Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 
 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 09:36
L'enquête..( téléphonie)

Les réseaux 2G et 3G n’en ont plus pour longtemps

face au déploiement de la 5G

TELECOM : Les plans de retrait des anciens réseaux ont été enclenchés dès 2016 un peu partout dans le monde

 

  • Plusieurs opérateurs de téléphonie mobile dans le monde prévoient de fermer leur réseau 3G cette année.
  • La 3G pourrait disparaître avant la 2G, qui reste nécessaire dans certaines zones ainsi que pour le fonctionnement d’objets connectés.
  • Plusieurs modèles de véhicules commercialisés entre 2010 et 2021 pourraient être affectés par l’arrêt de la 3G.
  • Alors que les réseaux de cinquième génération (5G) vont bientôt dominer le monde de la technologie, les réseaux 3G et 2G semblent dépassés. Les plus grands opérateurs de téléphonie mobile prévoient de fermer leur réseau 3G cette année. L’objectif est de libérer une grande partie de la bande passante mobile pour les prochains déploiements des réseaux 5G et même  6G.
  • Dans ce contexte, en 2021, Google a ajouté une nouvelle fonctionnalité à son système d’exploitation Android 12, qui propose une option pour désactiver la 2G sur le modem d’un smartphone.
  • Vers une disparition « progressive »
  • Le réseau de télécommunications de « troisième génération » (3G) est né il y a près de vingt ans. Aujourd’hui, il risque donc de disparaître, tout comme son ainé de deuxième génération (2G). Dans le monde entier, les plans de retrait de la 2G et de la 3G ont été lancés depuis 2016. Par exemple, les trois opérateurs américains AT & T, Verizon et T-Mobile ont annoncé des dates de retrait de la 3G pour cette année. AT & T a d’ailleurs commencé le démantèlement de son réseau 2G en 2017, l’opérateur affirmant que 99 % de ses clients étaient désormais couverts par la 3G et la 4G. De son côté, T-Mobile prévoit de fermer ses réseaux 3G d’ici au 1er juillet. Enfin, Verizon prévoit le démantèlement de son réseau 3G avant le 31 décembre.
  • De son côté, en 2019, le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information déclarait que les opérations de retrait des réseaux 2G et 3G étaient en voie de finalisation. Enfin, en décembre 2021, le gouvernement britannique a dévoilé un nouvel accord avec les quatre principaux opérateurs de réseaux mobiles locaux. A savoir Vodafone, EE, O2 et Three UK. L’accord prévoit la « suppression progressive » des signaux 2G et 3G existants d’ici à 2033 au profit des services 4G, 5G et du haut débit mobile.
  • En Belgique, la 2G au moins jusqu’en 2025
  • En Europe, la 2G pourrait perdurer plus longtemps. Par exemple, Vodafone a l’intention de maintenir le service 2G au moins jusqu’en 2025. Cependant, il est possible que les opérateurs repensent cette échéance d’ici-là. Pour la petite histoire, dans les années 1990, le gouvernement belge a attribué trois autorisations 2G à Proximus, Orange Belgium et Telenet Group. La période de validité initiale de ces autorisations était de quinze ans. Du côté de la 3G, en 2001, le gouvernement a attribué trois autorisations 3G aux trois mêmes opérateurs pour une période de validité de vingt ans. Elles sont donc arrivées à leur terme le 15 mars 2021.
  • Finalement, le 23 février 2021, les autorisations ont été prolongées par périodes de six mois maximum, jusqu’à ce que la mise aux enchères des bandes 5G soit finalisée. D’après une carte interactive de nperf.com, la Belgique est largement couverte par les réseaux 4G et 4G +. Sur la carte, les réseaux 2G et 3G sont quasiment invisibles.
  • La 2G, parfois vitale
  • Selon la Federal Communications Commission américaine, tous les appareils concernés par la disparition des réseaux de deuxième et troisième générations ne pourront plus passer ou recevoir d’appels téléphoniques. De même, ils ne pourront plus envoyer de messages texte. Mais les smartphones ne sont pas les seuls concernés.
  • En réalité, la plupart des opérateurs de téléphonie mobile s’attendent à ce que la 3G disparaisse avant que la 2G soit retirée complètement, car le réseau de deuxième génération constitue une solution de repli à faible puissance. La 2G reste nécessaire dans certaines zones rurales, ainsi que pour certains objets connectés, comme les appareils médicaux, les tablettes, les services d’assistance automobile ou les alarmes. De même, certains appareils utilisent la connectivité cellulaire comme solution de secours lorsqu’une connexion internet filaire tombe en panne, à l’instar de certains dispositifs d’alerte pour l’équipement des bateaux.
  • Dans l’automobile, de nombreux services dépendent de la 3G
  • L’arrêt de la 3G pourrait affecter plusieurs modèles de véhicules commercialisés entre 2010 et 2021. Certaines voitures perdront ainsi la possibilité de mettre à jour les données de localisation et de trafic pendant la navigation.
  • En effet, grand nombre de nouvelles voitures commercialisées au cours de ces dernières années fonctionnent grâce à des services connectés fonctionnant grâce à la 3G. Avec la disparition du réseau, les conducteurs pourraient être incapables de se connecter à leur smartphone, à leur assistant vocal ou aux services d’appel d’urgence ou de profiter des fonctions de verrouillage/déverrouillage à distance.
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 09:20

Mais que devient le colorant brun du Coca-Cola une fois dans votre corps ?

Le colorant E150d est très controversé

Le Coca-Cola est le soda le plus célèbre et le plus consommé au monde. Apprécié par des millions de personnes, il est pourtant très controversé. L’une des polémiques autour du Coca-Cola concerne notamment son colorant brun : le colorant E150d. Alors, qu’est-ce que ce colorant et où va-t-il dans notre organisme ?

Pour déterminer de quelle façon le colorant E150d est traité par notre corps, il tient de se familiariser un peu avec la biologie. Une fois ingérés, les aliments et les boissons passent par notre oesophage pour arriver dans notre estomac. Ensuite, une partie des aliments passe par l’intestin grêle, où ces derniers sont transformés en nutriments qui passent dans le sang. Le reste des aliments, qui ne sont pas utiles à notre corps, passent par le gros intestin et sont évacués par des selles. La plupart des colorants se dégradent au niveau de l’intestin et de l’estomac.

Il faut savoir que le corps humain traite différemment les colorants, en fonction de leur composition. Le plupart des colorants alimentaires, une fois absorbés, se dégradent dans notre organisme. Et s’ils ne sont pas éliminés, ils sont tout au moins transformés en substance incolore (à quelques exceptions près, telles que les colorants de la betterave qui colorent les selles, par exemple), c’est pourquoi notre sang ne change pas de couleur.

Le colorant brun passe par l’estomac et l’intestin grêle, où il se dégrade en partie. Néanmoins, certaines de ses particules – dont les composantes de la molécule 4-méthylimidazole (4-MEI) – franchissent la paroi de l’intestin grêle pour être absorbées dans le sang. Ces substances qui circulent dans le sang traversent donc tous les organes.

Une partie de ces particules sont transformées en différentes molécules appelées métabolites. Cette transformation se fait en grande partie dans le foie, les reins et les poumons. Elles sont ensuite éliminées par voie urinaire, et on peut en retrouver dans le lait des femelles allaitantes.

Des scientifiques accusent ce colorant d’être cancérigène et génotoxique. Plus précisément, c’est la molécule 4-méthylimidazole (4-MEI) qui est considérée comme dangereuse pour la santé à trop haute dose.

IL N’Y A ENCORE AUCUNE PREUVE QUE LA MOLÉCULE 4-MEI EST DANGEREUSE POUR L’HOMME

Cette accusation s’appuie notamment sur une étude de 2012 qui a été menée sur des rongeurs par le CSPI. La consommation de cette molécule a provoqué chez les rongeurs des « cancers du poumon, du foie, de la thyroïde et une leucémie ». C’est le passage dans le sang de certaines particules de ce colorant qui serait à l’origine des effets cancérigènes chez les rongeurs. Néanmoins, il n’y a pas de quoi s’alarmer, car il n’y a aucune preuve que la molécule 4-méthylimidazole est dangereuse pour l’Homme. Et, si elle l’est, c’est certainement à très forte dose.

En effet, les scientifiques n’ont pas pu mettre en évidence d’effet mutagène du 4-MEI ; il semble qu’il ne provoque pas d’altération des chromosomes pouvant expliquer son effet cancérigène. De plus, il ne semble pas provoquer de lésions cellulaires visibles. Le mécanisme de son action n’est donc pas complètement établi.

