Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

31 décembre 2019 2 31 /12 /décembre /2019 07:16

La crise au goût amer des producteurs de café

Des millions de sacs, remplis de fèves de café, qui ne trouvent pas preneurs, un cours mondial qui s'écroule, des petits cultivateurs qui se retrouvent au chômage et viennent grossir les rangs des migrants,un réchauffement climatique qui menace des zones entières de production et des maladies fongiques en pleine expansion; c'est le paysage très sombre de la filière du café, qui traverse une des plus grave crise de son histoire

La surproduction mondiale a fait chuter les prix, et la majorité des petits caféiculteurs vendent désormais à perte. Au Honduras, nombre d’entre eux tentent d’émigrer clandestinement aux États-Unis.

De Santa Rosa de Copán – Sur ces hauts plateaux, dans l’ouest du Honduras, tout le monde connaît deux chiffres avec précision : le cours mondial du café à la Bourse de New York et la rémunération qu’exige un “coyote” pour vous faire passer clandestinement aux États-Unis.

Dans cette petite ville coloniale, charmante mais pauvre, chacun sait que le cours du café s’effondre, à l’heure où une nouvelle crise frappe durement le secteur. Le tarif des passeurs, lui, ne cesse d’augmenter.

Et les grands importateurs – à commencer par Starbucks – qui s’approvisionnent dans des pays comme le Honduras ne font quasiment rien pour aider les petits exploitants et les ouvriers agricoles sur lesquels repose une industrie de plusieurs milliards de dollars. Ces paysans quittent l’Amérique centrale par dizaines de milliers, au risque de finir dans des camps de concentration le long de la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Une fois de plus, le prix de référence de l’arabica a baissé radicalement à New York, passant de près de 3 dollars la livre en 2011 à moins de 1 dollar actuellement. En Amérique latine, en Afrique et en Asie, le nombre de petits caféiculteurs est estimé à 25 millions; en comptant leurs familles, plus de 100 millions de personnes sont directement concernées par la crise. Au Honduras, la plupart de ces cultivateurs sont dans une situation qui s’aggrave de jour en jour, car ils n’ont pas d’autre moyen de gagner leur vie.

De plus, dans nombre de pays concernés, les exportations de café représentent une source importante de devises étrangères, c’est pourquoi la chute des cours les empêche d’importer en quantité suffisante des médicaments, des denrées alimentaires et d’autres produits de première nécessité – ce qui pénalise toute la population.

L’Ouganda et le Rwanda, ainsi que la Colombie et le Brésil, ont tiré la sonnette d’alarme. En mars, 13 organisations du Forum mondial des producteurs de café ont publié un appel d’urgence, avertissant que la chute des prix menaçait de se transformer en une véritable “crise humanitaire”.

Partager cet article

Repost0

commentaires