Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

 

AnglaisAnglaisespañolItalianodeutschPortuguês Côté Denne Oversæt til danskOversatt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska

 

Il est tres ... Exactement

 

 

 

             

 

 

Quel. Temps fait-il   

Aujourd'hui

        "Chez  Papy" 

 

                                        

Meteo Libourne

 

041 meteo . 

 

       

A L'affiche..

 

La culture Ne s'hérite pa, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

           

    La

Sélection musicale

Du jour   

 

 

Actu du jour...

​​

Couleurs de saisons

    Côté nature

 

P2106744.cmpb

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Articles Récents

  • Hi-tech.......La nouvelle invention de Sony
    Ce projecteur transforme n'importe quelle table en écran tactile TEST - La nouvelle invention de Sony, le Xperia Touch, nous rapproche encore plus de l'univers de Minority Report. Non, il ne s'agit pas d'un nouveau grille-pain… Sous son allure de petit...
  • Porteurs de " lunettes" ce billet est pour vous..........
    Les 6 astuces que vous devriez connaître ! Tout le monde affronte son lot de problèmes au quotidien. C’est la loi de la vie et personne ne peut y échapper… A moins bien sûr d’adopter les bonnes astuces ! Dans ce billet, nous allons vous partager quelques...
  • La blagounette..........
    Bonne fin de soirée.........
  • L'enquête...........
    Les jeunes consomment quatre fois moins de fruits et légumes que leurs grands-parents Aujourd’hui, les plus jeunes consomment pratiquement quatre fois moins de végétaux que leurs grands-parents. D’une manière plus générale, la recommandation concernant...
  • Une question de " Flair " ?
    Le corps humain est doté de deux narines, mais savez-vous pourquoi ? Voici sûrement une question que nous ne nous posons pas souvent à titre personnel. Tout comme l’ouïe et la vue, l’organe externe de l’odorat marche par deux et cela n’est pas un hasard....
  • La blagounette du soir...........
    Un Corse se plaint :- C'est épouvantable ! Avec mon chef, il m'est impossible de dormir au bureau.- Pourquoi ? Il te réveille ?- Non, il ronfle.
  • Attention au wifi "gratuit"
    "Sans le savoir, 22 000 personnes ont accepté de nettoyer les toilettes publiques en acceptant les conditions d’utilisation d’un Wi-Fi" Pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux conditions d’utilisations des différents services disponibles, une...
  • Prendre l'air.....................par les pieds
    Voici la raison pour laquelle vous sortez un pied hors de la couverture en dormant ! Invariablement… Qu’il fasse chaud ou froid, vous ne pouvez pas vous en empêcher ! Il vous arrive très certainement de vous réveiller au milieu de la nuit, pour vous apercevoir...

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 06:49
Prendre l'air.....................par les pieds

Voici la raison pour laquelle vous sortez un pied hors de la couverture en dormant !

Invariablement… Qu’il fasse chaud ou froid, vous ne pouvez pas vous en empêcher ! Il vous arrive très certainement de vous réveiller au milieu de la nuit, pour vous apercevoir que l’un de vos pieds, ou les deux, dépasse de sous la couette. Que ce soit fait de manière consciente ou pas du tout, vous éprouvez un soulagement et un confort immédiat dès lors que vous sortez l’un de vos pieds hors des couvertures.

Vous ne vous l’expliquez pas… Mais ce n’est pas un phénomène que vous pourriez combattre en faisant simplement appel à votre volonté !

Si ce geste inconscient était jusqu’à maintenant inexpliqué par la Science, aujourd’hui, plusieurs suppositions laissent entendre qu’il s’agit en fait d’un réflexe santé et inné adopté par le corps quand il est en position de veille !

Savez-vous que c’est, en partie, votre pied qui vous permet de sombrer dans un profond sommeil ? En effet, comme beaucoup d’autres organes, votre pied, ou plutôt la plante du pied, contribue à votre repos.

Imberbe et dotée d’un réseau sanguin très développé, la plante du pied envoie au cerveau le signal comme quoi il est temps de plonger dans le sommeil. Stupéfiant, n’est-ce pas ? Mais c’est loin d’être fini !

Une étude scientifique a découvert il y a de cela quelque temps, un fait absolument étonnant : quand la température du corps baisse, cette diminution s’accompagne invariablement d’un ralentissement de l’activité physique.

Tenu au chaud sous les couvertures ou grâce à la température clémente de votre chambre à coucher, votre corps ne parvient pas à décider s’il est temps de sombrer dans le sommeil ou pas.

C’est là qu’entre en jeu, la plante de vos pieds. En la sortant de sous les couvertures, sans même y faire attention, vous permettez à votre température corporelle de baisser de façon -imperceptible pour vous- à signaler à votre cerveau que l’heure de dormir et de se reposer est enfin arrivée !

Voyez comme votre corps parvient naturellement à s’auto réguler sans même que vous ne soyez au courant ! La Nature est décidément très bien faite, n’est-ce pas ?

Autre information tout aussi surprenante, celle reliant la température du corps et à la qualité de la concentration.

Plus vous aurez chaud, moins vous pourrez vous livrer au sommeil et au repos. Bien au contraire, une température corporelle haute (sans qu’il soit question de fièvre) stimule le cerveau et l’incite à mieux fonctionner. C’est d’ailleurs pour cette raison que vous avez autant de mal à vous endormir quand vous avez chaud ou en plein été.

Quand la température est élevée, votre corps regorge de bonne énergie et se soustrait à toutes vos tentatives pour vous endormir. Et quand vous y parvenez, tant bien que mal, c’est pour faire des cauchemars et vous réveiller en sursaut plusieurs fois dans la même nuit.

La prochaine fois qu’il vous prendra l’envie de sortir de sous la couette l’un de vos pieds, sachez que c’est le signal que votre corps envoie à votre cerveau pour lui signifier qu’il a besoin de sommeil. Soyez à l’écoute de votre corps et apprenez à déchiffrer la façon dont il essaie de communiquer avec vous !

Publié par Papy-bougnat - dans Le Saviez Vous Santé
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 06:36

Transpiration : " Méfiez-vous des gros pores "

 

 

Votre peau est couverte de pores. Ce sont des petits trous qui contiennent les racines des poils ou des cheveux (follicules).
Ils permettent à la transpiration de sortir de votre peau pour rafraîchir votre organisme. Et ils laissent aussi s’écouler le sébum, une substance huileuse qui protège la peau. Elle forme une fine couche qui aide à la fois à réguler la température du corps et à compliquer la tâche des bactéries qui essayent de s’installer sur votre peau.
Le sébum est fabriqué par vos glandes sébacées, que vous trouvez partout sur votre corps sauf sous la plante de vos pieds et sur la paume de vos mains. Si vos doigts laissent des traces de gras, ce n’est donc pas la faute de votre sébum mais plus probablement parce que vous vous êtes frotté à un endroit où votre peau était grasse, par exemple votre visage ou votre dos, ou que vous les avez mis dans le beurre.

 

La taille des pores

 

La taille des pores varie fortement d’une personne à l’autre. Pour être franc, les gens préfèrent en général les petits pores (c’est plus mignon que les gros pores !). Lorsque vos pores sont petits, votre peau paraît plus ferme, plus resserrée, moins pendante.Chez les enfants, les pores sont petits et cela leur donne cette peau de pêche que nous leur envions tous, et que nous avions nous-mêmes il n’y a pas si longtemps ! Mais la taille des pores est aussi déterminée par votre hérédité. Il y a des peuples qui ont tendance à avoir des pores plus gros, ce qui entraîne plusieurs problèmes : ils ont naturellement la peau plus huileuse ;

quand ils vieillissent et qu’ils prennent le soleil, la perte de collagène dans la peau fait élargir les pores ;  enfin, leurs pores ont tendance à se boucher avec des cellules mortes et d’autres débris, ce qui les fait paraître plus larges encore.

Les hormones jouent aussi un rôle important : elles activent la production de sébum et c’est pourquoi les adolescents ont la peau grasse. Les femmes, dont la production d’hormones varie pendant les cycles, peuvent avoir la peau plus grasse au moment de l’ovulation et pendant la grossesse.

 

Quand l’huile est bloquée dans les pores

 

Lorsque vous produisez trop d’huile (sébum) et que vos pores sont bouchés, la peau morte peut faire proliférer les bactéries dans ce bain tiède et provoquer une mini-infection. Votre peau rougit, c’est l’acné.
Lorsque l’huile n’arrive toujours pas à sortir, l’acné grossit, s’étend. Apparaît sur votre peau le redoutable bouton rouge, éventuellement même à tête blanche, rempli d’un liquide jaunâtre qui est donc un mélange de sébum, de cellules de peau mortes, et de bactéries.

 

Sueur propre et sueur sale

 

L’autre liquide produit par notre corps, la sueur, sort de deux types de glandes différents. Les glandes eccrines, qui sont les plus nombreuses et se trouvent partout sur le corps. La sueur sort alors par les pores, elle est très liquide et ne colle pas. Elle se compose à 99 % d’eau et d’un peu de sel (chlorure de sodium, potassium, magnésium). Les glandes eccrines sont particulièrement nombreuses dans la paume de la main et la plante de pieds. D’où cette capacité que nous avons d’avoir les mains moites et de mouiller nos chaussettes. Cette sueur en elle-même ne sent pas mauvais, et, si nous sommes propres, sèche sans laisser de trace. C’est la sueur « propre ». Mais il y a un autre type de sueur, collante et chargée de graisses, de protéines et de phéromones. Les phéromones sont des messagers chimiques qui, chez les animaux, servent à envoyer des messages, notamment sexuels, aux autres individus. Chez les êtres humains, l’action des phéromones est plus mystérieuse, mais certainement réelle aussi.
Cette sueur collante est produite par les glandes apocrines, qui se situent sous les aisselles, aux aines, autour des mamelons et de l’anus. Cette sueur sort des follicules pileux (les racines des poils). Les glandes apocrines ne se développent qu’à la puberté et ce sont elles, les grandes coupables de l’odeur de transpiration qui fait que nos charmants bambins, qui sentaient toujours si bon même après une après-midi entière de jeu au soleil, se mettent à dégager une odeur de fauve dès le petit matin s’ils ne prennent pas l’habitude de se laver et de mettre du déodorant.

 

Comment resserrer les pores dilatés

 

Pour nettoyer les pores et les débarrasser de leur huile et de leurs déchets et cellules mortes, la première mesure est de transpirer régulièrement, en faisant une activité physique intense, et en complétant si l’on peut avec un sauna.
Toutefois, il faut perdre l’habitude des douches trop chaudes et trop longues, qui dilatent les pores de la peau et provoquent des rougeurs. Les douches froides et les bains froids sont excellents pour contracter les capillaires (petits vaisseaux sanguins dans la peau) et raffermir la peau.
Sur le visage, vous pouvez même vous passer un glaçon pour rétracter encore plus vos pores. Enveloppez-le dans une serviette en coton et appliquez-les sur les pores dilatés avec une légère pression pendant environ 30 secondes à 1 minute, pas plus pour éviter d’irriter la peau.

 

Lotions et masques

 

Vous pouvez en outre appliquer sur votre peau, avec un coton, de l’eau florale d’hamamélis (ou « noisetier des sorciers »). C’est une plante qui vient d’Amazonie et qui a des vertus astringentes, c’est-à-dire qu’elle produit une crispation des muqueuses. Sur la peau, elle resserre les pores dilatés. L’huile de noisette et les lotions à l’aloe vera sont utiles également.Pour les plus motivé(e)s, vous pouvez également bien sûr vous faire des masques.

Ultra-connu, le masque au concombre peut être remplacé par un simple jus de concombre. Mélangez le jus de concombre avec un peu de sel puis appliquez sur le visage et laissez reposer pendant quelques minutes. Mieux encore, écrasez un demi-concombre pelé, ajoutez quelques gouttes de jus de citron et une cuillère à café d’eau de rose. Appliquez le mélange sur votre visage et laissez le reposer pendant 15 à 20 minutes, puis rincez-vous à l’eau froide.

Vous pouvez aussi vous appliquer du jus de tomate sur le visage. Laissez reposer pendant 20 minutes puis rincez à l’eau tiède. Effectuez ce traitement 3 fois par semaine pour avoir une peau saine sans pores dilatés. C’est également bénéfique pour réguler la production de sébum.

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Publié par Papy-bougnat - dans Santé Pratique
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 10:08
Santé: " Les bienfaits insoupçonnés des feuilles de laurier "

Le laurier est souvent utilisé en cuisine pour ajouter une saveur méditerranéenne aux plats. Jadis, les feuilles de laurier étaient utilisées comme plante médicinale et leurs propriétés ont fait leurs preuves ! Le laurier agit comme anti-inflammatoire et donc réduit la douleur. Il peut être utilisé de plusieurs manières et suivant l’usage, il a des vertus calmantes et apaisantes. L’eucalyptol présent dans le laurier permet de libérer les voies respiratoires, mais aussi à se détendre. Ces propriétés ont donc un effet bénéfique sur la pression sanguine et vos insomnies.

# Comment bénéficier de tous ces bienfaits ?

Il vous suffira de 10 minutes pour ressentir tous les avantages de la feuille de laurier. Pour cela, vous aurez besoin de quelques feuilles de laurier, d’allumettes et d’un contenant résistant à la chaleur.

Placez-vous dans la plus grande pièce votre maison et la plus aérée. Placez vos feuilles de laurier dans le contenant et faites brûler vos feuilles à l’aide d’allumettes (un briquet fera également l’affaire). Une odeur agréable s’en dégagera et vous ressentirez très vite ses vertus. Suite à la combustion, les vapeurs de laurier auront un effet relaxant, calmant, reposant et apaisant. Tous vos muscles seront détendus !

Vous pouvez utiliser cette technique en milieu d’après-midi en lisant un livre ou le soir avant de vous coucher pour un sommeil réparateur. Attention tout de même aux risques d’incendie, il est demandé de bien surveiller la combustion et de ne pas laisser le contenant seul dans la pièce.

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 06:34

La cause des crampes aux jambes

Les crampes aux jambes provoquent une souffrance curieuse : très intense, on est surpris de cette douleur qui monte rapidement et s’étend dans le membre. On pousse un cri, on s’apprête à souffrir horriblement mais, en général, la douleur disparaît en quelques dizaines de secondes, sans laisser de trace.

Cela ne paraît donc pas grave. Sauf que les crampes aux jambes se produisent souvent la nuit et, chez de nombreuses personnes malchanceuses, plusieurs fois par nuit.

Elles souffrent donc de réveils nocturnes débouchant sur de l’insomnie ou, du moins, un mauvais sommeil. Une récente étude a montré que, parmi les personnes de plus de soixante ans, 31 % d’entre elles disent être réveillées la nuit par des crampes aux jambes et 15 % plus de trois fois par mois en moyenne . La zone la plus souvent touchée par ces crampes sont les mollets.

Le problème, c’est que plus vous dormez mal, plus vous avez de crampes.

Que se passe-t-il ?

Les crampes, toujours un mystère pour la médecine !

Le mécanisme exact des crampes n’est toujours pas compris par la médecine. On sait qu’il tient à des problèmes nerveux et de fatigue musculaire autant qu’à un dérèglement dans le mouvement des électrolytes au sein des cellules (les électrolytes sont le calcium, le magnésium, le potassium et le sodium, qui régulent les échanges dans les cellules).

Statistiquement, il a été observé que de nombreuses maladies et de nombreux états de santé étaient associés à des crampes plus fréquentes : traitement du cancer, maladies cardiaques, maladies du foie, dialyse des reins, hypothyroïdie, artérites, diabète, insuffisance veineuse et grossesse. De très nombreux médicaments peuvent aussi déclencher des crampes, notamment les statines, la pilule contraceptive, le naproxène, les diurétiques, les antipsychotiques et la cortisone.

D’une façon générale, tous les problèmes ralentissant l’irrigation des muscles accroissent le risque de crampes : cela peut être des médicaments éliminant ou bloquant l’action des nutriments, mais aussi la déshydratation ou le simple fait de rester immobile trop longtemps, par exemple assis les jambes croisées.

Les personnes souffrant d’insuffisance veineuse courent, bien sûr, plus de risques d’attraper des crampes, tout comme les personnes diabétiques, dont les petits vaisseaux sanguins (capillaires) sont abîmés et irriguent mal les organes.

L’élimination excessive de sels minéraux, qui se produit en cas de diarrhée prolongée, peut entraîner un déficit dans les muscles. Des crampes se produisent. La solution est alors de veiller à bien boire de l’eau riche en sels minéraux (bouillons de légumes, par exemple). À l’inverse, en cas d’exercices physiques intenses, il faut veiller à ne pas boire trop d’eau, les minéraux du sang étant alors trop dilués, ce qui provoque des crampes.

Lutter contre les toxines

Un rapport publié en 2017 ayant porté sur 5 563 personnes âgées de 18 à 85 ans a montré que « un niveau élevé de pesticides, de métaux lourds, de phtalates et d’hydrocarbones poly-aromatiques était associé à des crampes aux jambes pendant le sommeil  ».

De même, certains produits présents dans notre alimentation augmente le risque de crampes. Ce sont :

l’aspartame (édulcorant artificiel) ;

la caféine ;

le gluten ;

le monosodium glutamate (MSG), un additif alimentaire très courant dans les plats préparés ;

l’alcool ;

le tabac ;

l’excès de sucre raffiné.

Des études menées à l’Université de l’État de Washington (Washington State University) ont mis en évidence le fait que les patients souffrant de crampes liées à la fibromyalgie avaient vu leur état s’améliorer en supprimant complètement l’aspartame et le MSG de leur alimentation.

L’aspartame et le MSG sont des « excitotoxines » pour les tissus nerveux, qui peuvent provoquer des contractions musculaires et des crampes.

Le déficit de magnésium peut contribuer aux crampes dans les jambes

Sept adultes sur dix ont un faible niveau de magnésium et n’en sont pas conscients. Les symptômes classiques du manque de magnésium sont les tremblements, les fasciculations musculaires (muscles qui se contractent spontanément, souvent dans la paupière) et les crampes.

Comment se fait-il que nous puissions manquer de magnésium alors que nous sommes censés avoir un mécanisme de régulation interne qui assure l’équilibre (absorption intestinale, excrétion rénale, échanges avec les os) ?

