Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 06:09

Avec nos amis les microbes

Au moment où le coronavirus s’est invité cruellement dans nos vies, c’est peut-être le moment de s’interroger sur les précautions, parfois exagérées, dont nous nous entourons, à coup de gel hydro alcoolique et de masques, dont l’efficacité est mise en doute par de nombreux scientifiques.

Il y a des années, j’avais rencontré un drôle de marginal, artiste révolté, qui vivait chichement dans une sorte d’abris de toiles, de tôles et de carton, et qui m'avait invité avec quelques amis à « boire un dernier verre », dans sa « maison d’infortune »...

Il faisait la cuisine sur un bruleur à alcool, et n’hésitait pas à réchauffer le contenu d’une boite de conserve, peu ragoutant, il faut l’avouer, dans cette boite rouillée.

On l’a compris, l’hygiène n’était pas sa préoccupation première...et il était pourtant en très bonne santé...

Suite à une blessure, il dut faire un séjour à l’hôpital et tomba malade de la nourriture trop aseptisée qu’on lui avait proposée.

Inutile de dire qu’il quitta l’hôpital au plus vite.

Cette petite anecdote pour vous présenter un homme aussi original, qui parcourt le monde pour y proposer des conférences sur le danger qu’il y aurait à se protéger de toutes les bactéries lesquelles seraient un danger pour nos vies.

Il s’appelle George Carlin, et devant un auditoire surpris, il assène en quelques minutes des évidences.

Extrait de l’une de ses conférences : « nous avons aujourd’hui une population complètement névrosée, obsédée par la sécurité, (...) la propreté, l’hygiène et les microbes (...) d’où vient cette peur des microbes ? (...) alors tout le monde s’affole, on astique, on vaporise, on surcuit la bouffe, on se lave constamment les mains pour tenter d’éviter les microbes. C’est ridicule et ça devient stupide.

En prison, avant de vous faire l’injection mortelle, ils vous nettoient le bras avec de l’alcool ! Ils veulent pas que vous tombiez malade ! On peut les comprendre, ils voudraient pas qu’un type aille en enfer tout en étant malade (...).

Ils cuisinent tout à mort parce que les gens ont peur de l’empoisonnement. (...) Vous savez combien de gens meurent d’empoisonnement chaque année ? 9000... c’est tout ! C’est un risque mineur (...) pourquoi croyez-vous que vous avez un système immunitaire ? C’est pour tuer les microbes, mais il faut s’entrainer. Il faut des microbes pour s’entrainer.

Si vous tuez tous les microbes autour de vous, alors quand des microbes arriveront, vous ne serez pas prêts.

Que ferez-vous quand un super virus transformera vos organes en merde liquide ?

Vous allez tomber malade, et vous allez mourir, parce que vous et votre système immunitaire est faible !

Je vais vous raconter une histoire vraie sur l’immunisation :

Quand j’étais gosse, dans les années 40, on nageait dans l’Hudson, rivière qui était remplie de merde, on nageait dans la merde des égouts...pour se détendre !

En ces temps-là, on craignait la polio... des milliers d’enfants en mouraient chaque année (...) dans mon quartier, personne n’a jamais eu la polio, personne, jamais. Pourquoi ? Parce qu’on nageait dans la merde !

Ça a endurci nos systèmes immunitaires. La polio n’avait aucune chance, on était blindé de merde !

Donc personnellement, je ne prends aucune précaution.

Je ne m’éloigne pas des gens qui toussent, je n’essuie pas le téléphone. Et quand de la bouffe tombe par terre, je ramasse et je mange !  et vous savez, malgré ce soi-disant dangereux comportement, je tombe jamais malade. J’attrape pas le rhume, j’ai pas de migraines, j’ai pas de maux de ventre, parce que j’ai un bon système immunitaire bien fort, et ça demande de la pratique. (...) je ne lave pas mes mains chaque fois que je vais aux toilettes, ok ? Vous n’avez pas besoin d’une douche par jour...c’est exagéré, à moins que vous suiez comme un porc, ou à moins que vous entriez en contact avec des saletés chaque jour... ». 

Pour apporter de l’eau à son moulin, il faut ajouter que des scientifiques américains soignent maintenant ceux dont la flore intestinale a été abimée, (suite souvent à l’abus d’antibiotiques), ceci grâce à des excréments humains, après leur avoir fait subir un traitement, afin qu’ils puissent être ingérés par le patient sous forme de gélules.

Ces gélules régénèrent la flore intestinale, et guérissent le patient dans 90% des cas, ainsi que je l’avais publié dans un article ancien.

En effet, on ne dira jamais assez le danger que peuvent représenter les antibiotiques, lorsqu’on n’en abuse, ce qui avait donné naissance au slogan : « les antibiotiques, c’est pas automatique ». lien

Cette petite anecdote pour vous présenter un homme aussi original, qui parcourt le monde pour y proposer des conférences sur le danger qu’il y aurait à se protéger de toutes les bactéries lesquelles seraient un danger pour nos vies.

Il s’appelle George Carlin, et devant un auditoire surpris, il assène en quelques minutes des évidences.

Extrait de l’une de ses conférences : « nous avons aujourd’hui une population complètement névrosée, obsédée par la sécurité, (...) la propreté, l’hygiène et les microbes (...) d’où vient cette peur des microbes ? (...) alors tout le monde s’affole, on astique, on vaporise, on surcuit la bouffe, on se lave constamment les mains pour tenter d’éviter les microbes. C’est ridicule et ça devient stupide.

En prison, avant de vous faire l’injection mortelle, ils vous nettoient le bras avec de l’alcool ! Ils veulent pas que vous tombiez malade ! On peut les comprendre, ils voudraient pas qu’un type aille en enfer tout en étant malade (...).

Ils cuisinent tout à mort parce que les gens ont peur de l’empoisonnement. (...) Vous savez combien de gens meurent d’empoisonnement chaque année ? 9000... c’est tout ! C’est un risque mineur (...) pourquoi croyez-vous que vous avez un système immunitaire ? C’est pour tuer les microbes, mais il faut s’entrainer. Il faut des microbes pour s’entrainer.

Si vous tuez tous les microbes autour de vous, alors quand des microbes arriveront, vous ne serez pas prêts.

Que ferez-vous quand un super virus transformera vos organes en merde liquide ?

Vous allez tomber malade, et vous allez mourir, parce que vous et votre système immunitaire est faible !

Je vais vous raconter une histoire vraie sur l’immunisation :

Quand j’étais gosse, dans les années 40, on nageait dans l’Hudson, rivière qui était remplie de merde, on nageait dans la merde des égouts...pour se détendre !

En ces temps-là, on craignait la polio... des milliers d’enfants en mouraient chaque année (...) dans mon quartier, personne n’a jamais eu la polio, personne, jamais. Pourquoi ? Parce qu’on nageait dans la merde !

Ça a endurci nos systèmes immunitaires. La polio n’avait aucune chance, on était blindé de merde !

Donc personnellement, je ne prends aucune précaution.

Je ne m’éloigne pas des gens qui toussent, je n’essuie pas le téléphone. Et quand de la bouffe tombe par terre, je ramasse et je mange ! (...) et vous savez, malgré ce soi-disant dangereux comportement, je tombe jamais malade. J’attrape pas le rhume, j’ai pas de migraines, j’ai pas de maux de ventre, parce que j’ai un bon système immunitaire bien fort, et ça demande de la pratique. (...) je ne lave pas mes mains chaque fois que je vais aux toilettes, ok ? Vous n’avez pas besoin d’une douche par jour...c’est exagéré, à moins que vous suiez comme un porc, ou à moins que vous entriez en contact avec des saletés chaque jour... ».  

Pour apporter de l’eau à son moulin, il faut ajouter que des scientifiques américains soignent maintenant ceux dont la flore intestinale a été abimée, (suite souvent à l’abus d’antibiotiques), ceci grâce à des excréments humains, après leur avoir fait subir un traitement, afin qu’ils puissent être ingérés par le patient sous forme de gélules.

Ces gélules régénèrent la flore intestinale, et guérissent le patient dans 90% des cas, ainsi que je l’avais publié dans un article ancien.

En effet, on ne dira jamais assez le danger que peuvent représenter les antibiotiques, lorsqu’on n’en abuse, ce qui avait donné naissance au slogan : « les antibiotiques, c’est pas automatique ». 

Quant à la récente décision de ce gouvernement d’imposer le masque à tout le monde, dans « le monde clos », elle interroge pas mal de monde, d’autant que l’efficacité des dits masques reste à prouver, et qu’ils peuvent à l’occasion représenter un danger potentiel, puisque celui qui en porte, respire le gaz carbonique qu’il tente de rejeter, ainsi que l’affirme le Dr Russel Blaylock, évoquant « le danger mortel des masques ». lien

C’est aussi ce qu’écrivent Frédéric Gouaillard, et Aurélie Sipos, s’exprimant dans les colonnes du « Parisien », signalant des étourdissements, des vertiges, provoqués par le port du masque.

Un guichetier de la Poste, du 13ème arrondissement de Paris, témoigne : « c’est insupportable. On a chaud, on a du mal à respirer, et parfois mal à la tête. Tout ça pendant 7h45 d’affilée  ».

Ainsi on a appris que 2 adolescents chinois de 14 ans étaient morts en cours de sport parce qu’ils portaient un masque, le CO2 accumulé dans leurs poumons avait déclenché un malaise, qui finalement avait provoqué leur mort.

C’est aussi l’occasion de se pencher sur la pensée du philosophe Raphaël Enthoven.

S’il ne croit pas à la possibilité en France du retour d’un tyran, il pense que les libertés que nous défendons jalousement sont « rongées de l’intérieur, soit par la désertion de l’espace public, soit pas l’érection du convenable en norme implicite, soit par tous les artifices incitatifs dont l’omniprésence repose sur la découverte que l’homme démocratique veut bien obéir...à condition de ne pas recevoir d’ordre, et qui transforment les individus en moutons qui s’ignorent  ».

Il évoque ainsi cette « liberté menacée par une loi qui fait la morale »... et s’il accepte l’idée d’interdire la consommation de cigarettes dans une salle close, laquelle est une mesure de santé publique, il affirme qu’interdire de fumer dans un espace ouvert est « un déni de liberté, et ce au nom du bien  ».

Et pour revenir au thème de l’article, il insiste sur le fait que « rien n’est plus dangereux que l’hygiénisme sécuritaire ».

Comme dit mon vieil ami africain : « petit à petit, le coton devient pagne ».

Le dessin illustrant l’article vient de clap santé

 

Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 06:28
L'enquête, " santé"(la perte de poids)

Vous avez pris du poids ! Malgré x régimes ou tentatives

(Voici ici peut-être les 20 causes qui bloquent votre perte de poids)



Lorsque vous maigrissez, votre corps se défend.

Il est fréquent de parvenir à perdre beaucoup de poids au début, sans grand effort. Cependant, la perte de poids peut ralentir ou carrément s’arrêter, et ce assez rapidement.
Le nutritionniste islandais Krist Gunnars signale sur son site 20 raisons fréquentes qui expliquent ce phénomène.
Vous trouverez aussi ci-dessous ses conseils précieux pour franchir le plafond de verre et continuer les progrès.

 

1) Peut-être perdez-vous du poids sans vous en apercevoir

Si vous avez l’impression d’avoir atteint un plafond de verre, et de ne plus parvenir à perdre plus de poids, peut-être avez-vous simplement besoin de vous relaxer.
Il est extrêmement fréquent que la balance se stabilise quelques jours (ou semaines). Cela ne veut PAS dire que vous avez arrêté de perdre de la graisse.
Le poids du corps a tendance à fluctuer de quelques kilos d’un coup. Cela dépend de votre alimentation et de vos hormones, qui ont un puissant effet sur la quantité d’eau dans votre corps (surtout chez les femmes).
Si vous faites du sport pour mincir, il est aussi possible que vous soyez en train d’acquérir de la masse musculaire. Le phénomène est particulièrement fort après les premières séances, quand on reprend l’exercice régulier. Les os aussi, se renforcent. Ils deviennent plus denses, et donc aussi plus lourds.
Ce sont de bonnes choses car le but est de perdre du gras, pas seulement du poids.
Il est donc conseillé de ne pas seulement utiliser la balance pour mesurer vos progrès. N’oubliez pas de mesurer aussi votre tour de taille et votre tour de cuisse, et de vous peser une fois par mois avec une balance qui calcule votre teneur en muscles, en graisse et en os.
Autre chose : la façon dont vos vêtements s’ajustent et votre impression en vous regardant dans le miroir sont de très bonnes indications. Cela peut évoluer favorablement alors même que votre poids est stable. C’est bien alors votre corps qui s’améliore.
Moralité, à moins d’être bloquée sur le même poids depuis au moins 2 semaines, vous n’avez sans doute pas à vous inquiéter de quoi que ce soit.

2) Vous n’enregistrez pas ce que vous avez mangé

La prise de conscience de ce qu’on mange est extrêmement importante lorsque vous essayez de perdre du poids. Beaucoup de personnes n’ont aucune idée de ce qu’elles mangent vraiment.
Les études montrent que noter ce que vous avez mangé aide à perdre du poids. Il ne s’agit pas de compter les calories ni même de peser votre nourriture. Avant de commencer votre assiette, mettez sur votre table tout ce que vous comptez manger et prenez-en une photo avec votre smartphone. Si vous ne pouvez pas vous empêcher de grignoter hors des repas (ou si des petits snacks sains comme des carottes ou une poignée d’amandes font partie de votre mode de vie sain pour maigrir), prenez-en aussi une photo.
Gardez cette habitude avant de mettre quoi que ce soit dans votre bouche, y compris les boissons (sauf l’eau) car elles sont caloriques, parfois très caloriques (jus de fruit, alcool). Elles agissent sur l’appétit même quand elles sont à zéro pourcent.
Vous pouvez aussi bien sûr noter ce que vous mangez dans un carnet.
Les études montrent que le simple fait de noter ou photographier ce qu’on mange fait maigrir plus vite, car vous suivez beaucoup mieux ce que vous absorbez.
Et si votre balance ne veut plus descendre, repassez-vous le film de tout ce que vous avez mangé ces quinze derniers jours. Peut-être ne serez-vous pas finalement si étonné de n’avoir pas plus perdu de kilos.

3) Vous ne mangez pas assez de protéines

Les protéines sont le nutriment le plus important pour perdre du poids.
Manger 20 à 30 % de protéines peut augmenter la consommation d’énergie de 80 à 100 calories par jour ; de plus, automatiquement, vous mangerez plusieurs centaines de calories en moins par jour.
Cela réduit aussi fortement les fringales et le désir de malbouffe.
Cela s’explique par l’effet des protéines sur les hormones qui régulent l’appétit, comme la ghréline.
Si vous avez l’habitude de petit-déjeuner, profitez-en pour consommer beaucoup de protéines à cette occasion. Le traditionnel petit-déjeuner anglais à base d’œufs, de lard et de haricots blancs (riches en protéines végétales) est idéal de ce point de vue.
Vous avez aussi la garantie de n’avoir aucun creux durant la matinée, et il est même probable que vous aurez à peine envie de manger à midi (traditionnellement, les Anglais n’avaient pas de déjeuner de midi, d’où l’habitude en revanche du thé à quatre heures et demie : « Tea time ! »).
Manger beaucoup de protéines permet d’éviter le ralentissement du métabolisme, un effet indésirable fréquent de la perte de poids. Cela aide également à éviter de regagner du poids.

 

4) Vous mangez trop de calories

La stagnation peut avoir une cause simple : vous mangez tout simplement trop de calories.
Je ne recommande pas de compter vos calories pour maigrir. Par contre, il est important d’avoir une notion générale du sujet, autrement dit être capable d’estimer en gros combien on mange de calories par jour.

Une fois par mois, donc, vous pouvez calculer pendant 3 jours le nombre de calories que vous avez mangé. Vous aurez ainsi l’intuition de ce quoi vous devez vous en tenir le reste du temps. Il existe de nombreux calculateurs de calories gratuits en ligne sur Internet.

5) Vous ne mangez pas sain

La qualité de la nourriture est aussi importante que la quantité.
Manger sain améliore la santé et régule l’appétit. Les aliments sains ont tendance à rassasier plus vite que la malbouffe, à calories égales.
Rappelez-vous que de nombreux produits industriels étiquetés « bio » ne sont pas sains.
Essayez de ne mettre dans votre assiette que des aliments simples et aussi proches que possible de leur forme d’origine.

6) Vous n’utilisez pas vos muscles

Il est important de faire travailler vos muscles d’une façon ou d’une autre, sans quoi votre régime vous fera perdre votre précieuse masse musculaire, en même temps que vous perdrez vos excès de graisse.
La musculation en particulier permet d’éviter le ralentissement du métabolisme, et vous garantit que votre corps est vraiment sain

7) Vous craquez trop souvent (même sur des aliments sains)

En période de régime, il est fréquent d’avoir envie de « craquer », ce qui consiste à manger très vite de grandes quantités de nourriture, bien supérieures aux besoins du corps.
C’est un problème important. Le pire est de « craquer » sur des aliments malsains (chips, Nutella) mais craquer sur les noix, amandes, le fromage ou le chocolat noir est terrible également.
Une seule séance de boulimie peut ruiner une semaine entière d’efforts bien équilibrés.

 

8) Vous ne faites pas d’endurance

Les sports d’endurance ont acquis une mauvaise réputation ces dernières années, mais il n’empêche que la marche, la natation et la course à pied restent les moyens les plus efficaces de perdre de la graisse viscérale.
La graisse viscérale est celle qui s’accumule dans le ventre, autour des organes de l’abdomen. C’est la plus dangereuse, la plus mauvaise pour la santé. Vous en débarrasser est un des moyens les plus efficaces d’améliorer votre santé

9) Vous buvez encore du sucre

Les boissons sucrées sont le pire aliment pour grossir dans nos magasins. Notre cerveau ne réagit pas aux calories contenues dans les boissons sucrées pour nous faire manger moins des autres aliments.
Ce n’est pas seulement vrai des boissons sucrées comme le Coca ou l’Orangina. Cela s’applique aussi aux boissons énergétiques et vitaminées comme Vitaminwater qui sont bourrées de sucre.
Même les jus de fruits posent problème. Ils ne doivent jamais être consommés en grande quantité. Un seul verre contient autant de sucre que plusieurs fruits (à moins de ne se presser qu’une orange, ou une pomme, ce qui ne fait pas grand-chose à boire).

10) Vous dormez mal

Mal dormir prive d’énergie. Le corps et le cerveau cherchent alors à compenser par l’apport de calories supplémentaires, surtout sous forme de sucre.
Un bon sommeil est une des choses les plus importantes à rechercher pour votre santé physique et mentale, ainsi que pour votre ligne.
Les études montrent que le mauvais sommeil est un des principaux facteurs de risque d’obésité. Le adultes et les enfants qui dorment mal ont 55 % et 89 % de risque supplémentaire de devenir obèses, respectivement.

11) Vous n’avez pas assez réduit les glucides

Si vous avez beaucoup de poids à perdre, ou si vous avez des problèmes métaboliques comme le diabète ou le pré-diabète, alors vous devriez envisager un régime pauvre en glucides.
Dans les études de court-terme, ce type de régime a montré qu’il faisait perdre deux à trois fois plus de poids que le régime classique pauvre en graisse qui est en général recommandé .

 

12) Vous mangez trop souvent

C’est un mythe qu’il faudrait manger de nombreux, mais légers, repas au cours de la journée pour accélérer le métabolisme et perdre du poids.
Les études montrent en fait que la fréquence des repas a peu ou pas d’effet pour brûler la graisse ou perdre du poids.
Il est aussi compliqué et consommateur de temps de préparer et manger de la nourriture constamment. Cela rend l’art de manger sain bien plus compliqué.
Au contraire, le jeûne intermittent est une méthode extrêmement efficace pour maigrir. Le gain de temps est étonnant, de n’avoir ni à préparer, ni à manger, ni à nettoyer son repas. Cela consiste à éviter de manger sur des périodes précises allant de 15 à 24 heures ou plus.

13) Vous ne buvez pas assez d’eau

Boire de l’eau peut aider à perdre du poids.
Dans une étude sur douze semaines, les personnes qui ont bu un demi-litre d’eau une demi-heure avant chaque repas ont perdu 44 % de poids de plus que les autres.
Il a aussi été montré que boire de l’eau augmente la quantité de calories de 24 à 30 % sur une période d’une heure et demie.

14) Vous buvez trop d’alcool

Si vous aimez l’alcool et voulez perdre du poids, il vaut mieux boire une eau de vie mélangée à une boisson non calorique. La bière, le vin et les boissons sucrées alcoolisées sont très riches en calories.
Les cocktails sont les pires de toutes.
Souvenez-vous aussi que l’alcool lui-même contient 7 calories par gramme, ce qui est énorme.
Ceci dit, les études sur l’alcool et le poids sont contradictoires. Boire de façon modérée semble ne pas poser problème, tandis que l’alcoolisme et les fortes consommations d’alcool sont corrélées à la prise de poids.

15) Vous ne mangez pas en pleine conscience

Une technique appelée « l’alimentation en pleine conscience » pourrait être un des outils les plus puissants du monde pour perdre du poids.
Cela implique de s’arrêter, de s’asseoir à table, de méditer au moins 30 secondes avant de commencer à manger, de savourer chaque bouchée, tout en se mettant à l’écoute des signes naturels qui disent à votre cerveau que vous avez assez mangé.
De nombreuses études ont montré que manger en pleine conscience peut entraîner une perte de poids significative et réduire les épisodes de boulimie
Voici quelques trucs pour manger en pleine conscience :

Mangez avez zéro distraction, juste vous et votre nourriture, assis à une table ;

Mangez doucement et mâchez soigneusement. Essayer de prendre conscience des couleurs, des odeurs et des textures ;

Lorsque vous ressentez les signaux de la satiété, buvez un grand verre d’eau et arrêtez de manger.

16) Vous avez un problème médical qui complique les choses

Certains problèmes médicaux peuvent influencer la prise de poids et rendre bien plus difficile de maigrir.
Cela inclut l’hypothyroïdie, le syndrome des ovaires polykystiques, et l’apnée du sommeil.
Certains médicaments également rendent plus difficile de mincir, ou peuvent même faire grossir.
Si vous pensez que c’est votre cas, abordez le problème avec votre médecin.

17) Vous êtes accro à la malbouffe

Selon une étude de 2014, environ 19,9 % des gens correspondent au critère de l’addiction à la malbouffe. 
Les personnes qui ont ce problème de malbouffe sont dans une situation semblable aux drogués.
Si vous êtes accro à la malbouffe, moins manger ou changer de régime peut paraître absolument impossible. Dans ce cas, faites-vous aider (programme Mincir Naturellement).

18) Vous vous êtes trop privé trop longtemps

Ce n’est pas forcément une bonne idée de faire un régime trop longtemps.
Si vous avez perdu du poids pendant plusieurs mois d’affilée et que vous avez atteint un plafond de verre, alors peut-être avez-vous simplement besoin d’une pause.
Augmentez votre apport de calories de quelques centaines par jour, dormez plus et faites de la musculation dans le but de gagner de la force et d’avoir un peu plus de muscles.
Visez le maintien de votre masse grasse pendant un à deux mois avant de commencer à essayer de perdre à nouveau du poids.

19) Vos attentes sont irréalistes

Mincir est un processus généralement beaucoup plus lent que la plupart des gens ne le pensent.
Bien qu’il soit souvent possible de perdre beaucoup de poids au début, très peu de personnes continuent à maigrir au rythme de 0,5 à 1 kg par semaine.
Un autre problème majeur est que beaucoup de personnes ont des attentes irréalistes sur ce qu’il est possible d’atteindre avec un régime sain et de l’exercice.
Le fait est que tout le monde ne peut pas ressembler à un mannequin ni à un bodybuilder.
Les photos que vous voyez dans les magazines et sur les affiches sont presque toujours améliorées avec Photoshop – personne littéralement ne ressemble à ça.
Si vous avez déjà perdu du poids et que vous vous sentez bien dans votre peau, mais que la balance ne semble pas vouloir bouger plus loin, peut-être devriez-vous commencer à travailler à accepter votre corps comme il est.
Il y a un point où votre poids va atteindre un niveau qui correspond à la zone de confort de votre corps. Essayer d’aller au-delà ne vaut pas la peine, et peut même être impossible pour vous.

20) Vous êtes trop obsédé par le régime

Les régimes ne marchent presque jamais sur le long terme. Quoi qu’il en soit, les études montrent en fait que les personnes qui font des régimes prennent plus de poids sur le long terme.
Plutôt que d’aborder le problème sous l’angle du régime, votre premier but pourrait plutôt être de devenir une personne plus heureuse, en meilleure santé, et en meilleure forme.
Travaillez à nourrir votre corps plutôt que de lui infliger des privations, et faites que la perte de poids soit un effet secondaire naturel (et bienvenu) !


 

Notez : Les informations de ce billet d'information sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 06:28

Pourquoi il faut le porter

Covid-19 : le masque est efficace, une expérience le démontre par l’image

 

Richard Davis a éternué (sneeze), chanté (singing), parlé (talking) et toussé (cough), avec et sans masque, sur des plaques de culture de bactéries. Le résultat est flagrant ! (Richard Davis/Twitter)

Pour ceux qui douteraient encore de l’utilité du port du masque pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, une petite expérience menée par un scientifique américain vient apporter une preuve flagrante de son efficacité.

Alors qu’on assiste à un relâchement concernant le port du masque, une expérience réalisée par un scientifique américain vient prouver, de manière impressionnante, son utilité en pleine pandémie de Covid-19. Publiée sur Twitter vendredi par Richard Davis, responsable du laboratoire de microbiologie clinique du centre médical Providence Sacred Heart Medical à Spokane (Washington), elle a été partagée près de 200 000 fois.

« Que fait un masque ? », questionne-t-il. « Il bloque les gouttelettes respiratoires provenant de la bouche et de la gorge ». Dans un premier temps, il a éternué, chanté, parlé et toussé vers une plaque de gélose avec et sans masque. Ces boîtes permettent la mise en culture de micro-organismes. Les colonies de bactéries montrent où les gouttelettes ont atterri. « Un masque les bloque pratiquement toutes », conclut le scientifique. Il s’agit ici de bactéries, mais le constat pourrait être le même pour des virus.

« Les gouttelettes ont surtout atterri à moins de 1,5 m »

 

Dans un deuxième temps, Richard Davis a voulu évaluer l’effet de la distance : il a placé des plaques de culture de bactéries ouvertes à 0,6, 1,2 et 1,8 m (2, 4 et 6 pieds) de lui et a toussé (fort) pendant 15 secondes. Avec et sans masque. « Comme le montre le nombre de colonies de bactéries, les gouttelettes ont surtout atterri à moins de 1,5 m, mais un masque les a presque toutes bloquées », conclut-il.

Conscient des limites de son expérience - « cette simple démonstration n’est pas un moyen de cultiver des virus ou de modéliser la propagation du SARS-CoV-2 », il a toutefois réussi à illustrer de manière frappante comment se propagent les grosses gouttelettes respiratoires et comment un masque peut les bloquer…

 

Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 06:04

Un élément essentiel pour votre santé: " Le Zing "

L’importance du zinc pour les êtres humains a été reconnu par la médecine il y a cinquante ans au Moyen-Orient. 

Une étude avait révélé que le nombre élevé de décès par maladies infectieuses chez les personnes de moins de 25 ans s’expliquait par une carence en zinc, qui entraîne un grave dysfonctionnement du système immunitaire.  

En cette période où chacun se préoccupe de savoir si son système immunitaire fonctionne de façon optimale, voici 10 aliments riches en zinc que vous pourriez envisager d’ajouter à vos repas.

A noter que notre corps ne stocke pas le zinc : vous avez donc besoin d’en manger chaque jour pour atteindre vos apports journaliers recommandés. Cela correspond à 11 mg pour les hommes et 8 mg pour les femmes. Pour les femmes enceintes, il faut monter à 11 mg et 12 mg pour les femmes qui allaitent.

Voici donc les 7 aliments les meilleurs pour vous apporter du zinc :

 

La viande

La meilleure source de zinc est la viande, en particulier la viande rouge. Vous trouverez, dans 100 g de viande de bœuf hachée, 4,8 mg de zinc donc pratiquement la moitié des apports journaliers.

Les coquillages

Les huîtres sont particulièrement riches en zinc : 6 huîtres de taille moyenne apportent 32 mg de zinc, soit 3 à 4 fois la dose journalière recommandée !

Les autres types de coquillage sont moins riches mais restent des sources très intéressantes.

Les moules, les crevettes et les crabes sont aussi riches en zinc.

Les légumineuses

Les légumineuses comme les petits pois, les lentilles, les haricots contiennent des quantités substantielles de zinc : environ 3 mg pour 100 g.

Le problème est qu’ils contiennent aussi des phytates, c’est-à-dire des antinutriments qui inhibent l’absorption du zinc et des autres minéraux. Leur zinc n’est donc pas aussi bien absorbé que le zinc des produits animaux.

Pour les végétariens, le fait de faire germer, tremper ou fermenter les légumineuses augmentent la biodisponibilité des minéraux.

Les graines

Les graines de courge, de citrouille et de sésame contiennent du zinc. 

Mais ce sont les graines de chanvre qui en sont les plus riches : 30 grammes (3 cuillères à soupe) contiennent presque 4 mg de zinc.

Rappelons que, en plus d'augmenter l’apport en zinc, les graines contiennent des fibres, des graisses bonnes pour la santé, des vitamines et des minéraux qui en font un excellent complément pour le régime alimentaire.

Le chocolat noir

Le chocolat noir contient beaucoup de zinc : si vous choisissez un chocolat entre 70 et 85 % de cacao, vous aurez 3,3 mg de zinc pour 100 grammes.

Attention toutefois, 100 g de chocolat noir, c’est aussi 600 calories, donc vous ne pourrez probablement pas vous contenter de manger du chocolat pour couvrir vos besoins !

Le fromage

Le fromage contient de nombreux nutriments, dont du zinc biodisponible. Un fromage à pâte dure comme le comté contiendra 3 mg de zinc pour 100 g.

Les noix (oléagineux)

Manger des oléagineux comme les pignons, les amandes, les noix de cajou, les noix vous apportera un petit complément en zinc.

C’est aussi l’aliment à privilégier quand vous avez une petite faim : les personnes qui mangent régulièrement des noix ont tendance à vivre plus longtemps, et à moins souffrir de maladies cardiaques, de cancer et de diabète.

Notez : Les informations de ce billet sont transmises & publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ce billet, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 10:58

Attention, le coronavirus peut aussi cacher un dangereux virus informatique !

Des hackers ont caché un dangereux Malware dans une carte qui affiche l'état de l'épidémie du coronavirus à travers le monde. Ce virus peut récupérer des données personnelles puis ouvrir la porte à d'autres logiciels malveillants.

 

Rien n'arrête les escrocs mais aussi les pirates informatiques. Alors que des personnes sans scrupule commercialisent des faux masques de protection, d'autres ont décidé de profiter de la crise sanitaire liée au coronavirus pour créer un authentique malware ! Son nom ? « Coronavirus Maps ».

Découvert par MalwareHunterTeam la semaine dernière et détaillé par Shai Alfasi, chercheur en cybersécurité chez Reason Labs, ce virus vise spécifiquement les internautes qui recherchent des données cartographiques sur l'épidémie Covid-19 sur Internet. Lorsqu'ils tombent sur la page vérolée, via un moteur de recherche, les personnes sont invitées à télécharger une carte pour la lancer depuis Windows.

Un antivirus mis à jour récemment peut le supprimer

Effectivement, un double-clic sur le fichier affiche bel et bien une carte en temps réel des infections et des décès à travers la planète, sauf que dans le même temps, cela lance l'installation du malware, capable de collecter les informations stockées dans le navigateur, comme les cookies, l'historique de navigation, mais aussi les identifiants et les mots de passe. Fort de ces données, les hackers peuvent ensuite se connecter à votre place à votre banque, Facebook ou encore votre boîte e-mail.

Et ce ne serait qu'une partie des dommages causés par ce malware puisqu'il modifie des fichiers systèmes et peut servir de porte d'entrée pour d'autres logiciels malveillants. La bonne nouvelle, c'est que depuis sa découverte le 9 mars, de nombreux éditeurs d'antivirus l'ont intégré dans leur base virale et sont capables de l'éliminer. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il se base sur un malware apparu en 2016.

Source

Repost0
26 mars 2020 4 26 /03 /mars /2020 06:22

SARS-CoV-2 :

les scientifiques savaient que ce n'était qu'une question de temps

 

Dans un article scientifique publié en 2007, les scientifiques annonçaient déjà qu'une telle pandémie était très probable, surtout à cause de la consommation d'animaux exotiques en Chine.

Avant l'émergence du Sars-CoV-1 en 2003, seulement 12 coronavirus étaient connus chez l'Homme ou chez d'autres animaux. La découverte de ce virus a amplifié l'étude des coronavirus chez les animaux et cette surveillance a agrandi notre connaissance : on sait désormais qu'il existe au moins, chez des animaux exotiques particulièrement, 36 coronavirus différents. Pourtant, cela n'a pas empêché la pandémie de Sars-CoV-2 que nous connaissons actuellement. Pourquoi ?

La consommation d'animaux exotiques : une bombe à retardement

C'est après avoir fait un inventaire conséquent des caractéristiques du Sars-CoV-1 en 2007 concernant les aspects épidémiologiques, cliniques, pathologiques, immunologiques, virologiques et autres aspects scientifiques de base du virus et de la maladie que les scientifiques osent ce propos dans un article publié dans la revue Clinical Microbiology Reviews.

Dans un paragraphe intitulé « Devons-nous êtres prêt pour la ré-émergence du SARS ? », ils énoncent « la présence d'un grand réservoir de virus de type Sars-CoV chez les chauves-souris"en fer à cheval", ainsi que la culture de manger des mammifères exotiques dans le sud de la Chine, [qui] est une bombe à retardement. Il ne faut pas ignorer la possibilité de réapparition du SRAS et d'autres nouveaux virus provenant d'animaux ou de laboratoires et, par conséquent, le besoin de préparation. » Pour ce qui est du Sars-CoV-2, coupons court aux théories du complot : un article paru dans la revue Nature démontre que le virus est d'origine naturelle

Bien sûr, il n'est pas question ici de juger ni de porter atteinte à la culture ou à la population chinoise. Simplement, on peut regretter que des mesures plus conséquentes n'aient pas été prises pour limiter considérablement le passage d'un telle famille de virus de l'animal à l'Homme. En effet, quand on se souvient du contexte potentiel de la première contamination (un marché aux poissons avec des règles d'hygiènes laissant à désirer), on en conclut rapidement que cette pandémie aurait pu être évitée. Prudence cependant, cette hypothèse semble maintenant remise en question par des scientifiques chinois : le patient zéro n'aurait eu aucun lien avec le marché de Whuan. Affaire à suivre.

Sans critiquer la culture chinoise, des mesures plus drastiques auraient dues être prises pour empêcher cette pandémie. © OutdoorPhotos, Adobe Stock 

La mondialisation : l'aubaine des pandémies 

La faute ne peut pas être jetée uniquement sur la Chine. L'une des grandes différences entre l'épidémie de Sars-CoV qui n'avait pas quitté la Chine en 2003 et la pandémie que nous connaissons aujourd'hui est que le traffic aérien ne cesse de s'accroître. Il a doublé entre 2003 et aujourd'hui. Forcément, cela crée les conditions propices à la propagation d'un virus aussi contagieux. Surtout que dans nos démocraties libérales, les mesures drastiques mettent souvent du temps à être effectives comme nous avons pu le constater.

Si, en temps normal, c'est une bonne chose pour nos libertés individuelles, en temps de pandémie, on constate la faiblesse de nos systèmes politiques et l'irresponsabilité de la population. De même, on espère qu'à l'avenir, on écoutera enfin, sur tous les sujets importants, comme le climat, par exemple, la voix des scientifiques. 

CE QU'IL FAUT RETENIR

Des scientifiques avaient déjà pointé comme très probable la ré-émergence d'un coronavirus, surtout à cause de la consommation d'animaux exotiques qu'ils qualifiaient de « bombe à retardement ». 

À la suite de l'inventaire effectué sur le Sars-CoV-1, il apparaît que cette pandémie aurait pu être évitée si les avis des scientifiques avaient été entendus. 

À l'avenir, il faut espérer encore et toujours que les scientifiques seront écoutés... 

Source

Repost0
12 mars 2020 4 12 /03 /mars /2020 11:29

Saviez-vous que:

" Les escargots tuent plus de 200 000 personnes par an "

Cela fait du gastéropode le troisième animal le plus meurtrier de la planète ! 

Le requin, le lion ou encore les serpents sont des animaux terrifiants pour l’Homme mais ils ne sont pas forcément les plus meurtriers. Si on se méfie du moustique qui est l’animal le plus dangereux de la planète, on a tendance à penser que l’escargot est inoffensif. Pourtant, le gastéropode tue davantage que le requin.

 

C’est donc derrière le moustique (725 000 victimes par année) et l’homme lui-même (475 000 victimes annuelles) que l’escargot se situe. Là, les estimations oscillent, mais la World Health Organization estime à 200 000 décès par an lié à l’animal. C’est notamment via une maladie parasitaire, surnommée la “fièvre escargot” qu’il occasionne le plus grand nombre de ses victimes.

En effet, la bilharziose se transmet facilement, dans les eaux des pays en développement. C’est une maladie chronique provoquée par des vers parasites et notamment due aux eaux contaminées. Les enfants des pays en développement qui se baignent dans ces dernières y sont constamment exposés.

Une maladie prenant de plus en plus d'ampleur....

D’après les chiffres de l’OMS, on estimait en 2016 qu’au moins 206,5 millions de personnes avaient besoin d’un traitement préventif contre cette maladie. Un peu plus de 88 millions d’entre elles ont été traitées. Toujours d’après l’OMS, cette maladie est avérée dans plus de 78 pays. La majorité étant, comme vous l’aurez compris, en développement. Les infections et transmissions sont légion dans les eaux douces et pénètrent facilement dans la peau.

D’ailleurs, la transmission est également très simple, puisqu’elle se produit quand des gens souffrant de cette maladie contaminent des sources d’eau avec leurs excréments. Par la suite, les larves vont se développer et devenir adultes, vivant à l’occasion dans les vaisseaux sanguins. Dans ces derniers, les femelles vont pondre des œufs, qui pourront sortir avec les matières fécales. Dans d’autres cas, de vives réactions immunitaires et des lésions évolutives à travers les organes peuvent s’effectuer. Là, des hémorragies internes mortelles se déroulent.

92 % des personnes qui ont besoin d’un traitement contre cette maladie habitent en Afrique. Globalement, deux formes principales demeurent, intestinale et urogénitale. Cinq espèces d’animaux en sont responsables, dont l’escargot d’eau douce. Selon l’OMS, il tue entre 24 000 et 200 000 personnes chaque année. Ainsi, la principale solution pour empêcher une telle propagation de cette maladie est d’améliorer l’accès aux eaux douces, propres et de limiter le contact avec les eaux contaminées, notamment lors de la baignade.

 

Repost0
5 mars 2020 4 05 /03 /mars /2020 06:43

 

Ce psychologue explique pourquoi il

faut y réfléchir à deux fois avant

de rompre avec son partenaire

 " Les défauts que nous trouvons à notre moitié ne sont peut-être pas si dramatiques qu’il n'y parait "

Nous sommes nombreux à être passés ou à passer par des problèmes de couple. D’ailleurs, en parlant de problèmes ou de disputes, on serait tenté de dire : quel couple ne passe pas par là ? Pourtant, parfois, ces chamailleries – qui débutent d’un rien – prennent de plus en plus d’ampleur et finissent par mener à un froid dans le couple, ou même à une rupture.

IL EXISTERAIT UNE RAISON COMMUNE POUR LAQUELLE LES RELATIONS SE RETROUVENT DANS UNE IMPASSE

Justement, que vous traversiez ou non ce genre de situation actuellement, les conseils de Gary W. Lewandowski, professeur de psychologie à l’université Monmouth, rapportés par Science Alert pourraient vous aider à surmonter une dispute de couple mais aussi à vous en éviter le plus possible à l’avenir.

Il y a un adage anglais qui dit « when you reach the end of your rope, tie a knot in it and hang on » ce qui signifie littéralement en français « lorsque vous atteignez le bout de votre corde, faîtes-y un nœud et accrochez-vous ». Selon Gary Lewandowski, cet adage s’applique aux relations car lorsqu’on est au bord de la rupture, il nous faut rechercher les « nœuds » qui pourraient nous éviter de faire accidentellement une croix sur une excellente relation.

En effet, selon ce professeur, la science des relations suggère que le problème principal que rencontrent les couples consiste dans le fait que les gens ont tendance à surestimer le côté négatif et à sous-estimer le côté positif lorsqu’ils regardent leurs partenaires.

OÙ EN EST ACTUELLEMENT VOTRE RELATION ?

Selon Lewandowski, les attentes dans les relations amoureuses actuelles sont plus élevées que jamais. Comme se mettre en relation avec quelqu’un est désormais un choix, et non plus quelque chose d’imposé, la majorité des personnes mettent la barre haut. D’ailleurs, le professeur distingue deux catégories de personnes.

D’un côté, ceux qu’il appelle les maximiseurs sont ceux qui ne demandent que le meilleur et qui établissent des critères élevés. De l’autre côté, les « satisfacers » sont satisfaits une fois qu’ils trouvent quelqu’un qui dépasse ce qu’ils jugent être un seuil minimum d’acceptabilité. Cependant, si vous pensez qu’être un maximiseur est l’idéal et qu’ils ont raison de mettre toutes les chances de leur côté, prenez garde car d’après le professeur, être un maximiseur n’apporte ni le bonheur, ni la tranquillité d’esprit, ni même la paix dans le couple. C’est plutôt le contraire.

VOULOIR ATTEINDRE LA PERFECTION POURRAIT DÉTRUIRE VOTRE COUPLE

Lewandowski nous parle effectivement d’une recherche qui a démontré que les maximiseurs ressentaient plus de regrets, de dépression et se sentaient même menacés par les autres. En d’autres termes, ils ont une faible estime d’eux-mêmes, sont généralement sceptiques et ressentent moins de bonheur et de sentiment de satisfaction dans la vie. De plus, ils ne prennent généralement pas de décisions absolues ni définitives et préfèrent les décisions réversibles.

Ainsi, la poursuite incessante de la perfection n’est pas à faire dans une relation. Car en cherchant toujours mieux, la personne peut passer à côté de la relation qu’elle est en train de vivre et qui peut s’avérer être déjà excellente.

QUAND LE BIAIS DE NÉGATIVITÉ ENTRE EN JEU

Savez-vous ce qu’est le biais de négativité ? En fait, il s’agit tout simplement de la tendance à accorder plus d’attention aux choses négatives, ou au côté négatif d’une expérience. Et on retrouve effectivement cette tendance dans le couple lorsque quand votre relation est au beau fixe, vous ne vous en rendez pas compte ou vous n’y prêtez pas beaucoup d’attention mais quand une zone d’ombre se pointe à l’horizon, toute votre attention est focalisée dessus.

Autrement dit, vous prenez les bonnes choses dans votre relation pour acquises mais les points négatifs vous obnubilent. Une mésentente, une remarque mal placée, des tâches oubliées et autres événements négatifs qui puissent survenir vous semblent ainsi plus importants que les bons événements. Et, selon le chercheur, « cette tendance est si prononcée que lorsqu’une relation n’a pas de problèmes majeurs, la recherche suggère que les gens gonflent les petits problèmes en plus gros. Plutôt que d’être reconnaissants pour le calme relatif, les gens fabriquent des problèmes là où il n’en existait pas auparavant. Vous pourriez être votre pire ennemi sans même vous en rendre compte. »

QUELLES SONT GÉNÉRALEMENT LES RAISONS QUI POUSSENT LES COUPLES À SE SÉPARER ?

Une étude réalisée auprès de plus de 5 000 Américains, âgés de 21 à plus de 76 ans, a identifié 10 causes potentielles de rupture qui sont :

la négligence de l’apparence

la paresse

être excessivement dans le besoin

le manque d’humour

vivre à plus de 3 heures de route

ne pas être bon/bonne au lit

le manque de confiance en soi

passer trop de temps sur les jeux vidéo

avoir une faible libido

être têtu(e).

Bien évidemment, cette liste n’est pas exhaustive et certains événements peuvent amener à la rupture. Par exemple, si votre partenaire vous manque de respect, vous blesse ou abuse de vous, ce ne sont pas des comportements à tolérer et devraient mettre rapidement un terme au couple.

ACCORDEZ PLUS IMPORTANCE AUX CHOSES POSITIVES DANS VOTRE COUPLE ET CHEZ VOTRE PARTENAIRE !

Dans une étude de suivi, les chercheurs ont demandé aux participants de considérer à la fois les qualités et les défauts de leur partenaire. Pour qu’une relation puisse durer dans le temps, il faut que les côtés positifs aient plus d’importance. Or, là encore, le biais de négativité fait que les gens ont plus tendance à se concentrer sur les aspects négatifs que d’accorder une importance suffisante à certains aspects positifs dans leur relation.

Or, certaines études suggèrent que l’on devrait voir notre relation de couple de façon optimiste et même accorder à notre partenaire plus de crédit qu’il/elle ne le mérite. Pourquoi ? Car, selon le professeur, ces recherches démontrent que « ces types d’illusions positives aident la relation en diminuant les conflits tout en augmentant la satisfaction, l’amour et la confiance. Avoir une vision trop optimiste de votre partenaire vous convainc de sa valeur, ce qui vous fait du bien – vous êtes celui qui a un si bon partenaire, après tout. Vos opinions roses font également du bien à votre partenaire et lui donnent une bonne réputation à la hauteur. Ils ne voudront pas vous laisser tomber alors ils essaieront de réaliser votre prophétie positive. Tout cela profite à votre relation. »

Ainsi, le professeur Gary Lewandowski nous conseille de prendre conscience et d’apprécier davantage tout ce que nous apportent notre partenaire et notre couple et de ne surtout pas les prendre pour acquis afin de mettre et garder notre couple sur la bonne voie.

 

Repost0
20 février 2020 4 20 /02 /février /2020 07:42

Le marché de la rencontre en ligne doit-il s’inquiéter de la nouvelle fonctionnalité de Facebook?

La nouvelle fonctionnalité de Facebook, destinée aux rencontres, menace de redistribuer les cartes dans le secteur: 

Explications.

Qui contrôlera le marché de l’amour? La guerre pour conquérir le cœur des célibataires fait rage dans nos mobiles et face à Tinder et consorts, un prétendant de taille se présente : Facebook.

D’après les experts du secteur, la rencontre sur la toile va devenir monnaie courante en 2030, année où près de la moitié des nouveaux couples anglais pourraient se connaître en ligne. Dans ce contexte, l’arrivée de Facebook menace de redistribuer les cartes.

Attendue en Europe début 2020

Lancée progressivement en 2019 sur le continent américain et en Asie du Sud-Est, la nouvelle fonctionnalité du réseau social compte déjà « parmi les premiers services de rencontre en ligne », s’est félicité fin janvier le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, ajoutant qu’il s’attendait à ce qu’elle « continue de croître ».

« Facebook a copié tout ce qui marchait bien sur les autres applications »

Elle est attendue en Europe « début 2020 » indiquait en septembre dans un blog Nathan Sharp, le responsable de Facebook Dating. Contactée par l’AFP, l’entreprise n’était pas en mesure de préciser le calendrier. Si la date symbolique de la Saint-Valentin, le 14 février, est sur le point d’être dépassée sans que la nouvelle fonctionnalité ne soit au rendez-vous, tout le marché se prépare à accueillir un concurrent de taille et complètement gratuit.

« Du réseau social au site de rencontre, il n’y a qu’un pas qui ne demande pas un énorme investissement technologique », analyse Julien Pillot, enseignant-chercheur à l’école de commerce Inseec. Selon lui, Facebook « a copié tout ce qui marchait bien sur les autres applications et rajouté deux ou trois fonctionnalités. Ce qui les intéresse, c’est surtout d’inciter les utilisateurs à renouer avec le partage de contenus privés ».

Tinder sûr de son charme

Jusque-là, les challengers étaient occupés à combattre le mastodonte actuel du secteur : Match Group. En cours de divorce à l’amiable avec le géant de l’internet américain IAC, la firme contrôle des marques populaires comme Hinge, OKCupid, le site Match.com, le groupe Meetic. Et surtout l’ultra dominante et très rentable application Tinder, lancée en 2012, et première au classement des dépenses utilisateurs parmi toutes les applications confondues (hors jeux) en 2019 selon le spécialiste du marché applicatif AppAnnie.

Avec 1,2 milliard de dollars de revenus en 2019, Tinder se taille la part du lion dans le marché de la rencontre sur mobile, estimé à 2,2 milliards de dollars. « Tinder a redéfini tout le parcours utilisateur de la rencontre », analysent Jean-Baptiste Bourgeois et Kevin Pasquier, chercheurs en stratégie chez We Are Social.

La raison de ce succès, « c’est un mécanisme assez malin qui au bout de quelques swipes (un mouvement latéral du pouce pour passer au profil suivant) limite l’utilisateur, le frustre et génère chez lui la peur de rater la perle rare », pour le pousser à payer un abonnement et disposer de choix supplémentaires.

Ce modèle économique s’est imposé depuis à la majorité des concurrents qui tentent dans le même temps de se démarquer de l’image superficielle et addictive de l’application. Le géant de l’amour doit-il craindre l’arrivée sur le marché du réseau social aux 2,5 milliards d’utilisateurs mensuels actifs? « Bien sûr, nous nallons pas sous-estimer Facebook », a répondu début février la dirigeante de Match Group, Amanda W. Ginsberg, à des analystes financiers. Vu le nombre dutilisateurs sur la plateforme et la facilité daccès, « pourquoi les gens n’essaieraient pas? », a-t-elle demandé.

Trop public pour être intime?

« Mais pour l’instant nous n’observons aucune conséquence sur aucune de nos marques », a-t-elle ajouté, expliquant que les usages de plusieurs applications en parallèle étaient en croissance. « Les premiers retours (de Facebook Dating) aux États-Unis ne sont pas fous », ajoute Clémentine Lalande, cofondatrice de Once, la dernière application à vouloir séduire les Français avec le concept ultra sélectif d’un seul profil par jour.

« Le gros problème des applications généralistes », estime-t-elle, c’est qu’on se retrouve avec une masse d’utilisateurs qui ne partagent pas les mêmes communautés d’intérêts." En particulier sur Facebook, « il y aura toujours l’inquiétude de matcher avec sa tante », ironise un autre spécialiste.
La question se pose alors : les réseaux sociaux et la rencontre se marient-ils bien
?

« Il y aura toujours l’inquiétude de matcher avec sa tante »

« À mon sens non, car le propre du réseau social c’est de partager des informations alors que le dating touche à l’intime », estime Didier Rappaport, fondateur et dirigeant de Happn, l’application de « dating » numéro 3 en nombre de téléchargements en France en 2019, qui se concentre sur les personnes croisées « dans la vraie vie » pendant la journée.

En décembre, un sondage Piplsay réalisé auprès de 21 000 Américains révélait que seuls 23% des sondés disaient faire confiance à Facebook, au centre de plusieurs scandales relatifs à la vie privée, pour garder leurs données personnelles en sécurité sur leur plateforme de rencontre. Quant à Tinder, il voit le danger davantage du côté des applications qui captent l’attention des jeunes comme Tik Tok, Snapchat, Netflix et Youtube que chez celles dédiées à la rencontre, a expliqué un porte-parole. L’application qui a révolutionné le marché incite désormais ses utilisateurs à raconter leur vie amoureuse en « Stories », sortes de romans-photo numérique, … un peu à la manière d’un réseau social.

Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 07:32

 

Dordogne : ils sont parmi les derniers fabricants français de peignes en corne

Bien avant le plastique, le peigne était de bois ou de corne... Depuis 6 ans, un couple de St Martin-le-Pin dans le nord de la Dordogne remet cet article de toilette naturel au goût du jour. Et ça marche !

Marguerite et Grégoire Villedey ne connaissent pas la crise. Sous la marque Thomas Liorac, ils transforment chaque année une tonne de corne en peigne artisanal. 

Un savoir-faire en voie de disparition

Le couple s'est installé en plein Périgord Vert, dans le petit village de Saint-Martin-le-Pin, à quelques kilomètres de Nontron. Leur vocation, ils l'ont découverte en Ariège. Un département berceau historique du peigne en corne où, dans les années 30, l'industrie y employait plus d'un millier d'ouvriers.

À l'heure actuelle, il ne reste plus qu'un seul autre artisan capable de réaliser ces articles dans ce département. C'est là qu'en 2011 le couple a commencé à commercialiser ces peignes, rencontrant vite un certain succès... jusqu'à la rupture de stock !

Ils prennent le taureau par les cornes

Ils ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure en fabriquant leurs propres peignes. Il aura fallu de nombreux essais pour parvenir à trouver la recette idéale, car si certaines opérations sont mécanisables, d'autres restent exclusivement manuelles. 14 étapes sont nécessaires pour passer de la matière brute au peigne final, et il a fallu perfectionner la technique pour arriver à une méthode toute personnelle parfaitement au point. Et c'est madame qui œuvre, monsieur s'occupant de l'administratif et de la vente.

Corne de zébu !

Le couple propose 24 modèles différents, du délicat peigne à moustache jusqu'au robuste démêloir africain, et il produit 3 000 exemplaires par an. 
Artisanat local, mais à partir de cornes de zébus d'Afrique subsaharienne, faute de trouver en France les cornes qui leur conviennent ! L'élevage, et encore plus la production locale de cuir, fait que les éleveurs locaux ne privilégient guère le port des cornes sur leurs animaux.

Le plastique c'est pas écologique, la corne ça donne la forme

Outre se débarrasser du plastique pour cet objet intime en contact avec le corps, l'utilisation d'un peigne en corne permet d'éviter l'électricité statique. Le peigne glisse mieux. La kératine dont sont faites les cornes est parfaitement adaptée à la kératine de nos propres cheveux, elle rendrait les cheveux plus brillants en les agressant moins. Les partisans y ajoutent même des vertus déstressantes

De la corne à la tonne

L'entreprise a été labellisée Entreprise du Patrimoine vivant en 2017, et sa réputation commence déborder de l'hexagone : 15% de sa production part à l'étranger

Fabriquer des peignes, c'est au poil !

Au fil des années, le succès de ces peignes en corne ne cesse de se confirmer, avec un chiffre d'affaire annuel qui frise les 180 000 €uros. Une réputation acquise en France mais aussi dans le monde entier où 15 % des peignes Thomas Liorac sont désormais vendus. 

​​​​​​​

Repost0
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 07:54

high-tech

Une faille de sécurité touche 200 millions de modems en Europe

Un groupe d'experts danois a découvert une vulnérabilité sur une puce intégrée sur des centaines de millions de modems câble. Cette faille pourrait permettre à un pirate de prendre la main sur le modem à distance et de l'utiliser à des fins malveillantes, comme l'espionnage, la redirection du trafic ou la création d'un botnet.

 

Les failles de sécurité ne concernent pas uniquement les logiciels et les applications, elles peuvent aussi se cacher dans du matériel. On se souvient récemment de la faille dans les processeurs Intel qui avait mis en danger des millions d'ordinateurs et de serveurs. Cette fois, il s'agit d'un composant Broadcom, l'un des leaders de ce secteur, et le danger est tout aussi gigantesque.

Le nom de la faille ? Cable Haunt. Quatre experts en sécurité du collectif LyreBirds l'ont découverte dans une puce qui équipe plus de 200 millions de modems câble déployés en Europe, dont des Sagemcom très présents en France. Autant dire que ça concerne peut-être un Européen sur deux, ou sur trois, selon les équipements. Il s'agit plus précisément d'une fonction de cette puce, celle qui analyse le spectre. Elle protège le modem des surtensions, mais elle permet aussi à un fournisseur d'accès à distance (FAI) de corriger un dysfonctionnement. Et c'est justement là que la vulnérabilité se trouve puisque pour se connecter sur cette puce, les identifiants sont laissés par défaut, et ils sont communs à toutes les puces.

De multiples dommages possibles

Résultat, un pirate chevronné pourrait parfaitement imiter le fournisseur d'accès et prendre la main sur cette puce. Certes, cela demande plusieurs heures de mise en œuvre, mais à l'arrivée, les dégâts pourraient être considérables. Les deux chercheurs énumèrent ainsi les dommages créés comme le contrôle à distance de l'activité sur Internet, la redirection du trafic, l'intégration dans un botnet ou encore la mise à jour du firmware. Ils proposent même une démonstration du piratage, mais aussi de tester son modem.

En l’état, ce sont les FAI qui sont chargés de corriger la faille, et plusieurs en Scandinavie ont immédiatement réagi. Le problème, c'est qu'il est compliqué pour les chercheurs de savoir si la faille est corrigée partout puisqu'elle concerne des centaines de millions de boîtiers...

 

Source ; Futura Tech

Repost0
30 janvier 2020 4 30 /01 /janvier /2020 09:01

A la découverte de la plus petite " Mairie " de France

C’est en Normandie que se trouve la plus petite mairie de France, plus exactement à Saint-Germain-de-Pasquier. Avec une taille de 2,7 mètres sur 3, elle offre une surface d’à peine 8 mètres carrés dans lesquels se réunissent 11 élus… sans oublier la secrétaire!

C’est la principale curiosité de cette commune de l’Eure, qui compte 140 habitants. La mairie de Saint-Germain-de-Pasquier a même été certifiée plus petite mairie de France par le livre Guiness des records. Elle « fait le charme » du village, assure auprès de nos collègues de Paris Normandie Laurence Laffilé, maire de la commune. « C’est son identité. Chaque administré y tient. » Le bâtiment était à l’origine une chapelle, érigée en 1851 près d’une fontaine baptisée Saint-Clotilde. Elle a été désacralisée en 1910 avant de devenir la mairie du village qui n’en avait pas encore, le conseil municipal se réunissant chez le maire jusqu’à cette date. Évidemment, avec un espace aussi restreint, chaque centimètre carré de la mini maison compte. Strapontins, table centrale pliante… Il faut être inventif pour convertir le bâtiment selon les besoins: bureau de vote, célébration dun mariage, etc. Mais malgré la petite taille de la mairie, la première magistrate affirme auprès du Parisien qu’ « on n’a pas l’impression d’être à l’étroit » lors des réunions. On s’en doute, les convives d’un mariage ne peuvent pas tous entrer. À part les mariés, leurs témoins et leurs parents, les invités doivent rester à l’extérieur et essaient de voir ce qui se passe par les fenêtres.« On y tient beaucoup, c’est notre fierté. Je suis née dans ce village. Cette mairie, je l’ai toujours connue, elle fait partie de nous, on l’aime », affirme le maire. Apparemment, elle n’est pas la seule à aimer la mairie lilliputienne: les touristes affluent, et il nest pas rare de les voir frapper à la porte pour en visiter lintérieur dès que le bâtiment municipal est ouvert. La visite guidée ne doit pas prendre trop de temps à la secrétaire, puisque les curieux en font rapidement le tour!

L'enquête.....(Mairies/Vote)L'enquête.....(Mairies/Vote)
Repost0
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 06:49

Taxe cabane

 elle va encore flamber cette année !

Vous avez pour projet de construire un abri de jardin, une piscine ou un garage en 2020 ? Vous risquez fort d'être contrarié. En cause, le prix de la taxe d'aménagement...

Fausse joie pour les propriétaires ? Si la taxe sur les micro-logements, jugée inefficace par le gouvernement, a été supprimée, celle sur les cabanes de jardin, dite d'aménagement, va de nouveau grimper en 2020, apprend-on par un arrêté publié au journal officiel.

Cela signifie donc qu’en cas de construction d’un abri de jardin ou d’autres travaux nécessitant un permis de construire ou une déclaration préalable, vous risquez de devoir débourser plus.

Immobilier : la taxe d’aménagement n’en finit plus de grimper

En cause ? L’application des règles de revalorisation. Comme le rappelle Capital, "cette base de calcul est en effet indexée sur l’indice du coût de la construction, mesuré par l’Insee".

Toutefois, après une hausse de 3% en 2018 et de 3,8% en 2019, la majoration est, cette année, moindre.

Pour ne pas avoir de mauvaise surprise, veillez donc à bien la prévoir dans votre budget.

En 2020, les Franciliens devront ainsi payer 860 euros par m² contre 854 euros en 2019. En "province", la taxe sera également élevée de 6 euros, à 759 euros par m² (contre 753 euros en 2019).

Depuis son entrée en vigueur en mars 2012, ces contributions ont été réhaussées de 15%, note Le Figaro.  Soit 112 euros pour l’Ile-de-France et 99 euros pour la province. 

Immobilier : une taxe qui pèse lourd dans la balance

Cette nouvelle croissance, pourrait réactiver les débats sur cette contribution. Car elle peut représenter une somme non négligeable en ce qui concerne, par exemple, la construction de cabane.

Déjà, en 2015, Capital citait le cas d’un habitant du Gers. Pour l’aménagement d’un abri de jardin, il avait dû payer 894 euros de taxe, pour une facture hors taxe s’élevant à 1 401 euros.

Cet "impôt d’aménagement", ne vaut d’ailleurs pas seulement pour les jardins. Sont également concernés : les opérations d’aménagement, de construction, de reconstruction ou d’agrandissement de bâtiment ; mais aussi les installations soumises à un permis de construire, un permis d’aménager ou une déclaration préalable. Les constructions de maisons, piscines ou encore garages y sont donc soumis.

Attention, en cas de construction bâtie sans autorisation ou illégale, vous risquez gros : une pénalité de 80% du montant dû. Mieux vaut donc déclarer tout changement. 

Taxe cabane : comment la régler ?

Son montant est inférieur à 1500 euros ? Vous devez alors vous en acquitter en une seule fois au moment du dépôt du permis de construire, d’aménagement ou de la déclaration préalable.

Vous avez également la possibilité de la régler en deux fois : le premier versement s'effectue à compter du 14e mois après la délivrance de votre autorisation d’urbanisme et le second, après le 26e mois.

Veillez à respecter les délais : car en cas de retard, vous sera appliquée une majoration de 10%. 

Taxe cabane : vous pourrez peut-être y échapper 

Il y aura des gagnants et des perdants. Reste à savoir quel sera votre cas.

Premier point à retenir : les constructions de moins de 5m2 sont totalement exonérées, tout comme les reconstructions à l’identique d’un bâtiment détruit depuis moins de 10 ans après un sinistre (incendie, constructions et aménagements prescrits par un plan de prévention des risques...) 

Ensuite, certaines installations peuvent donner lieu à une réduction de 50% du montant de la taxe. Voici lesquelles :

les 100 premiers mètres carrés de la résidence principale

les locaux à usage industriel ou artisanal (et leurs annexes) ou encore à usage d’habitation livrés à des organismes HLM (article L 331-12 du Code de l’urbanisme).

Rappelons d'autre part que, qui dit augmentation de la base de calcul en 2020, ne dit pas nécessairement une hausse de la taxe d’aménagement dans toute la France. En effet, son montant dépend également, tout comme la taxe d’habitation et la taxe foncière, des taux votés par les collectivités locales.

Conséquence, si une diminution des taux venait à neutraliser la hausse de la base de calcul, le pourcentage pourrait décroître dans certaines villes. Dans certains cas, les contribuables peuvent même en être épargnés.

​​​​​​​

Repost0
16 janvier 2020 4 16 /01 /janvier /2020 07:52

Au secours, mon enfant est accro aux écrans

Tablette, smartphone, console, laptop… Les écrans ont envahi nos vies, et celle de Junior aussi. Les conseils de nos experts pour l’aider à gérer sa consommation tout en douceur.

Tout a commencé par un post désespéré sur le profil Facebook de Cyril-Claire : « Au secours, mes fils ne peuvent plus se passer de leur écran ! Comment faites-vous pour gérer la situation ? » Une ribambelle de messages est venue noircir son mur. Dépités, tous ses amis dressaient le même constat : Junior ne sait plus s’amuser sans Wi-Fi, consoles et autres tablettes. « J’ai cédé en achetant une Wii il y a un an. Maintenant, il n’y a plus que ça qui les intéresse. Ils sont tellement accros qu’ils s’obligent à faire d’autres activités pour ensuite venir me dire : "C’est bon, maintenant on peut y jouer ?" », déplore cette journaliste de 41 ans. Même son de cloche chez sa copine Aurore. Son fils de 9 ans s’est entiché d’un jeu en ligne consistant à construire un village virtuel. « Il n'y passe pas des heures, mais c’est tout de même presque devenu une obsession », affirme-t-elle. Faut-il s’en inquiéter ? « Il faut surtout rester vigilant », répondent en chœur nos experts. « Un enfant ne peut pas être accro aux écrans, car l’addiction est le stade ultime d’un long processus. Avant, on est dans l’usage abusif », commente Elizabeth Rossé, psychologue à l’hôpital Marmottan. Son conseil : poser des règles pour que ce mésusage ne se transforme pas, à l’âge adulte, en addiction.

Les 4 conseils de Serge Tisseron

1/ Limiter le temps d’écran

2/ Parler avec Junior de ce qu’il fait/voit derrière l’écran pour développer son intelligence narrative

3/ Choisir les programmes et les jeux avec lui

4/ Encourager les activités de création avec écran comme le dessin ou la photographie

« Les parents pensent, à tord, que le problème débute vers 8-9 ans, quand leur petit commence à s’opposer. Mais, en réalité, il faut mettre des limites dès le berceau. Au même titre qu’on ne met pas du bifteck dans le biberon de son bébé, on ne lui met pas une tablette entre les mains ! » rappelle Serge Tisseron. Préoccupé par cette question, ce psychiatre et psychanalyste a élaboré la règle des « 3, 6, 9, 12 ». Elle se décline ainsi : pas de télé avant 3 ans. Pas de console de jeux avant 6. Pas d’Internet avant 9 et pas de réseaux sociaux avant 12. « Il faut introduire ces machines en douceur. On commence avec 20 minutes par jour et on augmente avec l’âge pour atteindre une heure en moyenne. Cette durée peut être allongée si elle est concentrée sur un ou deux créneaux hebdomadaires », préconise-t-il, tout en insistant sur le caractère indicatif de son propos (les parents doivent rester souverains, car le principe consiste toujours à cadrer son enfant).

Seul hic, la situation peut vite devenir ingérable lorsque ces outils technologiques se multiplient. « Entre la tablette, la console, l’ordinateur et le smartphone, j’ai du mal à maîtriser le temps passé par mes enfants derrière tous ces écrans », confie Pierre Ristic. Lorsque la coupe est pleine, ce community manager pourtant hyper-connecté n’hésite pas à débrancher le Wi-Fi, quitte à prétexter des problèmes de réseau pour éviter cris et hurlements ! Plus simple et plus pédagogique, Serge Tisseron propose de responsabiliser nos têtes blondes en leur offrant dès 9 ans un petit carnet. « Les écrans font perdre toute notion de durée, d’où l’importance de réintroduire des rituels qui leur permettent d’évaluer leur consommation », développe le psychiatre. Quid s’ils "oublient" de reporter toutes les heures consommées ? Ce n'est pas bien grave ! Le principal est de les amener à réfléchir à ce qu’il font - tant pis s’ils trichent un peu - et, en bout de course, de leur prouver que papa et maman se soucient d’eux.

Les parents doivent montrer l'exemple

Mais attention ! Cela ne fonctionne que si les parents montrent un peu l’exemple ! « Je reçois beaucoup de jeunes patients dont les parents sont adeptes du "faites ce que je dis, pas ce que je fais", confirme Elizabeth Rossé. Inutile de dire que ce discours fonctionne assez mal. » Soucieux de renvoyer à sa marmaille l’image d’un père affranchi de la technologie, Jacques Henno a trouvé la parade : il ne répond jamais à ses appels et SMS à table et coupe ordinateur, télé et téléphone portable le soir. Non pas que ce spécialiste du bon usage des NTIC ait une dent contre les écrans : « Ce sont des robinets à images fascinants, qui offrent beaucoup de gratifications et donnent accès à une richesse incroyable », insiste-t-il. L’auteur de Facebook et vos enfants estime néanmoins que, pour être optimale, leur consommation devrait être complétée par des jeux qui permettent d’apprendre à concevoir des programmes informatiques très simples. « Grâce à eux, les enfants peuvent, par exemple, apprendre à guider quelqu’un à travers une pièce en lui donnant des ordres. Ils passent ainsi du rôle d’utilisateur passif à celui de concepteur actif », conclut-il. De quoi leur montrer qu’il y a une vie derrière l’écran.

Repost0