Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

14 septembre 2020 1 14 /09 /septembre /2020 16:09

Covid-19: l'automne sera "plus dur" en Europe avec davantage de morts...

 

Un automne "plus dur" se profile avec une remontée du nombre de morts du Covid-19 en Europe, qui devrait appeler une réponse ciblée mais pas des confinements généralisés, a affirmé le directeur de la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à l'AFP.

"Cela va devenir plus dur. En octobre, en novembre, on va voir une mortalité plus élevée", a déclaré Hans Kluge, au moment où le nombre de cas enregistrés s'envole sur le Vieux continent, mais avec un nombre de morts quotidien pour l'instant quasi stable.

Cette hausse du nombre de morts quotidiens sera due à la remontée des cas en raison de la reprise de l'épidémie en Europe, selon l'OMS.

"On est à un moment où les pays n'ont pas envie d'entendre ce genre de mauvaises nouvelles, et je comprends", a affirmé le patron de sa branche européenne, qui a toutefois voulu adresser "le message positif" que la pandémie "va s'arrêter, à un moment ou à un autre".

L'OMS Europe réunit lundi et mardi l'ensemble de sa cinquantaine d'Etats membres pour échanger sur la réponse à la pandémie et s'accorder sur sa stratégie quinquennale.

Le haut responsable onusien, basé à Copenhague, a mis en garde lors d'un entretien à l'AFP ceux qui pensent que la fin de l'épidémie coïncidera avec la mise au point d'un vaccin, toujours en cours.

"J'entends tout le temps: +le vaccin va être la fin de l'épidémie+. Bien sûr que non!", s'est exclamé M. Kluge.

"Nous ne savons même pas si le vaccin va être efficace pour toutes les parties de la population. Certains signes que nous recevons est qu'il sera efficace pour certains mais pas pour d'autres", a souligné le médecin belge. "Et si du coup nous devons commander des vaccins différents, quel cauchemar logistique...", a également averti M. Kluge, espérant que l'Europe saura faire preuve de solidarité.

Vivre avec la pandémie

"La fin de cette pandémie, ce sera au moment où, en tant que communauté, nous aurons appris à vivre avec cette pandémie. Et ça, ça dépend de nous. C'est un message très positif", a-t-il affirmé.

Face à une maladie nouvelle, il a défendu les tâtonnements des autorités ces derniers mois et mis en garde contre une gestion trop politisée de la crise sanitaire dans un contexte où le doute s'est instillé au sein des populations.

Il importe de fonder la riposte au Covid-19 "sur des données épidémiologiques et de santé publique", a-t-il insisté.

"L'OMS a été critiquée à plusieurs reprises, mais communiquer sur quelque chose que vous ne connaissez pas parfaitement, c'est très, très difficile", a-t-il défendu. "Pour certains, vous en faites trop peu, pour d'autres, vous allez trop loin".

La recherche avançant progressivement, les connaissances restent imparfaites et pour la première fois, les décisions doivent être prises sur la base de preuves incomplètes, a résumé M. Kluge.

Et de déplorer: "dans un certain nombre de pays, on voit que la politique s'impose aux scientifiques, et aussi dans un certain nombre d'autres pays nous voyons que les gens doutent de la science, c'est très dangereux".

Le nombre de cas en Europe remonte nettement depuis plusieurs semaines, notamment en Espagne et en France. Selon les données publiques de l'organisation, plus de 51.000 nouveaux cas ont été rapportés pour la seule journée de vendredi dans les 55 pays de l'OMS Europe. Soit plus que les pics observés en avril, même si les capacités de tests étaient nettement moindres à l'époque, selon les experts.

Pour l'heure, le nombre de morts quotidiens reste au niveau observé depuis début juin, autour de 400 à 500 morts liés au Covid-19, selon les mêmes données.

Toutefois, la pandémie ne doit pas être gérée de la même manière qu'à la fin de l'hiver dernier, selon l'OMS.

"En février, nous avons ciblé la société dans son ensemble (...) maintenant nous ciblons le virus", a insisté M. Kluge.

"Des écoles devront peut-être fermer temporairement et localement mais si nous avons un bon système de surveillance on devrait être capables de contrôler (le virus) localement et après quelques semaines relâcher les restrictions", a détaillé le responsable.

(Avec AFP)

 

 

Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 06:18

L'épaule est une articulation très sollicitée et très fragile. Nos solutions pour prévenir les douleurs et conserver au maximum votre mobilité.

Une violente douleur vous scie l’épaule dès que vous voulez attraper un objet en hauteur ou que vous passez le bras dans la manche de votre veste? "Avec ses cinq articulations différentes et tout un jeu de tendons, ligaments et muscles, l’épaule est une mécanique de précision qui se grippe facilement", explique le Pr François Rannou, rhumatologue et médecin rééducateur à l’hôpital Cochin, à Paris. 

Dans 80% des cas, ces douleurs sont dues à une tendinite. "Mais une luxation, une capsulite rétractile, une inflammation de la membrane qui entoure l’articulation ou une arthrose peuvent également être en cause", prévient le Pr Rannou. Si l’âge est un facteur de risque, ces douleurs surviennent plus fréquemment à partir de 55 ans et certaines activités professionnelles (peintres, maçons, caissières...) ou sportives à haut niveau (escalade, musculation et tennis en tête) exposent davantage à ces maux. 

Quelle qu’en soit l’origine, ne les prenez pas à légère car elles peuvent entraîner des douleurs chroniques très handicapantes au quotidien. Heureusement, nombre de solutions existent pour les prévenir. 

• 1) J’adopte les bons gestes au quotidien 

De bons réflexes vous permettront de ménager votre épaule. Si enfiler chemisier ou manteau vous provoque une violente douleur, vous la limiterez en habillant d’abord le côté douloureux, ce qui vous évite d’avoir à contorsionner votre bras sensible. 

Pour vous dévêtir en revanche, commencez par votre épaule valide et terminez par celle qui vous fait souffrir. Pour ne pas avoir mal la nuit, mieux vaut dormir sur le dos ou sur le côté opposé. Au besoin, placez un oreiller sous votre bras douloureux, une astuce pour éviter les tensions au réveil. 

• 2) Je pratique des exercices de renforcement

Vous tiendrez ces maux à distance en pratiquant régulièrement ces deux exercices recommandés par Alexandra Roren, masseur-kinésithérapeute à l’hôpital Cochin. 

- Asseyez-vous, dos droit, face au battant d’une porte maintenu entre vos genoux. 
-Placez un élastique autour des poignées et tenez-en les extrémités.
-Tirez l’élastique vers vous en baissant les épaules et en serrant les omoplates. 
-Gardez la position 6 secondes, avant de relâcher lentement. -Répétez l’exercice 10 fois.

- Assis sur une chaise, le dos droit, passez un élastique ou nouez une écharpe autour de vos poignets. En maintenant bien les coudes collés au corps, cherchez à écarter vos avant-bras en luttant contre la résistance du lien. 
-Maintenez la position 6 secondes, puis relâchez.
-Répétez l’exercice 10 fois. 

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 09:18

A consommer sans modération... Les Fruits secs pour faire le plein d’énergie !"

Abricots, raisins, noix, noisettes…

En hiver, craquez pour les fruits secs. Ils sont essentiels contre la fatigue et le froid.

 Dépassez les 3 grammes par jour!

Séchés au soleil ou déshydratés au four ou en étuve, les fruits secs ont perdu les trois quarts de leur eau.

Résultat: ils se conservent longtemps et offrent une très bonne concentration en fibres, oligo-éléments et acides gras, excellents pour la santé.

D'où l'intérêt d'en savourer plus que les trois grammes consommés par jour, en moyenne.

• Emportez-les en randonnée
 

Les fruits sucrés, abricots, figues, raisins, pruneaux, apportent autour de 65% de glucides et 275 kcal pour 100 g (5 fois plus que les fruits frais).

Il s'agit de sucres simples, fructose, saccharose, rapidement digérés lorsqu'ils sont consommés de façon isolée: parfaits pour les randonnées ou pendant un effort, quand les muscles ont besoin de carburant.

• Bonnes graisses contre le cholestérol

Les fruits oléagineux: noix, noisettes, amandes, pistaches, pignons, concentrés en lipides, environ 50%, fournissent de 500 à 600 kcal aux 100 g.

Ce sont de bonnes graisses insaturées qui réduisent notre taux de mauvais cholestérol sanguin. Elles sont associées à de la vitamine E (anti-oxydant qui freine le vieillissement cellulaire). Les noix contiennent beaucoup d'omégas 3 et 6.

En hiver, si vous mangez moins de crudités, vous pouvez faire le plein d'acides gras essentiels simplement en remplaçant une cuillerée à soupe d'huile par 7 ou 8 noix !

• Sels minéraux et fibres à gogo

Vous manquez de magnésium? Ayez le réflexe noix, amandes ou bananes séchées : une poignée d'amandes (35 g) vaut 25% de l'apport quotidien conseillé.

Vous pratiquez un sport et transpirez beaucoup? Misez sur les fruits glucidiques: abricots, bananes, raisins pour reconstituer votre stock de potassium.

Si vous mangez peu de viande et fruits de mer, vous trouverez du fer (certes moins assimilable que le fer animal) dans les abricots, les noix de cajou et les amandes : 20% de l'apport recommandé dans une part de 35 g (4 abricots).

Enfin, les fruits secs contiennent de 5 à 16% de fibres régulatrices du transit, soit cinq fois plus que les fruits frais. À cuire en cas de problèmes intestinaux, ils sont ainsi mieux tolérés.

• Fruits secs, fruits frais: choisissez les deux

Une part de 30 à 40 g de fruits secs, 3 ou 4 abricots ou figues, ou une poignée d'amandes ou de noisettes équivaut à un fruit frais (150 g) pour les apports de calories, sels minéraux, fibres, vitamines B et E.

En revanche, les fruits secs sont dépourvus de vitamine C, détruite pendant le séchage et la conservation. Durant l'hiver, combiner une portion quotidienne de fruits secs et un agrume ou un kiwi pour la vitamine C compense le choix limité de fruits frais.

Fruits secs et frais se conjuguent d'ailleurs en dessert, seuls, en salade de fruits, compote, ou en collation, associés à un laitage pour être plus rassasiants. Ils se glissent volontiers dans les salades vertes ou composées et dans les garnitures de viandes blanches.

 

  

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
26 octobre 2019 6 26 /10 /octobre /2019 06:30

Mal de dos. Quand les cervicales coincent

 

Les cervicales sont fragiles et nous ne leur facilitons pas la vie en passant nos journées penchés sur notre table de travail et notre smartphone… ce qui multiplie le poids de la tête par cinq, les obligeant à supporter 25 kg! La nuit, faute d’oreiller adapté, nous maintenons le cou en extension, voire en rotation en dormant sur le ventre, tirant ainsi davantage sur les cervicales.

 

• À l’origine du mal…

À force de mauvaises sollicitations, elles finissent par souffrir d’arthrose (usant disques et petites articulations postérieures), irriter les nombreuses racines nerveuses présentes dans le cou et générer d’intenses contractures musculaires réflexes… Toutes ces douleurs sont favorisées par le froid, l’humidité, les courants d’air, le surmenage, le stress excessif, un sommeil non réparateur…

• Les différentes manifestations

Banal et fréquent, le torticolis est un blocage dû à une contracture musculaire, conséquence de mauvaises positions. La céphalée cervicale est aussi très fréquente: la douleur part du cou et remonte vers le front, les tempes, les sourcils, provoquant parfois des vertiges. À ne pas confondre avec une migraine ou une céphalée de tension, elle peut être la conséquence de mauvaises postures fixes, d’un traumatisme ( "le coup du lapin") ou d’une manipulation mal faite. La névralgie cervico-brachiale se caractérise par une douleur localisée d’un côté du cou, irradiant dans l’épaule, le bras, jusqu’aux doigts et traduit la compression d’un nerf (comme dans une sciatique), par hernie discale ou poussée inflammatoire d’arthrose.

Quant à l’arthrose cervicale, très fréquente passé 40 ans, elle peut raidir le cou et générer des douleurs localisées au niveau des muscles trapèzes et des omoplates. Mais, elle est souvent indolore, sauf en cas de poussée inflammatoire.

• Les traitements

Ils consistent à soulager la douleur et l’anxiété par les traitements adaptés: applications de chaleur, antalgiques, anti-inflammatoires avec protection gastrique, port d’un collier cervical quelques jours pour mettre le cou en décharge et surtout rééducation posturale et renforcement musculaire de la zone.

• Et les manipulations?

Elles sont déconseillées en première intention dans les douleurs du cou: rappelons que certaines céphalées cervicales peuvent être consécutives à une manipulation mal réalisée… Quant aux infiltrations profondes radioguidées de cortisone, elles n’ont pas démontré leur efficacité et exposent à des complications neurologiques. Seules les injections locales superficielles d’anti-inflammatoires et de corticoïdes sont efficaces et sans risques.

• Rendez-vous chez le dentiste!

Les deux articulations temporo-mandibulaires (ATM), qui relient la mâchoire inférieure à la base du crâne peuvent souffrir d’un DAM (dysfonctionnement de l’appareil manducateur) et entraîner douleurs cervicales et maux de tête. Ce trouble méconnu et pourtant fréquent est généré par une mauvaise occlusion dentaire due à une extraction non compensée, des prothèses inadaptées, un traitement d’orthodontie trop rapide, un traumatisme ou encore un bruxisme (grincement/ serrement incontrôlé des dents en période de stress). Nouvelles prothèses, port de gouttière occlusale nocturne, parfois meulage de la dentition, sont autant de solutions efficaces proposées par le dentiste.

Manque de sommeil, oreiller inadapté, coup de froid, stress excessif… peuvent provoquer une cervicalgie.

Avec les conseils du Dr Charley Cohen, rhumatologue, ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, spécialiste en médecine physique et traumatologie du sport.

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être

Repost0
15 octobre 2019 2 15 /10 /octobre /2019 06:12

Douleurs à l'épaule: "4 conseils pour vous soulager"

L'épaule est une articulation très sollicitée et très fragile. Nos solutions pour prévenir les douleurs et conserver au maximum votre mobilité.

Une violente douleur vous scie l’épaule dès que vous voulez attraper un objet en hauteur ou que vous passez le bras dans la manche de votre veste? "Avec ses cinq articulations différentes et tout un jeu de tendons, ligaments et muscles, l’épaule est une mécanique de précision qui se grippe facilement", explique le Pr François Rannou, rhumatologue et médecin rééducateur à l’hôpital Cochin, à Paris. 

Dans 80% des cas, ces douleurs sont dues à une tendinite. "Mais une luxation, une capsulite rétractile, une inflammation de la membrane qui entoure l’articulation ou une arthrose peuvent également être en cause", prévient le Pr Rannou. Si l’âge est un facteur de risque, ces douleurs surviennent plus fréquemment à partir de 55 ans et certaines activités professionnelles (peintres, maçons, caissières...) ou sportives à haut niveau (escalade, musculation et tennis en tête) exposent davantage à ces maux. 

Quelle qu’en soit l’origine, ne les prenez pas à légère car elles peuvent entraîner des douleurs chroniques très handicapantes au quotidien. Heureusement, nombre de solutions existent pour les prévenir. 

• 1) J’adopte les bons gestes au quotidien 

De bons réflexes vous permettront de ménager votre épaule. Si enfiler chemisier ou manteau vous provoque une violente douleur, vous la limiterez en habillant d’abord le côté douloureux, ce qui vous évite d’avoir à contorsionner votre bras sensible. 

Pour vous dévêtir en revanche, commencez par votre épaule valide et terminez par celle qui vous fait souffrir. Pour ne pas avoir mal la nuit, mieux vaut dormir sur le dos ou sur le côté opposé. Au besoin, placez un oreiller sous votre bras douloureux, une astuce pour éviter les tensions au réveil. 

• 2) Je pratique des exercices de renforcement

Vous tiendrez ces maux à distance en pratiquant régulièrement ces deux exercices recommandés par Alexandra Roren, masseur-kinésithérapeute à l’hôpital Cochin. 

- Asseyez-vous, dos droit, face au battant d’une porte maintenu entre vos genoux. 
-Placez un élastique autour des poignées et tenez-en les extrémités.
-Tirez l’élastique vers vous en baissant les épaules et en serrant les omoplates. 
-Gardez la position 6 secondes, avant de relâcher lentement. -Répétez l’exercice 10 fois.

- Assis sur une chaise, le dos droit, passez un élastique ou nouez une écharpe autour de vos poignets. En maintenant bien les coudes collés au corps, cherchez à écarter vos avant-bras en luttant contre la résistance du lien. 
-Maintenez la position 6 secondes, puis relâchez.
-Répétez l’exercice 10 fois. 

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
5 septembre 2019 4 05 /09 /septembre /2019 06:51

 

L'enquête santé du jour

nous mène du côté de

l’hypertension artérielle

 

 

Alors que les études scientifiques foisonnent sur le sujet, l’hypertension artérielle demeure, à ce jour, l’une des maladies les plus méconnues du grand public. Et pourtant, il s’agit d’une véritable problématique de santé publique puisque, selon la Société française de cardiologie, cette pathologie a un lien direct avec 13 % des décès à travers le monde. En France, un adulte sur trois est touché par la maladie et, pourtant, près de la moitié en ignorent presque tout. Par ailleurs, d’autres études menées par une équipe du CHU vaudois de Lausanne en Suisse ont permis de mettre en évidence l’impact du cadre de vie sur l’apparition de la maladie.

Un assassin dans l’ombre

Les résultats de l’enquête menée par l’institut Ipsos pour le compte de l’entreprise de biotechnologie Quantum Genomics sont plutôt inquiétants. Bien que le tiers de la population adulte soit directement concerné par la maladie, il n’y en a que 21 % qui soient réellement suivis. Le manque d’éducation sur le sujet fait aussi que moins d’un adulte sur deux fait surveiller sa tension artérielle. Et ce, en dépit du fait que cet examen soit systématique lors de toute consultation médicale. Il faut, en effet, suivre le patient sur une certaine période avant de pouvoir poser le diagnostic de l’hypertension (HTA). Les consultations ponctuelles et aléatoires n’ont que peu d’incidence sur le dépistage de cette pathologie. Un état des lieux d’autant plus grave que l’HTA est asymptomatique. C’est, d’ailleurs, la raison qui lui a valu le sinistre surnom de « tueur silencieux ».