Pour résumer, le colorant brun du Coca-Cola est en partie dégradé, en partie absorbé par notre sang avant d’être rejeté par voie urinaire. Notre corps est une machine incroyablement complexe et délicate, et on ne soupçonne pas tous les mécanismes qui le font fonctionner. 

Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 07:32
L'enquête.(santé) du jour

Découverte inquiétante sur la vitamine D

 

C’est fou le nombre de personnes qui prennent aujourd’hui de la vitamine D.  

C’est une bonne nouvelle car il s’agit d’un geste aussi simple que bénéfique pour la santé.  

Le problème est que peu de gens ont conscience que ce geste peut aussi s’avérer inutile et même dangereux si vous manquez de cet autre nutriment vital : le magnésium.  

Une étude vient de paraître aux Etats-Unis à ce sujet dans le Journal of American Osteopathic Association. Elle nous éclaire sur le lien subtil et mystérieux entre ces deux nutriments dont on croyait pourtant tout savoir. [1]  

Le Professeur Razzaque, co-auteur de cette étude, révèle qu’un déficit en magnésium empêche votre corps de métaboliser suffisamment la vitamine D. Ce phénomène enclencherait alors un effet domino mortel qui multiplierait jusqu’à 10 fois votre risque de maladies cardiovasculaires. [2]  

À ma connaissance, aucun média français n’a relayé cette information alors permettez-moi de vous en dire plus ici. 

 

Quand le calcium squatte vos organes 

L’étude du Pr. Razzaque met en lumière cette réaction en chaîne : lorsque vous manquez de magnésium, votre corps métabolise moins bien votre vitamine D, celle-ci reste alors inactive dans votre organisme et s’accumule.  

En s’accumulant inutilement dans votre corps, la vitamine D provoque un surplus de calcium. Normalement, votre calcium est censé se trouver dans vos os et vos dents. Mais quand vous avez trop de calcium, il se dépose ailleurs : dans vos artères, dans vos reins, votre cerveau, votre foie, vos intestins, vos tendons, vos muscles etc.  

On parle alors de calcification « pathologique » car ce phénomène déclenche de nombreuses maladies graves : athérosclérose, arthrose, cancers…[3]  

Comment pouvez-vous empêcher cet effet domino causé par une mauvaise métabolisation de la vitamine D dans votre corps ?  

Réponse du Pr. Razzaque : en augmentant simplement vos apports en magnésium car ce minéral facilite la métabolisation de la vitamine D et vous protège ainsi contre les risques de calcification pathologique.  

D’autres études sur le lien entre la vitamine D et le magnésium viennent d’être publiées. Vous allez voir que ce lien est encore bien plus important qu’on ne l’imaginait. 

Découverte stupéfiante sur le lien vitamine D - magnésium 

Une étude publiée en décembre 2018 - c’est très récent - dans la prestigieuse revue The American Journal of Clinical Nutrition a stupéfié la communauté scientifique.  

Cette étude portant sur 180 personnes âgées de 40 à 85 ans a été menée dans le cadre d’un programme de prévention du cancer colorectal.  

Le but était de mieux comprendre les mécanismes mystérieux qui lient le magnésium et la vitamine D.  

Au cours de cette étude, les participants ont donc pris un complément alimentaire de magnésium (ou un placebo).  

Les chercheurs ont alors fait cette découverte extraordinaire : la simple prise de magnésium aide à augmenter naturellement nos réserves de vitamine D.  

Mieux encore : ils ont également observé que le magnésium réduit aussi notre taux de vitamine D lorsque celui-ci est trop élevé ! [4]  

Le magnésium est l’aiguillon naturel de la vitamine D 

Grâce à cette nouvelle étude, on sait maintenant que le magnésium joue un rôle clé pour augmenter OU baisser votre taux de vitamine D selon vos besoins personnels. Si vous prenez de la vitamine D, vous avez donc tout intérêt à augmenter aussi vos apports en magnésium afin de mieux réguler votre taux de vitamine D. Si vous ne prenez PAS de vitamine D, vous avez également intérêt à prendre un supplément de magnésium car cela pourrait vous aider à augmenter naturellement vos réserves de vitamine D. Et quelle que soit votre situation, il est certainement utile de vous rappeler cette statistique terrible : 3 Français sur 4 - au minimum - manquent de magnésium. Cela engendre des problèmes de métabolisation de la vitamine D comme on vient de le voir. Mais surtout, cela provoque bien d’autres risques pour votre santé. Car le magnésium est indispensable à près de 400 autres processus biologiques dans votre corps. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le magnésium est LE complément alimentaire le plus souvent prescrit par les médecins…  

 

Recommandé aussi par ceux qui «ne croient pas aux compléments alimentaires » ! 

Bien qu’ils soient majoritairement peu enclins à recommander des suppléments nutritionnels à leurs patients, la plupart des médecins prescrivent volontiers du magnésium. Malheureusement, ils prescrivent en majorité les formes de magnésium basiques commercialisées par les grands laboratoires pharmaceutiques. C’est le cas notamment de l’oxyde de magnésium vendu souvent sous l’appellation « magnésium marin ». Cette forme de magnésium est bon marché mais notre organisme ne l’assimile pratiquement pas et il ne sert donc à rien ou presque. C’est pourquoi, si comme moi vous préférez en avoir pour votre argent, vous avez tout intérêt à choisir une forme supérieure de magnésium.  

Préférez un magnésium de bonne facture 

Parmi les formes supérieures de magnésium, vous trouverez notamment le bisglycinate, un sel de magnésium de 3ème génération (par opposition aux formes classiques inorganiques et organiques). Le bisglycinate est composé de magnésium et de glycine, un acide aminé lui aussi crucial pour votre santé car il intervient notamment dans la synthèse du collagène, des sels biliaires, du glutathion et de l’acétylcholine. Le bisglycinate est, depuis longtemps, mon choix n°1 car les études comparatives sur les différentes formes de magnésium montrent qu’il coche toutes les bonnes cases [5] : 

Sa teneur en magnésium élément (actif) et sa biodisponibilité sont parmi les plus élevées. 

Il est bien toléré par l’organisme et vous évitez donc les désagréments parfois causés par d’autres formes de magnésium (effet laxatif, acidification de l’organisme). 

L’autre avantage du bisglycinate est que vous n’avez pas besoin d’en prendre en grande quantité. Avec 100 mg par jour, vous complétez vos apports alimentaires avec juste ce qu’il faut, sans surcharger votre organisme inutilement.  

Le magnésium bisglycinate étant une forme supérieure de magnésium, il est aussi plus rare. Vous en trouvez rarement en pharmacie.

 

Sources [1] Anne Marie Uwitonze, Mohammed S. Razzaque. Role of Magnesium in Vitamin D Activation and Function. The Journal of the American Osteopathic Association, 2018; 118 (3): 181 DOI: 10.7556/jaoa.2018.037 [2] N Engl J Med. 2008 Mar 27;358(13):1336-45. doi: 10.1056/NEJMoa072100. Coronary calcium as a predictor of coronary events in four racial or ethnic groups. Detrano R1, Guerci AD, Carr JJ, Bild DE, Burke G, Folsom AR, Liu K, Shea S, Szklo M, Bluemke DA, O’Leary DH, Tracy R, Watson K, Wong ND, Kronmal RA. [3]

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Calcification_(médecine) [4] Am J Clin Nutr. 2018 Dec 1;108(6):1249-1258. doi: 10.1093/ajcn/nqy274. Magnesium status and supplementation influence vitamin D status and metabolism: results from a randomized trial. Dai Q1, Zhu X1, Manson JE2,3, Song Y4, Li X5, Franke AA5, Costello RB6, Rosanoff A6, Nian H7, Fan L8, Murff H1, Ness RM9, Seidner DL9, Yu C7, Shrubsole MJ1.

 [5] https://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-complements-alimentaires/les-principaux-complements-alimentaires/les-complements-correcteurs-de-l-alimentation/le-magnesium/quel-magnesium-choisir

 

Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 16:57

Combien de temps faut-il marcher pour éliminer le repas de Noël ?

S’il n’est pas rare de prendre quelques kilos pendant les vacances de Noël, une étude nous livre combien de temps faudrait-il marcher pour l’éliminer.

Selon la British Dietetic Association, lors des festivités de fin d’année, un adulte consommerait environ 6 000 calories. Pour rappel, le besoin énergétique moyen pour les hommes se situe entre 2400 et 2700 kcal. Pour les femmes, la recommandation est de 2000 à 2200 calories par jour. Les repas festifs font donc bondir ce chiffre journalier. Bonne nouvelle, il est possible d’éliminer facilement ces calories supplémentaires en marchant. Explication.

Kilos de Noël : marcher 12 heures pour éliminer

Pendant les vacances de Noël, les adultes peuvent prendre entre 0,5 et 1 kilo à cause des repas riches et festifs. Selon les experts de la nutrition, ce poids peut devenir problématique s’il s’accumule au fil des années. L’obésité peut en effet engendrer de nombreux problèmes de santé tels qu’une prédisposition aux maladies cardiovasculaires, au diabète de type 2, à l'hypertension et même à certains cancers. Pour éviter cela, une étude suggère que marcher pendant 12 heures à un rythme soutenu permettrait d’éliminer ces petits kilos superflus. Ainsi, l’étude montre que : “Pour un adulte pesant 84 kg, il faudra environ 12 heures de marche à un rythme soutenu (environ 6 kilomètres à l'heure) pour brûler les calories d'un dîner de Noël moyen. C'est l'équivalent d'une marche d'environ 80 kilomètres. Ou, si vous préférez, vous pouvez faire du jogging pendant environ cinq à six heures.”

Selon la British Dietetic Association, lors des festivités de fin d’année, un adulte consommerait environ 6 000 calories. Pour rappel, le besoin énergétique moyen pour les hommes se situe entre 2400 et 2700 kcal. Pour les femmes, la recommandation est de 2000 à 2200 calories par jour. Les repas festifs font donc bondir ce chiffre journalier. Bonne nouvelle, il est possible d’éliminer facilement ces calories supplémentaires en marchant. Explication.

Les activités physiques qui permettent d’éliminer le repas de Noël

Si peu de personnes ont la possibilité (et l’envie) de marcher pendant 12 heures, des alternatives sont évidemment possibles. Vous pouvez profiter des congés de Noël pour marcher tous les jours pendant environ deux heures. Autre bonne idée, aller en ville à vélo pour faire quelques courses. Essayez au maximum d’oublier la voiture pour vos petits trajets et préférez la marche, la course modérée ou le vélo. Et si vous en profitiez pour quelques longueurs à la piscine ? Une bonne façon d’éliminer et de se détendre en même temps.

Repas de fêtes : réduire ses portions pour éviter de grossir

 

Les experts nutritionnistes recommandent également de réduire les portions pour éviter de prendre du poids pendant les fêtes de fin d’année. En consommant 6 000 calories pour un seul repas, votre corps va être perturbé. En cause ? Un dérèglement de la faim, mais aussi un déséquilibre de notre système digestif et une fatigue plus importante. L’alcool, le sucre et la quantité consommée engendrent ce type de problème. Pour éviter ces bouleversements dans l'organisme, mieux vaut préparer son corps et surtout faire attention aux portions. L’apéritif est le moment le plus propice, par exemple en coupant en deux les amuse-bouche afin de réduire son apport calorique. De même pour la célèbre bûche de Noël. Misez sur une demie part et préférez des fruits en dessert.

Source

 

Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 08:45

Pour stimuler votre cerveau et être de bonne humeur,

" 10 minutes de course à pied suffisent "

Avis aux plus flemmards d’entre nous ! Dix minutes de course à pied suffisent à nous faire du bien et c’est la science qui le dit.

 

Il existe pléthore d’études scientifiques qui soulèvent les bénéfices d’une activité physique sur notre humeur et nos capacités cognitives. Faire de l’exercice contribue à améliorer nos capacités d’apprentissage et de mémoire et nous aide à réduire l’anxiété et la dépression. Une récente étude japonaise suggère qu’il suffirait de courir seulement 10 minutes pour booster notre humeur et nos fonctions cérébrales. 

L’activité physique est une source de bienfait pour notre santé, notre bien-être et notre cerveau, comme le montrent une multitude d’études scientifiques depuis de nombreuses années. Mais une récente étude publiée dans la revue Scientific Reports suggère qu’une seule séance de course à pied de dix minutes aurait des effets sur notre humeur et nos fonctions cérébrales.

Selon les chercheurs de l’université de Tsukuba au Japon, dix minutes de jogging auraient plus d’impact que le vélo, exercice qui sert habituellement dans les études scientifiques. Les chercheurs ont mesuré l’impact du jogging sur le cerveau. « La course à pied, comparée au pédalage, est un mouvement de locomotion du corps entier qui peut conférer une meilleure santé mentale en stimulant fortement le cerveau. Bien que la course à pied ait un impact sur la santé mentale, les mécanismes cérébraux sous-jacents n’ont pas encore été déterminés, car presque toutes les études mécanistiques ont été réalisées sur le pédalage », explique l’étude.

Prescrire de la course à pied pour favoriser la santé mentale ?

Pour en avoir le cœur net, les chercheurs ont enrôlé vingt-six personnes, en bonne santé. Chacune a effectué une séance de course de 10 minutes sur un tapis de course. L’intensité y était modérée. Puis, chacune a observé un temps de repos équivalent. Pour mesurer les effets de l’activité physique, les chercheurs ont mesuré le taux d’oxygénation dans la région du cerveau responsable de la régulation de l’humeur et des fonctions exécutives : le cortex préfrontal bilatéral. Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé la méthode du « spectroscopie dans l’infrarouge proche ». 

Après la séance de sport, les chercheurs ont soumis les volontaires au test de « Stroop », utilisé pour mesurer les temps de réaction dans le traitement cérébral. Une couleur, par exemple « vert » est écrite en rouge. Les participants doivent alors annoncer la couleur utilisée et non le mot écrit. 

Après ces tests, les chercheurs ont noté que l’activité cérébrale est nettement stimulée. De plus, l’humeur des participants s’est améliorée. « Ces résultats sont précieux pour soutenir l’effet de la course à pied d’intensité modérée sur la santé mentale, car la course à pied est une forme d’exercice facilement accessible qui nécessite un équipement et une structure sportive minimes. Cela devrait mettre en lumière la spécificité de la course à pied parmi les diverses prescriptions d’exercices visant à promouvoir la santé mentale. », concluent les chercheurs.

 

Repost0
16 décembre 2021 4 16 /12 /décembre /2021 07:51

C'est la pleine saisons , vous connaissez ! " La raclette  " Mais savez-vous qui l'a inventé ?

La raclette est désormais sur toutes les tables lorsque le froid arrive.

Mais d'où vient ce plat hivernal par excellence ?

En 1574, Gaspard Ambüel, médecin suisse de Sion, décrit une manière dont les gens des montagnes consomment le fromage :  » On prépare un feu à l’aide de rameaux entassés de roses des Alpes . On s’assoit, on tire de son petit sac ou de sa besace quelques provisions, chacun selon ses moyens et l’on fait fondre des fromages savoureux, gras, doux et tendres, à l’âpre saveur… »

La naissance du fromage fondu

Mais l’histoire de la raclette est encore plus ancienne. On retrouve sa trace dans des écrits du 12ème siècle, dans les montagnes suisses du Valais. C’est en plein travail de la terre que des vignerons inventent ce qui deviendra par la suite la raclette. A l’époque, il n’est pas encore question de pommes de terre et de charcuterie mais bien de formage fondu, comme le raconte Marie-Suzel Inzé, dans son livre La Suisse, passion fromages : « L’un des vignerons, l’histoire veut qu’il s’appelle Léon, eut l’envie d’un repas chaud. Avec un feu mais aucun ustensile, pas facile à faire la cuisine… Qu’à cela ne tienne ! Léon fit cuire son fromage directement sur le feu. On imagine la divine surprise à la dégustation. L’apprenti cuisinier venait d’inventer le fromage rôti. »

Un plat national au 20ème siècle

Rapidement, ce « fromage rôti » se diffuse dans les montagnes. En 1291, la légende raconte que Guillaume Tell, héros des mythes suisses, réussit à viser avec son arbalète une pomme posée sur la tête de son fils. Et cet exploit lui est en partie attribué… à la raclette avalée juste avant ! Mais il faut attendre plusieurs siècles avant que le  fromage fondu devant la cheminée ne se répande dans la vallée.

Cette recette, que l’on appelle tour à tour râcla (racler en patois valaisan), raclette ou fromage rôti, se diffuse au cours du XIXe siècle auprès de quelques voyageurs en quête de nature sauvage qui visitent les Alpes. Au début du XXe siècle, la raclette descend de la montagne. Les foires agricoles la popularisent auprès des habitants des vallées. Selon Marie-Suzel Inzé, ce n’est qu’en 1909 que le plat prend le nom de raclette, donné par le poète Perollaz lors de l’Exposition cantonale valaisanne de 1909.

Quand la France découvre la raclette

En France, c’est la fromagerie Richesmonts qui peut se targuer d’avoir introduit le plat suisse pour la première fois dans l’Hexagone. Tombé amoureux de ce plat savoureux en Suisse, l’un de ses représentants revient en France avec l’idée de démocratiser la raclette dans le pays. La fromagerie se lance non seulement dans la fabrique de meules de fromage à raclette mais aussi dans celle du premier appareil à raclette domestique, en collaboration avec Tefal, en 1975. C’est le début d’une longue histoire d’amour entre les Français et la raclette.

 

Repost0
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 09:38

La médecine veut vous tuer

 

Les historiens du futur, savourant du goulasch d’opossum autour de leurs feux de camp, s’étonneront que la médecine moderne ait dilapidé son autorité, sa crédibilité et son honneur sacré lors de la Panique Covid des années 2020, lorsque les responsables de la santé publique et les médecins cliniciens se sont concertés pour imposer des vaccinations de masse tout en supprimant les informations sur les dommages et les blessures causés par les vaccins – sacrifiant potentiellement des millions de citoyens comme autant de mouches à fruits expérimentales.

La figure de proue de cette débâcle épique était le Dr Eric J. Rubin, rédacteur en chef du New England Journal of Medicine, qui, en tant que membre du comité consultatif des CDC sur les vaccins, a déclaré : « Nous ne saurons jamais à quel point le vaccin est sûr tant que nous ne commencerons pas à l’administrer ». C’est-à-dire à le donner aux enfants, ce que le gouvernement a autorisé la semaine dernière, alors même que le même CDC a publié un avis de sécurité mettant en garde contre la myocardite (inflammation du cœur) induite par le vaccin, en particulier chez les garçons et les jeunes hommes.

Nota bene : la myocardite n’est pas une maladie dont on se remet nécessairement, car le muscle cardiaque affecté ne peut pas se remplacer ; l’inflammation entraîne plutôt une cicatrisation du muscle cardiaque et une réduction de la durée de vie.

Pendant ce temps, de jeunes athlètes vaccinés meurent d’insuffisance cardiaque en nombre choquant sur les stades des lycées, les terrains de football, les terrains de cricket, les pistes cyclables et les pistes de course à pied du monde entier, et les civils ordinaires développent un éventail déconcertant de troubles cardiovasculaires, neurologiques et thrombotiques post-vaccinaux, dont seule une petite partie finit par être enregistrée dans le système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS) du CDC. Ces chiffres s’élèvent maintenant à au moins environ 10 000 décès et 20 000 handicaps permanents. Le site web du VAERS est si peu pratique et inadéquat que les médecins sont dissuadés de l’utiliser – à tel point qu’on estime que seuls 10% des événements indésirables sont effectivement signalés. Les médecins sont également menacés de sanctions disciplinaires pour avoir rendu publics les problèmes liés aux vaccins.

En fait, les nouvelles ne peuvent pas être complètement supprimées. Il est désormais évident – en raison de la pression frénétique en faveur des injections de « rappel » – que les différents vaccins cessent de prévenir l’infection par le Covid-19 après plusieurs mois. Ce qui n’est que partiellement compris, c’est l’action des protéines de pointe qui restent dans le corps après le vaccin, mais cette preuve n’est pas absolue, car ces protéines ont une affinité particulière pour se fixer aux revêtements endothéliaux des vaisseaux sanguins en général, et dans les capillaires des principaux organes en particulier – notamment les ovaires et les testicules, ce qui soulève le spectre d’une infertilité généralisée à venir.

En outre, les vaccins sont soupçonnés de détruire le système immunitaire, rendant les personnes vaccinées vulnérables aux infections opportunistes, désactivant le mécanisme génétique qui permet à l’organisme de vaincre systématiquement les cellules cancéreuses et retournant le système immunitaire des personnes contre elles dans le cadre de troubles auto-immunes.

Comment les médecins et les responsables de la santé publique se comportent-ils face à tout cela ? Ils poussent de plus en plus fort à la vaccination forcée de tous les individus de tous âges, quoi qu’il arrive, et vilipendent tous ceux qui militent pour le respect du consentement éclairé à la vaccination. Le résultat net est que les médecins semblent avoir violé en masse leur serment éthique d’Hippocrate qui leur demande de ne pas nuire.

Tout ce qui concerne le virus et ses contre-mesures – depuis ses origines obscures dans le financement officiel de la recherche sur les armes biologiques par le Dr Anthony Fauci, jusqu’à la traînée de brevets de propriétaires et d’intérêts conflictuels dans les développements ultérieurs du vaccin, en passant par la suppression féroce des informations et du débat – suggère des motifs néfastes, ou bien une panique psychotique de masse parmi les personnes hautement qualifiées sur lesquelles la société doit compter en cas de crise.

Il est également de plus en plus difficile de dire à quel point cette crise est réellement ou a été réellement une crise. Il n’y a aucun moyen fiable de savoir combien de personnes sont réellement mortes des suites directes de la Covid-19, ou ont simplement été testées positives au virus (avec un test PCR bancal) alors qu’elles luttaient contre une ou plusieurs maladies graves (comorbidités), surtout lorsque des subventions substantielles du gouvernement fédéral étaient en jeu, liées aux cas de Covid. Il n’est pas non plus possible de déterminer à l’heure actuelle combien de décès attribués à la Covid-19 sont en fait le résultat de réactions aux vaccins. Le plus troublant, c’est qu’il semble que le taux de décès dus à des troubles cardiaques, à des thromboses et à des lésions neurologiques dans la population générale soit nettement supérieur à la normale, comme le rapportent officiellement le Royaume-Uni, l’Irlande et d’autres pays.

Il convient de répéter que, quelle que soit la nature de la Covid-19 ou son origine, il s’agit d’une maladie qui n’est pas beaucoup plus mortelle pour la population générale que la grippe à une mauvaise saison ; que, dans le cours naturel des choses, elle n’aurait probablement tué que les personnes très âgées et déjà malades, et que le reste de la population s’en serait sorti et aurait acquis une solide immunité naturelle supérieure à tout ce que les vaccins pourraient conférer (même en théorie).

Mon propre médecin a essayé de me persuader de me faire vacciner lors d’un examen médical de routine en octobre. Je lui ai demandé s’il était au courant des milliers de décès et d’effets indésirables invalidants signalés dans le système VAERS du CDC. Il a répondu que ces chiffres étaient faux et a poursuivi en disant qu’il avait « une confiance à cent pour cent dans les vaccins ». Il a toujours semblé être une personne intelligente et compétente. Il y a un an environ, il a été engagé comme administrateur exécutif dans l’organisation de soins de santé où il exerce, et il ne voit plus ses patients que deux jours par semaine. Peut-être que cela ne lui laisse pas le temps de suivre l’actualité. Ou peut-être n’a-t-il aucune envie de suivre les informations, sauf celles qui proviennent de sources telles que les chaînes de télévision câblées, qui sont presque entièrement sponsorisées par l’industrie pharmaceutique.

L’essentiel pour moi est qu’il a compromis ma foi en son jugement. Je me demande combien d’autres personnes pensent la même chose de leur médecin. La profession médicale était déjà en difficulté avant que la Covid-19 n’entre en scène. Elle était entrée dans une relation symbiotique démoniaque avec l’industrie de l’assurance qui équivalait à un racket généralisé. (Il suffit d’imaginer les factures d’hôpital de toutes ces personnes ayant subi des réactions indésirables aux vaccins et pour lesquelles les médecins se sont montrés perplexes et ont effectué d’innombrables tests infructueux).

La bonne nouvelle pour l’instant est qu’un tribunal fédéral a suspendu les obligations de vaccination de « Joe Biden ». Le gouvernement devrait contester cette décision aujourd’hui (lundi 8 novembre). En attendant, la rumeur d’une grève générale contre la tyrannie vaccinale, prévue d’aujourd’hui à jeudi, est dans l’air et nous devrons rester en attente pour voir si quelque chose se passe. Nous devrions également nous tenir prêts dans les semaines à venir pour voir combien de personnes supplémentaires commencent à présenter des symptômes de troubles corporels graves dus aux multiples injections qu’on leur a fait subir.

source : https://kunstler.com
traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone
via https://lesakerfrancophone.fr

 

Repost0