Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 08:42

Couleurs nature ....

"Les cerisiers sont en fleur dans la ruelle "

 

Un certain art de vivre.............
Un certain art de vivre.............
Un certain art de vivre.............
Un certain art de vivre.............
Un certain art de vivre.............
Un certain art de vivre.............

Bonne journée ..profitez -en avant 19h 

 

Repost0
30 mars 2021 2 30 /03 /mars /2021 08:57

Une belle semaine s'annonce, profitons-en !

Le printemps arrive avec une semaine de retard ! La semaine devrait être douce et belle dans la majorité des régions.

Profitez-en pour planter des aromatiques en jardinières au balcon ou directement en pleine terre au potager. Délicieuses, ces herbes savent relever les recettes et présentent souvent des propriétés médicinales. Sauge officinale, mélisse, menthe, fenouil, thym, romarin apprenez à connaître leurs multiples bienfaits sur la santé !

Un potager sur le balcon peut être envisagé par les jardiniers urbains. Il existe des tables de culture qui vous aideront à mettre votre mini-potager en œuvre. Il est tout à fait possible de planter également en grands bacs ou en potées si vous le préférez. Seuls paramètres à retenir : l'exposition et les besoins communs des plantes qui seront installées dans le même contenant. Vous pourrez même planter une vigne en pot sur un balcon. Prévoyez alors un support pour la faire grimper !

Choisissez toujours un terreau d'excellente qualité pour obtenir des résultats spectaculaires ! Rien de tel que de savoir décrypter l'étiquette d'un sac terreau pour apprendre ce qu'il contient vraiment ! Trop peu de jardiniers pratiquent cette technique, et pourtant, elle fait toute la différence !

Dans les régions du midi, vous pourrez commencer à installer les plantes frileuses comme les tomates et les courgettes. En cas de coup de froid, une cloche de jardinage ou une simple bouteille d'eau en plastique retournée servira de mini serre ponctuelle, le temps que la situation s'améliore.

Au Nord, ne vous fiez pas à la splendide semaine prévue et attendez encore un peu avant de planter ce type de légumes. Vengez-vous sur les laitues, les radis ou les carottes que vous pouvez semer sans risque au balcon comme au potager !

Très belle semaine à tous les jardiniers !

Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 07:14

Savez-vous

Qu'après le 15 Mars, il ne faudra plus tailler vos haies ni élaguer vos arbres ! 

 

À partir du 15 mars et jusque la fin du mois de juillet, agriculteurs et particuliers sont invités à ne pas porter atteinte aux oiseaux.

Si vous aimez les haies taillées au carré et les arbres proprement élagués, alors il va falloir vous presser : à partir du 15 mars et jusqu’au 31 juillet, il ne faut surtout pas tailler ses haies ni élaguer ses arbres, biodiversité oblige. Explications.

Ces dates, comme nous le rappelle la LPO, correspondent à la saison de nidification chez les oiseaux. Couper des branches en cette période revient donc à déloger les volatiles et, par conséquent, à les empêcher de se reproduire.

« Le Merle noir, le Rouge-gorge familier, l’Accenteur mouchet, le Verdier d’Europe, le Pinson des arbres et bien d’autres, utilisent les enfourchures des branches pour accrocher leurs nids. »

La LPO

En ce qui concerne les agriculteurs, une interdiction leur est formellement imposée par la loi à partir du 1er avril (depuis un arrêté du 24 avril 2015). Mais les particuliers attachés au bon équilibre de la biodiversité ont toutes les raisons de s’y plier également et, même, comme le recommandent les associations, de l’anticiper (et, quoi qu’il arrive mieux vaut se renseigner auprès de sa mairie car certaines préfectures imposent des réglementations locales concernant la taille des haies.)

« Attention : à l’échelle nationale, il n’existe pas d’interdiction de tailler la haie pendant la période de reproduction des oiseaux. Cependant, l’article R411-15 du code de l’environnement donne aux préfets le pouvoir de prendre, dans leur département, les mesures nécessaires afin d’empêcher la destruction, l’altération ou la dégradation des habitats naturels des espèces protégées. Par exemple, un préfet a le pouvoir d’édicter un arrêté préfectoral afin d’interdire pendant une certaine période de l’année la taille des arbres et haies. »

 

La LPO

De plus, nous rappelle le site 18h39, « Les haies servent aussi d’habitat aux insectes et aux petits mammifères, comme le muscardin et le hérisson d’Europe« . Si attendre quelques mois avant de tailler ses haies peut garantir quelques jours de tranquillité à ces animaux, ça vaut la peine de patienter.

Enfin, conseille la LPO, « si vous décidez de tondre, épargnez quelques zones afin de laisser aux amphibiens, insectes et aux petits mammifères, un refuge de tranquillité. »

Avoir un jardin net et propret, c’est bien. Avoir un jardin plein de vie, c’est encore mieux !

 

Repost0
2 mars 2021 2 02 /03 /mars /2021 05:53

                   Huit bouquetins relâchés dans les Pyrénées

(15 magnifiques  photos  )

          Dans les Pyrénées ariégeoises, la réintroduction de bouquetins est couronnée de succès.                                   

Depuis sept ans, le bouquetin, grand seigneur de la montagne, fait l’objet d’un programme de réintroduction dans le Parc national des Pyrénées. Et après de longues années à préserver la faune sauvage, l’animal réapparaît progressivement sur son espace naturel. Une super nouvelle pour l’espèce.

Aujourd’hui, grâce au Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, on dénombre 170 bouquetins sur le territoire montagnard. Ces réintroductions sont une grande réussite et une chance pour la biodiversité, car il y a quelques années seulement, ils avaient totalement disparu du paysage ariégeois.

Le 16 octobre dernier, huit nouveaux spécimens ont donc été lâchés dans la nature à Ustou, une commune vallonnée. Ces bouquetins viennent du Parc national de la Sierra de Guadarrama, en Espagne. Ils ont été rigoureusement sélectionnés en tenant compte de plusieurs critères : leurs gènes et leur ressemblance avec la souche pyrénéenne du bouquetin pour qu’ils puissent s’adapter au mieux à leur nouvel environnement.

En 2020, vingt-neuf bouquetins sont nés, dont 3 paires de jumeaux, ce qui est un signe de la bonne acclimatation des animaux réintroduits. Des photographes ont immortalisé ces grands seigneurs montagnards. Voici donc une sélection des 15 plus beaux clichés (photos reproduites avec l’aimable autorisation du PNR Pyrénées ariégeoises) :

Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez
Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez

Photos : Julien Canet,Jordi Estèbe,Luis Sanchez

Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 07:32
Du Côté de la nature..

Au jardin : « On prend sa santé en main !

 

Par les temps qui courent, il est plus que jamais important de se pencher sur le pouvoir des plantes médicinales et de les introduire au jardin ou même sur un simple balcon.

Pour sélectionner celles qui partageront désormais votre vie, il faut en un premier temps penser à la facilité de culture et aux possibilités selon le climat.

Parmi les indispensables, le thym, facile à trouver en pépinières et jardineries, viendra à bout de nombreuses pathologies. Antiseptique, antibactérien, antiparasitaire, il aide à se débarrasser des gastro-entérites et des affections ORL classiques. Il a notamment un effet reconnu sur la toux et est un purifiant pulmonaire.

Autre indispensable, la sauge officinale, viendra compléter l'action du thym, en agissant puissamment contre les maux de gorges et les aphtes. Elle a aussi une action digestive et permet de diminuer les symptômes de la ménopause. Ses propriétés sont si nombreuses qu'elle était considérée comme une panacée au Moyen-âge !

Le romarin est une plante multifonctions à la fois stimulant circulatoire, analgésique, et stimulant cérébral en période d'efforts intellectuels intenses, il permet en outre de sortir plus facilement d'un état de convalescence après une maladie.

Ajoutons à ce programme, la camomille, apaisante qui soulage les migraines, les douleurs d'estomac, les règles douloureuses et les spasmes. Son infusion débouche le nez et peut aussi être utilisée en application locale de tampons ouatés sur les yeux en cas de conjonctivites.

Rien qu'avec ces quatre plantes, vous avez déjà de quoi soigner tous les petits maux de la vie courante sous la main ! Un gain en autonomie, bien appréciable et une reprise en main de sa santé qui sera bien sûr accompagnée d'une meilleure alimentation et d'un peu de sport pour booster les défenses immunitaires.

N'oubliez pas qu'au potager aussi, ail et oignon constituent de formidables 'alicaments'. Les ajouter chaque jour à son alimentation permet de rééquilibrer discrètement de nombreuses fonctions dans le corps et de lutter contre de multiples agents pathogènes. Pensez-y lors de vos plantations, c'est le bon moment !

Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 09:39

Vous connaissez le " Rouge-gorge "

 Ce petit oiseau fascinant ! mais saviez-vous  qu'il est particulièrement territorial et agressif ?

Les rouges-gorges sont des animaux qui bénéficient d’une grande popularité en Europe et en Amérique du Nord. Ces oiseaux facilement reconnaissables grâce à leur poitrail de couleur vive peuvent être facilement observés dans notre environnement quotidien. Pourtant, il y a certainement de nombreuses choses que l’on ignore sur ces petits oiseaux. Voici donc 8 faits intéressants sur le rouge-gorge.

 

8. LA NOURRITURE PRÉFÉRÉE DU ROUGE-GORGE EST LE TÉNÉBRION MEUNIER

Les rouges-gorges sont des omnivores. Cela signifie qu’ils peuvent manger à peu près tout ce qui est consommable. Leur régime alimentaire se composera ainsi essentiellement de fruits, de graines, de baies, d’insectes et de larves. Mais la nourriture favorite de ce petit oiseau est le ténébrion meunier, un insecte coléoptère qui affectionne particulièrement la farine et les céréales. De manière générale, il est ainsi facile de fournir de la nourriture aux rouges-gorges. Il est surtout conseillé de les nourrir en hiver dans la mesure où la recherche de nourriture est plus difficile durant cette période.

7. LES ROUGES-GORGES ONT DES LIEUX DE NIDIFICATION PARFOIS INSOLITES

Les rouges-gorges peuvent choisir une grande variété d’endroits pour construire un nid. En fait, tout ce qui peut offrir un abri peut être envisagé. Outre les crevasses habituelles dans les arbres ou dans les roches, d’autres objets comme les barbecues, les pots de fleurs, les chapeaux oubliés dans le jardin, les bottes en caoutchouc ou même un amas de feuilles mortes oubliées, peuvent servir de nids. Les rouges-gorges peuvent tout autant nicher en hauteur dans des arbres qu’à même le sol, tant qu’il y a quelque chose qui les met à l’abri des regards, et surtout des prédateurs.  

6. L’ESPÉRANCE DE VIE D’UN ROUGE-GORGE EST TRÈS COURTE

La durée de vie d’un rouge-gorge n’est que de 13 mois en moyenne, en raison d’une mortalité particulièrement élevée durant la première année de vie. La mortalité chez le petit oiseau est surtout élevée durant l’hiver. Il y a également les infestations de puce qui affectent grandement leur mortalité. Une fois qu’ils ont franchi ce cap des 13 mois, ils ont de bien meilleures chances de survivre pendant un certain temps. Actuellement, le record enregistré du plus vieux rouge-gorge ayant jamais vécu est de 19 ans.

5. LES ROUGES-GORGES SONT DES ANIMAUX TRÈS TERRITORIAUX ET AGRESSIFS

Bien que ce soient des animaux très petits et très mignons, les rouges-gorges – surtout les mâles de l’espèce – sont connus pour leur comportement territorial très agressif. Ils attaqueront férocement les autres mâles qui osent s’égarer dans leurs territoires. Ils s’attaquent également aux autres petits oiseaux dans le périmètre sans qu’il y ait aucune forme de provocation apparente. Il arrive même que les rouges-gorges s’attaquent à leur propre reflet dans un miroir. De telles attaques entraînent parfois des décès précoces chez l’animal, représentant jusqu’à 10 % des décès des rouges-gorges adultes.

4. LE ROUGE-GORGE EST L’OISEAU NATIONAL DU Royaume -Unie

Comme cité précédemment, le rouge-gorge est un oiseau très apprécié en Amérique du Nord et en Europe. La renommée de l’oiseau est telle qu’au Royaume-Uni, le rouge-gorge a été désigné comme étant l’oiseau national non officiel du pays en 1990 puis en 2015. Cette popularité est notamment liée au fait que ce petit oiseau est largement associé à la période de Noël chez les Britanniques. Il est en effet courant d’observer ces oiseaux au mois de décembre, et ce, malgré le froid. En plus de les observer dans la nature, ils sont également présents sur de nombreuses cartes de Noël et leur existence même est fortement associée à la religion chez les Britanniques.

Bien que moins populaire en France, l’oiseau y figure tout de même parmi les espèces qui bénéficient d’une protection totale depuis 1981.

3. LES MYTHES ET LÉGENDES DES ROUGES-GORGES

 

Oiseau très proche de l’humanité depuis plusieurs siècles, beaucoup de mythes et légendes entourent le rouge-gorge. L’un d’eux, très populaire au Royaume-Uni, raconte que lors de la crucifixion du Christ, un rouge-gorge s’est perché sur sa croix pour effacer ses larmes. L’oiseau aurait notamment enlevé une épine de la couronne de Jésus qui était enfoncée dans son front. C’est la goutte de sang tombée de la blessure qui a atterri sur le poitrail de l’oiseau et qui lui a donné sa distinction emblématique. Dans la mythologie nordique, le rouge-gorge est l’oiseau des nuages et de l’orage, et il est largement associé à Thor, le dieu du tonnerre

2. LE ROUGE-GORGE EST UN OISEAU MIGRATEUR

Les rouges-gorges peuvent être observés dans les jardins et dans les parcs tout au long de l’année. Leur présence durant l’hiver explique même pourquoi ils meurent si prématurément. En effet, la plupart des rouges-gorges sont sédentaires et défendent leurs territoires tout au long de l’année. Pourtant, il faut savoir que certaines des espèces de rouges-gorges sont des oiseaux migrateurs, et on peut donc parler de migration partielle. Les rouges-gorges qui pratiquent la migration sont essentiellement ceux qui vivent dans les régions de grand froid comme en Scandinavie. Pour assurer leur survie, les rouges-gorges scandinaves vont ainsi migrer vers le sud en hiver.

1-POURQUOI LE ROUGE-GORGE A UN POITRAIL ROUGE ?

Le rouge-gorge est l’un des oiseaux les plus reconnaissables au monde, notamment grâce à son poitrail variant entre l’orange et le rouge flamboyant. Quant à savoir pourquoi l’oiseau possède cette distinction, plusieurs explications peuvent être soulevées. Mais celle qui est la plus évoquée est que les subtilités de la coloration de son poitrail permettent de distinguer les mâles des femelles, jouant ainsi un rôle très important dans la reproduction de l’espèce. Elle permet également d’exprimer la domination qu’un mâle exerce sur son territoire.  

Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 09:31

Vous aimez les  " lauriers roses "

Alors voilà quelques conseils pour réaliser vous mêmes des boutures "

Le laurier-rose est une plante méditerranéenne avec de jolies fleurs roses, rouges ou blanches. Une fois un beau sujet repéré, vous pouvez en faire des boutures très facilement. De cette façon, vous profiterez, chez vous, de son abondante floraison qui dure plusieurs mois et dégage une agréable odeur.

Il existe de nombreuses variétés de laurier-rose (Nerium oleander). Cet arbuste méditerranéen est très résistant à la sécheresse et rencontre un grand succès malgré sa toxicité. Cette plante peut tout à fait quitter les régions plus chaudes, mais il devra, dans ce cas, être cultivé dans un pot pour être mis à l’abri du froid. Il préfèrera une exposition ensoleillée et vous offrira alors une longue floraison de juin jusqu’à octobre.

Quand procéder au bouturage du laurier-rose ?

Le bouturage du laurier-rose étant assez aisé, les exigences sont moindres pour un taux de réussite tout à fait satisfaisant.

Concernant la question du quand, les réponses peuvent être différentes en fonction des écoles et des techniques. Néanmoins, la période idéale s’étend d’avril à octobre.

Si vous avez déjà un laurier-rose, en mars ou en avril, lorsque vous allez procéder à sa taille, ne passez pas à côté de l’occasion de récupérer des tiges qui vous seront utiles pour faire vos boutures.

En mai et juin apparaissent de jeunes tiges herbacées qui peuvent parfaitement être bouturées.

Vous pouvez aussi choisir de faire vos boutures en août quand la croissance printanière est achevée. Vous pouvez alors opter pour une tige semi-ligneuse ou semi-aoûtée. C’est-à-dire une tige qui s'est développée au cours du printemps et qui commence à se transformer en bois tendre ou en bois dur.

En septembre ou en octobre, il n’est pas encore trop tard, grâce à la floraison qui dure. Lorsque vous allez supprimer les tiges ou se trouvent des fleurs fanées, vous pouvez les récupérer pour les bouturer.

Pour choisir à quel moment réaliser les boutures, vous pouvez vous appuyer sur le calendrier lunaire. En effet, en période de lune descendante, la montée de la sève est ralentie et la formation des racines est stimulée. Vous pouvez, en plus, choisir « un jour fleur », c’est-à-dire lorsque la lune passe devant les constellations d’air (Gémeaux, Balance ou Verseau) pour profiter de son effet favorable sur la floraison de votre futur arbuste.

Prélever les boutures

Sur votre arbuste, vous pouvez constater de nombreuses tiges. On les appelle des rameaux. Il est important de bien choisir celle que vous allez bouturer.

On préfèrera une tige qui ne comporte pas de fleurs.

On ne la choisira pas trop jeune, mais pas trop ancienne non plus. Pour le savoir, vous allez opter pour un rameau dont le bois est un peu dur, mais pas trop, ce qui serait un signe de vieillesse.

On privilégiera une tige bien formée.

Elle doit être parfaitement saine, sans trace de maladies ou d’attaques d’insectes.

Une fois la tige sélectionnée, on va la couper à une vingtaine de centimètres à l’aide du sécateur préalablement désinfecté. Vous devez ensuite supprimer toutes les feuilles qui sont situées sur le bas de la tige. Vous ne devez conserver que les 3 feuilles situées le plus en haut de la tige. Pour augmenter la surface d’enracinement, vous avez la possibilité d’entailler le bas de la tige à la verticale.

Bouturer le laurier-rose

Pour bouturer votre laurier-rose, deux solutions s’offrent à vous :

Vous pouvez soit utiliser la méthode de bouturage dans l’eau : dans ce cas, vous aurez la possibilité de voir, jour après jour, les racines se développer dans l’eau. Attention cependant, les racines seront fragiles et il faudra procéder au rempotage avec délicatesse.

Il est également possible de bouturer directement dans la terre : ainsi, vous n’aurez pas de risque de casser les racines au moment du rempotage. En revanche, il n’est pas possible de surveiller le développement de la bouture au fil des jours.

Les deux présentent donc des avantages et des inconvénients, à vous de choisir la méthode qui vous convient le mieux.

Bouturer dans l’eau

Dans un verre, un bocal ou n’importe quel contenant de taille appropriée, placez de l’eau à l’intérieur. Vous pouvez ajouter un morceau de charbon de bois au fond pour empêcher l’eau de croupir en stagnant. En plus, vous apporterez de la matière organique à la plante. Il est aussi possible de changer l’eau de façon régulière, environ une ou deux fois par semaine. Dès que vous constatez suffisamment de racines sur votre bouture,  mais ne soyez pas trop impatient, car pour ce faire, il vous faudra compter entre un et deux mois, vous pouvez la planter dans du terreau en procédant délicatement pour ne pas endommager les racines. Terminez par un arrosage pour favoriser l’enracinement.

Bouturer dans la terre

Vous pouvez également réaliser vos boutures en les plantant directement en terre.

Commencez par préparer vos pots en y mettant du terreau et du sable.

À l’aide du bâton, réalisez un trou dans le substrat, au centre de votre pot. Il ne vous reste plus qu’à insérer votre bouture dedans.

Tassez la terre autour du laurier-rose.

Terminez par un arrosage.

Il est possible de recouvrir le pot avec une cloche. Ce peut être un vase à l’envers, un sac plastique, une bouteille dont le goulot a été découpé. Ainsi, votre bouture va profiter d’un environnement qui sera à la fois chaud et humide. Dans ce cas, pour éviter tout développement de maladies cryptogamiques, veillez à ouvrir régulièrement pour aérer.

Les pots doivent être installés à l’ombre et la terre doit toujours rester humide.

Après quelques semaines, vous pourrez constater des signes de croissance. Avant d’installer votre bouture en pleine terre ou dans un autre pot, patientez jusqu’au début du printemps prochain.

Repost0