Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 07:11

 

Les jeux vidéo de tir abîment le cerveau

 

 

Les jeux vidéo de tir favoriseraient la réduction de la matière grise dans l'hippocampe et pourraient être un facteur de risque de maladies neuropsychiatriques.

Si de nombreuses études scientifiques ont révélé que les joueurs de jeux vidéo d'action avaient une meilleure attention visuelle, une meilleure mémoire à court terme et une meilleure motricité fine que la normale, ces nouvelles recherches publiées dans la revue médicale Molecular Psychiatry montrent qu'en contrepartie le cerveau paie le prix. Avec un cerveau réduit de sa matière grise dans l'hippocampe, les individus ont plus de risques d'être atteints de maladies neuropsychiatriques.

Les chercheurs de l'université McGill, à Montréal (Canada) ont mené une étude avec 64 participants de 18 à 30 ans qui ont joué pendant 90 heures à différentes sortes de jeux vidéo. Ces jeux sélectionnés pour l'expérience étaient : des jeux de tir Call of Duty, Killzone, Medal of Honor et Borderlands, des jeux de plateforme 2D ou 3D comme Super Mario 64. Aucun des volontaires ne jouait avant l'étude à ces jeux.

À l'aide de tests de navigation et d'imagerie cérébrale, l'étude révèle que les joueurs ont perdu de la matière grise dans l'hippocampe après 90 heures passées à jouer à des jeux vidéo d'action. Or, l'hippocampe est le siège cérébral de la mémoire spatiale et la mémoire des événements. Il permet de nous orienter.

LES JEUX VIDÉO MODIFIENT LA STRUCTURE DU CERVEAU

Les chercheurs ont ainsi démontré que la matière grise dans l'hippocampe (siège de la mémoire spatiale) augmente chez tous les participants après avoir joué 90 heures à des jeux de plateforme 3D.

Les personnes ayant des quantités plus faibles de matière grise dans l'hippocampe ont plus de risques d'être atteintes de maladies neuropsychiatriques comme la dépression, la schizophrénie, le trouble de stress post-traumatique et la maladie d'Alzheimer.

«Rappelez-vous que le même nombre d'heures passées devant un écran à jouer à des jeux de tir à la première personne cause une atrophie de l'hippocampe. Cela laisse croire que les jeux de plateforme 3D sont plus sécuritaires et peuvent être bénéfiques pour le cerveau de tous ceux qui y jouent», a expliqué Greg West, auteur principal, chercheur et professeur agrégé à l'Université de Montréal.

«En fait, les joueurs de jeux vidéo d'action sont presque deux fois plus susceptibles d'utiliser leurs noyaux caudés ou circuit de la récompense du cerveau (83 %) que les non-joueurs (43 %). Cette donnée est essentielle lorsqu'on sait à quel point l'hippocampe est important pour une cognition saine», explique Véronique Bohbot, coauteure, chercheuse à l'Institut universitaire en santé mentale Douglas et professeure agrégée à l'université McGill.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires