Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

27 novembre 2022 7 27 /11 /novembre /2022 16:19

Au jardin naturel: " comment faire de son jardin un refuge pour les oiseaux cet hiver ?"

En automne, c’est le moment de faire quelques aménagements pour aider les oiseaux à passer l’hiver. Nourrissage, installation de nichoirs et jardin au naturel sont les trois piliers d’un jardin « birdy-friendly« .

Commencez par observer les oiseaux dans votre jardin et par les reconnaître : vous cohabitez avec eux sur le même terrain ! Certains préfèrent vivre en hauteur : la mésange charbonnière circule d’arbre en arbre à leur sommet, la mésange bleue plus bas dans les arbres.

D’autres descendent au ras du sol : l’accenteur mouchet se déplace furtivement par terre, souvent sous les buissons telle une petite souris, le rouge-gorge, lui, sautille sur la pelouse… Voilà qui donne de premiers indices sur leurs besoins à combler. Commencez par valoriser et/ou améliorer votre terrain pour en faire une zone de quiétude pour la biodiversité. Les oiseaux vont pouvoir y trouver le gîte et le couvert de façon naturelle et instinctive. Pour cela, la préservation de la vie du sol est primordiale : certains oiseaux comme les merles mangent des vers de terre et tous mangent des insectes…  Déconstruisez petit à petit l’idée du jardin propre. « Laissez l’herbe pousser pour que les oiseaux y trouvent de quoi se régaler d’insectes et d’amphibiens. il est conseillé une fauche tardive seulement après l’été, pas avant septembre au moins ! 

Et si vous avez besoin de tondre, privilégiez la tonte différenciée en laissant des zones d’herbes hautes ou des petits ilots fleuris… Exit les gazons façon green de golf qui sont des déserts écologiques ! Ainsi que les jardins minéraux trop artificialisés.

Préservez aussi les arbres (taillez-les le moins possible et en dehors de l’hiver) ainsi que les haies. Installez des végétaux nourriciers : plantez par exemple un pied de sureau dont les baies sont un régal pour les oiseaux, ou un pyracantha dit « buisson ardent ». Ou encore, laissez pousser le lierre qui représente un garde-manger fabuleux (baies et insectes).

Installer de quoi offrir le gîte et le couvert reste un complément intéressant pour aider les oiseaux à passer l’hiver. On parle avant tout de nourrissage complémentaire, avec des graines de tournesol, de sarrasin, de millet…« Mais nourrissez seulement modérément et seulement en période de froid, pour éviter les grands attroupements d’oiseaux qui pourraient favoriser les contaminations, entraînant des mortalités importantes », 

Repérer les espèces permet aussi d’installer un nichoir approprié, que ce soit pour des mésanges bleues ou charbonnières, des rougequeues noirs, des moineaux… « Fixez-le assez haut pour que les chats et autres mammifères prédateurs n’y aient pas accès », Soit à environ 2 m-2,50 m de hauteur, avec le trou d’envol tourné hors de l’entrée des vents dominants.

Enfin, été comme hiver, mettez toujours un point d’eau dans votre jardin, une écuelle peu profonde avec une pierre à demi-immergée pour éviter les noyades, le tout positionné en zone dégagée des prédateurs (petite table, rebord de muret…).

Changez l’eau régulièrement et n’y mettez ni sel, ni antigel.

Le billet du dimanche.........

Partager cet article

Repost0

commentaires