Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 05:53
Le billet du dimanche...........

La France des "bobos"

Dans le temps il y avait : d'un côté le péquenot cul terreux - bouseux rural et de l'autre, le mec de la ville - ouvrier, cadre, bourgeois, citadin - Simple non ? Aujourd'hui il y a le rejeté de la ville - damné du progrès et il ya le bobo qui y vit, gagnant de la mondialisation, adepte du bling-bling consensuel. il y a d'un côté ceux qui habitent loin de ce qui se décide, survivent, galèrent et de l'autre, il y a  ceux,des  centres villes, des zones piétonnes, des pistes cyclables, des bus,des  métros et Vé lib, connectés aux nouvelles technologies qui imposent à l'énorme majorité silencieuse et invisible de français, leurs visions, leurs valeurs, leurs élus, avec en tête de gondole le Señor Hollande de Tulle, surnommé ; François la tuile.

Apres ça me direz-vous, pas étonnant qu'il y est une "fracture-habits sales".

Christophe Guilly, Le géographe qui est loin d'être né idiot, a fait un petit calcul : D'un côté la France qui s'en tire + que bien, soit 10% des 36.000 communes, concentrant 40% de la population, et de l'autre, 60 % des citoyens essaimés dans 90% des communes, très petites, avec moins de mille habitants, petites, moyennes, villes moyennes. Ce cher géographe assène fort justement : "en quelques décennies, la mondialisation à permis aux classes dominantes de se délester en douceur et sans contestation des catégories désormais inutiles du nouveau modèle économique"... En clair, le tissu social d'une ville comme Paris, où cohabitaient des classes aussi disparates que des ouvriers de Citroën et Renault, des petits commerçants, dans des quartiers populaires, des quartiers d'immigrants, et des quartiers bourgeois, eh bien, tout cela a fondu comme neige au soleil, et il ne reste plus qu'une classe "bobo-bourge-semi-rentière-rentière" ; De ceux qui ont entre 20 et 40 ans, des hauts revenus, pas d'enfant si possible ; quant à la "plèbe" rejetée, inutilisable ? D'abord en proche banlieue, puis de plus en plus loin, puis... Devenus des périurbains, vivants dans des lotissements aux milieux d'ex-zones agricoles, ou encore plus, dans des zones rurales où toute vie a disparue : plus d'école, de poste, de commerce, de station essence, encore moins d'hôpitaux, et même plus de pôle emploi. Il faut posséder deux voitures par famille et rouler des 50 km pour aller travailler, soit 250 euros par mois pour un salaire de smicard (mille euros net) et avoir la joie en rase campagne de se payer des embouteillages. Bien souvent le haut débit Internet est un mirage, les portables "ne passent pas", les routes sont défoncées, les bâtiments publics  tombent en ruine, et le front national sème sont grain et récolte son ivraie.

"Avant", les classes populaires vivaient là où se produisaient les richesses : Proches des grandes métropoles : zones de sidérurgie, zones de métallurgie, zones de productions de masse : électroménager, automobile, vêtement etc. C'est la première fois que ce n'est pas le cas ; et pourquoi ? Les centres villes des grandes métropoles sont hors de prix, les proches banlieues sont soit encore trop chers, ou bien, essentiellement habitées par une immigration récente, ou des ghettos fantasmés par des bobos trouillards et surtout ignorants ; donc, un univers déserté par les catégories dites "moyennes". De plus, il n'y a plus dans ces zones à hautes valeurs ajoutées que deux pôles : des activités hautement qualifiées à fortes rémunérations, ou des emplois de services sous qualifiés payées aux minimums sociaux. Ceux qui seraient ou pensent être de la classe moyenne n'ont plus qu'à boucler armes et bagages et tenter l'aventure hors agglomérations tentaculaires, pôles d'intelligence économique. 

Et c'est ainsi que le piège se referme ! Installé dans un pavillon en bordure d'un village ou d'une petite ville, l'employé vit avec l'épée de Damoclès au-dessus de sa destinée. L'usine, l'entrepôt, la société ferme ; et voilà c'est le grand plongeon. Il va falloir se déplacer pour s'inscrire comme demandeur d'emploi, dans une région sans emploi, de plus, pas question de déménagement, car le pavillon est invendable, ou sinon à grand perte, si en plus une des voitures tombe en panne... C'est le début de la fin, de la faim. Il en découlera des divorces, des enfants ballotés, et des dépressions nerveuses soignées à coups de médocs, car pas question de conduire 100 bornes pour aller consulter l'hôpital ou le spécialiste... Nous parlons ici de 60% de français, soit dans les 45 millions...

Dire qu'à une époque on a parlé de la ville à la campagne... En ce sens, d'avoir tous les avantages de fonctionnements de la ville loin des centres urbains. Ce qu'il s'est passé, c'est bien que toutes ces catégories populaires se sont retrouvées à la campagne... Mais une campagne Dévastée ! voilà le bilan d’une France bobo celle d’aujourd’hui……..

 

Bon dimanche

Partager cet article

Repost0

commentaires