Un risque omniprésent

Le manque d’éducation sur la question explique également l’insouciance de plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête. Ce sont 53 % des personnes ayant déclaré tout ignorer du niveau de leur tension artérielle qui affirment avoir des comportements à risque.

En outre, l’étude menée par les services de néphrologie et d’hypertension du CHUV de Lausanne a abouti à des conclusions encore plus inquiétantes. Selon les chercheurs, ce serait tout simplement l’ensemble des populations urbaines qui encourraient des risques d’hypertension artérielle. Il a ainsi été clairement identifié que la pollution sonore et les écarts de température sont des facteurs de risque d’HTA. Mais c’est surtout par rapport à la qualité de l’air respiré que les effets délétères de la pollution par rapport au risque d’HTA ont été mesurés. En effet, certaines particules extrêmement fines présentes en grande quantité dans l’air pollué des milieux urbains ont la faculté de pénétrer la circulation sanguine pour y faire des dégâts.

Quelles perspectives

Quand on sait que l’hypertension artérielle est l’un des plus importants facteurs de risque de cardiopathie et d’AVC, il est urgent de réduire au maximum les diverses sources de pollution. Dans cette perspective, les différentes approches de solution sont beaucoup plus d’ordre politique. En prélude à la COP24 prévue pour décembre, le prochain sommet des Nations unies sur le climat devrait également se pencher sur cet aspect sanitaire du plus grand défi environnemental de notre temps : le réchauffement climatique.

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
4 septembre 2019 3 04 /09 /septembre /2019 06:41

Santé: "Le poisson, c’est deux fois par semaine!"

Pour ceux qui ne veulent plus manger de viande ou pour les amoureux de saveurs iodées, le poisson a tout bon. Sachez le choisir pour bénéficier de sa fraîcheur tout en respectant les ressources naturelles.Dorade, cabillaud, saumon… nous consommons 34 kg de poissons par an. Très peu si nous nous comparons aux Coréens qui en consomment plus de 70 kg! L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) nous invitent à le mettre au menu deux fois par semaine en alternant poisson gras à forte teneur en oméga 3 (saumon, sardine…) et poisson maigre (cabillaud, colin, dorade…). À cette fréquence, nous profitons de leurs apports nutritionnels sans pâtir des métaux lourds et autres contaminants qu’ils peuvent contenir. Et nous préservons les réserves halieutiques de plus en plus attaquées par l’industrialisation grandissante de la pêche.

De plus  c’est bon pour la santé

Tous les spécialistes le reconnaissent: le poisson est un formidable pourvoyeur de protéines. Il est également plus digeste que la viande, moins acidifiant pour l’organisme et donc moins inflammatoire. Très riche en sélénium, zinc, vitamine B12, E et D, il contribue aussi à notre bonne santé cardiovasculaire, protège notre cerveau, notre vue et notre système nerveux, aide au bon fonctionnement de la thyroïde et à la solidité de nos os. Si vous l’achetez frais, vérifiez sur l’étal du poissonnier que la peau est bien brillante avec de jolis reflets métallisés. Si l’œil est vif et les ouïes rouges ou rosées, c’est qu’il vient tout juste d’être pêché. Sa rigidité est un autre signe qui ne trompe pas: plus il est raide, plus il est frais. Enfin, il ne doit pas dégager une odeur trop prononcée.

Poissons et autres produits de la mer, de Marie Chioca, 100 recettes écoresponsables, 22 €, éd. Terre vivante. 
Toutes les recettes publiées ici sont extraites de cet ouvrage. Comment manger du poisson sans mettre en danger les espèces, en privilégiant les moins polluées, sans se ruiner et tout en se régalant? Dans son livre, Marie Chioca donne des conseils pour choisir et cuisiner les poissons, fruits de mer et algues, frais, surgelés, fumés ou en conserve. Cuisinière engagée dans le bio, elle partage sa passion à travers son blog: 
https://www.saines-gourmandises.fr

• 3 labels pour ne pas se tromper

Ces labels garantissent les conditions de pêche ou d’élevage pour les poissons frais ou surgelés. Le plus connu, MSC, atteste que la pêche a été réalisée dans le respect des espèces et de l’environnement. Plus récent, Pêche durable prévoit en plus un affichage en poissonneries dès cet été. Quant aux labels biologiques, ils certifient que le poisson est élevé dans une eau contrôlée, qu’il reçoit une alimentation saine, sans antibiotiques.

 

Repost0
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 05:46

Mal de dos. "Quand la sciatique irradie"

 

La sciatique résulte de la compression et de l’irritation du nerf sciatique, le plus gros et le plus long du corps.

• À l’origine du mal...

Le nerf sciatique assure la sensibilité et la motricité de la jambe et du pied. Il possède deux racines au-dessus des fesses: en L5 (la douleur irradie dans la face externe de la jambe au gros orteil) et en S1 (la douleur passe derrière la jambe, englobe le talon jusqu’au petit orteil).

• Les différentes manifestations

À la source du problème, notamment chez les moins de 50 ans, il existe souvent une hernie discalevenue comprimer l’une des deux racines du sciatique à la suite d’un mouvement brusque ou d’une position assise prolongée. En général, la sciatique par hernie discale est précédée ou accompagnée d’une douleur lombaire. À partir de 60 ans, la sciatique résulte surtout d’une arthrose: le nerf peut être irrité par un relief osseux sur son trajet ou comprimé dans un canal lombaire rétréci par les lésions arthrosiques. La douleur sciatique apparaît alors au bout d’un certain temps de marche, oblige à s’asseoir "le temps que ça passe" et, au fil du temps, le périmètre de marche sans douleur se réduit.

• Les traitements

Généralement, antalgiques, anti-inflammatoires et repos relatif avec ceinture de soutien, viennent à bout d’une sciatique commune. Pour les sciatiques rebelles, des injections locales superficielles le long du trajet du sciatique sont très efficaces pour apaiser la zone irritée ainsi que les muscles et ligaments alentours tétanisés. Une infiltration de cortisone épidurale (en profondeur, sous guidage radio) peut aussi aider. De même que la prise d’antiépileptiques en cas de douleurs à décharge électrique ou encore le TENS (neurostimulation transcutanée) et la PCP thérapie en cas de lombosciatique chronique.

• Et l’opération?

Si la sciatique persiste au bout de deux mois d’un traitement bien mené, on pourra envisager une intervention. Retirer une hernie discale mal placée permet le plus souvent de faire disparaître la douleur dans la jambe. Mais il faut bien poser le diagnostic et être certain que la sciatique est bien due à cette hernie.

En cas d’arthrose importante, une intervention visant à élargir le canal rachidien rétréci peut aussi être envisagée pour libérer les racines nerveuses. Mais il faut savoir qu’un état dépressif avant l’intervention est un facteur de risque de mauvais résultat de celle-ci. L’urgence du geste opératoire ne concerne que la sciatique avec compression de "la queue-de-cheval" se  traduisant par une incapacité à retenir les urines, parfois les selles, et accompagnée d’une perte de sensibilité cutanée au niveau du périnée et des organes génitaux.

• Le microbiote à la rescousse

Il existe un lien étroit entre les bactéries protectrices du microbiote intestinal et le mal de dos. Tout d’abord parce que l’obésité qui pèse sur les disques et favorise l’arthrose vertébrale est clairement liée à un microbiote appauvri. Ensuite parce que c’est dans l’intestin qu’est fabriquée 80% de la sérotonine, neurotransmetteur (Signal chimique traversant l'espace synaptique entre un neurone et une fibre musculaire entraînant la contraction du muscle.) de la bonne humeur qui en carence engendre anxiété, stress, dépression, donc mal au dos. Là encore, faute d’un microbiote en bonne santé. Enfin, parce qu’un mal de dos peut avoir pour origine une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (maladie de Crohn, rectocolite…), elle aussi liée au manque de diversité des bactéries de l’intestin. 

Alors veillez à avoir une alimentation riche en fibres (fruits et légumes), pauvre en aliments industriels trop gras, trop sucrés. Et n’hésitez pas à vous supplémenter en probiotiques pour réensemencer votre microbiote.

Une douleur fulgurante qui irradie dans la fesse, la jambe, parfois jusqu’aux orteils… La sciatique est le plus souvent, avant 50 ans, liée à une hernie discale; et après 60 ans, à de l’arthrose.

Source; Avec les conseils du Dr Charley Cohen, rhumatologue, ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, spécialiste en médecine physique et traumatologie du sport, auteur de "Mal de dos, toutes les solutions antidouleur" aux éditions Trédaniel.

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 08:26

Selon la médecine chinoise ..............

Voilà ce qu'il faudrait manger au printemps 

La saison de la renaissance de la nature est, pour notre organisme, synonyme de montée d’énergie, qu’il faut apprendre à tempérer.

Dans le calendrier chinois, le printemps marque le début de la nouvelle année. Il s’étend de février à avril, 36 jours avant et 36 jours après l’équinoxe du 21 mars. Cette saison se traduit par la montée de l’énergie yang, tandis que l’énergie yin décroît. Or une bonne santé correspond, selon les préceptes de la médecine chinoise, au juste équilibre entre les deux. Tout l’enjeu du printemps est donc de ne pas se laisser déborder par la montée du yang. « Elle nous apporte des éléments très positifs, elle stimule la créativité, réveille le dynamisme, l’envie de sortir et d’aller de l’avant. Mais si la montée du yang est trop forte ou trop précoce,  les céphalées, les douleurs articulaires et les problèmes digestifs se multiplient », affirme Jocelyne Lukas, praticienne de médecine chinoise traditionnelle.

Imposer à son foie une cure détox drastique et épuisante est une erreur

Derrière ces troubles, le foie, organe-clé du printemps. Après un hiver à rester au chaud et à déguster des plats riches, la première erreur consiste à imposer à son organisme une détox drastique, contre-productive car épuisante pour le foie. Or, pour encaisser la montée du yang, il faut au contraire nourrir son foie et soutenir ses poumons, affaiblis par la baisse de l’énergie yin. En termes d’activité physique, mieux vaut donc opter pour la relaxation et les promenades en pleine nature que pour les footings et autres sports exigeants sur le plan respiratoire. Cela passe aussi par l’assiette, et le credo de Josselyne Lukas est qu’il est parfaitement possible de transposer les règles de la diététique chinoise à la cuisine française et à nos produits locaux. « Manger des fruits et légumes de saison cultivés à proximité permet d’être en accord avec la météo et l’énergie du moment, il n’y a aucun besoin de consommer des aliments en provenance de l’autre bout de la planète », souligne-telle. Au menu donc, choux, poireaux, navets, radis, oseille ou encore pissenlits. D’autant que, dans la symbolique chinoise des couleurs, le vert adoucit le foie et le blanc stimule le poumon.

Le printemps est la saison au cours de laquelle l’air se radoucit, cette transition doit se sentir aussi dans l’alimentation. Entre les plats mijotés de l’hiver et les salades de crudités estivales, les modes de cuisson « tiède » comme au wok, à la vapeur ou à l’étouffée sont donc à privilégier.

Notre alimentation, riche en viande, laitage et sucre, est trop acide

L’équilibre des cinq saveurs (acide, amer, doux, piquant et salé) est essentiel dans un repas, idéalement dans chaque plat. Chaque saveur ayant une action directe sur certains organes, privilégier l’une ou l’autre des saveurs peut aider à rebooster un organe. L’acide agit ainsi sur le foie, et le piquant sur le poumon. « Mais attention, la saveur en diététique chinoise peut différer du goût. Les sucres raf­finés et les pâtisseries sont considérés comme apportant de l’acide, alors que les légumes racines comme la carotte ou la betterave sont considérés comme sucrées. Notre alimentation à la française est donc déjà très acide, ce qui a pour effet de déclencher des problèmes digestifs et dermatologiques, des atteintes articulaires, des céphalées…», précise Josselyne Lukas. Il n’y a aucune obligation à manger un dessert à chaque repas. Et si ­finir sur une touche sucrée est un plaisir dont vous ne pouvez-vous passer, optez pour un fruit… de saison, bien sûr ! « Si, après avoir mangé un plat, il vous reste de la place pour du fromage, du pain et un dessert, c’est souvent parce qu’il n’était pas complet », insiste la spécialiste. Autrement dit, il lui manquait céréales et légumineuses. Un déséquilibre très courant dans les recettes occidentales, par rapport à la cuisine asiatique. Pro­fitez donc de ce printemps pour découvrir l’épeautre et le boulgour, votre foie vous remerciera.

Conseils de cuisine à suivre

Choisissez les aliments les plus sains possibles, évitez les plats préparés et privilégiez les produits locaux et issus de l’agriculture biologique. Usez et abusez des épices et herbes aromatiques, elles sont indispensables pour réduire les quantités de gras et de sel dans les plats sans pour autant renoncer au goût.

Quand la diététique chinoise rencontre la cuisine française, de Josselyne Lukas et Nicole Fargeas (Rouergue). Salade de pissenlits au printemps, crumble de courgettes en été, magret de canard aux quetsches à l’automne et poule au pot en hiver. Nul besoin d’ingrédients lointains pour suivre les préceptes de la diététique chinoise.

 

Repost0
28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 07:55

Santé;  " Le miel "  un remède miracle utilisé à l’hôpital " 

Le miel ne lutte pas seulement contre la toux. En 1700 av. J.-C., un papyrus égyptien le recommande en tant que cicatrisant. Depuis, des études ont montré que certaines plaies cicatrisaient deux fois plus vite avec le miel qu’avec des pansements traditionnels. Chez des femmes dont la cicatrice de césarienne s’était infectée, le miel a même réussi à réduire la durée d’hospitalisation et la quantité d’antibiotiques.

Plus efficace que les agrafes et les points de suture

Ces performances sont dues à ses propriétés antimicrobiennes. Une enzyme améliorerait aussi la vascularisation des tissus. En France, c’est un chirurgien du CHU de Limoges qui, en 1984, a remis au goût du jour la recette du miel thérapeutique. Il y avait recours pour des plaies profondes qui ne parvenaient pas à se refermer avec des agrafes ou des points de suture. Depuis, l’apithérapie a séduit d’autres hôpitaux, dans des services d’orthopédie ou de gynécologie. Le miel doit être choisi avec précaution. Il ne doit pas être trop liquide, il faut le conserver au frais et le stériliser aux rayons gamma pour éviter qu’il ne contamine la plaie.

A propos de la toux ..

Pourquoi des rappeurs sont-ils accro au sirop pour la toux ?

 

Oubliez les drogues « traditionnelles » : des rappeurs américains sont désormais addict à du sirop pour la toux, associé à du soda. Le mélange est appelé purple drank.

Le sirop à base de codéine est prescrit en cas de toux sèche. ©DR

Mais si la mixture peut sembler anodine, une prise trop fréquente entraîne une réelle addiction et des complications sur le long terme.

1. Qu’est-ce que le Purple Drank ?

Aussi appelé sizzurp, syrup, sip, lean, barre, purple jelly ou encore Texas tea, le purple drankest devenu incontournable dans le milieu du rap américain. À voir le nombre de conversations d’internautes dédiées au sujet sur les forums, le produit connaît un véritable succès aux États-Unis, mais aussi en France. Un tumblr (blog) est même dédié à la boisson.

La recette, qui serait originaire des Philippines, s’est fait connaitre dans les années 1960-1970 à Houston au Texas. Il s’agit de mélanger du sirop pour la toux et du soda comme du Sprite. Certains y ajoutent aussi quelques bonbons pour le goût. Le résultat est violet ou rose, d’où son nom de purple drank.

Le purple drank a été populaire dans les années 1990. Il est ensuite revenu à la mode dans les années 2000. De nombreux rappeurs ont participé à la popularité de cette boisson, à travers les paroles de leurs chansons qui en font l’apologie.

2. Quels sont les effets de cette boisson ?

Le sirop pour la toux utilisé est composé de codéine et de prométhazine. La codéine est normalement prescrite comme anti-douleur et la prométhazine comme anti-allergique. Les deux médicaments ont pour effet de calmer et d’apaiser.

Addictologue, Jean-Luc Ricordel détaille les effets de la codéine, un opiacé dérivé de l’opium : « la codéine décontracte, déstresse et désinhibe. Une partie de cette substance est transformée en morphine par l’organisme, ce qui augmente le sentiment de bien-être recherché« .

Par ailleurs, la prométhazine provoque aussi un état de somnolence relaxant. Elle décuple également les effets provoqués par la codéine.

Jean-Luc Ricordel met en garde sur les dangers de la prise abusive de tels médicaments : « Si l’addiction à la codéine est moins forte que d’autres drogues, une prise trop fréquente engendre des complications au niveau de l’estomac. Le sentiment de manque peut progressivement mener à la prise d’autres substances plus fortes et en quantité exagérée. »

3. Des rappeurs américains accrocs

Le premier a avoir revendiqué la prise de purple drank est le rappeur DJ Screw au début des années 1990. C’est sous l’emprise de cette boisson qu’il aurait inventé le style de musique « screwed and chopped« , qui consiste à ralentir le rythme d’un vinyl pour donner un son grave et profond (écouter l’extrait ci-dessous).

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 09:22

L'hiver est évidemment la saison propice aux maux de gorge. Voici comment les combattre rapidement et en toute simplicité.

Ces petits trucs de grand –mères

Les personnes âgées sont très respectées dans de nombreuses sociétés. En effet, elles représentent la sagesse, l’expérience et sont sources de savoir. Elles semblent connaître bon nombre de trucs et astuces oubliés par le temps et certains peuvent être pour le moins surprenants.

Les symptômes: Sensations douloureuses de brûlure et de picotements au niveau de la gorge. Problèmes de déglutition. Cordes vocales fatiguées: voix faiblarde et plus ou moins éraillée, à l’extrême, impossibilité de parler. Symptômes qui s’estompent en deux ou trois jours (sinon consulter, car risque d’angine bactérienne). 

La solution homéopathie: Homeovox, une association de 11 souches spécifiques des cordes vocales. 2 comprimés toutes les heures, puis espacez les prises au gré de l’amélioration des symptômes. Pendant quatre ou cinq jours. 

La solution phytothérapie: Un gargarisme à base de racine de réglisse. Faites bouillir un bâton de racine dans 1 l d’eau pendant 10 minutes. Laissez refroidir. Faites matin et soir des gargarismes avec la décoction froide, car le froid permet de mieux anesthésier la douleur. Se conserve au réfrigérateur. 

Le remède de grand-mère: Le classique jus de citron pressé + un peu d’eau tiède + une cuillère à café de miel bio de sapin, de thym ou de lavande. Matin et soir. 

Ça marche aussi: Les pastilles à base de propolis, qu’on laisse fondre en bouche. Pendant 4 ou 5 jours, jusqu’à 6 pastilles par jour. 
 


Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
4 janvier 2019 5 04 /01 /janvier /2019 09:36
C'est vendredi " tout n'est pas permis "

Vous ronflez ? " Alors voici quelques modestes conseils pour vous arrêter

Avant de vider votre porte-monnaie pour acheter des sprays desséchants et autres bracelets anti-ronflements qui n’ont pas démontré leur efficacité, essayez d’abord de perdre du poids. Il suffît parfois d’un seul kilo en moins pour redevenir silencieux. Il est conseillé aussi de ne pas boire d’alcool le soir, d’arrêter de fumer, de se passer de somnifères… Et de ne pas dormir sur le dos. Pour vous y aider, les orthèses buccales qui avancent la mâchoire ont démontré leur efficacité. Mais dans l’indication de ronflement, elles ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale. Des gouttières dentaires auto adaptables fonctionnent sur le même principe, mais sont moins chères. « Dommage que, nous ne disposions d’aucune étude scientifique sur leur efficacité », regrette le Dr Patrick Lemoine, spécialiste du sommeil et auteur de Dormir sans médicament ou presque (éd. Robert Laffont).

Question évidente: ? "Les hommes ronflent-ils plus que les femmes ?

Selon une enquête Ipsos de 2007, 64% des ronfleurs sont des hommes. Comment l'expliquer ?
On estime le nombre de ronfleurs en France à environ 10 millions. Si les femmes sont accusées d’avoir les pieds froids, dans le lit, les hommes, eux, sont perçus comme les plus gros ronfleurs. Une réputation fondée ?

1. Un rétrécissement du passage du fond de la gorge

Le phénomène du ronflement – ou ronchopathie chronique – s’explique par la vibration de certains tissus mous situés au fond de la gorge. Concrètement, ils (palais, langue, luette) obstruent le passage de l’air, qui, en “forçant” pour passer fait vibrer ces tissus mous. D’où le bruit d’avion au décollage, généralement à l’inspiration.

Interviewé par l’Internaute, le docteur Bernard Fleury explique plus en détails : “les muscles qui contrôlent la langue et le palais se relâchent. Au passage de l’air, à l’inspiration, ces muscles devenus flasques et mobiles se mettent à vibrer et donc à faire du bruit”.

2. Des facteurs aggravants … surtout chez les hommes

Evidemment, les plus gros ronfleurs sont ceux qui ont les voies respiratoires les plus encombrées. Outre le rhume et autres maladies touchant le système respiratoire ou encore les problèmes d’amygdales, d’autres facteurs aggravants renforcent le risque de bruits nocturnes. Le premier étant la position : en dormant sur le dos, l’espace disponible pour l’air dans la gorge est limité. Mieux vaut préférer le ventre ou se tourner sur le côté.

Un surpoids peut lui aussi gêner la respiration en réduisant aussi l’espace dans le pharynx et entraîner les ronflements. Seuls 30% des ronfleurs ont un poids situé dans la moyenne. Et les femmes enceintes ne sont pas épargnées, notamment en fin de grossesse, là encore, en raison de la prise de poids.

Enfin, consommation d’alcool, de somnifères ou de cigarettes participent aussi aux facteurs aggravants en détendant davantage les tissus et les muscles situés dans la gorge. Tout comme l’âge qui lui aussi accroît le risque de ronfler.

Mais les médecins ont également noté qu’un homme sur cinq ronflait. Soit 64% environ des ronfleurs, selon une enquête Ipsos de 2007. Ce n’est pas du sexisme : hommes et femmes ne sont pas égaux face aux ronflements.

Notamment car ces messieurs ont une pomme d’Adam mais aussi semble-t-il un pharynx plus étroit. Cette différence anatomique réduit donc l’espace disponible pour le passage de l’air et augmente le risque de ronfler – surtout si d’autres facteurs s’ajoutent.

3. Après la ménopause, les compteurs sont remis à zéro

Sans compter que les femmes produisent des hormones, comme la progestérone, qui protègent les tissus – ils ont plus de tonus – et limitent les risques de ronflements.

Sauf que… après 60 ans, la donne change. Avec la ménopause, les femmes produisent moins de progestérone et ne disposent plus de ce protecteur pour leurs tissus. A partir de cet âge, les hommes prennent donc leur revanche, ou du moins, rétablissent un équilibre et une harmonie dans les ronflements.

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 15:25

Vous avez des difficultés à trouver votre sommeil ? Voici 4 plantes d’intérieur qui permettent de guérir l’insomnie et l’apnée du sommeil !

Image d'illustration

 

De nos jours, de nombreuses personnes souffrent de troubles du sommeil, de terreurs nocturnes, d’insomnie ou d’apnée du sommeil. Pourtant, il existe un moyen simple et naturel d’améliorer votre qualité de sommeil et pouvoir vous reposer pleinement!

http://www.worldactuality.com/images/2017/December-2017/guerir-l-insomnie-et-l-apnee-du-sommeil.png Tout ce que vous devez faire est de placer l’une des plantes suivantes dans votre chambre et profiter de l’atmosphère calme et relaxante.

