Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

3 mars 2019 7 03 /03 /mars /2019 12:53

En ce premier dimanche de Mars , je vous donne rendez-vous à l'église ............non pardons ( sur la place ) ! Mais Pourquoi ? 

La place de l’église : une valeur sûre pour se donner un rendez-vous dans un lieu inconnu. Il suffit de repérer le clocher pour arriver au cœur du village. D’où vient cette organisation des campagnes françaises ? Si la question suscite encore le débat entre historiens et archéologues, la naissance d’un réseau de paroisses très dense aurait joué un rôle majeur.Remontons au Moyen Âge, après l’an mille. À cette époque, l’église est « au cœur de la société, au centre du village et de son terroir ­», indique Sylvain Aumard, (archéologue au Centre d’études médiévales à Auxerre). Contrôlée par le diocèse et gérée par un curé, la paroisse dirige le culte, assure le baptême, l’eucharistie et l’inhumation des morts. À l’échelle d’un territoire, elle relève la dîme – à l’origine, une redevance du dixième d’un gain ou d’une récolte – pour financer le culte et l’attribution des lieux de sépulture. A ses côtés apparaît le cimetière chrétien, qui signe la disparition progressive des sépultures dispersées.Zone franche et protégée, il bénéficie d’une immunité : certains s’y réfugient, d’autres y organisent fêtes et marchés. Contrairement à son homologue contemporain, le cimetière médiéval voit les vivants et les morts cohabiter. Un lieu de vie, à proximité duquel les vivants souhaitent s’installer. C’est ainsi que des personnes se regroupent autour des églises et de leur cimetière. Dans certains secteurs où le réseau de paroisses est moins important, des hameaux se dotent d’églises non officielles, nommées chapelles, qui polarisent, elles aussi, l’habitat. Certaines deviennent des paroisses reconnues par l’Église, d’autres non. Mais si l’église a joué un rôle prédominant dans l’organisation de nos villages, son influence n’est pas sans partage. Pour preuve, la formation de villages médiévaux autour de châteaux.

Allez-bon dimanche 

Partager cet article

Repost0

commentaires