Une partie de la réponse est que le magnésium qui manque en cas de crampes est le magnésium musculaire, lequel est très difficile à mesurer et n’est, en général, pas détecté.
Le déficit en magnésium est souvent mesuré par une prise de sang, alors que seul 1 % du magnésium de notre corps se trouve dans le sang. Environ la moitié de notre stock se trouve dans nos cellules, l’autre moitié dans nos os. Les fluctuations à ce niveau sont extrêmement imprécises et difficiles à interpréter. Il en va de même avec le calcium, dont moins de 1 % se trouve dans le sang. C’est pourquoi la littérature scientifique indique que les manques en magnésium et en calcium dans la population sont très sous-estimés par les diagnostics.

Comme si ça ne suffisait pas, les AJR (apports journaliers recommandés) par les autorités de santé sont beaucoup trop faibles pour une santé optimale. Ils ne sont que de 350 mg environ par jour, et 70 % des personnes ne les atteignent pas de toute façon . J’écris « environ », car les conseils ne sont pas les mêmes selon l’âge, le sexe, l’état de santé, et que les recommandations varient d’un pays à l’autre… La nutrition n’est pas encore une science exacte.

Médecins et pharmaciens n’hésitent pas à en prescrire ou à en donner en cas de fatigue, d’apathie, d’irritabilité, de stress. Le magnésium fait ainsi partie des compléments alimentaires les plus prescrits et les plus consommés avec la vitamine C. Encore faut-il qu’il soit pris sous une forme bien assimilable, sans quoi il part aussitôt dans les selles (s’il ne passe même pas la barrière intestinale) ou dans les urines (s’il est aussitôt excrété par les reins car non absorbé par les os et les cellules).

Or, pour ce qui est du magnésium, il en existe de nombreuses formes qui n’ont pratiquement rien à voir les unes avec les autres. Il ne faut surtout pas confondre :

les sels inorganiques de magnésium (chlorure et oxyde), très laxatifs au-dessus d’un certain seuil ;

les sels organiques comme le citrate, le lactate, le pidolate et l’aspartate ;

les nouveaux sels liposolubles (solubles dans les graisses), qui n’accélèrent pas le transit (glycérophosphate de magnésium) ;

les sels chélatés (le bisglycinate).

C’est pour ces deux dernières formes qu’il faut opter, car elles sont mieux absorbées.

Aliments à privilégier

Les aliments riches en magnésium sont les lentilles et autres légumes secs, les légumes verts, les abricots, les bananes, le chocolat noir et le sarrasin. Certaines eaux minérales comme l’eau d’Hépar sont très riches en magnésium, mais il s’agit de magnésium sulfate, peu biodisponible et laxatif, c’est pourquoi on recommande cette boisson en cas de constipation.

Les plantes contre les crampes

Les plantes médicinales utiles contre les crampes sont dites « antispasmodiques ». Cette expression signifie « contre les spasmes », donc « contre les contractions musculaires » incontrôlées : achillée millefeuille, angélique, gentiane, ortie, pissenlit, plantain, sauge, valériane et passiflore pour les plus connues.

Ce sont des plantes qui relaxent, qui détendent. On peut les utiliser en tisanes ou en teinture-mère diluée, appliquée sur la zone sujette aux crampes.

Les sportifs ont leur remède préventif d’huiles essentielles contre les crampes, à appliquer en massage sur le muscle :

1 goutte d’huile essentielle de lavandin abrial (antidouleur et relaxant musculaire) ;

1 goutte d’huile essentielle de clous de girofle (antispasmodique, réchauffe la peau) ;

1 goutte d’huile essentielle de laurier noble (tonifiant musculaire et lymphatique).

Ils insistent aussi sur l’importance de l’échauffement et des étirements, au cours desquels on tire très progressivement, sur les muscles et en évitant tout excès pouvant provoquer une déchirure, en insistant bien sur le muscle sujet aux crampes.

Attention : je suis bien conscient du fait que cet article ne vous donnera peut-être pas la solution définitive face à vos crampes. Je répète que ce phénomène, bien que banal, est en fait mal compris par la médecine, et sans doute pas assez étudié.

Si vous vous promenez sur les forums Internet, vous trouverez un nombre incroyable de remèdes et d’astuces plus ou moins crédibles. Certains jurent que mettre du gros sel sous la langue les soulage très rapidement ; d’autres que c’est le chlorure de magnésium (pourtant peu assimilé) qui est souverain contre les crampes. Les remèdes homéopathiques sont aussi très populaires : Arnica Montana 9CH, trois granules toutes les heures pendant l’effort, ou encore un « médicament » homéopathique spécial, Solucrampes, tous deux abondamment recommandés vendus sur Internet.

Je vous encourage à mener votre propre investigation, car vous trouverez certainement des produits qui marchent pour vous. Pour ma femme Valérie, c’est le produit Germag de Lorica. Dès qu’elles arrêtent d’en prendre pendant trois jours, ses crampes reprennent (note : je ne touche pas de commission sur ces produits). Mais comme souvent pour ces sujets un peu mystérieux, aux causes multiples, c’est à vous plus qu’à votre thérapeute ou à votre médecin que reviendra probablement la responsabilité – et le mérite ! – d’avoir trouvé votre solution.

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Publié par Papy-bougnat - dans Santé
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:58

Ce simple exercice vous aidera à vous débarrasser de la douleur !

 

Beaucoup de personnes souffrent de douleurs au dos. Mais quand il s’agit de sciatique, les choses se compliquent et la douleur ressentie est réellement insupportable. La sciatique se caractérise par de fortes douleurs au niveau de la partie inférieure du dos, et du muscle. Concrètement, le nerf arrive jusqu’aux pieds et aux phalanges. Appliquez sans tarder ces conseils et vous verrez une nette amélioration de votre état de santé au fur et à mesure.

La névrite sciatique, qu’est-ce que c’est ?

C’est une maladie très commune chez les adultes. Il s’agit d’une inflammation du nerf sciatique qui est le nerf le plus long et le plus gros du corps humain. Il s’étend de la partie inférieure du dos, passe par le muscle et arrive aux pieds. Il a pour fonction d’assurer la sensibilité de la peau des membres inférieurs et la motricité des articulations du genou et de la hanche. Le nerf sciatique contrôle également la cheville et les muscles de la jambe et de la cuisse.

Comme beaucoup le savent, on se réfère, dans le langage populaire, aux douleurs au niveau de cet organe par le nom de “sciatique”. Quand on fait pression sur le nerf, on ressent une violente douleur semblable à un étirement trop brusque ou à une lésion de la colonne vertébrale.
La douleur se déclenche car le nerf subit une compression assez forte et peut se manifester sous plusieurs formes. Elle peut être tellement sévère qu’il vous est impossible de marcher : vous avez des crampes, pouvez être victime de décharges électriques et de spasmes qui vont des hanches aux genoux, ou même ressentir des fourmillements au niveau des pieds.

Les causes de la névrite sciatique

Les causes de la névrite sciatique sont multiples et peuvent être dues à une maladie comme le diabète ou une infection, à des traumatismes accumulés dans la zone lombaire, au vieillissement ou à une mauvaise posture. Mais parfois, un faux mouvement du tronc ou un effort agressif et mal exécuté pour porter un objet lourd en sont également la cause. La névrite peut s’installer petit à petit ou survenir du jour au lendemain. La douleur est supportable et sporadique au début mais elle devient plus lancinante au bout de quelque temps.

Comment guérir une névrite sciatique ?

Il n’y a pas de remède qui vient à bout des douleurs de manière définitive car il est très rare qu’un nerf atteint s’autocorrige. Les personnes souffrantes se rendent en général chez un chiropracticien mais vous pouvez, en attendant, effectuer une série d’exercices qui soulageront nettement vos maux et les rendront bien plus supportables.

Les exercices :

Commencez par vous coucher sur le dos, sur un tapis au sol, et repliez votre jambe vers vous, de manière à ce qu’elle touche votre poitrine, tout en gardant l’autre tendue. Après une minute, faites de même avec l’autre.

Mettez-vous à genoux, la tête rentrée entre vos jambes et les bras tendus vers l’avant, sans être raides. Après une minute, relevez-vous lentement, pour ne pas brusquer vos nerfs.

Asseyez-vous sur une chaise, puis descendez très lentement votre tronc, les bras ballants vers l’avant, la tête toujours entre vos jambes.

Effectuez chaque exercice pendant 30 secondes à une minute, et surtout évitez de vous relever ou vous baisser de manière brusque pour ne pas choquer votre nerf.

Que faire pour soulager la douleur ?

N’hésitez pas à consulter d’abord un spécialiste, afin de savoir réellement de quoi vous souffrez, car selon votre diagnostic, certains exercices ne vous correspondront pas et ne feront qu’empirer la douleur sciatique et la rendre plus intense.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’idéal serait de pratiquer de manière régulière une batterie d’exercices en tenant compte des conseils présentés : exercices de flexion du dos, d’extension supérieure du dos. Combinez ces différents mouvements et vous n’aurez que des résultats positifs.

 

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Publié par Papy-bougnat - dans Santé
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 06:45

Comment la soigner.............

L'arthrose des doigts est délicate à traiter. A ce jour, il n'existe pas de traitement curatif mais il y a des solutions pour soulager la douleur. Revue de détails avec le Dr Capucine Eloy, rhumatologue au CHRU de Lille.

