Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 07:32

 

Dordogne : ils sont parmi les derniers fabricants français de peignes en corne

Bien avant le plastique, le peigne était de bois ou de corne... Depuis 6 ans, un couple de St Martin-le-Pin dans le nord de la Dordogne remet cet article de toilette naturel au goût du jour. Et ça marche !

Marguerite et Grégoire Villedey ne connaissent pas la crise. Sous la marque Thomas Liorac, ils transforment chaque année une tonne de corne en peigne artisanal. 

Un savoir-faire en voie de disparition

Le couple s'est installé en plein Périgord Vert, dans le petit village de Saint-Martin-le-Pin, à quelques kilomètres de Nontron. Leur vocation, ils l'ont découverte en Ariège. Un département berceau historique du peigne en corne où, dans les années 30, l'industrie y employait plus d'un millier d'ouvriers.

À l'heure actuelle, il ne reste plus qu'un seul autre artisan capable de réaliser ces articles dans ce département. C'est là qu'en 2011 le couple a commencé à commercialiser ces peignes, rencontrant vite un certain succès... jusqu'à la rupture de stock !

Ils prennent le taureau par les cornes

Ils ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure en fabriquant leurs propres peignes. Il aura fallu de nombreux essais pour parvenir à trouver la recette idéale, car si certaines opérations sont mécanisables, d'autres restent exclusivement manuelles. 14 étapes sont nécessaires pour passer de la matière brute au peigne final, et il a fallu perfectionner la technique pour arriver à une méthode toute personnelle parfaitement au point. Et c'est madame qui œuvre, monsieur s'occupant de l'administratif et de la vente.

Corne de zébu !

Le couple propose 24 modèles différents, du délicat peigne à moustache jusqu'au robuste démêloir africain, et il produit 3 000 exemplaires par an. 
Artisanat local, mais à partir de cornes de zébus d'Afrique subsaharienne, faute de trouver en France les cornes qui leur conviennent ! L'élevage, et encore plus la production locale de cuir, fait que les éleveurs locaux ne privilégient guère le port des cornes sur leurs animaux.

Le plastique c'est pas écologique, la corne ça donne la forme

Outre se débarrasser du plastique pour cet objet intime en contact avec le corps, l'utilisation d'un peigne en corne permet d'éviter l'électricité statique. Le peigne glisse mieux. La kératine dont sont faites les cornes est parfaitement adaptée à la kératine de nos propres cheveux, elle rendrait les cheveux plus brillants en les agressant moins. Les partisans y ajoutent même des vertus déstressantes

De la corne à la tonne

L'entreprise a été labellisée Entreprise du Patrimoine vivant en 2017, et sa réputation commence déborder de l'hexagone : 15% de sa production part à l'étranger

Fabriquer des peignes, c'est au poil !

Au fil des années, le succès de ces peignes en corne ne cesse de se confirmer, avec un chiffre d'affaire annuel qui frise les 180 000 €uros. Une réputation acquise en France mais aussi dans le monde entier où 15 % des peignes Thomas Liorac sont désormais vendus. 

​​​​​​​

Partager cet article

Repost0

commentaires