Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 07:15

 

 

du côté nature .logo.07.2013

 

 

Nourrissez les oiseaux !.........ils vous le rendront bien…..

 


 

oiseaux.01.jpg

Si vous êtes fin observateur vous constaterez que votre jardin sert, y compris en ville, de refuge, de restaurant et de lieu de rendez-vous à quantité d'oiseaux. L'hiver approchant, il vous sera plus facile de les identifier: le froid les rend en effet moins méfiants et les feuilles des arbres ne sont plus là pour les dissimuler.

 

 

Il y a les habitués

Il y a d'abord les grands classiques: les mésanges (bleues, charbonnières, huppées, à longue queue), les rouges-gorges qui viennent en ce moment vous saluer à la tombée de la nuit avec quelques notes mélancoliques , les fauvettes, les moineaux et les pinsons. Ces passereaux insectivores rendent, tout au long de l'année, un sacré service au jardinier en dévorant oeufs, larves et adultes de parasites, y compris pendant la mauvaise saison. Le merle noir et la grive musicienne, grande consommatrice d'escargots, au chant si mélodieux, sont également de grands habitués. Sans parler de l'étourneau sansonnet, le Canteloup de la bande, capable d'imiter quantité de chants d'autres oiseaux, mais à qui l'on peut reprocher d'être parfois un peu trop porté sur les cerises ou les raisins de la treille...

Puis les timides

Tout aussi présents mais plus discrets, l'accenteur mouchet, oiseaux.02.jpg que l'on confond souvent avec le moineau, et le troglodyte mignon, à la voix de stentor en dépit de sa petite taille , apprécient particulièrement haies, buissons, murs et rocailles. Le verdier d'Europe, au plumage vert jaunâtre peut également être aperçu, souvent en petits groupes d'une quinzaine d'individus. Impossible également de ne pas citer le bouvreuil, dont le mâle se distingue par son splendide poitrail rouge-rosé, malheureusement de plus en plus rare.

Il y a aussi les intermittents

 

oiseaux.03.jpgVoilà des oiseaux que vous ne verrez sans doute pas dans les semaines à venir si vous habitez la moitié nord de la France, et d'autres que vous apercevrez peut-être, si vous avez de la chance. Dans la première catégorie, le chardonneret reconnaissable à son somptueux plumage s'est déjà envolé vers des cieux plus cléments (en particulier vers le sud de la France et l'Espagne) dont il ne reviendra qu'au début du printemps. Même chose pour le rouge-queue noir, parti lui aussi bronzer plus au sud. A l'inverse, si vous avez planté dans votre haie du houx ou du lierre, vous recevrez peut-être la visite de grives litornes ou mauvis grandes amatrices de leurs baies rouges et noirâtres qu'elles dévalisent en quelques jours. Ces oiseaux, qui nichent l'été en Russie, viennent en effet passer la mauvaise saison chez nous, un peu comme les hirondelles ou les cigognes parties, elles, se réfugier en Afrique.

 

Reste les nouveaux venus

oiseaux.04.jpg  Pour clore cet inventaire, forcément incomplet, il faut dire un mot de ces oiseaux de plus en plus fréquents dans nos jardins urbains ou de campagne. C'est le cas du pigeon ramier (ou palombe) dont une bonne partie a déjà migré vers le Portugal, mais de plus en plus un migrateur en voie de sédentarisation depuis une bonne trentaine d'années, de la tourterelle turque reconnaissable à son élégant collier noir et, plus surprenant encore, de la perruche à collier. Issus d'individus échappés de captivité, ces oiseaux tropicaux semblent plutôt bien s'adapter à nos climats car leurs effectifs ne cessent de croître, notamment près des grandes villes comme la capitale

 

Aidez-les offrez leur le gîte et le couvert

oiseaux.05.jpgMaintenant que vous avez identifié ses principaux représentants, il est temps d'aider cette sympathique gent ailée à affronter les rigueurs de l'hiver en installant, par exemple, des mangeoires dans les arbres ou sur un piquet ainsi que des boules de graines enrobées de graisse que vous suspendrez aux branches. Pensez également à épandre graines et miettes de pain sur le sol pour les oiseaux non grimpeurs comme les rouges-gorges, les pinsons ou les accenteurs mouchets. N'oubliez pas non plus de leur proposer de l'eau, surtout pendant les périodes de gel. En utilisant un bac suffisamment grand et plat, vous aurez le plaisir, en vous cachant bien, de les voir prendre leur bain et de s'ébrouer en faisant leur toilette.

 

nichoir.pngAprès le couvert, le gîte: des nichoirs permettront à tous ces ventres creux de trouver facilement refuge. En outre, il y a de fortes chances pour qu'ils y construisent leur nid au printemps. Spectacle garanti, surtout pour les enfants! Pensez à orienter ces maisonnettes plutôt vers l'est ou le sud afin que leur pensionnaires puissent se réchauffer rapidement. Et placez-les, si possible, à l'abri des chats...

Un point important: nourrir les oiseaux de votre jardin vous engage auprès d'eux. En cas d'absence prolongée, prévoyez des réserves de graines suffisantes ou demandez à un ami de venir regarnir les mangeoires à votre place. Habitués à venir se restaurer chez vous, vos protégés risquent de se retrouver forts dépourvus s'ils trouvent soudainement table close. Et, disons le carrément, de mourir si le froid se met de la partie. De la même façon, cessez le nourrissage dès le printemps à l'arrivée du redoux afin que les oiseaux retournent pleinement à leur vie sauvage. Comme vous les aurez aidés à bien passer l'hiver, il y a de fortes chances pour que mésanges, pinsons et rouges-gorges continuent à fréquenter votre jardin et à le débarrasser des parasites en tout genre.

À ce propos, si vous habitez au vert et que  vous avez la chance d'avoir des poules, lâchez-les dans votre verger pendant l'hiver: leurs fientes nourriront le sol et elles dénicheront, en grattant la terre à grands coups de pattes, les chenilles, taupins et limaces dont elles raffolent!

 

 


Partager cet article

Repost0

commentaires