Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 07:45

 

 

  le billet         

 

 

 

La Perruque

 

 

 

 

 

 

perruque.01Les cheveux humains sont très chargés de symbole. Ils incarnent la force vitale. Chez la femme, ils symbolisent la puissance de la séduction ; chez l'homme, ils révèlent la virilité, la force. A contrario, leur absence est toujours la marque d'une faiblesse. On rase ceux des femmes qu'on veut punir d'avoir collaboré avec l'ennemi, et ceux des hommes en signe de soumission… à l'autorité militaire ou à Dieu ! Ils sont aussi trophées de guerre chez certains peuples.

De tous temps, les hommes et les femmes ont recouru à des perruques pour marquer leur statut social, leur appartenance à une corporation, ou compenser une faiblesse capillaire. Elles apparaissent ainsi dès l'Antiquité. C'est Louis XIII, à cause de sa calvitie, qui va rendre la perruque à la mode à la cour du Roi de France. Toutes les fantaisies sont permises : la perruque est poudrée, colorée, parfumée. Les barbiers créent les chevelures les plus exubérantes. Le règne de Louis XV marque l'apogée de la perruque en France.

Les cheveux sont le plus souvent naturels, mais on recourt aussi à moindre coût à la crinière du cheval ou au poil des chèvres ! Certaines perruques bon marché sont même en laine…

 

Et puis la Révolution française arrive. La perruque passe à la trappe, comme bien des têtes - royales ou non. Elle réapparaîtra quelque temps plus tard. Mais à partir du début du 20è siècle, les guerres successives la font passer de mode. On porte plus volontiers le cheveu court. Foin d'artifices ! La mode des cheveux longs revient après Mai 1968, en signe de révolte, mais ne s'accompagne pas d'un regain de faveur pour la perruque. L'authenticité est dans l'air du temps !

Aujourd'hui, la perruque se veut discrète. Elle doit être indétectable. Comme depuis l'origine, elle a vocation à renforcer le pouvoir de séduction des femmes ou à masquer les pertes de cheveux.

 

Histoire des perruques, de l'Antiquité à nos jours

Histoire des perruques, de l'Antiquité à nos jours

Les perruques sont portées depuis l’Antiquité afin de masquer la calvitie, de contribuer au style vestimentaire ou de servir de déguisement. L’histoire de ces coiffures en cheveux naturels ou artificiels est indissociablement liée à l’évolution de la mode mais aussi à l’histoire de certaines professions.

 

Un accessoire datant de l’Antiquité

Les perruques sont portées depuis des milliers d'années : elles étaient déjà utilisées dans l'Égypte ancienne pour protéger le crâne rasé du soleil. 

Leur usage était courant dans d'autres civilisations anciennes comme les Assyriens, les Phéniciens, les Grecs et les Romains. 
À Rome, les élégantes se paraient d’une perruque blonde. 

En revanche, en Extrême-Orient, l’usage de la perruque se limitait au théâtre traditionnel de la Chine et du Japon. 

 

La mode des perruques au XVIème siècle

Après la chute de l'empire romain, les perruques ont complètement disparu en Europe occidentale, jusqu'à ce que cet accessoire redevienne à la mode au XVIème siècle. 

La perruque servait alors à cacher la calvitie ou à améliorer son apparence. 
Elle était aussi un objet fonctionnel : à une époque où l’hygiène se limitait à la "toilette sèche", les cheveux étaient rasés et remplacés par une perruque pour éviter les infections capillaires. 


L’âge d’or des perruques

D'abord destinée à imiter les cheveux naturels, la perruque devint une mode dictée par la cour et un important symbole du statut social. 
Cette mode, lancée en France par Louis XIII vers 1620, gagna rapidement les autres pays d'Europe sous le règne de Louis XIV et perdura jusqu’à la Révolution française. 

En Angleterre, la reine Élisabeth I portait une perruque rousse caractéristique, censée imiter les cheveux bouclés "à la romaine". 

Le XVIIème siècle fut sans conteste l’âge d’or des perruques : quiconque voulait passer pour un gentilhomme, qu’il fût aristocrate, magistrat, militaire, prêtre ou marchand devait inclure cet accessoire dans sa tenue de cérémonie. 

Les perruquiers jouissaient alors d’un prestige considérable. 
Leur corporation fut créé en France en 1665 et cette profession était considérée comme un métier à haute qualification au service de la beauté. 

Les perruques étaient alors extrêmement compliquées, imposantes et poudrées pour être blanches. 
Les plus beaux modèles étaient déjà fabriqués avec de véritables cheveux humains, le crin de cheval étant une alternative moins chère. 


Évolution des perruques

Au XVIIIème siècle, les perruques devinrent plus petites et plus formelles et furent adoptées par différentes professions comme un des éléments de leur uniforme. 

Ainsi, elles sont aujourd’hui encore portées par les hommes de loi en audience (les avocats et les juges) en Angleterre et dans certains pays du Commonwealth. 
Jusqu'à 1823, les évêques anglicans du Royaume-Uni portaient également une perruque de cérémonie. 

Les années 1960 ont vu le retour en force de cet accessoire dans la mode féminine grâce au développement de fibres en matière synthétique bon marché. 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

L
La perruque est aujourd'hui portée essentiellement pour cacher une perte de cheveux. Mais elle se veut discrète comme vous l'affirmez. Avant, on se moquait même des gens qui portaient des
perruques. Un asiatique, je ne me souviens plus si c'était un chinois ou un coréen, avait arraché la perruque d'un député une fois. Il s'est retrouvé en prison.
Répondre