Prenez une serviette chaude ou un sac de glace

La chaleur et l'application de froid peuvent servir à soulager

Les effets : l'application de chaleur favorise la circulation sanguine et aide à détendre les muscles de la main (la personne atteinte d'arthrose a tendance à se crisper en cas de douleur) tout en soulageant les douleurs articulaires. Le froid a quant à lui une action anesthésiante et aide à réduire la douleur et l'inflammation. Il entraîne également un dégonflement des épanchements de synovie.
Comment : il est possible soit d'envelopper vos doigts dans une serviette chaude, soit d'appliquer du froid en posant un sac de glace sur la peau protégée d'un linge.

Comment : massez vos doigts au quotidien en prenant quelques minutes pour étirer chacun des doigts de la base jusqu'à l'extrémité.
Pourquoi : "Les massages et les exercices, dans la continuité de la prise en charge par un kinésithérapeute, améliorent la force et la mobilité des doigts. Cela est bénéfique pour le cartilage et l'articulation.", explique le Dr Eloy.
Cependant : ne forcez pas sur les doigts en portant des charges lourdes ou en réalisant des gestes répétitifs. Cela pourrait au contraire amplifier la douleur.

Portez une orthèse la nuit

L'arthrose au niveau des doigts peut entraîner une déformation des articulations à moyen et long terme.

Pour l'éviter, le port d'attelles (ou "orthèses"), qui permettent de reposer les articulations et luttent contre la déformation des doigts (surtout du pouce), est souvent prescrit.
Comment : l'orthèse est un moulage du poignet et du pouce ou de certains doigts, réalisé sur-mesure en résine. On peut la mettre et l'enlever soi-même. Les orthèses sont portées essentiellement la nuit et pendant les périodes d'inactivité dans la journée.
Il existe des orthèses "standard" en pharmacie qui peuvent être portées pour faciliter les gestes du quotidien.
Les effets : si elle est portée régulièrement, l'orthèse est très efficace pour juguler la douleur et prévenir les déformations.

Pensez aux médicaments qui calment la douleur et l'inflammation

Lesquels :
Le paracétamol : c'est le médicament de première intention et le plus approprié en cas de douleurs. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)* : à base d'ibuprofène, de kétoprofène, de diclofénac… Ils peuvent également être prescrits lors des poussées douloureuses pour diminuer l'inflammation de la main et des doigts, et soulager rapidement.
Les anti-arthrosiques d’action lente : ils ont pour objectif de ralentir la dégradation du cartilage détérioré progressivement par l'arthrose, et de réparer les lésions. Il faut quelques semaines à plusieurs mois de prise continue avant de voir apparaître leur efficacité et une diminution de la douleur.
Et aussi : "On peut parfois proposer des infiltrations de corticoïdes en cas de poussées très douloureuses, surtout en cas d'arthrose de la base du pouce.", explique que le Dr Eloy.

 En raison notamment de leurs risques digestifs (ulcère, perforation de l'estomac...), leur prescription est limitée à de courtes périodes. Ils peuvent être disponibles également sous forme de gels ou de patchs.

Testez les injections d'acide hyaluronique

Le principe : le traitement consiste à rajouter, à l'aide d'injections, une substance composée d'acide hyaluronique, principal constituant du liquide synovial dans l'articulation.
Pourquoi : en cas d'arthrose, le liquide synovial perd ses qualités de lubrifiant au niveau de l'articulation. Cela entraîne la douleur.
Les effets : "L'efficacité de cette méthode est surtout démontrée dans l'arthrose de la base du pouce, sur la douleur et les gestes du quotidien" indique explique le Dr Eloy.

Faites des séances de kinésithérapie

Quand les doigts sont touchés par l'arthrose, ils gonflent et se raidissent

Les mouvements deviennent difficiles et douloureux. Il est important de prévenir les déformations, la diminution de la force et de la mobilité en les mobilisant et en réalisant différents exercices proposés par un kinésithérapeute le plus tôt possible.
Les effets : le mouvement est bénéfique pour le cartilage et l’articulation. Il permet de maintenir la souplesse des doigts et de l'intégralité de la main, de renforcer la musculature. La rééducation chez un kinésithérapeute, puis de façon régulière chez soi, est la base de la lutte contre la douleur de l'arthrose.
Sachez-le : très souvent, les douleurs entraînées par l'arthrose au niveau des doigts s'améliorent spontanément au bout de quelques années, jusqu'à disparaître complètement.

Pourquoi pas une cure thermale ?

Les effets : les cures ont des effets bénéfiques sur la douleur et la mobilité des mains et des doigts en raison de l'effet sédatif de l'eau, ainsi que par les manipulations qui entretiennent la mobilité.
Les stations thermales les plus indiquées : Aix-les-Bains, Balaruc-les-Bains, Bourbon-L’Archambault, Bourbonne-les-Bains…
Comment s'y prendre : pour être pris en charge, votre médecin traitant ou rhumatologue doit vous prescrire une cure d'au moins 18 jours. Vous aurez à envoyer le formulaire Cerfa n°11139*02 à votre caisse d'assurance maladie. La cure est prise en charge à hauteur d'environ 65%. Il est possible qu'une partie des frais de séjour et de transport soit remboursée. Renseignez-vous.

Remerciements au Dr Capucine Eloy, rhumatologue au CHRU de Lille pour toutesces précieuses informations

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Publié par Papy-bougnat - dans Santé
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 06:52

POURQUOI METTRE DU POISSON DANS NOS ASSIETTES EST-IL DANGEREUX ?

Les poissons sont voués à disparaître des océans d’ici à 2050

Alors que la consommation de poissons dans le monde atteint des records, l’association WWF tire la sonnette d’alarme. Selon une étude menée par les scientifiques de l’Université de Kiel, si l’Homme continue de surexploiter ce que donnent les océans, les poissons pourraient totalement avoir disparu du globe d’ici 2050.Depuis notre enfance, on nous répète que manger du poisson est bon pour notre santé. Riches en oligo-éléments, en oméga 3, en protéines et peu gras, ils sont devenus incontournables dans notre alimentation. En seulement 70 ans, la consommation de poissons annuelle des Français est passée de 9 à 35 kg par habitant. Et cela a des conséquences inattendues sur la biodiversité marine qui, à terme, pourraient mener à la disparition pure et simple des poissons sauvages.

UNE CONSOMMATION QUI AUGMENTE TROP VITE

C’est la WWF qui a alarmé le monde sur cette situation méconnue du public lors de la Semaine Internationale de la Pêche Responsable qui s’est tenu du 20 au 26 février dernier. En se basant sur des travaux réalisés par des scientifiques de l’Université de Kiel, l’association a rappelé que 82 millions de tonnes de poissons sont pêchés chaque année pour finir sur nos étals.

Un chiffre qui a quadruplé depuis 1950 et qui est en constante évolution au vu de l’accroissement de la population mondiale. Mais cette surconsommation risque d’avoir des conséquences dramatiques sur l’environnement mais aussi pour l’Homme.

La majorité des poissons que nous consommons sont importés. La pêche revient dans certains cas à priver des populations de leur premier apport en protéine comme l’a souligné l’ONG. Selim Azzi, chargé de projet pêche durable de l’ONG a expliqué que » Les pays développés, auront toujours du poisson dans leurs assiettes. Mais certains pays africains par exemple éprouveront des difficultés à se nourrir, car nous pêchons de plus en plus dans ces zones où ils ne disposent pas des technologies pour exploiter leurs richesses. » En plus des conséquences sur la consommation des pays les plus pauvres, la surpêche empêche également la reproduction des espèces. Les pêcheurs ne respectent pas la croissance et le cycle de reproduction des animaux, et de jeunes poissons n’ayant pu procréer se retrouvent dans nos assiettes. Or, respecter cette période pourrait permettre aux espèces de survivre.

QUE FAIRE POUR ÉVITER UNE POTENTIELLE DISPARITION DES POISSONS ET FRUITS DE MER ?

La WWF a émis plusieurs idées pour nous aider à consommer du poisson de manière plus responsable. Idéalement, l’ONG voudrait que la population réduise sa consommation à seulement 12 kg par an et par personne. Elle préconise également de privilégier certaines variétés de poissons qui prolifèrent plus facilement que d’autres. Le but est à la fois de favoriser les proies par rapport aux prédateurs mais aussi de substituer des espèces par d’autres comme le mulet qui est similaire au bar.

» On travaille avec de grandes enseignes pour les amener à faire des efforts en vendant d’autres spécimens. Par exemple, plutôt que de manger du thon albacore, préférer le thon listao. Le but de cette démarche consiste à laisser le temps aux stocks de se reconstituer. Pour cela, il faut rééduquer les consommateurs sur la réalité des espèces » poursuit Selim Azzi. Enfin, l’ONG a mis en ligne un petit guide permettant au consommateur de voir quel poisson ou fruit de mer il peut manger et quelles espèces à éviter.

Publié par Papy-bougnat - dans Le Saviez Vous Santé
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 07:20

              Les mains sales

Je reviens de chez des amis qui avaient loué une maison au bord de la mer.
C’est une maison neuve, avec trois chambres, une petite cuisine, une jolie vue mais, au fond, rien d’une villa de millionnaire. J’ai pourtant été impressionné, choqué même, par le nombre de pièces d’eau, et plus précisément le nombre de robinets. Chaque chambre a sa salle de bains. Et dans chaque salle de bains, on trouve une baignoire, une douche, un lavabo, un bidet, des toilettes. Des toilettes, donc, pour chaque chambre, plus encore des toilettes communes, à côté du salon. Il faut compter encore une petite piscine extérieure chlorée avec sa douche, son lavabo, ses toilettes, à nouveau. Cela paraissait normal à tout le monde. Personne ne s’en étonnait (à part moi). Mais je pense que, dans quelques générations, les historiens qui étudieront notre époque ne manqueront pas de remarquer cette véritable folie de l’hygiène. Je ne parle pas des conséquences écologiques de consommer tant d’eau (d’autant plus que nous étions dans une zone notoirement menacée par la sécheresse). En restant strictement dans le domaine de la santé, je m’inquiète des conséquences catastrophiques pour nos systèmes immunitaires, nos allergies, de passer ainsi notre temps à nous laver, nous savonner, nous désinfecter.

Les mains sales

Excusez-moi d’évoquer constamment le passé mais je n’y peux rien, c’est plus fort que moi : quand j’étais petit, beaucoup de personnes autour de moi avaient les mains sales. En utilisant cette expression, « mains sales », je m’aperçois que les jeunes de notre époque ne peuvent même plus imaginer ce que cela veut dire.
Pour eux, avoir les mains sales, c’est avoir les mains pleines de Nutella, ou de confiture. Ou avoir mis les doigts dans son nez morveux. On se passe les mains à l’eau claire et, déjà, elles sont propres. Mais ce n’est pas ce qui s’appelait les « mains sales », dans mon enfance. Les mains sales de ma jeunesse, c’était une crasse noire, incrustée, qui ne pouvait pas s’enlever. Le savon était impuissant, l’eau de Javel elle-même ne servait à rien. Les gens qui travaillaient de leurs mains les plongeaient constamment dans la terre, dans le cambouis, dans le fumier, ils se servaient de leurs mains comme d’outils, pour toutes sortes de choses que nous n’imaginons même plus aujourd’hui. Les ongles notamment, étaient entourés d’un liseré noir particulièrement tenace

https://static.snieditions.com/external/img/mainsale.png

C’est devenu une curiosité aujourd’hui. Mais autrefois, toute la population était comme ça. Les gens n’avaient pratiquement jamais les mains « propres », c’est-à-dire immaculées, au sens de notre société où la plupart des gens travaillent sur des ordinateurs. Voyez-vous par exemple les veines bleues qui courent sur vos mains ? Autrefois, seule une infime partie de la population, les aristocrates, qui ne travaillaient pas la terre, avaient les mains assez propres pour qu’on puisse remarquer chez eux ces veines bleues. C’est pourquoi on les appelait aussi les « sangs bleus ». Les gens croyaient que ce n’était pas normal ! Mais tous les autres… Et pensons aux hommes des tribus qui s’enduisaient le corps de boue, de glaise, d’argile.

https://static.snieditions.com/external/img/enfants.png

Enfants aborigènes ayant passé l’après-midi à jouer dehors, pour de vrai !

Trop d’hygiène donne des maladies

Certains experts pensent que c’est le manque de contact avec la crasse, la poussière, les pollens et autres bactéries qui explique la montée des allergies.
Et certains scientifiques relient la hausse des maladies chroniques, comme les maladies auto-immunes, les dépressions, l’hyperactivité, à un défaut de contact avec les micro-organismes vivant naturellement dans les sols. En fait, les études montrent que les enfants qui sont en contact avec des animaux domestiques, notoirement porteurs de « parasites », et qui sont mis au contact des microbes du sol, comme les bactéries, champignons, levures, protozoaires, et des insectes ou des petits animaux, comme les vers de terre, ont un meilleur système immunitaire et un meilleur développement psychologique.

Un petit peu de crasse ne nuit pas

Ce n’est pas parce que vous n’avez plus l’âge de faire des pâtés de sable que vous ne pouvez plus bénéficier du contact avec la terre. Le mois de Mars approche et ce sera le moment de réfléchir à l’endroit où vous allez préparer votre potager pour la saison (si vous n’en avez pas encore un). Faire pousser vos légumes vous apportera de nombreux autres bienfaits, dont le plaisir de manger enfin, à nouveau, des produits qui ont du goût. Cela vous permettra de faire pousser vos propres plantes médicinales, en plus de vous procurer les herbes aromatiques fraîches qui exalteront le goût de vos plats, et vous procureront les antioxydants et phytonutriments nécessaires à une bonne santé. Travailler à l’extérieur vous permettra de respirer de l’air frais et de vous exposer plus souvent au soleil. Vous aurez un meilleur taux de vitamine D, votre peau sera plus belle et votre moral plus solide. La vue du vert, et du ciel bleu, régule le taux de sérotonine (l’hormone de la bonne humeur) et votre rythme circadien (cycle du sommeil) s’harmonisera avec la lumière du jour : votre sommeil sera plus profond, et plus réparateur. Certains expliquent en outre que le contact avec la terre permettra de décharger l’électricité statique de votre corps, tout en vous connectant avec l’énergie géophysique de la Terre.

Une bactérie dans le sol qui vous veut du bien

On trouve dans le sol un micro-organisme appelé Mycobacterium vaccae qui active lui aussi la production de sérotonine, ce qui aide à réguler la libido, la mémoire, l’humeur, le sommeil et le comportement social. Et quand vous récoltez vos légumes, que vous vous réjouissez de remplir votre panier des fruits de votre labeur, votre cerveau s’inonde de dopamine, un autre neurotransmetteur qui produit des bouffées de bonheur ! Ce phénomène, aussi connu sous le nom d’instinct de cueillette, a été développé par notre espèce il y a plus d’un million d’années. Trouver des légumes mûrs, et les cueillir, provoque un flux de dopamine qui « récompense » notre cerveau, créant un sentiment d’euphorie. C’est un antidépresseur qui se trouve à votre disposition, dans votre propre jardin !
Et n’oubliez pas d’en faire profiter vos petits-enfants si vous en avez.
Faites-les jouer avec les vers de terre, les escargots, les chenilles, les bâtons, les cailloux, le chien, etc. Demandez-leur de vous aider à semer les graines, à désherber, arroser, biner, sarcler. Laissez-les se salir. Sauter dans les flaques. Jouer avec la boue. Et même se piquer aux ronces et aux orties. Ou encore tomber et s’égratigner un peu les genoux, les mains.
N’ayez pas peur du tétanos. Ils ont, on le sait maintenant, bien plus de risque de tomber malade à force d’être trop restés dans les effluves chimiques des désinfectants, plastiques, vernis d’intérieur ; à force d’être trop lavés, frottés, désinfectés !


 

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 07:29

 

 

Le vin rouge et votre intestin 

 

Vous avez probablement entendu dire que le vin rouge peut être une option de boisson très saine, mais vous avez probablement juste entendu parler des avantages génériques des antioxydants et du resvératrol dans le vin rouge.

Il y a une autre raison MAJEURE sur le fait que boire du vin rouge avec modération (1-2 verres par jour maximum) peut être une chose extrêmement saine dans votre routine. J'ai personnellement grandi en profitant d'un verre de vin au dîner 4-5 jours par semaine.

Une étude publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition (Am J Clin Nutr 2012;95:1323-1334) a signalé que les personnes qui buvaient deux verres de vin rouge par jour (du vin rouge sec, pas du vin sucré) avaient des niveaux plus élevés de bactéries bénéfiques et des niveaux inférieurs de mauvaises bactéries pathogènes dans leur intestin. Ce sont d'excellentes nouvelles, comme vous le savez, l’équilibre de la flore intestinale est considérablement important pour votre digestion, votre système immunitaire, votre métabolisme, la santé de votre peau et bien plus encore.

L'étude a conclu que, bien que sa consommation fasse diminuer les bactéries pathogènes dans l'intestin, le vin a effectivement un effet pré biotique dans l'intestin en supportant la croissance et les colonies de microbes sains qui protègent votre santé.

Mais les puissants avantages pour la santé du vin rouge ne ​​s'arrêtent pas là...

Une autre partie intéressante de cette étude est que le vin rouge a également permis aux buveurs de diminuer leur tension systolique et leur pression artérielle diastolique, leurs triglycérides, leur cholestérol LDL et leur taux de CRP (protéine C réactive). La CRP est une mesure de l'inflammation globale de votre corps, c’est donc une excellente chose de voir que l‘association de vin rouge réduit l'inflammation.

La partie intéressante de l'étude est que la consommation de vin rouge a été comparée à une consommation équivalente de gin (à quantité d’alcool équivalente) et aucun des avantages mentionnés ci-dessus n’a été observé dans le groupe consommant du gin. Cela signifie que les avantages étaient probablement liés aux polyphénols et au resvératrol dans le vin rouge et pas nécessairement à la teneur en alcool elle-même, bien qu’il y ait probablement un effet synergique de l'alcool et d'autres composés dans le vin rouge, raison pour laquelle le groupe recevant le vin rouge désalcoolisé a obtenu moins de bénéfices sur la pression artérielle.

Vous pouvez choisir du Cabernet, du Merlot, du Pinot Noir, du Syrah ou tout autre vin rouge sec pour obtenir tous ces avantages puissants pour la santé avec des polyphénols uniques et du resvératrol.

Notez que le vin blanc bénéficie aussi de quelques avantages pour la santé, mais pas aussi puissants que le vin rouge, avec des niveaux d'antioxydants inférieurs.

Un autre avantage du vin rouge et qui n'est pas mentionné dans l'étude ci-dessus, c'est le fait que le vin rouge consommé lors d’un repas peut ralentir et modérer la réponse de sucre dans le sang. C'est encore un autre avantage pour garder vos hormones équilibrées, contrôler vos niveaux d'insuline, contrôler l'appétit et rester mince ! Comme vous pouvez le voir, il y a pas mal de raisons pour lever votre verre de vin rouge et porter un toast à votre santé !

Mais méfiez-vous...toujours à consommer avec modération !

Source: http://ajcn.nutrition.org/

 

Notez : Les informations de ce billet d'information sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 08:04

Boissons fermentées : le nouvel élixir de jouvence

Les gourous healthy ne parlent que de ça. Les boissons fermentées, très riches en prébiotiques et probiotiques, seraient excellentes pour la santé. Kéfir, kombucha ou kvas, on vous dit tout sur ces nouvelles potions magiques.

Boissons étranges pour les uns, potions magiques pour les autres, les boissons fermentées sont en passe de prendre la tête du podium des boissons les plus healthy de l’année. Un ouvrage paru aux éditions La Plage le 16 février  est même consacré au sujet. Boissons fermentées, du kéfir au kombucha, écrit par l'auteure Linda Louis (1), présente de manière très complète tout ce qu'il faut savoir sur ces boissons miracles. Faibles en sucre, elles se composent de champignons, de bactéries ou de levure qui, grâce à leur fermentation, délivrent une multitude de bons nutriments.

Le principe

Le but de ces élixirs «miracle» s’articule autour des bienfaits de la fermentation. Ainsi en faisant fermenter des champignons ou des levures dans du thé ou du lait, on libère de bonnes bactéries. Ces dernières s’attaquent au sucre, ajouté ou provenant des fruits, et les bulles de CO2 sont naturellement présentes, contrairement aux sodas. Un cocktail pétillant, sans sucre et healthy, on dit oui ! Petite piqûre de rappel des cours de chimie. La fermentation est une réaction biochimique naturelle. Au cours de cette dernière, les glucides, ces molécules de sucres, se transforment en molécule de gaz grâce à la présence de bactéries ou de levures. Pour être efficace, elle doit se faire dans un milieu dépourvu d’air. Il existe plusieurs types de fermentation. Il y a les lactiques, qui produisent de l’acide lactique à partir du lactose, le glucide présent dans le lait. D’autres sont alcooliques car elles fabriquent de l’éthanol et les dernières forment de l’acétate, on les qualifie donc d’acétiques. Bière, choucroute ou encore vinaigre sont autant d’aliments qui sont créés grâce à ce processus.

Les différentes boissons

Comme l'explique Linda Louis dans son livre Boissons fermentées, du kéfir au kombucha, véritable Bible sur le sujet, il existe plusieurs types de boissons.

Le kefir : originaire du Caucase, à la frontière de la Russie et de la Géorgie, le kéfir est composé de petits cristaux translucides qui renferment une colonie de bactéries et levures. On fait fermenter plusieurs heures ces graines qui agissent en symbiose dans de l’eau ou dans du lait selon le type de kéfir. On ajoute souvent une tranche de citron qui agit en tant qu’agent conservateur de la boisson.

Le kombucha : ce champignon offre, selon la légende asiatique, l’immortalité à celui qui le goûte. Né de la symbiose entre les bactéries et les levures, le kombucha s’accompagne généralement de thé noir sucré. De forme ronde il possède une texture gélatineuse qui peut sembler curieuse, mais la boisson qui en résulte s’apparente à un cocktail. Après plusieurs jours de fermentation, elle devient pétillante, peu sucrée et très rafraîchissante. Parfait pour la plage.

Le jun : provenant du Tibet, le jun se base sur une fermentation de thé vert et de miel. Souvent comparé au kombucha, il est plus parfumé. La première fois que vous en préparez, il suffit simplement de laisser fermenter du thé et du miel avec une souche de jun ; au bout de quatre jours, vous pouvez ajouter l’eau minérale. Toujours garder une petite dose, appelée starter, qui sera nécessaire pour amorcer la prochaine cuvée.

Le kvas : apprécié par les Slaves, ce breuvage orangé est produit à partir de pain de seigle, de feuilles de cassis séchées et de raisins secs. Légèrement pétillant et peu alcoolisée, le kvas est l’une des boissons fermentées les plus faciles à réaliser.

La bernache : ce vin bourru (moût en cours de fermentation alcoolique) est préparé à partir de jus de raisin. Tout juste sorti du pressoir, étape transitoire de la vinification, il délivre des arômes sucrés et renferme de fines bulles naturelles. Il est impératif de le boire immédiatement car l’alcool présent, au contact des levures et de l’air, se transforme en vinaigre. Le bouchon doit être posé et non enfoncé, car la bouteille, contenant beaucoup de CO2, peut exploser.

Le boza : cette boisson à l’aspect laiteux fait sensation dans les Balkans. On emploie diverses céréales – boulgour, millet, riz – qui ont été préalablement cuites dans l’eau. Elles se présentent sous forme d’une purée blanche très liquide. Comme un lait végétal, le boza est riche en nutriments.

Ce procédé de fermentation augmente la teneur en vitamines

Les bienfaits

La diététicienne et nutritionniste Ysabelle Levasseur explique que ces aliments fermentés sont composés de prébiotiques et de probiotiques (bactéries naturellement contenues dans l’intestin) qui renforcent l’équilibre de la flore intestinale. «Ce faisant, elles favorisent la digestion, équilibrent le transit intestinal et renforcent les défenses immunitaires qui protègent contre les maladies. Elles peuvent même jouer un rôle favorable dans la prévention du cancer du côlon», ajoute l’experte. De plus, ce procédé de fermentation augmente la teneur en vitamines et favorise l’assimilation de certains minéraux comme le calcium, le magnésium etc. Le hic ? Certains intestins peu habitués à ces produits fermentés peuvent ressentir des ballonnements ou des gaz. «Ce phénomène prouve que le système digestif se rééquilibre», tempère la professionnelle.

Matériel requis pour devenir une pro du labo

Selon Linda Louis, il est nécessaire de se doter d'un matériel de pro pour s'y mettre.

Les boissons à fermentation courte
Le kéfir, le kombucha ou encore le jun se préparent entre 24 heures et 48 heures à l'avance. Est nécessaire, un grand bocal en verre d’1,5 L qui servira de contenant à la préparation. Pour une bonne fermentation, vous devez vous munir d’un couvercle ou d’un linge et d’un grand élastique que vous nouerez autour du bocal. Pour extraire le liquide, vous aurez besoin d’une passoire à maille fine et d’un entonnoir. Enfin, pour la conserver, une bouteille en verre munie d’un bouchon à vis ou mécanique vous sera nécessaire.

Les boissons à fermentation longue
La bernache, le kvas et le boza ont besoin d’un temps de fermentation beaucoup plus long (3 à 5 jours). Procurez-vous une grande marmite d’environ 15 litres et d’un thermomètre à alcool dont la taille doit vous permettre de ne pas vous bruler lors des contrôles de température.

Munissez-vous également d’une bonbonne en verre à large goulot ou d’une cuve de fermentation munie d’un bouchon. Il existe des modèles avec robinet, ils vous permettront de gagner du temps et les conditions d’hygiène lors de la mise en bouteille ne seront que meilleures. Important, il vous faut un barboteur de fermentation que vous placerez par la suite au niveau du bouchon de la cuve. Rempli d’eau, il empêche les bactéries d’être contaminées et laisse échapper le gaz carbonique.

Les différentes étapes

Nettoyez et désinfectez
Comme précisé au-dessus et pour que la fermentation soit correctement établie, il est important de bien nettoyer le matériel. Pensez également, avant chaque manipulation, à laver vos mains pendant 30 secondes. Pour les fermentations longues – vins de fruits – stérilisez le matériel et les bouteilles.

Quelles recettes choisir ?
Les boissons fermentées à base d’eau – kéfir, kombucha, jun – sont faciles à préparer mais leur souche est compliquée à trouver. Aucun site n’en vend, il faut donc en trouver par soi-même. Il faut bien penser, pour le kombucha et le jun, à conserver un starter, qui sera utile pour la prochaine confection.

Avec des ingrédients présents dans les supermarchés, la réalisation du boza est abordable. Cependant, il faut être patiente car elle prend entre 3 et 4 jours.

Prenez garde avec l’alcool que contient le kvas et la bernache. Outre une consommation excessive, dangereuse pour la santé, ils demandent des précautions quant à l’élaboration. Sous l’influence de bactéries acétiques, ils se transforment en vinaigre. À consommer avec modération, donc.

 

Source ; Linda Louis, auteure de Boissons fermentées, du kéfir au kombucha, paru aux Éditions La Plage, 9.95€

Ysabelle Levasseur, diététicienne-nutritionniste,

 

Publié par Papy-bougnat - dans Le Saviez Vous Santé
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 08:08

Les personnes âgées sont très respectées dans de nombreuses sociétés. En effet, elles représentent la sagesse, l’expérience et sont sources de savoir. Elles semblent connaître bon nombre de trucs et astuces oubliés par le temps et certains peuvent être pour le moins surprenants. Je vous propose en cette période de fariante, un petit aperçu sur ces remèdes alternatifs aussi insolites qu’efficaces.

Découvrons aujourd’hui 3 remèdes à connaître pour soigner une tendinite

Il n’est pas nécessaire d’être sportif pour se retrouver avec une tendinite. Cette inflammation du tendon est très commune et n’importe qui peut en avoir une. La douleur est alors plus ou moins importante et met quelques temps à passer. Voici trois remèdes de grands-mères dont l’efficacité n’est plus à prouver.

1) La gaulthérie couchée

Cet arbuste est généralement très apprécié pour ces effets sur les inflammations. Ces propriétés antalgiques et anti-inflammatoires sont de précieux atouts en cas de tendinites, mais même les lumbagos et les fièvres entre autres s’en trouvent amoindris.

Il vous suffit de vous procurer de l’huile essentielle à base de gaulthérie couchée et de mélanger deux gouttes de celle-ci avec une c. à. s d’huile végétale (huile d’olive, de macadamia ou d’arnica) pour masser en douceur la zone douloureuse. Répétez 2 à 3 fois par jour jusqu’à ce que votre situation s’améliore.

Seules contre-indications : enfants, femmes enceintes et/ou allaitantes, personnes épileptiques ou allergiques à l’aspirine.

2) L’arnica

 On l’utilise volontiers sur les bleus, mais ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques sont aussi une bénédiction sur les tendinites. La pommade peut apporter un peu de soulagement, mais n’hésitez pas à aussi essayer l’huile végétale d’arnica mélangée à de l’huile essentielle d’hélichryse (aussi connue sous le nom d’huile essentielle Immortelle)

Pour réaliser le mélange qu’il faudra appliquer localement deux fois par jour, versez 2 cuillères à soupe d’huile végétale d’arnica dans un récipient et ajoutez-y 12 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse. Mélangez.

Notez que ce traitement ne conviendra ni aux femmes enceintes ni aux enfants.

3) L’argile verte

On le connaît pour ses effets bénéfiques pour la peau, mais moins pour ses bienfaits pour la santé alors que certains l’utilisent couramment sur leurs douleurs musculaires ou même en cas de diarrhées, de sinusites ou d’entorses. Elle est également excellente sur les tendinites.

Vous pouvez l’acheter toute faite ou verser un peu d’eau sur de l’argile verte concassée (3-4 cuillères à soupe) et réserver pendant deux heures avant de mélanger et de l’appliquer en couche généreuse sur une compresse stérile ou un linge propre. Mettez un bandage pour maintenir le tout en place pendant 60 min. Vous pourrez ensuite recommencer si nécessaire.


A très bientôt pour d’autres p’tits trucs de nos mamies………

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 10:34
Santé ; " Hiver comment  lutter contre les virus "

La soupe à l'ail contre les virus

Un moyen simple de renforcer votre système immunitaire est d'être généreux avec les herbes, les épices et condiments dans votre cuisine.

Afrique, Caraïbes, Amérique, Chine, Thaïlande, Inde, pays arabes, Europe de l'Est, de l'Ouest ou du Sud, où que vous alliez, les civilisations du monde entier ont toujours fait un usage intensif des épices, et ce pour de bonnes raisons.

Les herbes et épices sont un moyen simple et accessible à toutes les bourses de donner bon goût à la nourriture tout en augmentant les qualités nutritionnelles et thérapeutiques des aliments.

L'ail, en particulier, est apprécié dans la plupart des civilisations pour ses vertus curatives, notamment contre les maladies infectieuses telles que le rhume et la grippe.

Cela est probablement dû à ses effets stimulants du système immunitaire. L'ail frais est un puissant agent antibactérien, antiviral, et antifongique.

La pénicilline russe

Connu sous le nom scientifique de Allium sativa, l'ail est connu historiquement pour ses capacités à combattre les virus et les bactéries. Les anciens Egyptiens recommandaient l'ail pour 22 maladies. Selon un papyrus datant de 1500 avant JC, les ouvriers construisant les pyramides en mangeaient pour augmenter leur endurance et rester en bonne santé.

A partir du Moyen-Âge, l'ail fut utilisé pour soigner les blessures. Il était broyé ou découpé en tranches, puis appliqué directement sur les plaies pour empêcher que l'infection ne s'étende.

Louis Pasteur remarqua en 1858 qu'asperger les bactéries avec du jus d'ail les faisait mourir. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Russes faisaient un usage intensif d'une préparation à base d'ail sur les champs de bataille, à tel point que les Alliés la baptisèrent « pénicilline russe ».

Pour fabriquer de la pénicilline russe, prenez deux pamplemousses, six citrons, deux oignons et sept gousses d'ail.

Pelez l'oignon et l'ail, et coupez-les en petits morceaux. Lavez les pamplemousses et les citrons sans les peler. Mettez le tout dans une casserole en acier inoxydable avec deux litres d'eau distillée. Portez à ébullition. Réduisez immédiatement le feu et laissez mijoter pendant 10 minutes. Ajoutez 1/2 cuillère à café de poivre de Cayenne au cours des 3 dernières minutes de cuisson. Filtrez puis buvez un verre de cette préparation, 3 à 4 fois par jour ou au besoin. A utiliser pour les rhumes, les allergies, les infections des sinus ou des infections mineures. La préparation peut être conservée 3 semaines au réfrigérateur dans un récipient fermé.

L'ail : à la veille de la saison du rhume et de la grippe

Les encyclopédies de médecine naturelle attribuent à l'ail un nombre impressionnant de vertus thérapeutiques.  J'en ai relevé plus de 150 ! A les croire, la consommation régulière d'ail pourrait :

être efficace contre les bactéries résistantes aux antibiotiques ;

réduire le risque de maladie cardiaque, dont l'infarctus et l'AVC ;

normaliser la pression sanguine et le taux de cholestérol ;

protéger contre plusieurs formes de cancer, dont le cancer du cerveau, du poumon et de la prostate ;

réduire le risque d'ostéoarthrite.

On pense qu'une grande partie de l'effet thérapeutique de l'ail vient de ses composés soufrés,  tels que l'allicine, qui lui donne son odeur caractéristique. Mais l'ail contient aussi des oligosaccharides, des protéines riches en arginine, du sélénium et des flavonoïdes.

En juin 2011, des chercheurs en nutrition de l'Université de Floride ont constaté que manger de l'ail pouvait augmenter le nombre de lymphocytes T dans le sang, d'importantes cellules immunitaires qui jouent un rôle essentiel pour combattre les virus.

Les pharmacologues de l'Université de Californie ont confirmé que l'allicine – l'ingrédient actif de l'ail qui contribue à la mauvaise haleine – avait des effets anti-infectieux.

Une étude australienne portant sur 80 patients, publiée en janvier 2013 dans la revue médicale European Journal of Clinical Nutrition, a rapporté qu'une alimentation riche en ail peut réduire la pression artérielle.

Les recherches ont montré enfin que, lorsque l'allicine est digéré dans votre corps, il produit de l'acide sulfénique, un composé qui réagit avec les radicaux libres dangereux. C'est donc un très bon aliment anti-âge


L'ail est bon pour la santé mais attention à la digestion

Il convient en effet d'être prudent si vous avez une digestion difficile car l'ail est un fructo-oligosacccharide et donc déconseillé dans le cadre du Syndrome du Colon Irritable (SCI).

Si c'est votre cas je ne peux que vous conseiller la lecture du très bon dossier de Thierry Souccar (si vous n'êtes pas abonné,
. Il vous donnera toutes les pistes pour diagnostiquer le SCI et soulager vos douleurs digestives. Cette précaution prise, ne sous-estimez pas pour autant les bienfaits de l'ail, surtout s'il est frais !

Préférez l'ail frais

La gousse fraîche doit être écrasée ou coupée finement pour libérer un maximum d'alliinase. Il s'agit d'une enzyme qui catalyse la formation d'allicine. L'allicine, à son tour, formera différents composés organosulfurés. Pour « activer » les propriétés médicinales de l'ail, il faut donc écraser la gousse avant de l'avaler, à moins que vous n'ayez un extracteur de jus, pour en ajouter à votre jus de légumes frais.

Une ou deux gousses d'ail de taille moyenne suffisent habituellement, et sont tolérées par la plupart des gens. L'allicine est détruite au bout d'une heure après avoir été libérée, donc les pilules d'ail ainsi que l'ail séché et en poudre sont beaucoup moins intéressants.

Alors pour renforcer votre système immunitaire à la veille de la saison de la grippe et du rhume, voici une bonne recette à cuisiner :

La recette de la soupe à l'ail contre les virus

Pour quatre personnes :

26 gousses d'ails non épluchées et 26 gousses épluchées

2 cuillères à soupe d'huile d'olive

deux grosses noix de beurre

une demi-cuillère à café de piment de cayenne en poudre

70 grammes de gingembre frais

thym frais

300 grammes d'oignons

100 mL de lait de coco

1 litre de bouillon de légumes

4 quartiers de citron

Préchauffer le four à 175°. Placer les 26 gousses d'ail non épluchées dans un petit plat en verre. Ajouter 2 cuillères à soupe d'huile d'olive, saupoudrer de fleur de sel et mélanger pour bien enrober. Couvrir le plat de cuisson hermétiquement avec du papier sulfurisé, et faire cuire jusqu'à ce que l'ail soit doré et tendre, environ 45 minutes. Laisser refroidir. Presser l'ail entre les doigts pour libérer les gousses et les mettre dans un petit bol.