La plante de serpent (Langue de belle-mère): Déjà un choix populaire de plantes d’intérieur, la langue de belle-mère est facile à entretenir et est parfait pour la décoration intérieure. Elle améliore la qualité de l’air en filtrant l’oxygène. Cette plante libère plus d’oxygène pendant la nuit que pendant la journée. En plus de cela, certaines études ont démontré que l’utilisation d’une plante serpent dans la pièce aide les gens à éviter l’irritation des yeux, les symptômes respiratoires, les maux de tête et peut également améliorer les niveaux de productivité.

Lavande : Les propriétés relaxantes de la lavande ont été utilisées pendant des siècles, car elle soulage efficacement l’anxiété et le stress. Elle ralentit également le rythme cardiaque et offre une atmosphère calme dans la chambre, parfait pour se reposer et dormir !

Plante de jasmin : Le jasmin est une plante exotique dont l’odeur a été démontrée pour aider à améliorer la qualité du sommeil ainsi que la vigilance et la productivité le lendemain ! En outre, le fait de sentir le parfum émanant de cette plante peut aider à réduire l’anxiété et le stress.

Le lierre anglais : Le lierre anglais est chic et facile à cultiver. Il a été nommé NUMBER ONE, soit la meilleure plante de purification de l’air par la NASA. Il peut être particulièrement bénéfique pour ceux qui souffrent d’asthme ou de problèmes respiratoires la nuit. Des études ont montré que le lierre anglais lorsqu’il est placé dans la chambre, contribue à réduire les moisissures dans l’air jusqu’à 94%! Puisque les contaminants dans l’air sont un déclencheur majeur d’allergies, d’asthme et d’autres problèmes respiratoires, cette plante abordable peut aider à améliorer considérablement la qualité du sommeil.

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 06:24
Attention aux régimes..........

A vous aussi vous avez essayé ! BOIRE DE L’EAU AVEC DU CITRON TOUS LES MATINS, oui mais voilà attention à la façon d’on vous le faites

Les citrons contiennent de nombreuses substances, en particulier de l’acide citrique, du calcium, du magnésium, de la vitamine C, des bioflavonoïdes, de la pectine et du limonène qui renforcent les défenses de l’organisme et combattent les infections.

Ces agrumes ont beaucoup de propriétés bienfaisantes pour la santé qui sont reconnues depuis des siècles. Les deux principales sont d’une part leur puissante action anti-bactérienne et antivirale, et d’autre part leur efficacité pour stimuler le système immunitaire ; il est également utilisé dans les régimes, car le jus de citron est également digestif et est un bon dépuratif pour le foie. L’eau citronnée permet d’atténuer cet inconvénient, mais encore faut-il savoir la préparer convenablement…

Explication

L’eau citronnée, est une boisson rafraîchissante et énergisante avec de nombreux bienfaits. En effet, elle permet d’hydrater votre organisme et de lui apporter tous les nutriments et les vertus de cet agrume.

Elle est riche en vitamine C, connue pour son effet énergisant et sa capacité à favoriser l’absorption du fer par le corps et à renforcer le système immunitaire. De plus, le jus de citron qu’elle contient vous offre une quantité non négligeable de minéraux nécessaires au bon fonctionnement de vos organes tels que le potassium, le magnésium et le zinc.

Mais en la préparant, beaucoup de personnes commettent une erreur qui leur fait perdre une grosse partie de ses propriétés.

L’erreur à éviter en préparant l’eau citronnée

Pour préparer l’eau citronnée, plusieurs personnes ont l’habitude d’ajouter du jus de citron à l’eau. Or, en procédant ainsi, elles passent à côté d’un élément très riche en vitamines et en bienfaits : le zeste de citron.

 

La 2 ème erreur à ne pas faire est de ne pas bien se rincer la bouche après avoir bu de l’eau citronnée.

La 3 ème erreur c’est d’en boire tous les jours. L’eau au citron est à consommer avec modération, pendant une cure.

Les bienfaits du zeste de citron

Grâce à sa forte teneur en vitamine C (5 à 10 fois plus que le jus), en acide citrique, en citronnelle, en pectine et en antioxydants, le zeste de citron permet de renforcer votre système immunitaire et de détoxifier votre corps en éliminant efficacement les toxines et les radicaux libres. Il est également très bénéfique pour améliorer la digestion, réduire les ballonnements et booster le métabolisme de combustion des graisses.

De plus, sa richesse en flavonoïdes et en limonène lui permet de lutter contre le développement de plusieurs types de cancer et favorise la mort spontanée (apoptose) des cellules cancéreuses.

Comment préparer l’eau citronnée convenablement?

Pour tirer le maximum de bienfaits de l’eau au citron, voici les étapes à suivre pour la préparer :

Prenez quelques citrons frais bio, et coupez-les en tranches.

Pressez-en quelques-unes pour en extraire le jus, puis râpez leur zeste.

Dans un récipient rempli d’eau chaude ou fraîche – selon votre choix, ajoutez le jus et le zeste de citron puis mélangez. Votre eau citronnée est prête. Il est recommandé de la boire tout de suite après sa préparation, de préférence le matin à jeun.

Faites une cure d’un mois, à renouveler 2 à 3 fois par an.

Quelques bienfaits de l’eau citronnée :

-Réduire l’acidité dans l’estomac et améliorer la digestion
-Ralentir l’absorption des aliments et ainsi empêcher les pics de glycémie
-Lutter contre le phénomène de rétention d’eau
-Donner au corps un apport énergétique durable
-Détoxifier le foie et favoriser l’élimination des déchets
-Combattre le vieillissement précoce et favoriser la régénération des cellules
-Activer le métabolisme de combustion des graisses et contribuer à la perte de poids

Attention : Mises en garde

Cet agrume est déconseillé aux personnes souffrant de brûlures et d’ulcère d’estomac, de troubles rénaux et biliaires et aux allergiques aux agrumes. il est recommandé de ne pas vous brosser les dents, juste après avoir consommé du jus de citron, pour ne pas endommager l’émail des dents.

La consommation excessive de citron peut provoquer une déminéralisation, une décalcification des os et même des ulcères gastriques.

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

 

Repost0