Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:13

Attention ! A vos buis surveillez les !

 

La pyrale du buis fait déjà parler d’elle ! 

La chaleur, le soleil et le démarrage rapide de la végétation ont réveillé, avec une bonne quinzaine de jours d'avance, la chenille de ce papillon nocturne (Cydalima perspectalis) qui dévore à pleines mandibules les délicates feuilles de cet arbuste symbole des jardins à la française. La voracité de ce ravageur, capable de défolier un buis en moins de 24 heures, n'a d'égale que sa propension à se répandre comme un feu de brousse. Arrivé en France en 2008, depuis les frontières de l'est, l'insecte a colonisé en moins de 10 ans l'ensemble du pays, de l'Alsace à la Bretagne, des Flandres aux contreforts des Pyrénées, semant la désolation dans de nombreux parcs et jardins publics ou privés. Mis à part quelques îlots qui résistent encore et toujours à l'envahisseur, comme c'est le cas par exemple dans le nord du département de la Sarthe, tous les buis ne meurent pas mais tous sont frappés.

L'attaque de ce début d'année qui concerne déjà la région de Toulouse, la Drôme, l'Isère ainsi que le sud de la Bretagne, la Normandie et les Pays-de-Loire, est d'autant plus préjudiciable qu'elle est le fait de chenilles hivernantes. Autrement dit de larves déjà bien développées qui ont passé la mauvaise saison à l'abri du froid, dans le sol ou sous l'écorce des troncs, et que la remontée du thermomètre a sorties de leur léthargie avec un appétit décuplé.

Dégâts invisibles au premier regard

Passé le stade de la chrysalide, elles se transformeront en papillons dont les femelles, une fois fécondées, iront pondre leurs œufs sur d'autres buis qui seront à leur tour parasités. Trois générations de pyrales se succèdent, en moyenne de mai à septembre, dans la moitié sud de la France et deux dans la moitié nord. Mais vu la sortie précoce des chenilles, il pourrait bien y en avoir une de plus cette année !

« En cette saison, les attaques sont d'autant plus pernicieuses que les chenilles attaquent de l'intérieur. Et comme le buis est un arbuste très compact, leurs dégâts sont invisibles au premier regard, souligne Jérôme Jullien, expert national en Surveillance biologique du territoire au Ministère de l'agriculture. Selon ce spécialiste, «la première précaution à prendre, dès ce week-end, consiste donc à écarter le feuillage en scrutant attentivement les branches intérieures jusqu'au cœur de la plante, à la recherche d'éventuelles chenilles. La taille, qui s'effectue en général ce mois-ci, est le moment idéal pour procéder à ce contrôle indispensable ».

Si la pyrale est présente sur vos buis, pas de panique ! Des moyens de lutte, biologiques qui plus est, sont maintenant disponibles grâce au programme de recherche Save Buxus, coordonné par l'institut technique de l'horticulture Astredhor et la plate-forme Plante & Cité. Ce qui n'était pas le cas, il y a seulement deux ans...

La première solution consiste à pulvériser sans attendre un insecticide à base de Bacillus thuringiensis (Bt), de la variété krustaki (souche ABTS-351), mis au point par l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). Une fois le produit ingéré, la chenille est mortellement paralysée. Pour un bon résultat, appliquez de préférence le matin et par temps sec, en mouillant bien l'intérieur du feuillage pour atteindre tous les insectes (ce point est capital !), l'idéal étant de procéder après la taille lorsque le volume de l'arbuste a été réduit. Recommencez un peu plus tard, si vous constatez que quelques-unes de ces satanées chenilles ont réussi à passer à travers les gouttes. Même chose s'il a plu car l'insecticide Bt est lessivable ; il convient d'ailleurs pour cette raison de procéder à un arrosage au pied et non par aspersion..............

Partager cet article

Repost0

commentaires