Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 06:53

 

 

Logo.Expressions.pourquoi.origine.

 

L’étymologie de mots de la langue française expliquée et analysée. Origine, racines de mots usuels ou méconnus

 

Aujoud'hui ...Le mot " coche"

 

 

 

De très vieille date, les bateaux qui faisaient le service de transport sur nos rivières portèrent le nom de coches, forme adoucie de coques, pour coquilles qui faisait image. Nous n’avons pas cessé de qualifier volontiers les petits bateaux de « coquilles de noix ».

Lorsque parurent dans la suite les grandes voitures à six chevaux

Six forts chevaux tiraient un coche...

 

qui faisaient sur les routes un service pareil à celui des coches sur les cours d’eau : on les appela par analogie du même nom.

 

Diligence.jpg

Brachet observe fort bien, à propos de cette assimilation, fréquente dans la langue, du transport par terre avec le transport par eau, qu’avant 1855, plusieurs omnibus de Paris s’appelaient les uns gondoles, les autres galères, empruntant ainsi leur nom aux termes de la navigation.

On ne fut jamais tout à fait d’accord sur le genre du mot coche. Henri IV avait adopté le féminin. « Je ne sçaurois vous aller voir aujourd’hui, écrivait-il à Sully, parce que ma femme se sert de ma coche. » Les coches ne faisaient alors qu’apparaître. Le roi de France et « sa femme » en avaient tout juste un pour eux deux. Ces véhicules se multiplièrent bientôt sur les routes, puis ils cédèrent la place aux diligences et tombèrent dans l’oubli.

Seul, par un hasard étrange, le terme de cocher, conducteur de coche, leur a survécu.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires