Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

 

AnglaisAnglaisespañolItalianodeutschPortuguês Côté Denne Oversæt til danskOversatt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska

 

Il est tres ... Exactement

 

 

 

             

 

 

Quel. Temps fait-il   

Aujourd'hui

        "Chez  Papy" 

 

                                        

Meteo Libourne

 

041 meteo . 

 

       

A L'affiche..

 

La culture Ne s'hérite pa, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

           

    La

Sélection musicale

Du jour   

 

 

Actu du jour...

​​

Couleurs de saisons

    Côté nature

 

P2106744.cmpb

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Articles Récents

  • Hi-tech.......La nouvelle invention de Sony
    Ce projecteur transforme n'importe quelle table en écran tactile TEST - La nouvelle invention de Sony, le Xperia Touch, nous rapproche encore plus de l'univers de Minority Report. Non, il ne s'agit pas d'un nouveau grille-pain… Sous son allure de petit...
  • Porteurs de " lunettes" ce billet est pour vous..........
    Les 6 astuces que vous devriez connaître ! Tout le monde affronte son lot de problèmes au quotidien. C’est la loi de la vie et personne ne peut y échapper… A moins bien sûr d’adopter les bonnes astuces ! Dans ce billet, nous allons vous partager quelques...
  • La blagounette..........
    Bonne fin de soirée.........
  • L'enquête...........
    Les jeunes consomment quatre fois moins de fruits et légumes que leurs grands-parents Aujourd’hui, les plus jeunes consomment pratiquement quatre fois moins de végétaux que leurs grands-parents. D’une manière plus générale, la recommandation concernant...
  • Une question de " Flair " ?
    Le corps humain est doté de deux narines, mais savez-vous pourquoi ? Voici sûrement une question que nous ne nous posons pas souvent à titre personnel. Tout comme l’ouïe et la vue, l’organe externe de l’odorat marche par deux et cela n’est pas un hasard....
  • La blagounette du soir...........
    Un Corse se plaint :- C'est épouvantable ! Avec mon chef, il m'est impossible de dormir au bureau.- Pourquoi ? Il te réveille ?- Non, il ronfle.
  • Attention au wifi "gratuit"
    "Sans le savoir, 22 000 personnes ont accepté de nettoyer les toilettes publiques en acceptant les conditions d’utilisation d’un Wi-Fi" Pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux conditions d’utilisations des différents services disponibles, une...
  • Prendre l'air.....................par les pieds
    Voici la raison pour laquelle vous sortez un pied hors de la couverture en dormant ! Invariablement… Qu’il fasse chaud ou froid, vous ne pouvez pas vous en empêcher ! Il vous arrive très certainement de vous réveiller au milieu de la nuit, pour vous apercevoir...

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 08:20

Les jeunes consomment quatre fois moins de fruits et légumes que leurs grands-parents

 

Aujourd’hui, les plus jeunes consomment pratiquement quatre fois moins de végétaux que leurs grands-parents. D’une manière plus générale, la recommandation concernant les cinq fruits et légumes par jour est respectée par seulement un quart des Français.

Durant l’été, nous avons plus l’occasion de nous fournir en fruits et légumes de saison et de varier nos saveurs. Cependant, malgré les marchés et autres étals proposant ces produits, les consommateurs se montrent de plus en plus boudeurs. Cette baisse de la consommation serait principalement liée au manque de temps selon une enquête (PDF/4 pages) du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC).

Si le temps apparaît comme une raison prépondérante, il y a surtout l’argent, et ce malgré le fait que la croissance du pays semble repartir et que la crise semble s’être terminée. En réalité, la consommation de fruits et légumes en France n’a jamais été aussi faible. Cette situation s’est installée alors que depuis une dizaine d’années, il est préconisé de manger cinq fruits et légumes chaque jour, un conseil apparaissant un peu partout dès qu’il est question de faire de la publicité pour un produit alimentaire.

En effet, une campagne de communication à ce propos a été lancée en 2007 dans le cadre du Programme national nutrition santé. Pour le CREDOC, il ne s’agit pas là d’un échec total, mais la situation actuelle est bien réelle. Le taux d’adultes consommant cinq fruits et légumes par jour est passé de 27 à 31 % en 2010 tandis qu’en 2015, ce même taux est tombé à 25 % !

Les Français consomment aujourd’hui 80 grammes de fruits par jour, incluant notamment les compotes et fruits au sirop, ainsi que 80 grammes de légumes et 200 ml de jus de fruit. L’enquête du CREDOC stipule également que les Français les moins enclins à respecter la préconisation sont issus de familles composées de deux enfants ou plus dont le niveau d’éducation est bas et vivant dans la partie nord du territoire. Néanmoins, aussi étrange que cela puisse paraître, les taux de consommation de fruits et légumes les plus bas se trouvent dans le sud de la France, des régions très maraîchères et fruitières.

En réalité, il s’agirait plutôt d’un phénomène générationnel : les personnes nées entre 1967 et 1976 consommaient environ 145 grammes de légumes et 100 grammes de fruits par jour à l’âge de 25 ans. Au même âge, leurs enfants nés entre 1987 et 1996 consomment aujourd’hui près de 50 grammes de légumes et 45 grammes de fruits quotidiennement. Cela représente une quantité trois fois moins élevée pour les légumes et moitié moins pour les fruits !

 

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 06:54

Colle nouvelle génération, tissu aéré :

"les spécificités des nouveaux dossards du Tour"

Pour la 104e édition du Tour de France, les 198 coureurs portent un dossard conçu spécifiquement pour la compétition.

C'est un détail qui a son importance. Porté par tous les coureurs de la Grande Boucle, le dossard (185x165 millimètres, situé en bas du maillot des sportifs) revêt d'une importance certaine. «Ils sont primordiaux pour l'identification par les commissaires de course, pour les commentateurs, pour l'identification lors des chronométrages (ligne d'arrivée, sprint...)», affirme à ce titre Thierry Gouvenou, ancien cycliste professionnel et actuel directeur technique des épreuves de Amaury Sport Organisation (ASO, l'organisateur du Tour).

Une matière plus agréable pour les athlètes

Pour cette édition 2017, la direction du Tour a signé un nouveau partenariat avec Bostik (spécialiste mondial des colles intelligentes «smart adhésives»). L'objectif: apporter l'expertise de la marque aux besoins des coureurs en termes de confort. Ainsi, dans cette perspective, les scientifiques de l'entité ont élaboré une nouvelle colle permettant l'utilisation d'un tissu en matière plus aérée, plus légère, plus souple et avec un meilleur maintien en course.

«La colle élaborée est mieux adaptée aux nouvelles caractéristiques des maillots.»

Pour ce faire, une année de travail a été nécessaire afin de mettre au point un dossard répondant aux exigences de la course (résistance au vent, à la pluie, à la transpiration). Un résultat largement positif aux yeux de M. Gouvenou: «La colle élaborée est mieux adaptée aux nouvelles caractéristiques des maillots. La recherche est permanente car les matériaux des maillots évoluent constamment. C'est une réelle avancée et nous saluons vivement le travail des chercheurs de Bostik qui vont poursuivre le travail engagé.» Jérémie Peyras, business developer de l'entité, évoque ainsi «une colle sans solvant de nouvelle génération amenée à évoluer pour accompagner l'évolution technique des maillots.»

14.652 dossards fournis chaque édition

«Avec ces nouveaux dossards qui sont très minces, la régulation de la température est meilleure.»

Du côté des acteurs directement impliqués sur le terrain, à savoir les coureurs, la tonalité est similaire. Samuel Dumoulin (remplaçant de l'équipe AG2R, ) avoue à ce titre sa satisfaction: «Les nouveaux dossards sont plus adhésifs (…) Avec ces nouveaux dossards qui sont très minces, la régulation de la température est meilleure. Avant on mettait une dizaine d'épingles, maintenant on en met plus que 3 par habitude mais je pense que bientôt on en mettra plus.»

Avant chaque édition, environ 15.000 dossards (14.652 précisément) sont fournis aux coureurs du Tour de France. Reste à attendre le 23 juillet et l'arrivée sur les Champs-Elysées pour connaître l'avis des cyclistes concernant cette «nouvelle technologie». Selon les premières impressions, seule l'équipe Data (dans laquelle figure Mark Cavendish) a quelques difficultés (problèmes d'adhésion avec le maillot). Durant l'histoire de la Grande Boucle, les dossards ont été l'objet de quelques tumultes. Après la découverte du virus du sida (dans les années 80), l'organisation avait privilégié l'arrêt des épingles qui servaient alors à accrocher les maillots, ces dernières étaient en effet récupérées pour la course suivante (avec le risque encouru et au nom du principe de précaution, l'organisation a arrêté ce système). Une recommandation pas forcément suivie, certains cyclistes recourant encore aux épingles suivant la qualité de leur maillot.

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 07:10
Tour de France " combien gagnent-ils"?

Pour cette 104e édition du Tour de France, le budget relatif aux primes a été dévoilé. Amaury Sport Organisation, l'organisateur de la Grande Boucle, délivrera en tout 2.280.950 euros aux coureurs.

C'est reparti!, les 198 coureurs en lice ont débuté la Grande Boucle (du 1er au 23 juillet, parcours de 3.540 km) par un contre-la-montre à Düsseldorf, en Allemagne. Pour cette 104e édition, l'organisation a choisi de s'aligner sur le prize money de l'année dernière. 2,3 millions € répartis entre les coureurs 

Concernant les primes reversées aux cyclistes du Tour, le principe est relativement simple: chaque coureur se voit attribuer une prime finale en fonction de ses résultats sportifs. Plusieurs facteurs entrent dès lors en ligne de compte comme le classement final (et les classements annexes), les victoires par étape, entre autres…

Sur le plan général, Amaury Sport Organisation, l'organisateur de la compétition, répartira en tout 2.280.950 € de primes. Selon le rang final occupé, la prime varie. La fluctuation est tout de même importante. Le vainqueur du Tour remporte ainsi 500.000 €, le 2e 200.000 € et le 3e 100.00 €. Des chiffres importants mais nuancés lorsque l'on se penche sur la suite. Ainsi, le 6e au classement final «ne touche que» 23.000 € et le 9e 4.500 €. Des écarts conséquents dans le top 10. Au-delà de la 19e place, aucune différence de traitement n'est faite: tous les coureurs gagnent 1.000 €.

Des primes allouées en fonction de chaque étape 

Logiquement, d'autres primes sont reversées en fonction des performances réalisées tout au long du Tour. Ainsi, chaque vainqueur d'étape (ou de contre-la-montre individuel) remporte 11.000 €. Ici également, les écarts sont majeurs. Les 2e et 3e coureurs touchent à ce propos 5.500 et 2.800 €.

En fonction du maillot endossé, un coureur peut aussi percevoir une prime, tel est le cas du maillot jaune qui bénéficie de 500 € de bonus à chaque étape. Cette gratification est d'ailleurs la plus élevée de ce point de vue. Une journée en vert (classement par points, 25.000 € à l'arrivée), à pois (meilleur grimpeur, 20.000 € au final) ou en blanc (meilleur jeune, 20.000 € au terme) rapporte la même somme, à savoir 300 € (par jour donc).

Des rémunérations également… collectives  

Autre aspect essentiel à prendre en considération: les primes collectives. En effet, cela n'aura manqué à personne, les 198 coureurs en lice sont répartis en 22 équipes (FDJ, Astana, Sky, Movistar, AG2R La Mondiale, pour ne citer qu'elles). Dès lors, des primes sont évidemment reversées en fonction du classement par groupe.

Ainsi, la 1ère équipe au classement final emporte 50.000 €, la 2ème 30.000 € et la 3e 20.000 €. A chaque étape, la meilleure équipe emporte la somme de 2.800 €. A titre de précision, selon la coutume, ces revenus sont ensuite répartis équitablement entre les cyclistes de l'équipe.

Enfin, d'autres sources de revenus plus originales peuvent être mentionnées. Par exemple, le 1er coureur en haut du col du Galibier (dans les Alpes, surnommé «le prix du souvenir Henri-Desgrange) touche 5.000 € tandis que le Super combatif (pas de maillot spécifique, souvent décerné au coueur qui s'est fait remarquer par ses attaques, ses initiatives, ses efforts etc) de la Grande Boucle gagne 20.000 € (2.000 € à chaque étape).

 

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 08:50

Lancé en 2013, le projet « One Belt One Road », aussi surnommé les « Nouvelles Routes de la Soie », est l’un des projets majeurs d’infrastructures de la Chine en Asie. Bien placée, l’Asie centrale pourrait en bénéficier, si les projets arrivent à leur terme.

 

Du 14 au 16 mai se tenait à Pékin le premier sommet international consacré au projet de « Nouvelles Routes de la Soie », avec des chefs d’État de 29 pays dont le Russe Vladimir Poutine et l’Indonésien Joko Widodo. Lancée par le président chinois Xi Jinping en 2013 depuis le Kazakhstan, l’initiative « One Belt One Road » (OBOR) vise à déployer 1 000 milliards de dollars d’investissements dans 65 pays.: Comment la Nouvelle route de la soie peut métamorphoser l’Asie centrale Il s’agit essentiellement pour la Chine de soutenir des projets d’infrastructures – autoroutes, train, ports mais aussi énergies – afin de rééquilibrer son développement économique intérieur, renforcer sa politique de voisinage et devenir la première puissance influente sur la zone, devant les États-Unis et la Russie.

L’innovation, jalon du discours d’ouverture de Xi Jinping L’innovation dans ce projet tient une place particulière : prédominante dans la forme, peu substantielle dans le fond. Dans son discours d’ouverture, Xi Jinping l’aborde sous toutes ses coutures, parlant « d’apprentissage mutuel », mettant en avant le rôle historique des routes de la soie dans « l’échange de biens et de savoir-faire qui nourrissent de nouvelles idées ». L’initiative OBOR n’a pas pour objectif de « réinventer la roue » mais doit toutefois présenter les opportunités d’une « nouvelle révolution industrielle » et porter une vision « innovante, coordonnée, verte, ouverte et inclusive » du développement.

L’innovation apparaît donc clairement comme un objectif d’OBOR et Xi a précisé le contenu des projets le 14 mai dernier : création d’un « Belt and Road Science Technology and Innovation Cooperation Action Plan », composé d’une plateforme d’échange, d’un laboratoire commun et d’un parc scientifique de coopération et de transfert technologique. Si le contenu de ces initiatives n’est pour l’instant pas précisé, leurs annonces détonnent avec la « diplomatie des transports » pour l’instant privilégiée par la Chine. Comment faire le lien entre ces infrastructures lourdes et ces technologies de pointe ?

Un modèle chinois de rattrapage technologique

La primauté donnée aux infrastructures reste cohérente avec le modèle de développement que la Chine a pu entreprendre par le passé. Il est permis de penser qu’elle souhaite exporter via OBOR ce modèle qui se déploie en quatre temps: tout d’abord, le développement d’infrastructures. Ensuite, l’acquisition de savoir-faire et de technologies via des joint-ventures. Viendra la montée en gamme par la recherche et développement permettant de dégager de la valeur ajoutée et enfin des innovations en R&D proches de la frontière technologique. L’innovation dans ce modèle arrive bien dans un second temps.

Le questionnement est double. Portées par le « Belt and Road Science Technology and Innovation Cooperation Action Plan », les politiques de cluster ex nihilo ne permettent pas nécessairement de remonter la chaîne de valeur si la maturation technologique n’est pas suffisante. En la matière, les 64 pays d’OBOR attestent de degrés de développement variés (du Bangladesh au Kazakhstan en passant par le Sri Lanka), constat toutefois réductible aux avantages comparatifs de chaque économie.

Une diplomatie des voies ferrées délicate

Certes, la Chine est la première puissance en termes de dépôts de brevets si l’on considère leur quantité et non leur qualité d’innovation. Mais a-t-elle la stature nécessaire pour constituer un moteur d’innovation à l’échelle de l’Asie ? La projection « innovation » d’OBOR reste aujourd’hui parcellaire et il est difficile de voir si la diplomatie des voies ferrées et des routes permettra de développer une « Asia Inc. » menée par la Chine.

On peut toutefois interroger l’effet d’opportunité pour Pékin de l’ensemble du projet et envisager plusieurs hypothèses. La première serait pour les Chinois d’utiliser les laboratoires OBOR afin d’employer sa main-d’œuvre qualifiée en accompagnant les pays bénéficiaires dans leur rattrapage technologique, à l’instar des ingénieurs occidentaux et japonais (sur le modèle des « quality infrastructures » nippones) qui ont formé les ouvriers chinois, notamment dans le secteur des télécommunications dans la décennie 1990 (lire les recherches de Jean-François Huchet à ce sujet).

Deuxième hypothèse, OBOR permettrait à la Chine de repérer au stade du développement, des technologies ou des start-ups qui bénéficieront de ses investissements. Ainsi, cette feuille de route « Innovation », pour l’instant peu substantielle, semble permettre le déploiement d’une géoéconomie de l’innovation dominée par la Chine, et qui laissera peu de place aux investisseurs étrangers.

L’innovation, une géopolitique comme une autre

Que doit développer OBOR ? Le discours de Xi Jinping fait la liste des sujets (économie numérique, intelligence artificielle, nanotechnologie, calcul quantique), des secteurs (notamment les technologies vertes) et des procédés, qui doivent être incrémentaux, reposant sur les pools de connaissances et les écosystèmes entrepreneuriaux. Pour l’instant, les deux projets innovation les plus aboutis dessinent davantage une géopolitique de l’innovation à l’encontre de l’Inde, avec le lancement de satellites de télécommunication. Sur un marché de l’aérospatial dominé par les technologies occidentales et les situations de monopoles, l’Inde et la Chine tentent de disrupter les chaînes de valeur pour diminuer les coûts de lancement et démocratiser leurs usages. Il est donc stratégique pour elles d’exporter leur savoir-faire afin d’atteindre une légitimité internationale.

Le Livre Blanc du 28 décembre 2016, consacré aux activités spatiales chinoises, mentionne directement le projet OBOR comme un « moyen de déployer les services basiques de communication pour les pays le long de la route de la soie terrestre et maritime d’ici 2018, à travers un réseau constitué de 35 satellites mis en service d’ici 2020 ». Ces nouvelles technologies de communication spatiale viennent concurrencer une diplomatie d’influence initiée par l’Inde en 2014 lors du sommet de la SAARC (South Asian Association for Regional Cooperation). Le sommet englobait 6 pays (Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Maldives, Népal et Sri Lanka) afin de connecter les réseaux, mais également de développer la télémédecine dans les régions rurales. La Chine a, quant à elle, aidé le Pakistan et le Sri Lanka à lancer des satellites et est en négociation avec les Maldives, le Bangladesh, l’Afghanistan et le Népal pour de futures opérations.

Cette géopolitique de l’innovation via OBOR est corroborée par la place prédominante donnée aux technologies vertes et à l’adaptation au climat dans le discours de Xi Jinping. Le président chinois souhaite ainsi développer une « coalition internationale du développement vert » et accompagner les pays d’OBOR dans « l’adaptation au changement climatique ». Face à une nouvelle administration climato-sceptique à Washington, la Chine a, encore une fois, saisi l’opportunité qui s’ouvrait à elle.

Source; Un article d’Alisée Pornet
Journaliste spécialisée sur les « Nouvelles Routes de la Soie »et l’évolution des sujets innovation et numérique en Asie, et plus particulièrement en Chine

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 09:08

Malgré une diminution, le nombre de fumeurs est toujours important en France

 

Selon une enquête, le tabagisme chez les Français reste encore trop important. Bien que le nombre de fumeurs ait diminué en France en 2016, il est toujours plus élevé que dans les autres pays occidentaux. L’étude démontre également que la cigarette est aujourd’hui de plus en plus un marqueur social.

Cette enquête a été réalisée en France métropolitaine auprès de plus de 15 000 personnes âgées de 15 à 75 ans. Publié par l’agence sanitaire Santé publique France, le Baromètre santé 2016 nous indique une diminution du tabagisme quotidien. Entre 2010 et 2016, celui-ci a diminué parmi les hommes de 25-34 ans, 41,4 % contre 47,9 %, et chez les femmes de 15-24 ans, 25,2 % contre 30 %. Pour les auteurs de cette étude, cette diminution représente un « résultat encourageant pour l’avenir ».

Mais par rapport aux autres pays occidentaux, la France est en retard. Elle compte actuellement un tiers de fumeurs. Selon le Baromètre santé, ce chiffre est « nettement plus élevé que dans les pays voisins ». En effet, en Allemagne, comme en Espagne, en Belgique ou aux Pays-Bas, on compte environ un quart de fumeurs. L’Italie et la Grande-Bretagne eux en comptent un cinquième.

L’étude constate une baisse des fumeurs parmi les personnes disposant de revenus de la tranche la plus haute, passant de 23,5 % à 20,9 % entre 2014 et 2016. Cependant, au cours de la même période, on remarque que la fréquence du tabagisme quotidien a augmenté chez les personnes aux revenus de la tranche la plus basse, de 35,2 % à 37,5 %. Force est de constater que les écarts de niveau de vie témoignent d’une augmentation des inégalités sociales en matière de tabagisme. Même si la part des fumeurs reste plus importante, le Baromètre déplore également la stabilité de la proportion des fumeuses.

Pour expliquer l’augmentation de ces inégalités chez les catégories sociales défavorisées, les auteurs de l’enquête avancent plusieurs raisons. Le stress, la difficulté à se projeter dans l’avenir, la méfiance à l’égard des messages de prévention, le déni du risque, la dépendance, une norme sociale en faveur du tabagisme ou de des évènements difficiles pendant l’enfance sont, entre autres, des facteurs qui expliqueraient cet écart.

L’usage de l’e-cigarette a, quant à lui, a baissé en 2016 par rapport à 2014, avec 3,3 % d’utilisateurs chez les 15-75 ans contre 5,9 %, et 2,5 % d’usagers quotidiens, contre 2,9 %. L’utilisation des e-cigarettes peut surtout être vu « comme un phénomène de mode qui a tendance à s’estomper », selon Santé publique. Pour conclure, le Baromètre santé affirme que ces résultats « incitent à poursuivre de façon affirmée la lutte contre le tabagisme, en veillant notamment à ce que les personnes vivant dans les conditions les plus défavorisées bénéficient de plus d’attention et d’aides spécifiques pour arrêter de fumer ».

30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 13:29

La tomate industrielle..........

 

Mafia, fraudes... Les dessous sulfureux de la tomate d'industrie

 

Mondialisation sauvage, omniprésence de la mafia, essor fulgurant de la production chinoise...

Enquête;

Le journaliste Jean-Baptiste Malet dresse un état des lieux peu reluisant de la production mondiale de la tomate d'industrie dans son dernier (très bon) livre, "L'Empire de l'or rouge" (Fayard).

 

La tomate d'industrie est l'objet d'un véritable business.(CAPTURE D'ÉCRAN TWITTER)

 

C'est une véritable somme sur l'intrigant business de la tomate d'industrie. Un livre référence. Dans "L'Empire de l'or rouge" qui vient de paraître aux éditions Fayard, le journaliste Jean-Baptiste Malet dresse un état des lieux peu reluisant de ce "fruit artificiellement créé par des généticiens". Au terme d'une enquête de deux ans, menée en Chine, en Italie, en Californie ou au Ghana, l'auteur - qui a signé en 2013 une enquête intitulée En Amazonie. Infiltré dans "le meilleur des mondes", décrit avec précision les enjeux et les rouages de ce juteux business. Mondialisation sauvage, omniprésence de la mafia, essor fulgurant de la production chinoise... Challenges a sélectionné cinq passages édifiants à propos de cette "tomate de combat".

Quand l'Italie équipe la Chine

Pour comprendre pourquoi la filière chinoise a connu une poussée de croissance aussi fulgurante que soudaine, il faut avoir en tête la structure de la filière à la veille du boom chinois, et les acteurs principaux qui détenaient le pouvoir. De Parme à Naples, ce sont les italiens qui règnent en maîtres sur des pans entiers de la filière mondiale. Des conserves de tomates pelées aux petites boîtes de concentré, le marché est oligopolistique. Le pouvoir au sein de l'industrie italienne est détenu par trois types d'acteurs économiques : à Parme, les plus importants traders de concentré de tomate au monde et les constructeurs des usines de transformation à la pointe de la technologie ; à Naples, les plus importants clients des traders de Parme - en premier lieu, les géants Russo et Petti. Les trois sommets du triangle - négoce, industrie mécanique, conserveries - forment un groupe d'intérêt extrêmement puissant, interconnecté, qui n'a cessé de se consolider au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Les principaux acteurs de ces trois pôles, économiquement prééminents, se comptent sur les doigts de la main. La filière italienne a des allures de cartel de la tomate.

(...) "Dans l'industrie de la tomate, l'Italie a joué le rôle de Marco Polo, résume le général Chinois Liu. En fait, les premiers équipements, ce sont les italiens qui les ont offerts à la Chine. Les fournisseurs des équipements originaires de Parme, en Italie, sont venus en Chine pour aider à l'implantation des usines, pour aider à la production, pour assurer le transfert des technologies, des savoir-faire, pour la formation du personnel... Tout à été organisé par les Italiens. Les équipements, dont beaucoup étaient de marque Rossi & Catelli ou Ing. Rossi, venaient du Nord de l'Italie. Puis notre concentré de tomates était vendu dans le Sud, dans la région de Naples, à Russo ou à Petti. Les Italiens n'ont pas seulement fourni les équipements. Dès le début, ils nous ont aussi acheté le concentré".

La France pillée par la Chine

Lors d'un reportage dans le Vaucluse, j'ai entendu parler d'une histoire rocambolesque. Chalkis, groupe agroalimentaire détenu par un gigantesque conglomérat aux mains de l'armée de la République populaire de Chine, avait racheté en 2004 la principale usine de sauce tomate française : Le Cabanon. Jusqu'à cette date, l'entreprise avait été organisée en coopérative, transformant les récoltes d'une centaine de producteurs locaux. Depuis le rachat, la direction de Chalkis refusait de communiquer et cultivait le secret autour de ses activités. En 2004, les Chinois s'étaient engagés à maintenir un volume de transformation pour les tomates produit localement. Dans la région, on avait bien subodoré que l'usine, une fois passée sous pavillon rouge, utiliserait pour une large part des concentrés à bas coût importés de Chine. Il n'avait cependant jamais été question que Le Cabanon ne produise qu'à partir du seul concentré du Xinjiang... (...). Jusqu'au début des années 2000, Le Cabanon avait été en mesure de produire à lui seul un quart de la consommation de sauce tomate des Français. Une fois racheté par les Chinois, l'ex fleuron hexagonal avait été lentement mais sûrement dépecé, l'outil industriel, pratiquement détruit. Chalkis avait d'abord licencié des salariés, puis avait procédé à la suppression de l'outil de "première transformation". (...). Les producteurs locaux durent se reconvertir. Le Cabanon n'en poursuivit par moins la commercialisation de ses produits bien connus des consommateurs, mais en produisant à partir du seul concentré importé du Xinjiang. Les boîtes de conserve, avec leur sauce "produite" dans l'usine historique du Vaucluse pouvaient continuer légalement de passer pour "Made in France" avec le célèbre logo du Cabanon.

Le Bingtuan, le bras armé de Pékin

Bingtuan... Il est impossible de comprendre quoi que ce soit à l'organisation politico-économique du Xinjiang, ni même à la filière mondiale de la tomate d'industrie, sans être familiarisé avec les rouages de la plus puissante des organisations gouvernementales locales : le Corps de production et de construction du Xinjiang (CPCX), plus couramment appelé Bingtuan, littéralement, le "Corps". Gigantesque machinerie administrative d'exception, le Bingtuan est une organisation militaire qui emploie et encadre plus de 2,6 millions de personnes, selon le chiffre officiel donné dans une vidéo interne du CPCX. Le territoire du Bingtuan est composé de 14 divisions, sur lesquelles sont répartis 175 "régiments fermiers". En 2011, le Bingtuan, était à la tête de 14 sociétés commerciales, dont Chalkis, l'un de ses fleurons. (...) Le Bingtuan, gigantesque consortium militaro-industriel, est une spécificité propre au Xinjiang. Sa mission historique est la colonisation du territoire. Il a fait sortir de terre des villes entières, qu'il gère. Hôpitaux, écoles, universités, fermes, industries. Le Bingtuan est une véritable pieuvre, il a des ramifications dans tous les secteurs d'activités. (...) Pour le Bingtuan, l'agriculture intensive et le commerce international semblent être le prolongement de la guerre par d'autres moyens. Aux yeux d'un occidental, le film de présentation de CPCX a toutes les caractéristiques de l'apologie caricaturale du productivisme le plus débridé. En 2011, la production totale du Bingtuan a atteint une valeur de 13,2 milliards d'euros.

Le roi de la tomate roule pour la mafia

Décédé en 2004 à l'âge de 83 ans, Antonino Russo, surnommé le "roi de la tomate", a posé la première pierre de son empire en 1962 en créant La Gotica, entreprise de transformation de tomates. Ce Napolitain, dont la carrière est entachée par une mention dans un rapport de la commission parlementaire antimafia de 1995, puis par une condamnation en 2013 pour trafic de faux concentré italien, vrai concentré 100% chinois, a multiplié tout au long des années 1970 et 1980 les acquisitions et les créations d'entreprises dans le secteur de la tomate d'industrie, et plus largement dans les conserves de fruits et légumes. À l'aube des années 2000, Antonino Russo les a réunies au sein d'un grand groupe industriel : AR Industrie Alimentari. Ce géant de l'or rouge a réalisé officiellement jusqu'à 300 millions d'euros de chiffre d'affaire en contrôlant 20% de la production italienne de conserve de tomates. Maillon stratégique de la filière, le transport de tomates entre les champs et les usines d'Italie du Sud est de longue date un secteur d'activité des organisations criminelles. En juin 2016, à Foggia, la police a arrêté Roberto Sinesi ainsi que cinq autres personnes pour extorsion et tentative d'extorsion de fond sur les chauffeurs de camions de tomates fournissant la plus grande usine de conserve de tomates d’Europe : l'usine Princes de Foggia.

Naples et la fraude douanière à la tomate

Au sein de l'UE, il existe plusieurs cadres légaux permettant d'importer des marchandises. Le plus habituel, celui des importations ordinaires, concerne des produits qui ont vocation à être consommés en l'état dans l'un des pays membres. Ces importations sont soumises à des droits de douane lors de leur passage à la frontière extérieure de l'Union. Pour la tomate d'industrie, ces droits s'élèvent à 14,4% de la valeur de la marchandise. Il existe aussi une deuxième manière d'importer du concentré de tomates dans l'UE, qui permet à l'importateur de ne pas acquitter de droits de douane : il s'agit d'importer du concentré "à titre temporaire" dit aussi en "transit temporaire" ou encore en "perfectionnement actif". Conformément à la législation douanière, "le régime de perfectionnement actif est destiné à favoriser l'activité économique des entreprises communautaires qui transforment ou réparent des marchandises tierces, destinées principalement à la réexportation". (...). Selon le premier syndicat italien de producteurs agricoles Coldiretti, une fois le concentré chinois arrivé sur le territoire de l'UE au titre du régime douanier du perfectionnement actif, quelques entreprises napolitaines de reconditionnement se livrent à une fraude extrêmement simple à organiser. Elles détournent ce régime douanier à leur profit. Selon le syndicat, des industriels napolitains feraient entrer en "perfectionnement actif" du concentré chinois ; une partie des quantités importées à ce titre serait effectivement réexportée ; mais une autre resterait sur le territoire de l'UE et y serait écoulée. Elle ne serait donc pas réexportée, ce qui constituerait une fraude caractérisée.

18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 07:06

Le pain fait-il grossir ? Peut-on en manger tous les jours ? Tous les pains se valent-ils ? Le bio est-il meilleur pour la santé ? 

 

 

Baguette, pain complet, régime et calories... La vérité sur le pain

Pas mal d'idées reçues circulent autour de nos baguettes : le pain ferait grossir, la mie serait indigeste, la biscotte alliée des régimes, etc. Faut-il vraiment se méfier du pain ou, au contraire, est-il indispensable d'en manger tous les jours ? Le nutritionniste Raphaël Gruman nous aide à démêler le vrai du faux, alors que la  se tient dans toute la France  Fête du pain. Du 15 au 21 Mai 2017 depuis lundi et jusqu'au dimanche 21 mai 2017.

Le pain fait grossir

Vrai et faux. Il faut garder en tête que le pain est une source de sucre. Une baguette de pain contient l'équivalent de 25 carrés de sucre. On doit absorber 50% de glucides par jour (pour une personne ayant besoin de 2000 calories quotidiennes), le pain est donc un apport de sucres qui peut être intéressant, surtout le matin, lorsque l'on est à jeun. Il n'est cependant pas recommandé le soir, lorsque nos dépenses énergétiques baissent.

La baguette classique peut faire grossir car elle est faite de farines blanches qui ont un index glycémique haut, ce qui signifie que les sucres passent très rapidement dans le sang. Le corps va devoir stocker cette surcharge de sucres sous forme de graisse.

A l'inverse, plus les sucres contenus dans le pain sont complexes, meilleur il est pour la santé. Pour cela, il faut choisir des farines contenant des fibres qui ralentissent l'absorption de sucres et évitent la prise de poids, comme le pain complet.

Ce que l'on met dessus (confiture, beurre, miel ou fromage) a bien sûr une incidence. Cela change les apports caloriques. Dans le cadre d'une alimentation minceur, on choisira du fromage de chèvre au petit déjeuner, pour apporter des protéines et du calcium (plus que le beurre) et obtenir un effet rassasiant.

Le pain favorise la rétention d'eau

Faux, mais tout dépend de la quantité ! Le pain contient du sel. On peut donc faire de la rétention d'eau si l'on en mange en grande quantité. Si vous consommez 75 grammes de pain par jour, ce risque est évité.

Les biscottes aident à maigrir

Faux. Les biscottes sont plus caloriques que le pain. Déjà, elles ne contiennent pas d'eau, et pèsent donc moins lourd. Il faut par conséquent en consommer plus que du pain pour être rassasié. Puis, la surcuisson d'un aliment comme le pain augmente son index glycémique car la chaleur déstructure les molécules de sucre. Le sucre contenu dans la biscotte passe très vite dans le sang, et le corps va gérer ce trop-plein en le stockant. La biscotte est donc un "ennemi" de la minceur. Préférez à la place une tartine de pain aux céréales.

Le pain est meilleur que les céréales du petit déjeuner

Vrai. Les céréales supposées être diététiques (comme les pétales de maïs soufflés sans sucres ajoutés ou les Weetabix) sont déjà beaucoup plus sucrées que le pain. Si vous voulez vraiment manger quelque chose d'équilibré le matin, mieux vaut ne pas se tourner vers les céréales de petit déjeuner et encore moins celles qui sont destinées aux enfants, trop sucrées.

Lorsque l'on se contente d'un bol de céréales avec du lait, on risque d'être affamé une heure après, alors qu'avec une tartine de pain complet, on se cale l'estomac pour plusieurs heures.

 

 

Il faut manger du pain tous les jours

 

Faux. On peut se passer de pain au quotidien, mais on a besoin de source de sucre pour la journée, car le cerveau se nourrit à 100% de sucres. On peut le remplacer par tous les aliments contenant des sucres lents, des féculents (haricots rouges, lentilles) ou de la pomme de terre -pas en purée, ni en frites- qui, si elle est associée à des lipides comme des bonnes huiles, va demander au corps plus de temps pour disperser les molécules. Le résultat : un index glycémique bas, donc plus favorable à l'énergie sur le long terme.

Il ne faut pas manger plus de deux tranches de pain par jour

Faux. On peut en manger jusqu'à 100 grammes par jour, soit 4 tranches de 25 grammes. Tout dépend de la composition de vos repas : si vous mangez des protéines et des légumes aux autres repas de la journée, vos apports seront équilibrés.

Tous les pains se valent

Faux. La baguette, en dehors de son bon goût, n'a pas d'intérêt nutritionnel majeur, alors que les pains complets ou aux graines, avec des farines T80, apportent des fibres et des minéraux.

Moins la farine est raffinée, mieux c'est. Si vos finances vous le permettent, préférez des pains complets biologiques, sans additifs ou conservateurs, car l'enveloppe de la graine peut contenir des pesticides.

Le pain, c'est bon pour le transit

Vrai, mais tout dépend du type de pain. Ce sont principalement les fibres qui vont réguler votre transit. Or on en trouve beaucoup plus dans les pains complets que dans la baguette. Attention au pain de seigle dont les fibres peuvent être irritantes pour le côlon : elles ne sont pas très digestes et peuvent créer des ballonnements.

Certains pains contiennent de la fibre de betterave, encore plus riche en fibres que la farine complète et très favorable à un transit serein.

Le pain est un bon apport de sucres lents

Faux pour la baguette, vrai pour le pain complet. C'est principalement grâce aux fibres contenues dans la farine que le pain peut se classer ou non dans la catégorie "sucres lents": plus la farine est complète, meilleur est l'apport en sucres lents. Si vous mangez de la baguette, c'est un apport de sucres rapides, comme un banal morceau de sucre.

Mieux vaut manger du pain aux céréales

 

 

Il y a plus de fibres dans un pain aux céréales que dans la baguette.Vrai. Il y a plus de fibres dans un pain aux céréales que dans la baguette, même si les fibres ne sont pas de la même qualité que dans un pain complet. Le pain aux céréales contient également plus de magnésium que dans le pain classique, même si c'est en proportions modestes.

 

Le pain au levain, c'est meilleur

Vrai. Le levain contenu dans le pain ralentit l'absorption des sucres par le corps. Un pain au levain aura donc un index glycémique plus bas qu'un pain classique.

La croûte, c'est indigeste

Faux. Plus la pâte est cuite, plus elle est digeste, car la cuisson aide au travail de l'estomac. Au contraire, le pain blanc ou la mie peuvent provoquer des ballonnements car ils sont moins cuits.

Le pain bio, c'est cher mais c'est meilleur

Vrai. Le pain bio artisanal fait par un boulanger de quartier avec des farines biologiques est obligatoirement fabriqué sans conservateurs, ce qui explique que le pain durcisse rapidement, en 2 jours environ. A l'inverse, le pain biologique industriel contient des conservateurs pour le préserver sur le long terme. Ils sont de surcroît enveloppés dans des emballages d'atmosphère modifiée pour empêcher le développement des bactéries, ce qui modifie le goût et la qualité du pain.

Le pain sans gluten, c'est meilleur pour la santé

Faux. Le pain sans gluten contient beaucoup d'additifs et de farine de maïs pour donner une texture approchant celle du pain avec gluten. La farine de maïs est beaucoup plus riche en sucres que celle de blé. Si vous êtes intolérant ou allergique au gluten, mieux vaut vous tourner vers le fait maison avec de la farine de riz complet par exemple, cela sera meilleur d'un point de vue diététique, mais pas terrible au niveau de la texture, qui sera un peu sèche et friable.

 

 

 

 

11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 06:45

Les difficultés économiques en 10 graphiques qui attendent notre  président ..........

 

Sorti en début d’année, l’ouvrage Accélérer !- La compétitivité moteur de la prospérité - liste les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises françaises. Un livre de chevet pour le futur locataire de l’Elysée.

Dans leur ouvrage Accélérer : la compétitivité moteur de la prospérité, Rémi Legrant et Olivier Marchal, respectivement président et vice-président de Consult’in France*, décortiquent les difficultés auxquelles se heurtent nos entreprises.

Rappelant que les 4 millions d’entreprises françaises sont le moteur de la création de richesses, les auteurs énumèrent les “totems et tabous qui les fragilisent” : “complexités administratives”,“fiscalité étouffante”, marché du travail “cassé”... Découvrez ainsi en 10 graphiques qui illustrent ces difficultés.

Les 10 graphiques suite..

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 06:48

Des scientifiques ont découvert qu’un verre de vin rouge équivalait à une heure de sport

 

Une recherche récente, menée à l’Université d’Alberta, au Canada, a démontré qu’un verre de vin rouge est aussi sain qu’une heure passée dans la salle de sport.En effet, le resvératrol, un polyphénol contenu dans le vin rouge, augmente et améliore l’efficacité et la fonction cardiaque du cœur, tout en renforçant les muscles. C’est-à-dire qu’il agit sur le corps de la même façon que le sport.Selon la conclusion de Jason Dyke, directeur de la recherche, ceci pourrait permettre aux gens qui ne sont pas motivés pour aller dans la salle de sport de rester en forme. En augmentant la fréquence cardiaque, le resvératrol renforce le cœur et rend les muscles plus forts et résistants ; en outre, il règle les niveaux de sucre dans le sang et a un effet anti-âge. Les études ont prouvé aussi que les personnes qui boivent un verre de vin rouge par jour — mais seulement un ! — ont moins de propension à la démence et au cancer.

Chez Sympa-sympa.com nous sommes ravis de connaître cette découverte. Attention cependant à l’abus d’alcool : ceci ne vaut que pour un verre par jour !

Source :  huffingtonpost

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 07:11

La bande des cinq…………

 

Question : la France est-elle devenue une république bananière ?

 

Ce document que je vous livre a certainement circulé sur la toile avant que je me décide à le reproduire sur mon blog avec quelques adaptations grammaticales qui n’en déforment nullement la signification. Il s’agit d’une photo de famille, la « bande des cinq » du Parquet National Financier (PNF) celui-là même qui a instillé au Canard des informations et qui en instruit le contenu pour faire chuter le candidat Fillon. Dans la description de ces 5 personnes il ressort que la France n’est plus une république comme elle le prétend mais bien un état sans foi ni loi où la justice et le pouvoir roulent pour la même cause.

Tous les membres du PNF ont été nommés par François Hollande et Christiane Taubira. Eliane Houlette (tenant un dossier et son chapeau de pacotille), procureure de la République, est passée de ce fait hors-hiérarchie, le plus haut grade de la magistrature. Elle a été préférée à Catherine Pignon, pourtant plus expérimentée en ce qui concerne les affaires financières, mais malheureusement pour elle trop proche de l’ancienne majorité. Naturellement ce choix n’a aucune connotation politique.

Eliane Houlette est proche de Jean-Louis Nadal, président du syndicat national de la magistrature, qui s’est illustré pour son impartialité avec le « mur des cons » de bien triste mémoire. Eliane Houlette était soutien officiel de Martine Aubry à la primaire de 2011 et ensuite soutien de François Hollande lors de la présidentielle de 2012. Elle a ensuite été nommée à la tête de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) et notamment chargé de ce fait de la publication de la situation patrimoniale des élus, en toute indépendance naturellement.

Araine Amson (qui se grattouille la poitrine avec délectation sur ce portrait ) a rejoint l’Elysée en juin 2016 comme conseillère pour la justice de François Hollande payée beaucoup plus cher que le coiffeur du président. Du coup elle est en froid avec ses collègues du PNF … Son époux dans le civil, Pierre Heilbronn, est directeur (adjoint) du cabinet de Jean-Pierre Sapin, un des ministres les plus riches du gouvernement et accessoirement Ministre de l’Economie et des Finances. N’allez pas vous méprendre l’indépendance de la justice est respectée scrupuleusement.

À l’évidence ces organismes, dont la mise en place a été justifiée seulement en apparence par « l’affaire Cahuzac », sont de redoutables armes politiques largement utilisées par le locataire du château pour détruire à dessein la campagne électorale du candidat de la droite traditionnelle. Quand les dirigeants élus d’une démocratie utilisent la justice à des fins politiciennes il n’y a plus de démocratie : la France est devenue une république bananière qui fait la risée des médias du monde entier.

13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:00

Se pourrait-il que l’on ait fait la découverte révolutionnaire que les bons comportements alimentaires s’apprennent d’abord autour de la table familiale ?

 

Trop gras, trop sucré, trop salé 

Contre la famine en Afrique, une ancienne campagne de sensibilisation de la FAO se terminait par ces mots : « Et vous, que faites-vous contre la faim ? » Eh bien, je mange, pardi ! Mais, je le reconnais, avant, je me nourrissais « trop gras, trop sucré, trop salé ». Maintenant j’écoute la dame de la télé : « Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. » J’essaye, j’essaye… mais, personnellement, au bout de la deuxième pastèque, j’ai un peu tendance à caler ! Par chance, avec un coup de rouge, ça descend mieux. Tout en consommant « avec modération » : pas plus de cinq litres par jour… Quant à « pratiquer une activité physique régulière », j’ai tout bon : je me brosse les dents deux fois par jour !

Mais figurez-vous que tout le monde n’est pas aussi observant que moi pour les conseils de santé. Certains interprètent mal, ou suivent trop peu, les injonctions de la télévision. C’est ce qu’au bout de cinq ans de travail dix experts de spécialités variées viennent de conclure dans un rapport de 400 pages (soit 0,02 page par jour et par personne) sur les comportements nutritionnels. Selon eux, l’effet de ces messages sanitaires s’est atténué avec le temps et le nombre d’obèses croît dangereusement.

Conclusion : les techniques de conformation alimentaire doivent de toute urgence être revues. Et ils ont plein d’idées. Ringards, les petits bandeaux en bas du moniteur ; il faudrait faire place à des avis plein écran (au moins 7 % de la surface de la publicité) avec couleurs de fond contrastées et emplacements variables pour éviter « l’habituation ». Eh oui, votre nez est dans votre champ de vision, mais vous ne le voyez plus. C’est ça, l’habituation. Mais passez-le au mercurochrome et vous ne verrez plus que lui ! Il est clair que si un placard « À consommer avec modération » flashait au milieu de votre film porno préféré, l’effet serait certain !

Autre recommandation des grands experts : interdire la promotion des produits « malsains » par des personnalités médiatiques (sportifs, chanteurs, etc.). Pauvre Jo-Wilfried Tsonga, sa bonne bouille ne pourra plus se faire piquer le dernier Machin Bueno par une blonde canon ! Obligé de se contenter du Rexona… Les spécialistes recommandent aussi de restreindre les actions de marketing auxquelles sont exposés les enfants, par exemple en interdisant les publicités télévisées pour certains produits alimentaires aux heures où les enfants sont devant la télévision.

C’est vrai, les enfants sont particulièrement sensibles à la publicité et ont tendance à conserver leurs habitudes alimentaires jusqu’à l’âge adulte. Se pourrait-il que l’on ait fait la découverte révolutionnaire que les bons comportements alimentaires s’apprennent d’abord autour de la table familiale ?

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 06:50

A propos de la grève du centre Pompidou 

Situation cocasse au Centre Pompidou, où des salariés sont en grève depuis plusieurs jours pour contester… leur titularisation en tant que fonctionnaires. La conséquence d’un texte de loi qui va toucher beaucoup d’autres établissements publics

Voyons en détails de cette loi controversée qui va créer près de 12000 postes de fonctionnaires..

Devenir fonctionnaire ? Non merci ! C’est le message étonnant envoyé par des syndicats de salariés du Centre Pompidou à Paris, paralysé par une grève depuis le 27 mars. Ils contestent en effet les conditions de modification du statut du personnel, qui prévoit de le basculer progressivement de celui de contractuel (personne travaillant pour la fonction publique sans pour autant être titulaire) à celui de fonctionnaire.

Ces changements, en vigueur depuis début avril, ne concerneront pas tous les employés du célèbre musée de Beaubourg. Sur les 972 contractuels actuels, 233 conserveront leur statut, selon des chiffres que nous a communiqués l’Unsa Fonction Publique, l’un des syndicats contestataires. Les autres auront le choix entre les deux statuts, sachant que les nouveaux recrutés sur ces postes seront automatiquement fonctionnaires.

Mais en quoi devenir fonctionnaire leur fait-il si peur ? C’est bien simple, basculer vers le statut de fonctionnaire leur ferait perdre certains acquis et risquerait de grèver leur salaire de 20%, d’après les chiffrages du gouvernement, relayés par Force Ouvrière. “Sur le principe, nous ne sommes pas opposés à ce basculement vers le statut de fonctionnaire, mais il faudrait que cela se fasse dans des conditions acceptables”, explique Luc Farré, secrétaire général de l’Unsa Fonction Publique.

Mais d’où vient cette conversion programmée ? De la loi Déontologie d’avril 2016, qui a durci les possibilités de dérogation au statut de fonctionnaire, afin de lutter contre la précarité des agents de la fonction publique. En théorie, tout emploi public permanent est censé être occupé par un fonctionnaire titulaire, mais plusieurs dizaines d’établissements publics administratifs font l’objet d’exceptions. Parmi eux : l’Agence nationale des titres sécurisés (chargée notamment de gérer les demandes de passeport et permis de conduire), le château de Versailles, le musée du quai Branly, l’Institut national de la propriété industrielle (INPI)...

“La dérogation concernant ces établissements a été accordée dans un contexte où l’administration ne trouvait pas, au sein de la fonction publique, des agents titulaires susceptibles de pouvoir remplir les missions dévolues à ces établissements en raison de leurs particularités, le plus souvent techniques. Depuis la rédaction de cette liste, la fonction publique a évolué, si bien qu’aujourd’hui, il existe des corps de fonctionnaires pouvant exercer certaines des missions particulières”, justifiait le gouvernement dans l’étude d’impact de la loi déontologie.

Du coup, la nouvelle liste des postes éligibles à ces dérogations, publiée via un décret le 29 mars, est bien plus restrictive. Au total, l’Unsa Fonction publique estime que près de 12.000 postes vont devoir être occu­pés par des fonc­tion­nai­res lors­que l’agent contrac­tuel de droit public qui l’occupe actuel­le­ment le quit­tera, tandis que 2.200 emplois dérogatoires devraient être maintenus.

Si cette loi a été faite pour lutter contre la précarité dans la fonction publique, elle est contestée dans plusieurs de ces établissements, au-delà du Centre Pompidou. Ainsi les salariés des agences de l’eau (qui participent à la mise en oeuvre de la politique publique de l’eau), se sont mobilisés en décembre dernier pour contester cette potentielle conversion vers le statut de fonctionnaire.

“Pour simplifier, les conditions de passage du statut de contractuel à celui de fonctionnaire sont défavorables pour ceux qui ont une ancienneté importante. Si une titularisation peut s’avérer être une bonne opération pour des personnes en CDD, ce n’est pas le cas pour ceux en place depuis de nombreuses années. Or dans les agences de l’eau, les salariés contractuels, qui constituent 90% des effectifs, sont majoritairement des CDI avec une ancienneté importante”, explique Patrick Saint-Léger, du syndicat SNE-FSU.

Au final, ces agences de l’eau font partie des rares, avec les CROUS, à avoir obtenu un délai d’un an (jusqu’au 31 mars 2018) avant l’application de la réforme. Reste maintenant à savoir si la nouvelle majorité établie après la présidentielle décidera de la poursuivre... ou de l’enterrer.

 

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 07:54

 

 

Le vin rouge recèlerait-il un secret de jeunesse ?

Des spécialistes américains ont découvert que le resvératrol, une substance contenue dans le vin rouge, pourrait contribuer à garder le cerveau jeune plus longtemps. Mais n’allez pas ouvrir la bouteille trop vite : vous n’aurez malheureusement jamais assez d’une vie pour en espérer le moindre bienfait...

Le resvératrol, un composée de vin rouge produit naturellement par la peau des fruits en fermentation, et que l'on retrouve dans les raisins, les bleuets et les mûres, maintiendrait les muscles souples et aiderait à protéger les connexions entre les neurones du cerveau, selon des chercheurs du Virginia Tech Carilion Research Institute, aux États-Unis.

Des tests effectués sur des souris âgées ont montré que ce composé ralentissait considérablement le vieillissement du cerveau en préservant les synapses, soit les jonctions neuromusculaires qui relaient les signaux de mouvement du cerveau aux muscles. Les résultats de l'étude ont été publiés sur le site Oxford academic.

Les souris qui avaient reçu du resvératrol à partir de l'âge d'un an avaient plus de jeunes synapses de jonction neuromusculaire à deux ans que celles qui n'en avaient pas pris.

« Je crois que nous nous rapprochons des mécanismes pour ralentir la dégénérescence provoquée par l'âge des circuits neuronaux », a déclaré Gregorio Valdez, l'auteur principal de l'étude et professeur adjoint à l'institut.

Le vin rouge contient plus de resvératrol que le vin blanc car il est fermenté avec la peau du raisin. Cependant, les amateurs de vin seront déçus d'apprendre que cette boisson ne contient pas assez de resvératrol pour ralentir substantiellement la vieillesse.

« Le vin en contient si peu [de resvératrol], que vous ne pourriez pas boire suffisamment [de vin] dans votre vie pour obtenir les bienfaits que nous avons trouvés chez les souris recevant du resvératrol pur », a déclaré M. Valdezen, ajoutant que « ces études ont été réalisées sur des souris, et je voudrais déconseiller quiconque de se ruiner le corps en s'administrant du resvératrol sous quelque forme que ce soit ».

Les chercheurs ont aussi indiqué que l'étape suivante de leur étude consisterait à identifier le mécanisme qui permet au resvératrol de protéger les synapses.

« Si nous connaissons le mécanisme, nous pourrons modifier le resvératrol ou chercher d'autres molécules qui sont plus efficaces pour protéger les synapses », ont-ils souligné.

Il est à noter que même si l'étude sur le resvératrol a révélé qu'il avait un effet neuroprotectif, il était quand même moins efficace qu'un régime restrictif en calories.

À défaut de miracle, on peut très bien se rabattre sur l'apprentissage des langues étrangères. Selon une étude, il s'agit là d'une excellente option pour retarder le vieillissement du cerveau. Qui plus est, apprendre une nouvelle langue ne comporte absolument aucun risque pour la santé. Rien n'empêche de combiner les deux à l'occasion, par contre…

Source : https://fr.sputniknews.com

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:56

D'après ces chercheurs, après 40 ans, il ne faudrait travailler que 3 jours par semaine 

Une étude faite sur la productivité des employés, menée par un chercheur de l’Université de Keio, au Japon, avec des chercheurs australiens de l’Université de Melbourne, a conduit à un résultat étonnant : Selon les chercheurs, le temps optimal de travail par semaine serait de 25 heures.

Et ce n’est pas une farce, ni une manœuvre subtile menée par les syndicats locaux, non : les chercheurs sont formels, les employés ne sont pas au top de leur productivité parce qu’ils travaillent trop !

Travailler moins pour produire plus

Si cela vous fait rêver, dites-vous qu’il va juste falloir convaincre votre boss. En même temps, les résultats sont là, tangibles et bien réels ! Vous pouvez ainsi lui promettre un chiffre d’affaires décuplé, une croissance boostée, un investissement du personnel dans l’entreprise renforcé.

Bon, après, il vous faudra peut-être omettre un « léger » détail lorsque vous lui en parlerez : en fait, les résultats de cette étude ne sont valables qu’à partir d’un certain âge.

En fait, selon les chercheurs, ce n’est qu’une fois que l’on a passé le cap des 40 ans qu’une réduction de travail d’environ 5 à 3 jours par semaine permettrait aux salariés d’être plus performants.

Ils ont en effet analysé les résultats de tests cognitifs (logique, raisonnement, mémoire, perception) auprès de 6 500 individus de plus de 40 ans. Ils ont pu observer que lors d’un effort prolongé, les capacités cognitives augmentent au fil des heures… Puis s’effondrent considérablement !

Ainsi, chez presque la totalité des personnes de cette tranche d’âge, les performances déclinent très vite après 25 à 30 heures de travail selon les personnes. Après 30 heures, les taux de fatigue et de stress augmentent considérablement, ce qui semble être lié à la baisse des performances, parasitant l’esprit et empêchant d’être efficace à 100%

« Le travail peut être une arme à double tranchant car il peut stimuler l’activité cérébrale, mais les longues journées de travail peuvent causer de la fatigue et du stress qui endommagent potentiellement les fonctions cognitives », explique le Pr McKenzie, qui a dirigé l’étude, au Time. Les chercheurs soutiennent qu’au lieu de repousser l’âge de la retraite, il faudrait remettre en question la manière dont nous travaillons afin d’être plus efficace. Être plus productif ne revient pas forcément à bosser « plus », mais à travailler « mieux ». Et cela s’applique d’autant plus aux personnes en fin de carrière professionnelle, qui, même s’ils se fatiguent plus vite, disposent de connaissances et de compétences précieuses, liées à leurs nombreuses années de pratique du métier.

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article