Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 
 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

30 décembre 2018 7 30 /12 /décembre /2018 11:48
Le billet du dimanche............

 

A l’occasion de ces fêtes de fin d’année allons faire un petit tour du côté de l’histoire plus particulièrement celles des recettes qui honoraient les tables d’autrefois

Voici aujourd’hui une recette du passé pour des plats de fêtes ou du quotidien qui changent de la dinde aux marrons et du steak-frites.

Un bon bouillon pour les lendemains de fête

(XVIe siècle, France)

Ingrédients : un coq, un jarret de veau, une poignée d'orge, des racines de persil, de l’oseille, du fenouil, de la chicorée, du myrte

La recette à l’ancienne : « Prenez un coq et un jarret de veau, qu'on fera cuire en eau avec une poignée d'orge, racines de persil, oseille, fenouil, chicorée, myrte, de chacun une once (20g), à la fin on ajoutera feuilles d'oseille, pourpier, laitue, sommités de mauves, violettes de Mars, de chacune demie poignée. Puis sera gardé le bouillon, duquel le patient en prendra par quatre matins, deux heures devant manger, en le faisant bouillir avec un doigt de citron »

Pour la mettre au goût du jour : Vous pouvez remplacer le coq par du poulet ou du canard. Favorisez les herbes fraîches, et évitez le myrte (arbuste méditerranéen dont les feuilles sont utilisées comme aromate) : c'est un peu fort pour nos palais.

Bon à savoir; Cette recette ne sort pas d’un manuel de cuisine mais des œuvres complètes du plus fameux médecin du 16ème siècle. Ambroise Paré, le père de la chirurgie, conseillait ce bouillon pour se nettoyer les reins, et éviter les caillots : « Une opération merveilleuse, écrit-il, car par l'urine on verra grande quantité de matière crasse et visqueuse. […] Il nettoie et expelle les parties dédiées à l'urine et ne fait aucune nuisance à l'estomac ». Cette recette évitait-elle vraiment de passer sous son bistouri ? Il y a peu de chances : « Aujourd'hui, on déconseille plutôt les protéines en cas de problèmes de reins », assure le docteur Jean Vitaux, gastro-entérologue et auteur des « Petits plats de l’histoire ». Selon lui, ce bouillon est tout indiqué pour reposer le système digestif et les intestins, qui entre les problèmes d’hygiène et de conservation des aliments, étaient soumis à rude épreuve à l’époque d’Ambroise Paré. Aujourd’hui, gageons qu’on bon bouillon fait l’affaire pour soigner une gueule de bois.

​​​​​​​Sujétion ; Il suffit d'essayer pour voir si l'effet produit prouve sa renommée

 

Bon Dimanche

Partager cet article

Repost0

commentaires