Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 06:35

 

 

Aujourd’hui….

Autrefois .création bandeaux

 

Omelette (L’) 

 

Une spécialité culinaire diversement appréciée

(D’après « Le Nouvelliste illustré », paru en 1899)

 


      Si la Grèce et la Rome antique semblent ne pas avoir connu l’omelette, celle-ci fut vulgarisée en Europe au Moyen Age : prisée par Descartes, elle fut fatale à Condorcet...

 

Cet amalgame culinaire a toujours été incompatible avec le tempérament du peuple anglais, qui aime le naturel jusqu’à la crudité, nous explique en 1899 un chroniqueur du Nouvelliste illustré, qui ajoute que la complexion de l’Allemand lui donne l’appétit de toutes les combinaisons expérimentales, et que c’est à lui que nous devons l’omelette de luxe : au rhum, aux confitures ou aux pruneaux.


omelette.jpgLa cuisine héroïque des Grecs, au siège de Troie, comportait à peine l’usage des œufs cuits sous la cendre. Homère ne parle pas d’omelette. Les Romains l’ont-ils connue ? On peut en douter, parce qu’il n’existe en latin aucun nom technique correspondant à cette préparation spéciale.
L’Espagnol, nous affirme-t-on encore, en use sobrement. Il est d’avis, comme les Africains du Congo, qu’avec de la patience, d’un œuf on obtient un poulet, sans dépense de nourriture. L’omelette, dans les pays favorisés, étant du gaspillage, y devient un crime ! ajoute notre journaliste.

Dans les fouilles de Pompéi et d’Herculanum, on a exhumé des milliers d’ustensiles de ménage, mais rien qui ressemble à une poêle à frire. Cependant Lucullus a dû manger des omelettes superfines d’œufs exotiques d’autruches, de faisans, de cygnes, de cailles, d’ortolans, etc.

L’omelette a été vulgarisée au Moyen Age, en Europe, par les instituts monastiques. On se perd en conjectures sur l’étymologie du mot omelette. Brillat-Savarin, l’homme aux explications, ne s’en occupe qu’au point de vue gastronomique.

L’omelette a été illustrée par Descartes. Le grand homme ne se permettait qu’une sorte de ragoût, mais il est vrai qu’il se le permettait souvent, et qu’une longue expérience lui avait appris à le préférer aux mets les plus exquis ; c’était une omelette d’œufs couvés huit ou dix jours. « Ce nombre, dit le biographe de Descartes, est essentiel pour la bonté de l’omelette ; plus ou moins de jour, elle serait détestable. »

L’histoire de l’omelette a une page dramatique : en 1794, Condorcet, proscrit, déguisé, errait aux environs de Paris, à la recherche d’un asile. Arrivé à Bourg-la-Reine, il commanda une petite omelette pour son souper. « Combien d’œufs ? » demanda l’hôtesse. L’illustre académicien savait le nombre des étoiles du firmament, mais il ignorait la quantité d’œufs nécessaire à la confection d’une omelette.

A tout hasard, il répondit : douze. Devenu suspect par cette bévue, il fut arrêté, écroué au corps de garde, et le lendemain matin on le trouva mort. Il s’était empoisonné.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires