Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 18:30

 

Afin de se détendre un peu en ce 12 janvier un petit poème de mon amie Danièle

 

La Mère aux chats,

 

 

Par moment le rideau bougeait à la fenêtre,
Puis reprenait sa place comme si de rien n'était,
Parfois juste un instant, on pouvait voir sa tête,
Son sourire édenté et son chignon défait.

C'était la Mère aux chats comme disaient les gosses
Il y en avait partout, des petits et des grands,
Des doux très caressants et d'autres plus féroces,
Mais avec elle aucun d'entre eux n'était méchant.

Elle entrouvrait la porte, ça grouillait de partout,
Ils filaient quelques heures puis réapparaissaient
Bien contents de rentrer, pour le repas surtout,
Et la bonne cuisine qu'elle leur préparait.

Elle n'avait qu'un fils, drôle de personnage,
Chemise cravatée, baise en ville à la main,
Costume bien taillé, qui lui donnait l'air sage,
Marchant d'un pas pressé et le regard hautain.

Elle n'en parlait jamais, et gardait un air triste
Chaque fois qu'il venait, pour la même raison,
Il lui énumérait en une longue liste,
Les choses inutiles qui peuplaient la maison.

À ses quelques amies un jour elle se confia,
Faisant part de sa peine à cause du garçon,
Qui malgré son refus, quand même décida
De vendre sa bâtisse, son doux nid, sa maison.

Elle était depuis lors dans un triste foyer,
Clouée dans un fauteuil au milieu du silence,
Où d'autres vieux comme elle attendent de s'en aller,
Vers ce jardin de fleurs où seuls les anges dansent.

On ne l'a plus revu cet odieux personnage,
La maison ne reçut jamais de visiteurs,
La Mère aux chats partit pour un très long voyage,
Ses protégés la cherchent, quand vient le soir, la pleurent.

© Danièle Labranche

 

Bon dimanche

( enfin de ce qu'il en reste )

 

Partager cet article

Repost0

commentaires