Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 08:06

De l'optimisme et des projets en cette nouvelle année !

Les fêtes se terminent signant la fin de cette année 2020 si particulière !

Remise à zéro des compteurs nécessaire afin de repartir sur de bonnes bases et de laisser entrer le soleil dans nos esprits troublés par la crise de ces derniers mois . Quoi de mieux pour y arriver que se lancer dans de nouveaux projets ?

Le jardinage est bon pour la santé, le grand air donne un regain d'énergie, pensez-y !

C'est le bon moment pour se lancer dans les travaux ; Vous rêvez d'un bassin, d'une piscine naturelle, d'une rocaille ou d'un cabanon de jardin ? Profitez du calme de l'hiver pour réaliser vos projets en toute sérénité.

Si votre habitation a besoin de travaux de rénovation, de nombreuses aides de l'état ont été mises en place, n'hésitez pas à faire valoir vos droits pour en bénéficier !

La crise vous a fait réfléchir et vous désirez atteindre une certaine autonomie ? Il est temps d'installer des récupérateurs d'eau de pluie, de créer un poulailler, d'installer des panneaux solaires et de réaliser le potager vivrier dont vous rêviez !

La phytothérapie peut constituer une aide ponctuelle concernant tous les petits maux courants. Dédiez un coin de jardin aux plantes médicinales et aromatiques ou créez votre jardin de curé selon la tradition médiévale. Vous aurez ainsi tout à portée de main pour vous nourrir, vous soigner et même pour décorer la maison avec de beaux bouquets !

Vous êtes fiers de vos réalisations ou vous avez besoin de conseils pour de nouveaux projets ? N'hésitez pas à interagir avec nos communautés sur Facebook, Pinterest ou nos forums. Le partage et la bienveillance sont quelquefois au cœur de la réussite d'une vie plus harmonieuse !

 

Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 10:11

L'enquête:

Manger des noix deux fois par semaine réduirait grandement les risques d’AVC et de crise cardiaque

Une habitude à prendre qui réduit tout de même ces risques de 18 %

Lors du congrès de la Société européenne de cardiologie (ESC) qui s’est tenu en septembre 2019, les experts de la santé cardiovasculaire ont dévoilé leurs découvertes. Une étude présentée dans le cadre de l’événement démontre que la consommation régulière de noix fait baisser le risque d’AVC mortel et de crise cardiaque.

LES NOIX SONT BONNES POUR LA SANTÉ

Des chercheurs ont souligné l’importance de la consommation de noix pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires. Selon les propos du Dr Noushin Mohammadifard de l’Institut de recherche cardiovasculaire d’Ispahan, en Iran, rapportés par EurekAlert!, « les noix sont une bonne source de graisses insaturées et contiennent peu de graisses saturées. Elles contiennent des protéines, des minéraux, des vitamines, des phytostérols et des polyphénols qui sont bénéfiques pour la santé cardiaque. »

Le chercheur rappelle également que des études européennes et américaines ont révélé un lien étroit entre la consommation de noix et la prévention des maladies cardiovasculaires. Toutefois, cette étude réalisée sur une période de 12 ans a renforcé cette idée.

UN RISQUE RÉDUIT DE 17 %

L’étude, qui a débuté en 2001 et s’est terminée en 2013, visait à examiner la santé de 5 432 Iraniens âgés de 35 ans et plus. Les participants ont été sélectionnés au hasard dans les zones urbaines et rurales des comtés d’Ispahan, d’Arak et de Najafabad et n’ayant jamais connu d’antécédents de maladies cardiovasculaires.

Au commencement de l’étude, les participants ont dû répondre à un questionnaire qui a déterminé leur consommation de noix, incluant les amandes, les pistaches, les noisettes et les graines. Les chercheurs ont interrogé les participants ou les membres de leur famille tous les deux ans jusqu’en 2013, pour savoir s’il y avait eu des cas de maladies cardiovasculaires ou des décès.

Au bout des 12 ans, les informations des chercheurs comprenaient 751 évènements cardiovasculaires (dont 594 maladies coronariennes et 157 accidents vasculaires cérébraux), 179 décès cardiovasculaires et 458 décès de diverses causes.

ON PEUT AINSI INCLURE LES NOIX DANS NOTRE ALIMENTATION QUOTIDIENNE

En ayant recoupé ces résultats et recherches, les scientifiques ont découvert que les participants consommant des noix au moins deux fois par semaine avaient eu 17 % moins de risques d’avoir un problème cardiovasculaire que les participants n’en consommant qu’une fois par semaine. Ce pourcentage reste conséquent même après l’intégration d’autres facteurs comme l’âge, le sexe, l’éducation, le tabagisme ou encore l’activité physique.

EurekAlert! rapporte que la Société européenne de cardiologie (CES) estime que consommer quotidiennement 30 grammes de noix non salées contribue à avoir un régime alimentaire sain. Néanmoins, le Dr Mohammadifard souligne que « les noix fraîches crues sont les plus saines. Les noix doivent être fraîches car les graisses non saturées peuvent s’oxyder, ce qui les rend nuisibles. Vous pouvez savoir si les noix sont rances par leur odeur similaire à celle de la peinture et leur goût amer ou acide. »

 

 

Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 18:34

Initiative verte

La ville de Périgueux autorise ses habitants à planter des légumes et des fleurs dans la rue

Destinée à multiplier les îlots de fraîcheur et de verdure en ville, cette mesure s'adresse à tous les habitants de Périgueux.

Parce que nos rues manquent trop souvent de verdure et de fraîcheur, la ville de Périgueux a pris une décision exemplaire. Depuis le 30 septembre dernier, les habitants sont autorisés à planter des légumes ou des fleurs dans l’espace urbain.

Explications.

 

Ce choix a été fait par la nouvelle équipe municipale. L’idée ? Distribuer des permis de végétaliser à celles et ceux qui en feront la demande.

Delphine Labalis, maire de Périgueux, citée par France Bleu :

« Le permis de végétaliser, c’est simple. C’est une possibilité offerte aux habitants de pouvoir planter des arbres devant chez eux, dans leur quartier, dans leur rue (…) J’ai envie d’avoir une plante grimpante le long du poteau électrique devant chez moi, je le demande. J’ai envie d’avoir une plate-bande fleurie dans laquelle je pourrai mettre des légumes à partager avec mes voisins, je le demande. »

Vous l’avez compris, n’importe qui peut désormais verdir sa rue, il n’y a qu’à demander. En retour, les services techniques de la ville feront le nécessaire pour aider à la réalisation du projet.

« On va venir décaisser une partie de votre trottoir pour que vous puissiez réaliser ces plantations. Et si on n’a pas la possibilité de décaisser le trottoir, parce qu’il n’est pas assez large ou parce qu’il y a des réseaux qui passent, on vous proposera des jardinières. »

Seule condition pour accéder à ce permis : s’engager à entretenir la ou les plantations.

La ville de Périgueux, sur son site :

« À l’image de ce qui se fait déjà dans d’autres (grandes) villes, ces îlots apportent aussi un nouveau moyen de partager l’espace public. Semer, cultiver des plantes, des plantes aromatiques, engendre des échanges informels et conviviaux avec les autres habitants de son quartier. »

En associant les habitants à la végétalisation des rues, Périgueux peut compter sur la force, l’imagination et l’énergie du collectif. Bien vu.

Repost0
3 décembre 2020 4 03 /12 /décembre /2020 06:53

Du côté de la nature:

Nous n’arrêtons pas de dire que ces saisons ne sont pas normales, que le réchauffement climatique est en pleine mutation et bien pas si sûr que cela jugez-en plutôt au travers des rapports connus des scientifiques …..

 

582 — On vit fleurir les arbres en janvier.

584 — On vit des roses au mois de janvier, dit Grégoire de Tours.

1183 — Il n’y eut positivement pas d’hiver ; les arbres fruitiers étaient en fleurs au mois de décembre et la vigne en février suivant. Aussi on vendangea en juillet.

1204 — Depuis la fin de janvier jusqu’au mois de mai, il régna une sécheresse continuelle, et une chaleur ardente comme celle de l’été.

1258 — En janvier, les pommiers et les fraisiers étaient couverts de leurs fleurs blanches.

1361 — Les arbres fleurirent avant la Noël, et l’été qui suivit, en 1362, fut sans chaleur ; les vignes gelèrent.

1421 — Les arbres fleurirent en mars et les vignes en avril ; on eut des cerises dès ce dernier mois.

1529 — Il n’y eut nulle gelée en hiver et il fit aussi chaud au mois de mars qu’il fait d’ordinaire à la Saint-Jean.

1538 — Les jardins se couvrirent de fleurs dès le mois de Janvier.

1560-61 — « L’hiver fut si tempéré et gracieux en toute la saison, dit un contemporain, qu’on ne s’aperçut d’aucune gelée, de sorte que la violette qu’on appelle violette de mars était commune au mois de janvier ; et tous les arbres s’avancèrent de même et plus tôt que de coutume, dont les fruits ne profitèrent. »

1573 — Les arbres se couvrirent de feuilles en janvier et abritèrent en février les nids des oiseaux ; à Pâques les blés étaient prêts pour la moisson.

1585 — À Pâques, les blés étaient mûrs et prêts à moissonner.

1601, 1609, 1615, 1619 — Hivers d’une douceur excessive.

1622 — On n’alluma pas les cheminées une seule fois et les arbres furent en fleurs dès le mois de février.

1658-59 — Ni neige, ni gelée.

1660-61 — « Il est de curiosité et d’utilité de savoir que le mois de décembre 1660 et le mois de janvier 1661 furent si beaux, si doux et si sereins que, à la Chandeleur (2 février), tous les arbres de fruits, à pierre (à noyau), étaient en fleurs comme ils ont coutume de l’être en mars et avril, et les blés si avancés que l’on croyait avoir la récolte dans le commencement de juin. » Malheureusement, il fit très froid et humide ensuite dans les mois d’avril et de mai, et la réalité fut loin de répondre aux espérances.

1709 — La douceur de l’hiver fut surprenante à son début ; il est vrai que tout à coup, à la fin de février, le froid devint si intense que la Manche et la mer Méditerranée furent gelées, que les cloches se brisaient au moindre choc et qu’enfin un nombre considérable de personnes périrent.

1723,1730 — Hivers très doux.

1740 — Hiver d’une douceur exceptionnelle à son début, il avait même fait chaud à certains jours de décembre, mais en février et surtout en mars, le froid fut d’une intensité surprenante.

1779 — Hiver d’une grande douceur.

1782-83 — La chaleur fut extraordinaire au mois de décembre, il y eut des orages comme au mois de juillet, et en janvier tout était fleuri comme en mai habituellement.

1786 — En janvier on voyait les arbres pousser avec vigueur, mais février ralentit leur zèle.

1788 — Des abricotiers et des pêchers sont en fleurs en février.

1795-96 — L’hiver fut délicieux jusqu’à la fin de février. La végétation était très avancée quand brusquement, le 26 de ce mois, le thermomètre descendit à -8° et s’y maintint pendant 15 jours. Il en résulta naturellement que les fleurs des abricotiers, des pêchers, des pommiers et des poiriers, se desséchèrent et moururent.

1804 — Pêchers et abricotiers furent en fleur fin janvier.

1809 — Dans les premiers jours de mars, après des mois presque chauds, le thermomètre descendit à -10°. Les abricots, déjà gros comme le pouce, furent gelés et sur 60 pêchers du Petit-Thouars, on ne récolta que 12 pêches.

1821-22 — L’hiver fut d’une douceur exceptionnelle. II y avait des pois en fleurs au mois de décembre et les seigles étaient rentrés à la Saint-Jean. La récolte des vins fut très abondante cette année-là.

 

Alors voyez-vous ! ce vieux proverbe « il faut tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler « peut s’avérer encore très utile et surtout d’actualité ! ! !

Source : L'histoire des sciences au travers des revues scientifiques

Chez moi en entre-deux-mers, nous avons mangé dimanche dernier ( 29/11) des haricots vert ( du jardin) les rosiers continus à fleurir…ainsi que les cannas et nous continuons à tondre les pelouses !

Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 08:12

Il y a de quoi s'occuper en ce moment au jardin......

Massifs, potager, arbustes, balcons, plantes d'intérieur, bulbes... Quelques conseils et astuces pour réussir vos plantations à l'automne.

• Travaux d'automne

- Massifs: terminez les dernières divisions de souches de plantes vivaces;  nettoyez vos massifs; plantez les derniers bulbes de printemps; protégez les touffes frileuses d'agapanthes, de kniphofias, de crinum et de gunneras avec un matelas de feuilles mortes;

- Potager: bêchez vos planches en incorporant un engrais organique ; buttez les artichauts et le chou de Bruxelles; retirez les buttes de terre au pied des asperges; repiquez les échalotes grises; semez la fève et le pois à grains ronds; 

- Balcon: protégez avec un voile d'hivernage les plantes frileuses; retirez les soucoupes et isolez du sol les poteries gélives; plantez les pâquerettes et les pensées. 

- Arbustes: commencez à planter les arbres et les arbustes vendus à racines nues; amusez-vous à effectuer des boutures de bois sec du cornouiller, du cytise ou du deutzia.

-Rosiers: effectuez une première taille de vos rosiers arbustifs en réduisant de moitié les tiges. 

-Arbres fruitiers: bouturez les groseilliers; préparez les trous de plantation des  arbres proposés  à racines nues; éliminez les fruits momifiés. 

- Grimpantes: plantez la vigne-vierge, l'hortensia grimpant, le chèvrefeuille et les clématites à petites fleurs; contrôler la solidité des supports exposés au vent. 

- Pelouse: balayez les feuilles mortes pour en faire du compost; plantez des bulbes à naturaliser;  passez le scarificateur contre les mousses.

- Jardin bio: brossez le lichen sur les fruitiers et badigeonnez-les avec un produit à base de cuivre.
 

• Astuce: fabriquez un hôtel à insectes

Coccinelles, abeilles, syrphes, chrysopes, carabes et bien d'autres insectes utiles au jardin s'apprêtent à hiverner.
L'occasion de construire un refuge avec des matériaux naturels, comme la paille, des branches de sureau ou de framboisier, des briques creuses et du carton ondulé.
Empilez les éléments dans un cadre en bois coiffé d'un toit à double pente. Placez le refuge, légèrement surélevé du sol par des piquets, à l'abri du vent, à exposition sud. Il affichera vite complet.

 

Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 08:44
Du Côté de la nature..

A propos de patrimoine Français. « Connaissez-vous ; Yvoire, fleur du lac Léman
(Haute-Savoie) classé village préféré des Français

 

Yvoire, en Haute-Savoie, bénéficie d’une position stratégique, sur une avancée de terre dans le lac Léman. Fortifié dès le Moyen Âge, le village est transformé en citadelle imprenable. Aujourd’hui, Yvoire est un bourg paisible et fleuri, qui navigue entre plaisirs nautiques et patrimoniaux.

Yvoire s’avance dans les flots bleus du Léman. Séparant le Petit lac du Grand lac. Cette situation stratégique a été repérée depuis fort longtemps. Bien avant qu’elle ne devienne un atout touristique.

Au XIIe siècle, Yvoire est déjà une seigneurie. Puis le comte Amédée V le grand fait fortifier le site à partir de 1306. Comme l’eau entoure une partie du village, la tâche est facilitée ! De la forteresse imprenable d’Amédée subsistent aujourd’hui un château, deux grandes portes, et quelques portions de remparts.

 

Un château entouré d’eau
Le château d’Yvoire est la pièce maîtresse des fortifications. Sentinelle du Léman, cette grande bâtisse carrée est entourée d’eau. Elle a pour objectif militaire de surveiller la navigation et la route reliant Genève à l’Italie.

Pendant les guerres de Religion, Yvoire subit des invasions bernoises. Le village est découronné de ses remparts. Le château est incendié, décapité, et reste sans toit pendant 350 ans. Aujourd’hui rénové, il est privé et habité à l’année par la famille d’Yvoire. S’il ne se visite pas, on peut néanmoins admirer sa splendeur retrouvée depuis la jetée du port. Ou depuis le lac, en bateau.

 

Une église fortifiée
L’église d’Yvoire, dédiée à Saint-Pancrace, a également évolué au fil du temps. Édifice modeste au XIIe siècle, elle se métamorphose, à l’initiative d’Amédée V, en une église fortifiée adossée aux remparts. Mais, comme le château, elle est malmenée lors de l’occupation bernoise (protestante) du XVIe siècle. Elle retrouve ensuite un semblant de lustre baroque, grâce au passage de saint François de Sales.

Son clocher est édifié en 1856. Un clocher à bulbe, caractéristique de l’architecture sarde de l’époque. Qui ne résiste pas à la rouille. Rénové en 1989, le clocher est recouvert d’acier inoxydable. Ciselé en écailles, pour rappeler l’éclat de la féra, poisson emblématique du Léman. Et l’importance de la pêche pour le village.

 

50 ans de fleurissement
Des deux entrées donnant jadis accès à la cité médiévale, celle de Nernier est la mieux conservée. Elle était fermée par de lourdes portes et par une herse, dont on voit encore la gaine. Un pont, que l’on pouvait rentrer dans le village, complétait le dispositif défensif. Cette porte est aujourd’hui ouverte sur les ruelles, dont les maisons tout de pierre vêtues contribuent au charme du village.

Avec également le fleurissement du village, une tradition depuis plus de 50 ans. Glycines, bégonias, dahlias et géraniums égayent et embellissent les rues, à l’initiative des habitants et de la commune, labellisée 4 fleurs. Au cœur du bourg médiéval, le Jardin des cinq sens est un havre de paix classé Jardin remarquable. Ses 1500 variétés de plantes convient à une étonnante promenade sensorielle. Une petite touche supplémentaire de couleurs, dans l’harmonieux tableau d’Yvoire, composé d’eau, de pierres et de fleurs.

 

Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 06:36
Du Côté nature.....

Le seul motif qui vaille…

… est le seul qui ne figure pas sur votre attestation de sortie : se déplacer pour faire l’amour ! Ça n’est pas nous qui le disons mais une étude – publiée dans The Journal of Sexual Medecine – et menée par l’Université de Rome sur 7 000 Italiens lors du (1er) confinement. Résultat : les couples séparés et devant se passer de relations sexuelles ont 34% de probabilité supplémentaire de développer anxiété et dépression durant le confinement.

 

En voir plus sur cette étude

Repost0