Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 
 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

 

 

 

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

​​CONTACT:

 

 

 
 

 .         

21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 06:45
La rétro du lundi..........

Savez-vous ce que voulait dire Boui-boui

Réponse ;"Café ou restaurant de piètre qualité"

C’est en l’année 1854 que ce mot parut pour la première fois dans une œuvre littéraire, Paris anecdote, un petit volume écrit par Alexandre Privat d’Anglemont (1815-1859), et voici les lignes de la page 34, où il se trouve :

« Les impresarii des marionnettes y établissent leurs quartiers généraux. Ceux-ci ont importé toute une industrie dans la rue du Clos-Bruneau. Ils y font vivre toute une population qui rappelle de loin certains personnages des contes fantastiques d’Hoffmann. Elle est toute employée à la fabrication des fantoccini. Il y a d’abord le sculpteur en bois qui fait les têtes... A côté de lui se trouve l’habilleuse qui fait les costumes... Puis viennent les cordonnières, celles qui font les souliers de satin pour les marionnettes danseuses et les bottes en chamois pour les chevaliers... Enfin, le véritable magicien de ce monde, celui qui ensecrète les bouisbouis. Ensecréter un bouisbouis consiste à lui attacher tous les fils qui doivent servir à le faire mouvoir sur le théâtre : c’est ce qui doit compléter l’illusion. »

Or, une fois connue comme synonyme de marionnette, l’expression de bouisbouis aura été employée par quelque auteur de revue dramatique qui, au lieu de dire : un théâtre à marionnettes, aura dit pour rajeunir son style, un théâtre à bouisbouis, et, par ellipse, unbouisbouis, absolument comme on dit tous les jours, familièrement, un guignol, pour un théâtre analogue à celui de Guignol, aux Champs-Élysées.

D’où il suit que bouisbouis signifie théâtre ayant pour acteurs des marionnettes ; sens qui, par extension, est naturellement devenu théâtre de dernier ordre, théâtre en plein vent, théâtre à quatre sous.

Maintenant, quelle est l’étymologie de bouisbouis ? Le philologue et médiéviste Francisque Michel (1809-1887) croit qu’il a été emprunté par onomatopée au cri de Polichinelle, la marionnette par excellence, quand il appelle les spectateurs, et qu’il s’annonce à eux. En se rappelant que les Napolitains, au dire de Génin (Récréations philologiques, tome II, p. 97), avaient surnommé les Français les oui-oui parce que, lors de notre ancien séjour à Naples, le peuple avait remarqué que nos soldats prononçaient souvent l’affirmation oui ! Oui ! On se sent tout disposé à faire un accueil favorable à l’opinion que professe l’auteur du Dictionnaire d’argot à l’égard du mot qui nous occupe.

Théophile Gautier, qui a été, sinon le premier, du moins un des premiers, semble-t-il, à faire usage de bouis-bouis, pour désigner un théâtre de bas étage, avait prédit la fortune du nouveau vocable dans ce passage cité par P. Larousse (Grand Dictionnaire du XIXe siècle) : « Aussi, chaque soir, des files de voitures entrent-elles devant ces tréteaux sans prétention, qu’on nomme bouigs-bouigs, un nom peu académique, mais qui finira par prendre sa place dans le dictionnaire. »

La prédiction s’est accomplie ; car, après avoir fait, comme on dit assez ordinairement, le tour de la presse, bouisbouis est venu prendre rang dans le Supplément de Littré, sous la forme boui-boui.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Y
Should you draw blood, this hand will now have the power to win any gamble, provided it is used in drawing the cards, spinning the wheel, etc.
Répondre