Faire fondre le beurre dans une grande casserole à feu moyen-vif. Ajouter les oignons, le thym, le gingembre, le poivre de Cayenne en poudre et laisser cuire jusqu'à ce que les oignons
soient translucides, environ 6 minutes. Ajouter l'ail rôti et 26 gousses d'ail cru et cuire 3 minutes. Ajouter le bouillon de légumes, couvrir et laisser mijoter jusqu'à ce que l'ail soit tendre, environ 20 minutes. Mixer la soupe jusqu'à consistance lisse. Remettre la soupe dans la casserole, ajouter le lait de coco et faire mijoter. Assaisonner avec du sel de mer et poivre pour le goût.

Presser le jus de 1 quartier de citron dans chaque bol et servir.

Peut être préparé un jour à l'avance. Couvrir et réfrigérer. Réchauffer à feu moyen, en remuant de temps en temps.

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 09:44

Le dernier coup de poignard de la ministre de la santé Marisol Touraine.

 

 

Le Comité pour la Vaccination a rendu son rapport public le 30 novembre 2016

 

Plutôt que de rappeler à l’ordre les laboratoires pharmaceutiques, et d’exiger le retour du vaccin DTP sans aluminium, conformément à la pétition signée par plus d’un million de personnes, le Comité demande exactement le contraire :

Il recommande de rendre obligatoire tous les vaccins présents dans le super-vaccin Infanrix Hexa ;

Il recommande d’ajouter huit vaccins obligatoires (contre trois actuellement, la diphtérie, le tétanos et la polio, soit DTP) ;

Il parle même de rendre obligatoire le tristement célèbre Gardasil, contre le cancer du col de l’utérus (vaccin anti-papillomavirus), et éventuellement d’étendre l’obligation à tous les petits garçons !!!

Il recommande de priver les enfants d’accès aux crèches, écoles et toute autre collectivité si les parents refusent une seule de ces vaccinations ;

Il conseille d’engager des poursuites judiciaires contre les parents récalcitrants

Il veut mettre à la charge de la collectivité (c’est-à-dire vous et moi) les inévitables accidents qui découleraient de la généralisation des vaccins, par un « régime d’indemnisation pris en charge par la solidarité nationale », plutôt qu’à celle de l’industrie pharmaceutique (voir page 32 du rapport) ;

Enfin, il recommande « la mise en œuvre sans délai de l’ensemble des recommandations ».

Pour rappel, depuis l'année 2008, le vaccin DTP (Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite) n’est plus disponible dans les pharmacies en France.
Ce vaccin était le seul obligatoire. Il était important. Il avait été utilisé depuis des décennies avec succès. Ces maladies avaient été pratiquement éradiquées.

Il s’agissait d’un vaccin sûr. Il ne contenait pas d’aluminium. Qui plus est, c’était un vaccin bon marché (6,54€).

Mais depuis 2008, les laboratoires pharmaceutiques ont retiré le DTP du marché. Ils l’ont remplacé par un super-vaccin contenant des vaccins contre trois maladies non-obligatoires.

Ce vaccin, appelé Infanrix-hexa :

contient trois vaccins qui ne sont pas obligatoires ; contient de l’aluminium et d’autres adjuvants ; contient le très controversé vaccin contre l’hépatite B (parfaitement inutile pour la plupart des nourrissons)  et il coûte 7 fois plus cher !! Mais les parents sont obligés de l’acheter et de l’injecter pour se conformer à leur obligation vaccinale !!!
Cette situation est anormale. Elle est injustifiée. Depuis longtemps les autorités auraient dû réagir. Elles ne l’ont pas fait.
L’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle a lancé avec le Pr Henri Joyeux, en mai 2015, une grande pétition pour le retour du classique DTP sans aluminium. Cette action a déclenché une immense prise de conscience. Plus d’un million de citoyens ont participé. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a réagi en lançant une consultation nationale sur les vaccins.
Cette consultation devait être démocratique.Elle devait être ouverte.Elle devait répondre aux légitimes inquiétudes des parents, des grands-parents, de la population.Elle devait tenir compte de l’intérêt et de la santé des enfants, des risques associés au vaccin, du problème de l’incertitude, des dangers, et des accidents, parfois graves, qui ont eu lieu avec la vaccination.
Mais aujourd’hui, les conclusions sont tombées et il n’est plus question d’exiger des labos qu’ils remettent en pharmacie le vaccin DT-P obligatoire sans aluminium.
Au contraire, il s’agit d’imposer le vaccin avec aluminium plus de nombreux autres vaccins qui n’étaient pas obligatoires jusqu’à présent, ainsi que d’alourdir les sanctions.

Sources :

Rapport de la concertation citoyenne sur la vaccination, 30 novembre 2016

Des experts préconisent de rendre obligatoires plusieurs vaccins, Europe 1

Selon le Figaro Santé : « Dans leur rapport remis à la Ministre de la Santé, les auteurs estiment que « la levée de l’obligation vaccinale est l’objectif à atteindre » mais préconisent pour y parvenir... « Un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant. À n’y rien comprendre... »

Vers une piqûre de rappel pour réconcilier les Français avec la vaccination, Libération

Vaccins: Et si les protections recommandées devenaient obligatoires ?, 20minutes

Selon l’Institut pour la Protection de la Santé naturelle, qui organise cette pétition, la Ministre de la Santé risque d’imposer cette nouvelle loi dans l’urgence, avant son départ qui aura lieu au plus tard pour les élections présidentielles 2017, c’est-à-dire dans quelques mois.

Pour ceux qui le désirent vous pouvez vous joindre à cette pétition

http://petitions.ipsn.eu/mobilisation-vaccins-enfants/index.php

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Publié par Papy-bougnat - dans Santé
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 10:47

Arthrose :

"Quels sont les sports à privilégier"

Souffrir d’arthrose n’est pas une raison pour arrêter le sport. Au contraire, continuer à pratiquer une activité physique permet d’entretenir l’articulation. Il importe toutefois de ne pas tomber dans l’excès. Pour vous aider, voici les sports à privilégier en cas de problème d’arthrose.

#//Surtout ne renoncez  pas au sport si vous souffrez d'arthrose !

Douleurs articulaires : pourquoi faire du sport ?

Maintenir la pratique d'une activité physique permet de renforcer les muscles et mieux protéger les articulations non encore atteintes d'arthrose. Pour les articulations déjà atteintes, la pratique du sport contribue à préserver l'amplitude et la souplesse tout en stimulant la réparation du cartilage. Si vous ressentez des douleurs aiguës en pratiquant un sport ou si une crise se déclenche, il est recommandé de ménager l'articulation pendant quelques jours. Évitez toutefois d'arrêter définitivement toute activité physique puisque cela ne fera qu'accentuer les douleurs du fait que l'articulation sera ankylosée.

 

Quels sports ménagent les articulations ?

Quand vous souffrez d'arthrose, il n'est pas question de pratiquer des sports qui sollicitent trop les articulations comme le ski, la planche à voile ou encore le surf. À la place, il est recommandé de privilégier les activités douces comme la marche. Trente minutes de marche quotidienne permettent d'entretenir les articulations. Des recherches effectuées en Ohio et en Cleveland ont également démontré qu'après 10 semaines de pratique quotidienne du Tai Chi Chuan, les douleurs des arthroses chroniques étaient moins intenses. La natation et l'aquagym permettent aussi de faire travailler en douceur les articulations.

Arthrose du genou, quels sports pratiquer ?

Si vous souffrez d’une arthrose du genou, il est préférable de ne plus pratiquer tous les sports de ballon collectifs. Les sports de combat tels que le karaté ou le judo sont aussi à éviter. Il n’est pas non plus recommandé pour vous de faire de la course à pied, par contre, la marche, à condition qu’elle s’effectue sur un terrain plat et régulier, vous est conseillée. Vous pouvez aussi faire du cyclisme sauf si vous avez des difficultés à descendre les escaliers du fait de votre arthrose.

Quels sports en cas d’arthrose de la hanche ?

Si l’arthrose se situe au niveau de la hanche, il n’est pas conseillé de faire de la danse, de l’équitation, ni de sports de combat ou de ballon. Par contre, vous pouvez pratiquer sans risque la natation, la marche, le cyclisme et même la voile et la plongée si vous êtes un inconditionnel des sports nautiques.

Les sports adaptés aux arthroses de l'épaule

Si vous avez une arthrose au niveau de l'épaule, vous ne pourrez plus pratiquer tous les sports de raquettes tels que le tennis ou encore le ping-pong. La marche, la nation et la plongée peuvent se faire sans restriction. Ces activités physiques conviennent également pour une arthrose qui se situe au niveau des lombaires. Il convient de noter que si l'arthrose se situe au niveau de la main ou du coude, les sports de raquette ne sont pas non plus conseillés. Par contre, toutes les autres activités physiques peuvent se faire en toute liberté. 

Notez : Les informations de ce billet sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils de santé obligatoire, il peut être fortement recommandé au lecteur de ce billet si le désire de consulter des professionnels de santé dûment homologués pour toute question relative à leur santé, avant toute décision de pratique sportive …