Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 07:21

Une puissante tempête solaire pourrait couper Internet plusieurs semaines

 

 le réseau internet terrestre est coupé suite à une tempête solaire, les satellites également utilisés pour assurer les connexions pourraient-ils prendre le relais ? Certainement pas, estiment les chercheurs de l’université de Californie à Irvine (États-Unis), car ces satellites risquent tout autant d’être endommagés par l’événement. © Nmedia, Adobe Stock 

Pas de connexion pendant 5 minutes et vous voilà perdus ? Alors, imaginez ce que serait votre vie si le réseau internet mondial était coupé pendant plusieurs semaines ! Selon des chercheurs, c'est le risque que nous encourrons en cas de tempête solaire majeure. Un risque auquel il faut nous préparer. Sur notre Terre, il souffle en permanence un vent solaire constitué de particules chargées. La plupart du temps, celles-ci sont heureusement bloquées par le champ magnétique qui entoure notre planète. Mais parfois, le vent solaire devient tempête. Et parvient à se glisser jusqu'à notre atmosphère en passant par les pôles, menaçant nos systèmes de navigation et nos réseaux électriques. Et même nos réseaux de communication.

Des chercheurs de l’université de Californie à Irvine (États-Unis) avancent aujourd'hui que les conséquences d'une telle tempête solaire pourraient être pires qu'attendu. Une météo spatiale défavorable -- une éjection de masse coronale suffisamment importante -- pourrait provoquer un black-out du réseau internet. Une panne qui pourrait durer plusieurs semaines. Voire plusieurs mois.

Par chance, de telles tempêtes solaires sont rares. Du moins, celles qui arrivent à toucher la Terre. Les chercheurs estiment -- dans une étude non encore revue par leurs pairs -- que la probabilité que l'une d'entre elles intervienne se situe entre 1,6 et 12 % par décennie. Dans notre histoire récente, les scientifiques se souviennent surtout de l'une d'entre elles, le fameux événement de Carrington, survenu en 1859. Il avait mis le feu aux fils télégraphiques.

Ne pas se laisser surprendre

Depuis, la dépendance de notre société, à la technologie et notamment à l'internet, n'a cessé d'augmenter. Les gestionnaires du réseau électrique intègrent le risque lié aux tempêtes solaires. Mais peu d'études ont été faites concernant les impacts potentiels que pourrait avoir un tel événement sur le réseau internet mondial. Leur verdict : l'infrastructure n'est pas préparée.

Pour relier les continents, en effet, de longs câbles serpentent au fond des mers. Ils sont équipés de répéteurs, pour amplifier les signaux. Or ceux-ci sont tout particulièrement sensibles aux courants géomagnétiques induits par les particules chargées venant du Soleil. Un seul répéteur en panne et c'est le fonctionnement de tout un câble qui peut être remis en cause. Heureusement, le réseau a été construit pour être résilient. Et emprunter d'autres voies si la plus directe est coupée. Pourtant si suffisamment de répéteurs tombent en panne simultanément, on peut craindre que des continents entiers se retrouvent coupés les uns des autres. Avec des réparations en milieu sous-marin toujours délicates.

Déjà, les chercheurs estiment qu'une interruption de la connexion internet pendant une journée aux États-Unis coûterait plus de 7 milliards de dollars. Alors imaginez un black-out qui pourrait durer des semaines ou des mois... Les chercheurs préviennent que lorsque la prochaine tempête solaire sera détectée au niveau de notre étoile, nous aurons environ 13 heures pour réagir. Mieux vaudrait donc se préparer avant en multipliant les câbles aux basses latitudes -- car les hautes latitudes sont plus exposées et c'est notamment là que se trouvent les câbles qui relient l'Europe et les États-Unis, au-dessus de 40° de latitude nord --, en isolant mieux les câbles sous-marins et en développant des tests de résilience, par exemple. D'autant que les satellites également utilisés pour assurer les connexions pourraient aussi être touchés. Une bonne nouvelle tout de même. Les chercheurs affirment que les connexions locales devraient mieux résister. Les câbles à fibre optique ne sont en effet pas affectés par les courants géomagnétiques

Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 06:23

Et si nous prenions le temps de manger...

 

Prendre le temps de manger, prendre le temps de savourer... est-ce possible alors que le prêt à consommer envahit nos supermarchés ?

Est-ce possible à notre époque où la plupart des cuisines sont équipées de four à micro-ondes ? Nous en perdons le goût et la saveur des aliments...Avec les aliments ultra transformés, nous nous gavons de sucre et de sel...Comment dès lors pouvons-nous apprécier ce que nous mangeons ? D'ailleurs, nous ne mangeons plus, nous engloutissons...

Dans les années 60, on imaginait ce que pourrait être la nourriture du futur : "des pilules pour le dîner, des distributeurs de repas domestiques pouvaient servir des plats de lasagnes synthétiques, des poulets rôtis, ou encore des gâteaux chimiques au chocolat"... "une nourriture instantanée, le fantasme d'une culture obsédée par la vitesse..."

Nous n'en sommes pas loin...Repas consommés en un quart d'heure devant téléviseur ou ordinateur, mode du fast-food, hyperconnexion dans le monde du travail... nous ne prenons plus le temps de nous nourrir...Evidemment, de telles habitudes ne peuvent que nuire à notre santé. Les taux d'obésité explosent : "nous nous jetons sur une nourriture industrielle saturée de sucres et de graisses." Nous vivons dans un système où la vitesse est devenue la vertu cardinale..."En visant des rendements toujours plus élevés, l'agriculture industrielle nuit aussi gravement aux ressources vivantes, à l'environnement, et même aux consommateurs." Est-ce un bon calcul ?

"Nous devons ensuite dépenser des fortunes pour réparer les dégâts causés par l'agriculture industrielle sur l'environnement et la santé publique." Il est donc important de faire des choix alimentaires plus judicieux...Manger des fruits, des légumes, des amandes, des noix, plutôt que des plats transformés...Cuisiner simple pour retrouver le vrai goût des aliments...Cuisiner des légumes, les assaisonner avec de l'huile d'olive, du citron, retrouver le véritable goût des aliments en évitant trop de sel et trop de sucre...

 

 

Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 06:05
L'enquête : " le saviez-vous ? "

Jérôme  Salomon vous connaissez ?

 

voici comment il a été viré de l’Institut Pasteur en 2012

pour mensonge grave

Une grave révélation qui va beaucoup faire parler dans les jours à venir. En effet, en pleine pandémie, alors que le gouvernement traverse une crise politique sans précédent, une révélation explosive risque de mettre Emmanuel Macron dans l’embarras d’autant plus qu’elle concerne l’un de ses plus proches partenaires dans la lutte contre le Coronavirus.

La personne en question n’est autre que Jérôme Salomon, actuel directeur général de la Santé. En effet, derrière ce personnage calme et réservé, se cache un homme qui, il y a tout juste 9 ans, a été viré de l’Institut Pasteur pour avoir commis une faute extrêmement grave.

C’est du moins la révélation exclusive faite par Le Parisien et entièrement lue par notre média, Lecourrier-du-soir.com. En effet, d’après ce média, Jérôme Salomon a été viré de l’Institut Pasteur en 2012 à la suite d’une lettre anonyme dactylographiée. Dans cette lettre, la victime supposée se dit victime de harcèlement sexuel, de corruption et de menace de mort de la part d’un dirigeant de l’institut dont le nom n’a jamais été cité.

“L’auteur de la lettre dénonce des faits de pédophilie, de zoophilie et de sadomasochisme, et menace de se suicider. ‘Je veux que ce cauchemar cesse ! ! ! Je crois que je vais vraiment finir par craquer et sauter bientôt d’une terrasse du BIME (NDLR : la biologie intégrative des maladies émergentes). Cela fera peut-être ouvrir les yeux des pasteuriens’, rapporte Le Parisien qui a consulté la lettre.

Etant donné la gravité de cette affaire, l’institut Pasteur informe immédiatement Alice Dautry, directrice générale de l’Institut alors qu’elle était en déplacement en Corée. L’institut effectue un signalement auprès du parquet de Paris. “Une enquête préliminaire est ouverte et les investigations confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP)”, précise Le Parisien.

Quelques jours plus tard, l’institut est convaincu que les accusations à l’encontre du dirigeant mis en cause dans la lettre sont infondées. Avec l’autorisation de la police, ajoute LaParisien, le dirigeant en question est informé de l’affaire. Après avoir pris connaissance de la lettre que les enquêteurs lui ont montrée, le mis en cause dit reconnaître la personne derrière cette missive abjecte. Et il n’est pas le seul. Un autre fonctionnaire de l’institut dit aussi connaître l’auteur de la lettre.

Pour les deux hommes qui connaissent intimement l’actuel directeur général de la Santé, il n’y aucun doute que c’est Jérôme Salomon qui a écrit la lettre pour mettre en cause le dirigeant. “Pour eux, la graphie des lettres, le lignage et la mise en page du courrier dactylographié ainsi que l’utilisation de certaines formules de politesse et d’accusation désignent Jérôme Salomon”, note LeParisien.

L’affaire est donc extrêmement grave d’autant plus que l’institut Pasteur a la certitude totale que Jérôme Salomon a été à l’origine de la lettre, sans même en avoir la preuve matérielle. Que faire dans ce cas ? Et bien, il faut immédiatement mettre Salomon hors d’état de nuire. Il faut le licencier.

Mais, comment se débarrasser de lui sans aucun motif valable ? A cette question, l’institut Pasteur dit avoir la réponse. Il fallait utiliser son cumul de mandat pour l’abattre. En effet, il convient de préciser qu’au moment des faits, Jérôme Salomon était à la fois responsable de la division internationale auprès de l’institut Pasteur et professeur au Conservatoire Nationale des Arts et Métiers (CNAM). Ce ne fut pourtant pas un motif sérieux pour se débarrasser de lui, mais étant donné la gravité de la lettre qui lui est attribuée, il fallait bien trouver un moyen de le jeter par la fenêtre. Et c’est ce qui s’est passé.

Evoquant son licenciement, LeParisien écrit : “convoqué le 11 octobre 2012 par la direction générale du prestigieux institut, le responsable de la division internationale est immédiatement placé en situation de dispense d’activité rémunérée, le temps que sa situation administrative se règle. Une petite heure de réflexion est laissée en tout et pour tout au professeur pour décider de son sort. Jérôme Salomon opte finalement pour le licenciement et se voit contraint de faire séance tenante ses affaires et restituer badge, clés de bureau, chéquier et cartes de paiement…Puis il est reconduit manu militari par un agent de la sécurité de la fondation privée”.

L’affaire ne s’arrêtera pas là car Salomon ne veut pas s’avouer vaincu. Il activera ses réseaux. Ainsi, informés, les proches de Jérôme Salomon tentent de voler à son secours. En effet, d’après la source, William Web, qui fut directeur général de la Santé, a personnellement contacté Alice Dautry lui demandant de mettre fin à ce procès qui est fait à Salomon.

D’ailleurs, dans une lettre adressée à Dautry par Web, on pouvait lire : ” Je vous conjure dans l’intérêt de l’institut, de Jérôme et du vôtre d’arrêter immédiatement ce processus malfaisant”. A cette lettre, Dautry rétorque : “permettez-moi d’attirer votre attention sur le fait que vous n’avez, à ce stade, entendu qu’une seule version de l’histoire qui en comporte d’autres”.

Pourtant, en dépit de la gravité des faits, Salomon s’en tirera car en novembre 2012, l’enquête préliminaire a été classée sans suite. Deux ans plus tard, il sera même promu car il intégrera le cabinet de Marisol Tourraine et “sera nommé dans une Unité mixte de recherche CNAM-institut Pasteur, un laboratoire au fin fond des bâtiments”.

source: http://www.geopolintel.fr/

 

Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 08:01

La France, ce pays de Cocagne où les moins de 25 ans vont aux Restos du cœur !

L'enquête:

 

Il faut se méfier des chiffres, je le sais bien, néanmoins, certains laissent sans voix. Dans une enquête de novembre dernier, on apprenait que les jeunes de 18-24 ans représentaient 10 % des bénéficiaires des Restos du cœur. Dans le papier qui leur est consacré, ce mercredi, sur 20Minutes.fr (« Coronavirus : quelles solutions seraient efficaces pour lutter contre la pauvreté des 18-25 ans ? »), il est écrit cette fois : « Les moins de 25 ans représentent désormais près de la moitié (sic) des bénéficiaires des Restos du cœur. »

L’écart est si important qu’on ne peut que s’interroger sur la réalité de ces chiffres. Il n’en reste pas moins que, concernant la situation de sa jeunesse, la France bat de tristes records. Le chômage des Français de moins de 25 ans est l’un des plus élevés de la zone euro (18,4 %). Avant la crise sanitaire, le taux de cette classe d’âge au seuil de pauvreté atteignait 12,8 % (chiffres Eurostat) et l’on imagine bien qu’il n’a pas baissé depuis.

Les causes sont comme les situations : multiples. Devant ce casse-tête, l’association France urbaine, qui regroupe les grandes villes françaises, propose au gouvernement des solutions pour lutter contre la précarité des jeunes. Il s’agit de quatre expérimentations différentes qui seraient menées dans douze grandes villes volontaires dès l’année prochaine (trois villes, donc, pour tester une expérience identique) et permettraient à 1.000 jeunes, pour chaque territoire, d’en bénéficier pendant deux ans.

La première proposition « consisterait à faciliter l’accès des 18-24 ans aux biens et services essentiels via une plate-forme. Celle-ci détaillerait toutes les aides qui leur seraient proposées localement : paniers alimentaires, aide au permis de conduire, accompagnement financier pour des soins, tarification sociale pour l’eau et l’électricité, équipement informatique… », détaille 20Minutes. Le seconde est un « accompagnement financier sécurisant la recherche du premier emploi pour chaque jeune de moins de 30 ans », soit une aide mensuelle de 495 euros pour les jeunes habitant seuls et 300 euros pour les jeunes vivant dans leur famille. La durée de versement « serait adaptée aux difficultés d’insertion (liées au niveau de diplôme) : de 4 mois (bac+5) à 15 mois (non diplômé) ». La troisième expérimentation consisterait dans la généralisation de la garantie jeune, et la dernière consisterait en « un revenu de solidarité jeunesse ». Celui-ci « serait versé sous condition de ressources, réservé aux actifs et ne concernerait pas les étudiants. Et son montant mensuel (565,34 euros) diminuerait en fonction des revenus du jeune bénéficiaire. »

Comment dire… c’est effarant. La France, championne de la redistribution, n’en finit pas de redistribuer. Pour quel résultat ? On dépense chez nous « un pognon de dingue », comme dit notre Président, et cela pour quoi ?

La jeunesse est mal formée et, pour beaucoup, pas formée du tout. Le taux des enfants en échec scolaire ne fait que croître, le corps enseignant est mal payé, menacé par des élèves qui le méprisent, et nous ne cessons de reculer dans les classements internationaux. L’illettrisme fait des ravages dans la population, le chômage est endémique et l’avenir, même pour les jeunes diplômés, s’écrit souvent Uber ou Deliveroo. Nos facs sont surpeuplées et le marché du travail est bien incapable d’absorber les 700.000 jeunes qui en sortent chaque année.

Quelles solutions propose-t-on ? Assister. Donner des aides, encore et toujours. Prendre en charge du berceau à la tombe. Le coût des expérimentations énoncées plus haut s’élèverait à « un peu plus de 50 millions d’euros pour les 12.000 jeunes qui y prendraient part », dit Mathieu Klein, le maire PS de Nancy, rapporteur de l’étude. En 2021, la France compte près de 8 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans. Je vous laisse faire le calcul.

 

Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 06:41

Saucisson : "6 choses fausses à ne plus croire"

À l'apéritif, sur un morceau de pain avec du beurre et des cornichons... Comment résister à la tentation du saucisson ? Cette incontournable charcuterie a pourtant mauvaise presse. Pour ne plus culpabiliser quand vous en mangez, voici six choses fausses à ne plus croire.

Le saucisson, vous adorez ça ? Vous n'êtes pas le seul... Avec son moelleux incomparable, son bon goût de gras et son léger goût de fumé et de sel, personne ne lui résiste. À tel point, qu'il se retrouve un soir sur deux à l'apéro. Une question se pose alors : est-il (si) mauvais pour la santé que ce que l'on croit ? Que faut-il en penser ? je vais vous  aider  à y voir plus clair en démêlant le vrai du faux à son sujet. 

Saucisson : qu'est-ce que c'est ?

Rappelons tout d'abord ce qu'est le saucisson. C'est un produit cru, haché et stabilisé par un processus déshydratation, dans le but de devenir un produit stable, qui sera conservé dans un endroit frais (environ 15 degrés) pendant plusieurs jours.

Pour reconnaître un saucisson de qualité, plusieurs critères doivent être pris en compte : la forme de celui-ci (un produit artisanal a une forme irrégulière, qui correspond au boyau de l'animal, ndlr), la ficelle (s'il est entouré de plastique et de fer, cela signifie qu'il a été fabriqué dans une usine, ndlr), la fleur (elle désigne la poudre blanche si caractéristique que l'on doit retrouver à la surface du produit et qui résulte d'un procédé naturel impliquant le gras, le boyau et les ferments lactiques, ndlr). 

En outre, il doit porter la mention "fabrication artisanale".

À noter : vous devez toujours vérifier dans la liste des ingrédients du produit qu'il ne contient pas de colorant (éviter les mentions E). Une couleur uniforme n'est également pas un bon signe. 

Saucisson : est-il l'ennemi de notre santé ?

Bonne nouvelle : si le saucisson contient des lipides en grande quantité, ils ne sont pas forcément mauvais.

En effet, la plupart des lipides du saucisson sont des acides gras insaturés (ou "bons gras", ndlr) qui sont non seulement très bien assimilés par l’organisme, mais aussi nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ont un impact positif sur les taux de lipides sanguins et des effets bénéfiques sur la fonction cardiovasculaire.

Ces derniers  évitent aussi le dépôt de plaques de cholestérol dans les artères.

Par ailleurs, les protéines animales de cette charcuterie (26 g de protéines pour 100 g) sont une source d'énergie pour l'organisme.

Cette charcuterie contient également des minéraux et vitamines 

Le saucisson est une excellente source de fer, et particulièrement de fer héminique, qui est assimilable au cours de la digestion.

Autre surprise : il contient des quantités non négligeables de vitamines du groupe B, en particulier la vitamine B1, qui est indispensable au bon fonctionnement du cerveau et de l'ensemble du système nerveux. Elle est aussi importante pour les muscles. 

Enfin, il contient du zinc, un oligoélément nécessaire à notre bonne santé et qui entretient notamment la jeunesse cellulaire.

Tout n'est pas bon dans le saucisson !

Vous l'aurez compris : le saucisson possède quelques qualités. Mais ce n'est pas une raison pour en manger souvent !

Cette charcuterie reste grasse et possède une forte teneur en sel (1980 mg/100 g), donc déconseillé pour les personnes qui souffrent d'hypertension.

Un certain art de vivre.............

A ce propos Vrai ou faux

Le saucisson ne se met pas au frigo : FAUX

Tant qu'il n'est pas entamé, on peut éventuellement conserver un saucisson entier de manière traditionnelle, c’est-à-dire pendu dans un endroit frais, sec et aéré.

Sinon, il doit être conservé dans le bac à légumes du réfrigérateur. Après chaque découpe, mieux vaut placer un papier d’aluminium, un film étirable ou un linge sur l’entame du saucisson pour éviter qu'il ne sèche et préserver son goût pendant plusieurs semaines.

Un saucisson déjà découpé en tranches se conserve aussi au frigo, entre 0 et 8°C.

 

  Le saucisson ne contient que des mauvaises graisses : FAUX

 

"Lorsqu'on a un procédé de séchage à l'air libre et un produit qui est solide à température ambiante, cela veut forcément dire qu'on a une haute teneur en acides gras saturés", rappelle Sylvain Duval, nutritionniste.

En moyenne, les graisses du saucisson sont composées d"environ 40% d'acides gras saturés, le reste étant des acides gras insaturés. Le problème, c'est que le saucisson contient aussi pas mal de sel utilisé comme conservateur et comme exhausteur de goût (on en trouve en moyenne 4 à 5 g aux 100 g tandis que l'apport recommandé est de 6 à 8 g).

Plus étonnant, le saucisson contient aussi... des sucres, ingrédient indispensable de la "mêlée" (avec le sel, les éventuelles épices, etc) qui va lier et permettre la fermentation de la viande. "Il doit donc rester un produit plaisir, à consommer occasionnellement, par exemple à l'apéritif", recommande l'expert en nutrition.

La bonne fréquence : 0 à 2 fois par semaine maximum, en variant entre les spécialités plus ou moins riches en gras.

 

Un saucisson cher est un gage de qualité : FAUX

 

Les produits vendus sur le marché vont de la petite production artisanale avec un minimum d'ingrédients choisis avec soin à la grosse production industrielle, avec des saucissons souvent bourrés d"additifs pour réduire, voire remplacer la période de séchage et de maturation naturelle (plusieurs semaines).

"Certains de ces additifs posent problème, en particulier les sels nitrites que l'on retrouve dans tous les saucissons et les nitrites dans les saucissons industriels. Une fois dans l'intestin, au contact des bactéries, ils peuvent se transformer en nitrosamines cancérigènes", explique Sylvain Duval.

Selon le Code des usages de la charcuterie, la mention "supérieure" indique que les produits ont plus d'ingrédients nobles et moins d'additifs que les produits standards, et la mention "traditionnelle" indique que le saucisson ne doit contenir que des colorants naturels et un nombre très limité d'additifs.

"Le prix est aussi un indice, car un saucisson qui a mis des mois à être fabriqué, avec beaucoup d"épices et des arômes naturels, sera forcément plus cher qu'un saucisson industriel. Si un prix élevé n"est pas forcément un gage de qualité, l'inverse est souvent vrai : mieux vaut ne pas rechercher le premier prix, d'autant que cela reste un plaisir occasionnel", conseille le spécialiste.

Le saucisson donne des boutons : FAUX

 

En réalité, le lien entre charcuterie et apparition ou aggravation de l'acné n'a encore jamais été prouvé.

D'après les dernières études, ce seraient plutôt les sucres raffinés qui, via leur impact sur la flore intestinale notamment, pourraient favoriser les poussées de boutons.

Le saucisson est forcément à base de porc : FAUX

 

Il existe des spécialités régionales de saucissons à base de viande de canard, de volaille, de bœuf, de taureau, de sanglier ou même d'âne (même si ce n'est pas une spécialité corse contrairement à la légende, mais plutôt de Sardaigne et d'Ardèche).

Attention si l'on ne consomme pas de porc : comme la graisse pure utilisée pour sa fabrication est souvent tirée du porc, il peut y en avoir même dans un saucisson de canard ou de taureau, mieux vaut donc regarder attentivement l'étiquette.

Le saucisson est la plus grasse des charcuteries : FAUX

Les rillettes pur porc et le salami lui volent la vedette : ces charcuteries contiennent 40% de matières grasses en moyenne, contre "seulement" 30 à 40% pour le saucisson sec et le chorizo.

 

Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 21:47
Un certain art de vivre.............

Vous avez perdu le moral ? Alors sachez que ;

"Les sons de la nature sont bons pour  le moral mais pas que également pour la santé et l’intelligence "

Les bruits de la nature auraient des effets positifs sur le moral, le stress, la douleur et, même, les performances intellectuelles.

La science vient de confirmer ce que notre corps pressentait : les bruits de la nature sont bons pour notre santé. Explications.

Le vent dans les arbres, des vagues qui s’affalent au bord de la plage ou encore le clapotis de l’eau de la rivière : vous n’êtes pas le seul à avoir ressentir une sensation de bien-être à l’écoute de ces sons naturels. Une étude canadienne vient en effet de mettre en évidence leurs effets positifs sur le moral, le stress, la douleur et, même, les performances intellectuelles.

Publiée dans la revue scientifique PNAS, cette étude a été menée par l’université Carleton sous la direction de Rachel Buxton.

, celle-ci explique pourquoi elle s’est penchée sur ce sujet :

« Nous avons tendance à examiner l’environnement acoustique du point de vue de la pollution sonore et de la façon dont cela dérange la faune et la flore. Beaucoup d’entre nous, biologistes, sont très intéressés par le contraire : quels sont les bénéfices d’un environnement acoustique naturel ? »

Passant au crible toutes les enquêtes et les expériences menées par le passé sur ces questions, Rachel Buxton a réalisé que les sons naturels provoquaient une amélioration de 184 % sur la santé générale et une baisse de 28 % du niveau de stress.

En tête des sons ayant le plus d’effets positifs sur la santé des cobayes volontaires : l’eau et le chant des oiseaux.

Reste à expliquer la raison de ces bienfaits. Mais la chercheuse a déjà une hypothèse :

« Du point de vue de l’évolution, un environnement acoustique qui comporte beaucoup de sons naturels est un bon indicateur d’un environnement sûr – ce qui permet un repos psychique. »

La nature fait un bien fou à celui qui sait l’écouter. Alors, tendez l’oreille !

Tous les détails de cette étude sont à retrouver ici (en anglais).

 

Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 06:54

Vieillir question de temps ou de mental ?

Les dernières études con­firment que vieillir est une question de temps et de mental. Si l’on n’arrête pas le premier, on peut muscler le second pour regarder l’avenir sans crainte et même… rajeunir.

Quand cesse-t-on d’être jeune ? Un quinquagénaire est-il vieux ? Une vaste étude pilotée par l’université du Michigan et réalisée par Internet auprès de 200 000 personnes âgées de 10 à 89 ans a posé ces questions, et bien d’autres, pour dessiner le décalage entre âge réel et âge ressenti. Il en ressort que les 10 à 30 ans sont les plus en accord avec leur âge, puis une différence de perception se creuse : on vit à 40 ans comme un trentenaire, on fait à 50 ans ce que l’on faisait à 38 ans et on a le sentiment d’avoir vingt ans de moins lorsque l’on en a 70 ou 80. Les conditions de vie du quatrième âge – les octogénaires sont aujourd’hui en meilleure santé qu’il y a trente ans – expliqueraient en partie ce décalage. À la question « quel âge aimeriez-vous avoir ? », les adolescents réclament sans surprise quelques années de plus pour gagner en liberté et en reconnaissance sociale. Les trentenaires, en revanche, ont déjà envie de retourner en arrière. Et personne ne veut dépasser 60 ans ! Les conditions de vie des sexagénaires n’ont jamais été aussi bonnes dans les pays développés mais vieillir reste connoté négativement. Cependant, on peut rester jeune longtemps, du moins d’esprit, ce qui n’est pas sans impact sur le reste, comme l’expliquent tous les médecins.

 

L’âge de nos désirs

Spécialiste de la maladie d’Alzheimer, le psychiatre et gériatre Olivier de Ladoucette reçoit des patients dès l’âge de 50 à 60 ans pour des problèmes cognitifs, mais également « des gens de 40 ans complètement vieux dans leur tête et des jeunes de 80 ans ». On n’a pas uniquement « l’âge de ses artères » se plaît-il à dire, on a aussi « l’âge de ses désirs. » Pour rester jeune, tout est alors question d’équilibre. « Plusieurs études montrent que les individus qui donnent le sentiment de mieux vieillir que d’autres ont trois paramètres en commun : ils se maintiennent en bonne santé, c’est le vieillissement physiologique, ils sont actifs physiquement et intellectuellement, appelons cela la dimension intello-affective, et ils sont reliés et interagissent de manière positive avec leur milieu, c’est le vieillissement social, détaille Olivier de Ladoucette. C’est très bien de faire du jogging et d’avaler des pilules, mais si par ailleurs votre vie n’a pas de sens et que vous êtes isolés ou rejetés, vous ne vivrez pas longtemps. »

Aimer la vie et être bien dans sa tête sont essentiels pour passer le cap des années sourire aux lèvres. Et mieux vaut anticiper dès l’âge de 40 ou 50 ans pour développer les outils nécessaires. « Le goût de l’effort à travers le sport se découvre très tôt, tout comme la curiosité intellectuelle qui permet de garder son cerveau en bon état le plus longtemps possible, ou encore le désir d’être en relation avec son entourage », ajoute le Dr Olivier de Ladoucette.

Optimisme et compassion

« Un traitement fondamental qui caractérise l’adaptation face à la vieillesse tient aux caractéristiques psychologiques de l’individu, écrit Bernard Sablonnière dans l’Espoir d’une vie longue et bonne (éd. Odile Jacob). Ses caractéristiques sont la résilience, la souplesse mentale et l’optimisme, des traits de caractère que chacun sait développer quand il doit faire face à un risque évident pour sa survie. » Tous ces conseils ne sauraient être pris comme une attitude nombriliste. L’altruisme, la compassion et l’engagement social font aussi des vieux toujours jeunes et des jeunes qui savent bien vieillir.

L'enquête: " jeune ou vieux ?"
Repost0