corbeille remplie de noisettes qu’on avait fait bénir par un prêtre : il est resté quelque chose d’un tel usage dans ce qui se pratique aux noces villageoises, où l’on place sur la table, en face des mariés, des plats de dragées, lesquelles ne sont, comme on sait, que des noisettes ou des amandes dont l’enveloppe a été remplacée par une couche de sucre glacé. C’est d’après une analogie du même genre qu’à l’occasion du baptême des enfants on distribue des boîtes de dragées aux amis et on jette quelquefois des poignées de dragées à la foule des curieux. Il est évident que ces dragées marquent, dans le mariage, un souhait pour qu’il soit fécond, et, dans le baptême, un heureux accomplissement de ce souhait.Il faut attribuer à la même cause l’usage antique de répandre des noix aux cérémonies nuptiales ; usage qui n’avait pas pour but de marquer, ainsi qu’on l’a prétendu, que l’époux renonçait aux amusements futiles et ne songeait plus qu’aux graves devoirs de son nouvel état, mais d’exprimer un vœu pour la fécondité de l’épouse ; car la noix présentait le même symbole que la noisette. C’est ce que dit formellement Pline le Naturaliste (liv. XV, ch. XXIV). Festus affirme également que les noix étaient jetées, pendant les noces, en signe de bon présage pour la mariée : Ut novae nuptae intranti domum novi mariti auspicium fiat secundum et solistimum. (V° Nuces.)

Dans le Moyen Age on jetait plus souvent du blé que des noix ou des noisettes, pendant les noces. Le Romancero du Cid, dans sa romance intitulée Des divertissements qui eurent lieu aux noces du Cid, parle d’une excessive quantité de blé qu’on y répandit. Voici de quelle manière naïve il décrit la chose : « Tant il en est jeté par les fenêtres et les grilles, que le roi en porte sur son bonnet qui est large des bords une grande poignée. La modeste Chimène en reçoit mille grains dans sa gorgerette, et le roi les retire à mesure. »

Au XIXe siècle avait encore cours dans certaines contrées la coutume de répandre des noix, des noisettes, des amandes, des fruits à noyaux et des grains pendant la cérémonie du mariage, comme emblèmes de la fécondité qui doit en résulter notamment : ainsi en était-il souvent en Russie, en Valachie historique, ou encore dans quelques villages de Corse.

 

Repost0
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 17:22

 

Repost0