Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 09:16

Pourquoi ? Comment ……

"tout savoir sur les secrets du bâillement"

 

Nous bâillons 250 000 fois au cours d’une vie! Mais d'où vient ce comportement irrépressible?

Voilà un sujet que nous avons tous expérimenté: nous bâillons 250 000 fois au cours d’une vie, et pourtant nous ignorons encore tant de choses sur le sujet! Bâillement au réveil ou à l’approche du sommeil, quand nous avons faim ou au contraire trop mangé, quand nous nous ennuyons… et aussi, curieusement, pour apaiser un stress. Cela explique pourquoi les sportifs et les comédiens baillent avant une performance. 

Le sujet passionne depuis des années le Dr Olivier Walusinski, un des rares spécialistes de la question à laquelle il consacre d’ailleurs un site internet qui présente ses recherches à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière, à Paris, fondation spécialisée en neurosciences. "Ce phénomène physiologique se décline invariablement en trois phases: d’abord une inspiration ample, suivie d’un point d’orgue avec un bref arrêt du flux ventilatoire, puis d’une expiration passive associée une fois sur dix à des étirements musculaires généralisés", observe-t-il. 

• Pourquoi bâillons-nous? 

Les hypothèses ne manquent pas. Pour Hippocrate, l’objectif était de permettre aux gaz et à la fièvre de s’échapper "comme une fumée". Idée non validée. Au XVIIIe siècle, le médecin hollandais Johannes de Gorter (1689-1762) imaginait que le processus activait la circulation du sang afin d’éviter ce qu’il nommait "l’anémie cérébrale", une croyance perdurant d’ailleurs avec l’idée commune que le bâillement oxygénerait le cerveau. La science infirme: mesures des gaz du sang à l’appui, les chercheurs constatent au contraire une diminution de la saturation de l’oxygène sanguin au plus fort du bâillement. 

Olivier Walusinski explique qu’il vient en fait essentiellement contrebalancer un stress et stimuler la vigilance quand l’organisme en a besoin. Il précise: "Contrairement à ce que nous imaginons, le bâillement n’accompagne pas le sommeil, mais lutte contre." 

Pour s’en assurer, il faudrait démontrer que le bâillement diminue les substances qui donnent sommeil (Tnf alpha, adénosine, prolactine, interleukine) donc mesurer les neuromédiateurs dans le liquide céphalorachidien, mesures qu’aucun chercheur n’a encore engagées. 

• Bâiller, un phénomène contagieux?

À l’encontre de ce que l’on imagine, le comportement mimétique face au bâillement n’est pas automatique. "C’est une forme d’empathie émotionnelle involontaire fréquente, mais la contagion opère seulement si la personne est attentive à ce qui se passe autour d’elle", souligne le médecin. Nous savons désormais que le phénomène qui se déclenche au niveau de l’hypothalamus, à la base du cerveau, est favorisé par la sécrétion de l’ocytocine, cette hormone clé de la lactation et de la reconnaissance des visages mais aussi de l’attachement... Y a-t-il un lien? Un thème de recherche de plus à approfondir. 

• Bâiller peut-il devenir une maladie?

Il existe effectivement des pathologies du bâillement. Une femme hospitalisée à la Pitié-Salpêtrière (Paris) du temps du professeur Charcot, un "cas" comme disent les médecins, bâillait huit fois par minute, soit 480 fois de l’heure. À l’époque, le diagnostic d’hystérie avait été évoqué, à tort. "Quand le bâillement devient excessif et se répète à l’envi, il peut signaler une dette de sommeil, voire un syndrome d’apnée du sommeil", indique le spécialiste. 

"Le bâillement peut aussi accompagner une migraine, un AVC, une hypertension intracrânienne, parfois une tumeur au cerveau. Si vous bâillez des dizaines, voire des centaines de fois par jour et que d’autres signes accompagnent vos bâillements, tels des maux de tête ou un engourdissement du visage, mieux vaut le signaler à votre médecin." L’explication la plus fréquente reste cependant la prise de médicaments, notamment d’antidépresseurs qui augmentent l’activité de la sérotonine. 

• Pourquoi bâiller est agréable? 

Si un bâillement trop ample déclenche exceptionnellement une luxation de la mâchoire - ne disons-nous pas "bâiller à s’en décrocher la mâchoire"? -, il apporte surtout un soulagement en débouchant les oreilles soumises à une pression, lors de l’atterrissage d’un avion par exemple. 

Mieux: un bâillement complet provoque une sensation de plaisir, en particulier quand il s’associe à un étirement musculaire généralisé allant des muscles respiratoires (diaphragme, inter-costaux...) à ceux de la face et du cou. En donnant une perception globale de notre corps suivie d’une sensation de relâchement, il induit un bien-être. 

Un petit plaisir facile à s’offrir, il suffit de ne pas lutter contre, d’autant que si le bâillement peut être minimisé, impossible de le réprimer complètement. Autant y aller franchement! 

• Les chiens, les chats et les hippopotames aussi… 

- Le saviez-vous? 

Parmi les animaux, seuls les vertébrés sont capables de bâiller, les requins, les reptiles, les perroquets, les fauves, les chiens, les chats et, sans qu’on sache l’expliquer, les carnivores plus que les herbivores. 

Les singes macaques dominants et les hippopotames au taux de testostérone le plus élevé s’y exercent avant l’accouplement, comme si le fait d’exposer de puissantes canines impressionnait les concurrents potentiels et permettait d’a cher son statut social. Pour le chien, c’est une façon de s’apaiser face à un stress. Curieusement, certains canins ayant partagé longtemps la vie d’un maître empathique bâille après lui, mais entre chiens, plus de contagion mimétique! 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires