Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 08:50

 

 

 

   L'enquete de la semaine. sf.   Hebdo...

 

 

 

 


 

 

 

Avis à la population................

 

 

 

 

 

 

Les vœux à la cantonade, dans les embrassades, les incantations papales, les prétentions présidentielles n’y pourront rien. 2013 sera pire que 2012 :

Les américains et les africains continueront de s’entretuer ;

les syriens de se bombarder ;

les irakiens de s’exploser ;

les afghans de s’égorger ;

les israéliens de déconner ;

les chinois d’exporter ;

nos chers et vieux pays de s’étioler ;

les inondations de noyer ;

les incendies de brûler ;

les terrains de glisser ;

le déficit se creusera, comme toujours ;

les impôts, le gaz, l’électricité, le chômage augmenteront comme jamais.

…/…

Notre bateau continuera de dériver. À la barre, un capitaine sans gouvernail s’égosille dans la tempête, le tonnerre, les éclairs. Son équipage de bras-cassés, d’éclopés, de bons à rien, amènent des voiles déchirées, tirent sur des bouts moitié pourris, se battent entre eux, sans bosco, sans quartier-maître, les officiers s’occupent ailleurs à la recherche d’une boussole, d’un compas, d’une carte, d’un cap.

À fond de cale, dans la soute, des forçats, des mercenaires, des hors-la-loi, quelques mutins affamés, s’affairent à s’entre-tuer pour être dans les premiers à remonter, prendre le quart quand les autres auront déserté faute de pouvoir, de vouloir.

Pendant ce sale temps, à terre, la situation n’est pas meilleure, les vœux n’y pouvant rien. C’est la débandade, le sauve qui peut, le chacun pour soi.

Les riches, échaudés, essorés, s’enfuient aux frontières ;

les pauvres, en carafe, s’appauvrissent faute de mieux ;

les pays en voie de développement se développent à vue d’œil ;

nos pays en voie de dépérissement dépérissent en même temps ;

les affamés, les miséreux, les sans abri, sans habits arrivent pressés, haineux d’être si prolifiques, si démunis, avides de profiter de nos beaux restes ;

les bobos, les gogos, homo ou hétéro sont contents d’eux, s’amusent entre eux ;

les religieux, toujours patelins, le ton sucré, le geste onctueux, prêchent leur sermon, assis sur 2000 ans de turpitudes, de croisades, de guerres de religion, de conversion. Ils se prosternent devant un Dieu trop occupé à vidanger quelques trous noirs, à éteindre une nova en ébullition ou à piloter une constellation. Ce ne sont pas les hommes qui n’aiment pas Dieu, c’est Dieu qui n’aime pas les hommes. Il a raison. Il n’aurait pas dû les faire à son image.

Que faire pour s’en sortir ? demandez-vous.

Aller ailleurs ? C’est encore pire ou guère mieux.

Faire le ménage, chasser les incapables, les prétentieux, les sectaires, les faussaires, les escrocs, les menteurs ?

Qui le fera : les fainéants, les indifférents, les profiteurs, les ayant-droits, les professeurs, les experts, les spécialistes, les dépressifs, les conservatoires, les bonnes sœurs, les évêques, les gendarmes, les voleurs, les colonels, les généraux des agents EDF, SNCF, RATP, territoriaux, fiscaux ?

Tous cramponnés à leurs avantages, à leur RTT, à leurs retraites dorées ou galvanisées, à leur 15ème mois, à leur CE, à leurs chèques-vacances, repas, transports, à leur mois de mai, leur semaine de 4 jeudis, à ne rien faire ou si peu, à gémir, se lamenter, bouffer, téléphoner pour ne rien dire, le cerveau évidé par ce qu’ils voient, ce qu’ils lisent. Ils ne savent dire, quand tout fout le camp, que « Bonne année, bonne santé ». Mais, demander de la bonté au temps et de ne pas être malade à la santé, relève de la psychiatrie lourde, une preuve de plus que le monde est fou, fou, fou…

Ça suffit, vous nous avez fait assez pleurer, vous n’avez rien à proposer. Vous n’êtes bon qu’à nous enterrer.

Vous voulez un traitement ?

Résumons : nous courons à la catastrophe, les troupes presque en déroute, les déserteurs se bousculent, pas de voie de secours, le moral est au plus bas, la panique n’est pas loin et au commandement un brave homme, un président normal, ambitieux sans en avoir les moyens. Il serait à sa place dans un monde en paix, dans une France sans dette, sans chômage, avec une croissance de 3% l’an et dans une Europe unie pour le meilleur, le pire n’étant plus à craindre.

À défaut d’en changer – les autres ne sont pas meilleurs – je propose de le changer et de lui greffer toutes les qualités que son papa et sa maman ne lui ont pas données. Nos spécialistes sont les meilleurs. Ils greffent les visages, les mains, le foie, les poumons, le cœur, etc. Je leur demanderai de transformer notre président ordinaire en un président extraordinaire. Les qualités qu’il n’a pas, il faut les chercher dans la légende des siècles.

La nation en danger doit mobiliser ses chirurgiens, ses généticiens, les neurosciences, la nanotechnologie, l’accélérateur de protons et de positons, les donateurs universels, les détrousseurs de cadavres, les pilleurs de catacombes, les hypnotiseurs, les généalogistes, les paléontologues, le Musée de l’Homme, le Palais de la découverte pour opérer, transfuser, transformer, manipuler, hypnotiser le petit François avec, en héritage, ou comme bagage :

La sagesse de Marc-Aurèle ;

Le culot de César franchissant le Rubicon ;

L’intelligence d’Henri IV ;

La chance de Jeanne d’Arc boutant les anglais ;

Le sang froid de Napoléon à Austerlitz ;

La volonté de Roosevelt ;

Le courage de Churchill galvanisant son peuple ;

La fierté de de Gaulle refusant la défaite ;

On parlera alors de François le Grand, le Hollandais Géant, le sauveur de la France, le roi de la République……


Partager cet article

Repost0

commentaires