Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

 

AnglaisAnglaisespañolItalianodeutschPortuguês Côté Denne Oversæt til danskOversatt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska

 

Il est tres ... Exactement

 

 

 

             

 

 

Quel. Temps fait-il   

Aujourd'hui

        "Chez  Papy" 

 

                                        

Meteo Libourne

 

041 meteo . 

 

       

A L'affiche..

 

La culture Ne s'hérite pa, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

           

    La

Sélection musicale

Du jour   

 

 

 

 

 

 

 

 

Actu du jour...

​​

Couleurs de saisons

    Côté nature

 

P2106744.cmpb

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Articles Récents

  • Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
    Ça y est nous y sommes la saison débute aujourd’hui pour se terminer le 21 Décembre ! Vous l’avez devinez il s’agit de L’automne …………. Pour moi la plus belle des 4 saisons c'est l'automne, la nature est à son apogée en cette saison : les feuilles se colorent...
  • La survie & les jeux.................
    "Le monde s’extasie tous les jours devant les exploits sportifs des plus grands athlètes internationaux. Beaucoup sont même prêts à payer pour y assister. Pourtant, dans le même temps, des anonymes réalisent eux aussi des exploits extraordinaires, mais...
  • C'est bon pour la santé !
    Dire du mal des autres serait bon pour la santé ! La Science a parlé : Dire du mal des autres serait définitivement bon pour la santé ! Aussi, si vous avez tendance à vous laisser aller un peu trop souvent, ne culpabilisez pas trop… Dites-vous qu’il s’agit...
  • Intelligence " la clé du bonheur " ?
    Quelles sont les 4 catégories de personnes les plus intelligentes ! Croyez-vous qu’il existe un seul type d’intelligence de par ce monde ? Une intelligence uniquement mesurable par le biais de tests de Quotient Intellectuel ? Beaucoup vous diront OUI,...
  • La rétro de la semaine.............
    En images.............. Allez bonne semaine ..............
  • Bonheur où est-tu ?
    La philo & le bonheur Parlons aujourd’hui de l’utilité de la philosophie, rien que cela. Car à voir les nombreux articles, essais, ou encore, interventions qui relèvent de cette discipline : c’est bien cette question qui s’impose : à quoi sert-elle ?...
  • High-tech ;" Et vie privée"
    Votre téléphone Android vous traque constamment… Même lorsque le Wi-Fi est désactivé ! Voilà une nouvelle qui va ravir peu de monde. Le travail de trois chercheurs lyonnais a permis de déterminer que lorsque la fonctionnalité « Internet Sans Fil » (appelé...
  • A propos de la nouvelle convention médicale ............
    Ce qu'il faut savoir sur les nouveaux tarifs des médecins à partir du 1er novembre Une nouvelle convention médicale entre en vigueur à partir du 1er novembre, avec à la clé des augmentations de tarifs. À partir du 1er novembre prochain, une nouvelle convention...

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 08:04

"les sodas dans les collèges et les lycées, c'est bientôt terminé !"

À partir de l'année 2018, les boissons sucrées disparaîtront des collèges et des lycées européens. Une mesure forte puisqu'en Europe, 30 % des enfants et des adolescents sont en surpoids.

C'est un rituel que les collégiens et les lycéens connaissent bien : entre deux cours, on descend à la machine à café (ou à la cafétéria) pour acheter un p'tit soda, un jus de fruit ou encore une boisson sucrée, histoire de tenir le coup jusqu'à la fin de la journée...

Mais cette (mauvaise) habitude devrait bientôt prendre fin : ainsi, ce vendredi 8 septembre 2017, la Fédération européenne des boissons rafraîchissantes (l'UNESDA, qui représente l'industrie des boissons non alcoolisées en Europe) a annoncé que désormais, elle ne commercialiserait plus de boissons sucrées dans les écoles secondaires d'Europe.

L'engagement (qui concerne notamment des marques bien connues de nos adolescents : Coca-COla, Fanta, Oasis, Schweppes, Sprite...) sera progressivement introduit dans les 28 pays membres de l'Union Européenne - au total, plus de 50 000 écoles secondaires et 40 millions d'adolescents seraient concernés. Côté calendrier, la suppression des boissons sucrées au collège et au lycée devrait être pleinement en vigueur à la fin de l'année 2018.

 

7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 07:11

 

Les jeux vidéo de tir abîment le cerveau

 

 

Les jeux vidéo de tir favoriseraient la réduction de la matière grise dans l'hippocampe et pourraient être un facteur de risque de maladies neuropsychiatriques.

Si de nombreuses études scientifiques ont révélé que les joueurs de jeux vidéo d'action avaient une meilleure attention visuelle, une meilleure mémoire à court terme et une meilleure motricité fine que la normale, ces nouvelles recherches publiées dans la revue médicale Molecular Psychiatry montrent qu'en contrepartie le cerveau paie le prix. Avec un cerveau réduit de sa matière grise dans l'hippocampe, les individus ont plus de risques d'être atteints de maladies neuropsychiatriques.

Les chercheurs de l'université McGill, à Montréal (Canada) ont mené une étude avec 64 participants de 18 à 30 ans qui ont joué pendant 90 heures à différentes sortes de jeux vidéo. Ces jeux sélectionnés pour l'expérience étaient : des jeux de tir Call of Duty, Killzone, Medal of Honor et Borderlands, des jeux de plateforme 2D ou 3D comme Super Mario 64. Aucun des volontaires ne jouait avant l'étude à ces jeux.

À l'aide de tests de navigation et d'imagerie cérébrale, l'étude révèle que les joueurs ont perdu de la matière grise dans l'hippocampe après 90 heures passées à jouer à des jeux vidéo d'action. Or, l'hippocampe est le siège cérébral de la mémoire spatiale et la mémoire des événements. Il permet de nous orienter.

LES JEUX VIDÉO MODIFIENT LA STRUCTURE DU CERVEAU

Les chercheurs ont ainsi démontré que la matière grise dans l'hippocampe (siège de la mémoire spatiale) augmente chez tous les participants après avoir joué 90 heures à des jeux de plateforme 3D.

Les personnes ayant des quantités plus faibles de matière grise dans l'hippocampe ont plus de risques d'être atteintes de maladies neuropsychiatriques comme la dépression, la schizophrénie, le trouble de stress post-traumatique et la maladie d'Alzheimer.

«Rappelez-vous que le même nombre d'heures passées devant un écran à jouer à des jeux de tir à la première personne cause une atrophie de l'hippocampe. Cela laisse croire que les jeux de plateforme 3D sont plus sécuritaires et peuvent être bénéfiques pour le cerveau de tous ceux qui y jouent», a expliqué Greg West, auteur principal, chercheur et professeur agrégé à l'Université de Montréal.

«En fait, les joueurs de jeux vidéo d'action sont presque deux fois plus susceptibles d'utiliser leurs noyaux caudés ou circuit de la récompense du cerveau (83 %) que les non-joueurs (43 %). Cette donnée est essentielle lorsqu'on sait à quel point l'hippocampe est important pour une cognition saine», explique Véronique Bohbot, coauteure, chercheuse à l'Institut universitaire en santé mentale Douglas et professeure agrégée à l'université McGill.

 

 

2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 07:00

Devinez la durée « normale » d’un rapport sexuel ?"

Dans cette étude scientifique c'est sans ! C'est-à-dire de la pénétration jusqu'à l'éjaculation. À titre indicatif, les lapins font cela en quelques dixièmes de seconde mais, les rongeurs recommencent plusieurs fois par jour. Quant à l'utilité de cette expérience réalisée sur 4 semaines elle ne paraît pas évidente. Sauf peut-être pour les voyeurs qui aiment regarder dans la chambre à coucher du voisin. Alors, pourquoi en parler et publier un texte finalement assez racoleur, me direz-vous. Eh bien, dans un but purement informatif, pour se détendre un peu, mais aussi parce que ce texte contient des révélations assez inattendues.

Bien entendu, pour préserver l'insoutenable suspense et faire durer le plaisir, vous ne saurez pas tout de suite la durée moyenne de l'acte. Toutefois, je vais quand même vous donner quelques indications. D'abord, que c'est les couples turcs qui sont les plus pressés, avec 3,7 minutes en moyenne. Ensuite, que les personnes âgées ont la relation sexuelle la plus courte. Mais ça je n'y crois pas, encore un fake news pour stigmatiser les vieux.

Malheureusement, pour une obscure raison cette expérience ne concerne pas la France. Notre réputation d'être les champions du monde lorsqu'il s'agit de s'envoyer en l'air en prend un sacré coup. Sans doute de la jalousie. Sinon, pourquoi tester seulement les Pays-Bas, l'Espagne, le Royaume-Uni les États-Unis et la Turquie.

Donc, 500 couples ont accepté de se chronométrer à partir du moment "M" jusqu'à l'aboutissement de leurs efforts, pour faire avancer la recherche. Mais rien ne prouve la totale sincérité des volontaires sélectionnés. Tout le monde sait que l'ego narcissique des êtres humains a une fâcheuse tendance à l'exagération. D'ailleurs, comment croire que "la durée de latence de l’éjaculation intra vaginale" peut dans certains cas durer 44 minutes. Là nous entrons dans le domaine du paranormal, ou alors... 

Ce couple a été victime du "Pénis captivus" ou si vous préférez ils sont restés collés dans une position que je vous laisse imaginer. Mais rassurons-nous, d'après le site Psychologie.com la "bête à deux dos" n'est qu'un "préjugé" sans fondement. Par contre, la durée du rapport le plus court était de 33 secondes. 

Le moment est venu de révéler le chiffre de la durée moyenne de l'acte, "(médiane en fait, techniquement)". Il est de 5,4 minutes.

Mais pourquoi tant de va-et-vient avant le résultat que vous connaissez

Les chercheurs ont une explication... 

"Le début d’une réponse peut être fourni par la forme du pénis. En 2003, des chercheurs ont montré – à l’aide de vagins et de pénis artificiels, ainsi que de sirop de maïs pour faire office de sperme – que la crête qui entoure la tête du pénis éloignait le sirop qui préexistait dans le vagin.

Cette expérience montre que les mouvements répétés de l’homme pourraient avoir pour objectif d’éloigner le sperme laissé par d’autres hommes, et ainsi de s’assurer, au moment de l’éjaculation, que ses petits nageurs auront les meilleures chances d’atteindre l’ovule les premiers. Ce phénomène pourrait d’ailleurs expliquer pourquoi l’homme éprouve de la douleur lorsqu’il poursuit ces mouvements après l’éjaculation : il risquerait alors d’évacuer son propre sperme".

La prochaine fois sous la couette, oublions ces chiffres, place au romantisme.

 

 

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 06:55

 

Plus dangereux que le tabac 

l’alcool et l’obésité

 

La solitude est plus dangereuse pour la santé que le tabac, l’alcool et l’obésité.

Elle augmente le risque de décès prématuré de 50 % !!

Il n’existe donc rien de pire pour l’homme que d’être seul.

Ou, pour voir les choses autrement, si vous vivez dans une famille heureuse et nombreuse, entouré de beaucoup d’amis fidèles, vous pouvez vous permettre de manger plus que de raison !

Constamment mise en cause dans les campagnes d’information sur la santé, l’obésité est pourtant moins dangereuse que la solitude et l’isolement. Qui le dit aux enfants ??

« L’isolation sociale, l’éclatement des familles, la mobilité géographique et l’anonymat du voisinage détériorent l’état de santé physique et émotionnel des adultes comme des enfants ».

« Il existe des preuves solides que les personnes célibataires ou divorcées ont plus de risque de souffrir de maladies que les personnes du même âge. Ces personnes sont également plus touchées par de nombreuses maladies comme les maladies dégénératives, les maladies coronariennes, les maladies mentales, ainsi que d’être victimes d’accidents, d’alcoolisme, de suicide… » 
avaient déjà constaté les chercheurs il y a 40 ans !

Devant ce tableau accablant, on se dit qu’il faut agir d’urgence. Car la situation a largement empiré depuis. La France a connu récemment une explosion du nombre de personnes seules : 28 % des Français se sentent « exclus, abandonnés ou inutiles », soit presque une personne sur trois. 5 millions de personnes ne parlent jamais à un être humain, que ce soit un voisin, un commerçant, un ami ou un membre de la famille ! 

Le meilleur investissement de votre temps

Bien sûr, il n’est pas facile ni souvent possible de reconstituer rapidement une famille ou de se faire des amis quand on est isolé. Cela demande du temps, et surtout qu’on y consacre du temps et de l’énergie.

C’est comme en amour : il faut « cultiver » la relation. Les personnes qui travaillent trop et n’ont plus de temps à consacrer à leurs amours, leur conjoint ou leurs amis font une grave erreur.

On s’en mord les doigts tôt ou tard, par exemple lors d’une hospitalisation.

Si vous avez des proches pour vous accompagner, vous rendre visite, vous apporter des objets personnels, faire les démarches administratives, relancer les médecins et le personnel soignant, vous rappeler de prendre vos traitements, vous motiver pour suivre le régime et faire les exercices qui vous sont prescrits, vous avez beaucoup plus de chance de guérir, plus vite !

Être entouré est donc un atout capital pour la santé, plus important que les médicaments.

Les 5 canaux de l’intégration sociale

Comment éviter de se retrouver seul ? La solution commence par prendre conscience qu’il n’y a pas 36 moyens de connaître des gens.

En fait, il n’y a que cinq canaux possibles pour être intégré socialement :

Par la famille

Par les amis

Par le travail

Par les loisirs/activités sociales

Par le quartier (voisins, commerçants…)

Par conséquent, vous réduisez un maximum votre risque d’être seul un jour si :

vous vivez dans une famille, et non seul,

vous avez des amis et des occasions régulières de les voir (invitations, vacances communes, activités communes régulières)

vous travaillez dans une entreprise où vous êtes en contact avec des collègues, des clients et des fournisseurs ;

vous avez des loisirs et des activités sociales (club de sport, paroisse, association…)

et que vous connaissez vos voisins, les gens de votre quartier, notamment les commerçants.

Si vous entretenez ces 5 canaux, vous vous sentirez bien entouré. Vous serez en meilleure santé, et aussi plus heureux : les amitiés et contacts humains sont le principal facteur de bonheur dans la vie.

Si un seul canal vous manque, par exemple vous ne connaissez aucun de vos voisins, ou vous n’avez pas de famille, ou pas d’ami, il y a des chances que, déjà, vous commenciez à vous sentir un peu seul.

S’il vous manque plusieurs de ces canaux, alors il est vraiment important d’agir.

 

Préparer sa retraite : le réseau social plus important que l’argent

 

Tant qu’on travaille toute la journée en entreprise, on voit des gens, on est invité à des réunions, on est sollicité…

C’est un soulagement le soir, ou le week-end, de se retrouver au calme chez soi.

Mais il faut avoir conscience que, le jour où la retraite arrive, ce flux va brutalement s’interrompre.

Plus de rendez-vous dans l’agenda. Plus de réunion d’équipes. Plus de collègues le matin autour de la machine à café… Soudain, on se sent comme le voyageur resté sur le quai tandis que le train continue son voyage et disparaît à l’horizon.

Avant, bien avant la retraite, souciez-vous de cultiver votre réseau social hors de votre travail. Pensez à ce que vous feriez, qui vous pourriez voir et fréquenter toute la semaine en dehors de vos collègues.

Préparer sa retraite ne consiste pas uniquement à mettre de l’argent de côté ; il faut aussi se constituer le « capital social », les amitiés et relations, qui nous éviteront de nous retrouver seul, ou en tête à tête permanent avec notre conjoint, le jour où nous n’irons plus au travail.


Faire l’effort d’inviter, et d’accepter les invitations

 

Il est important d’inviter des gens chez soi régulièrement, et de les recevoir convenablement. Un voisin pour un café, un couple d’ami pour un dîner, une famille de cousins pour un week-end… Au moins une fois par semaine.

Cela demande d’avoir prévu chez soi de quoi recevoir un minimum. Quelques boissons, olives, saucisson de qualité, ou autres délicatesses régionales. Une chambre d’ami ou au moins un canapé-lit dans le salon.

Il faut aussi se réserver le temps de passer quelques jours en vacances avec d’autres personnes, et pour cela organiser des activités intéressantes et attractives.

Réciproquement, éviter de refuser les sollicitations. Lorsqu’une connaissance vous invite pour mieux faire connaissance, on peut refuser une fois, deux fois, par manque de disponibilité. Mais attention car cela risque de décourager les bonnes intentions.

Plutôt que de répondre « Je suis désolé mais je ne suis pas libre, voyons-nous une autre fois », répondre, « Je suis désolé mais je ne suis pas libre ce jour-là. Par contre, je suis libre à telle et telle date, cela vous convient-il ? ».

Il faut éviter de se vexer trop facilement, c’est le grand écueil des relations sociales. Un de mes bons amis, qui est toujours lui-même très entouré, m’a un jour confié que son « secret » : « inviter, inviter, sans jamais se décourager, sans se vexer si beaucoup (une majorité) refusent ou ne se donnent même pas la peine de répondre ».

« La plupart des gens ne viendront pas. Mais certains viendront. Et même ceux qui sont toujours occupés, qui ont toujours quelque chose de plus intéressant à faire (que de répondre à mes invitations), finiront par accepter de temps en temps. Ce sera une fois sur vingt ou une fois sur trente, mais ce sera déjà mieux que de ne pas se voir du tout ! »

En vacances, envoyer une carte postale à toutes les personnes qui nous sont chères, ainsi qu’une carte pour Noël ou le Nouvel An. Cela est particulièrement important si on n’a pas eu l’occasion de voir la personne physiquement pendant l’année. Cela rendra les retrouvailles plus faciles, car on aura gardé le contact entre temps.

Conserver des relations sociales est en fait tout un mode de vie. Certaines personnes sont meilleures à cela que d’autre. Elles le font plus naturellement.

Mais tous, nous pouvons nous obliger à faire un peu plus dans ce domaine, et on ne le regrette jamais.


 

 

 

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 07:31

L’amitié des chiens envers les humains serait due à leurs gènes

Qu’est-ce qui différencie réellement le chien et le loup ? Comment expliquer l’apprivoisement ancestral de ce prédateur carnivore ? Une étude vient de mettre en évidence le rôle primordial de certains gènes dans ce processus.

DES COUSINS SI DIFFÉRENTS

Le chien descend du loup. Les deux espèces partagent l’essentiel de leur patrimoine génétique. Pourtant leurs comportements divergent fortement. Un monde semble en effet séparer le « meilleur ami de l’homme », qui l’accompagne depuis des millénaires, du redoutable prédateur encore redouté par les éleveurs et les bergers aujourd’hui.

Pour expliquer la domestication du loup, qui aurait progressivement donné naissance aux chiens, on a souvent mis en avant le regard, l’intelligence, mais aussi une forme d’intelligence cognitive développée au cours des millénaires de cohabitation avec l’homme. Ce qui leur permet de s’adapter plus aisément à l’environnement humain. Paradoxalement, peu d’études génétiques avaient été menées à ce sujet (comparativement à d’autres traits relevant de l’apparence). Surtout, l’observation de loups élevés au contact de l’homme avait montré leurs capacités socio-cognitives égales à celles des chiens. Les loups domestiques montrent des capacités cognitives proches de celles du chien. Mais pas le même intérêt pour l’homme

GÉNÉTIQUE ET COMPORTEMENT

Les chercheurs de l’Université de Princeton et de celle de l’Oregon ont donc comparé l’attitude de dix de ces loups gris apprivoisés et de dix-huit chiens domestiques, en leur faisant effectuer un test simple : les animaux devaient ouvrir une boîte renfermant une friandise comme récompense. Ils avaient deux minutes. Ils ont constaté que si les loups restaient concentrés sur leur tâche et leur récompense, les chiens étaient plus susceptibles de perdre du temps en s’intéressant au scientifique présent.

Même lorsque celui-ci restait passif, gardant les yeux rivés vers le sol, l’intérêt pour lui divergeait selon les animaux. Dans les deux cas ceux-ci, intrigués, s’en approchaient. Mais au bout de quelques instants, les loups s’en détournent pour revenir à leur tâche, tandis que les chiens perdent du temps (et une possible friandise) à chercher à nouer un contact prolongé avec l’homme (qu’il s’agisse d’un inconnu ou non). Tout indique donc que l’attrait de l’homme sur le chien dépasse en quelque sorte celui de la nourriture ! Une précédente étude menée par Monique Udell (l’une des auteurs de cette étude), avait déjà montré la propension bien supérieure de chiens sauvages d’Inde, par rapport aux loups, à s’intéresser aux humains.

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 14:48

Quelle sera la facture des incendies de l'été dans le sud-est ?

Des milliers d'hectares ont été détruits par les flammes cet été dans la région. Les incendies ont mobilisés d'énormes moyens humains et matériels sans interruption pendant plusieurs jours. La facture s'élèverait à plus d'un million d'euros par jour. Et l'été n'est pas terminé. 

Nous ne sommes qu'au milieu de l'été et des milliers d'hectares sont déjà partis en fumée dans la région. On estime à plus d'un million d'euros par jour le coût d'un incendie, sans compter le remboursement des assurances.

Cette année, plus de 5000 largages ont déjà été effectués. Le déploiement de moyens aériens, canadairs, trackers, dash, et HBE, représente l'un des coûts les plus importants dans le budget de la lutte anti-incendie. Avec 2000 heures de vol au compteur en 7 mois contre 800 l'an dernier, le budget prévisionnel de la Sécurité Civile pour 2017 est déjà dépassé. 

Pour un Canadair, l'heure de vol se chiffre à 6 885 €, contre 3 850 € pour un hélicoptère. A cela, il faut ajouter le prix des produits retardant. 2000 €/tonne. Sur la seule journée du mardi 25 juillet, 111 tonnes ont été larguées, soit un coût de 222 000 €. Tout le budget y est passé. Le gouvernement a dû rallonger les crédits pour éviter tout risque de pénurie.

Quant au coût en personnel, pompiers volontaires des SDIS locaux et renforts venus d'autres régions, il n'est pas chiffré mais plusieurs SDIS confient être déjà dans le rouge et s'inquiètent d'un mois d'août qui ne sera peut-être pas de tout repos. Il faudrait enfin ajouter à l'ardoise, le coût des hébergements des habitants ou vacanciers sinistrés, le dédommagement en cas de pertes matérielles, sans oublier l'impact sur le tourisme. 

Source ; http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/

 

20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 08:20

Les jeunes consomment quatre fois moins de fruits et légumes que leurs grands-parents

 

Aujourd’hui, les plus jeunes consomment pratiquement quatre fois moins de végétaux que leurs grands-parents. D’une manière plus générale, la recommandation concernant les cinq fruits et légumes par jour est respectée par seulement un quart des Français.

Durant l’été, nous avons plus l’occasion de nous fournir en fruits et légumes de saison et de varier nos saveurs. Cependant, malgré les marchés et autres étals proposant ces produits, les consommateurs se montrent de plus en plus boudeurs. Cette baisse de la consommation serait principalement liée au manque de temps selon une enquête (PDF/4 pages) du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC).

Si le temps apparaît comme une raison prépondérante, il y a surtout l’argent, et ce malgré le fait que la croissance du pays semble repartir et que la crise semble s’être terminée. En réalité, la consommation de fruits et légumes en France n’a jamais été aussi faible. Cette situation s’est installée alors que depuis une dizaine d’années, il est préconisé de manger cinq fruits et légumes chaque jour, un conseil apparaissant un peu partout dès qu’il est question de faire de la publicité pour un produit alimentaire.

En effet, une campagne de communication à ce propos a été lancée en 2007 dans le cadre du Programme national nutrition santé. Pour le CREDOC, il ne s’agit pas là d’un échec total, mais la situation actuelle est bien réelle. Le taux d’adultes consommant cinq fruits et légumes par jour est passé de 27 à 31 % en 2010 tandis qu’en 2015, ce même taux est tombé à 25 % !

Les Français consomment aujourd’hui 80 grammes de fruits par jour, incluant notamment les compotes et fruits au sirop, ainsi que 80 grammes de légumes et 200 ml de jus de fruit. L’enquête du CREDOC stipule également que les Français les moins enclins à respecter la préconisation sont issus de familles composées de deux enfants ou plus dont le niveau d’éducation est bas et vivant dans la partie nord du territoire. Néanmoins, aussi étrange que cela puisse paraître, les taux de consommation de fruits et légumes les plus bas se trouvent dans le sud de la France, des régions très maraîchères et fruitières.

En réalité, il s’agirait plutôt d’un phénomène générationnel : les personnes nées entre 1967 et 1976 consommaient environ 145 grammes de légumes et 100 grammes de fruits par jour à l’âge de 25 ans. Au même âge, leurs enfants nés entre 1987 et 1996 consomment aujourd’hui près de 50 grammes de légumes et 45 grammes de fruits quotidiennement. Cela représente une quantité trois fois moins élevée pour les légumes et moitié moins pour les fruits !

 

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 06:54

Colle nouvelle génération, tissu aéré :

"les spécificités des nouveaux dossards du Tour"

Pour la 104e édition du Tour de France, les 198 coureurs portent un dossard conçu spécifiquement pour la compétition.

C'est un détail qui a son importance. Porté par tous les coureurs de la Grande Boucle, le dossard (185x165 millimètres, situé en bas du maillot des sportifs) revêt d'une importance certaine. «Ils sont primordiaux pour l'identification par les commissaires de course, pour les commentateurs, pour l'identification lors des chronométrages (ligne d'arrivée, sprint...)», affirme à ce titre Thierry Gouvenou, ancien cycliste professionnel et actuel directeur technique des épreuves de Amaury Sport Organisation (ASO, l'organisateur du Tour).

Une matière plus agréable pour les athlètes

Pour cette édition 2017, la direction du Tour a signé un nouveau partenariat avec Bostik (spécialiste mondial des colles intelligentes «smart adhésives»). L'objectif: apporter l'expertise de la marque aux besoins des coureurs en termes de confort. Ainsi, dans cette perspective, les scientifiques de l'entité ont élaboré une nouvelle colle permettant l'utilisation d'un tissu en matière plus aérée, plus légère, plus souple et avec un meilleur maintien en course.

«La colle élaborée est mieux adaptée aux nouvelles caractéristiques des maillots.»

Pour ce faire, une année de travail a été nécessaire afin de mettre au point un dossard répondant aux exigences de la course (résistance au vent, à la pluie, à la transpiration). Un résultat largement positif aux yeux de M. Gouvenou: «La colle élaborée est mieux adaptée aux nouvelles caractéristiques des maillots. La recherche est permanente car les matériaux des maillots évoluent constamment. C'est une réelle avancée et nous saluons vivement le travail des chercheurs de Bostik qui vont poursuivre le travail engagé.» Jérémie Peyras, business developer de l'entité, évoque ainsi «une colle sans solvant de nouvelle génération amenée à évoluer pour accompagner l'évolution technique des maillots.»

14.652 dossards fournis chaque édition

«Avec ces nouveaux dossards qui sont très minces, la régulation de la température est meilleure.»

Du côté des acteurs directement impliqués sur le terrain, à savoir les coureurs, la tonalité est similaire. Samuel Dumoulin (remplaçant de l'équipe AG2R, ) avoue à ce titre sa satisfaction: «Les nouveaux dossards sont plus adhésifs (…) Avec ces nouveaux dossards qui sont très minces, la régulation de la température est meilleure. Avant on mettait une dizaine d'épingles, maintenant on en met plus que 3 par habitude mais je pense que bientôt on en mettra plus.»

Avant chaque édition, environ 15.000 dossards (14.652 précisément) sont fournis aux coureurs du Tour de France. Reste à attendre le 23 juillet et l'arrivée sur les Champs-Elysées pour connaître l'avis des cyclistes concernant cette «nouvelle technologie». Selon les premières impressions, seule l'équipe Data (dans laquelle figure Mark Cavendish) a quelques difficultés (problèmes d'adhésion avec le maillot). Durant l'histoire de la Grande Boucle, les dossards ont été l'objet de quelques tumultes. Après la découverte du virus du sida (dans les années 80), l'organisation avait privilégié l'arrêt des épingles qui servaient alors à accrocher les maillots, ces dernières étaient en effet récupérées pour la course suivante (avec le risque encouru et au nom du principe de précaution, l'organisation a arrêté ce système). Une recommandation pas forcément suivie, certains cyclistes recourant encore aux épingles suivant la qualité de leur maillot.

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 07:10
Tour de France " combien gagnent-ils"?

Pour cette 104e édition du Tour de France, le budget relatif aux primes a été dévoilé. Amaury Sport Organisation, l'organisateur de la Grande Boucle, délivrera en tout 2.280.950 euros aux coureurs.

C'est reparti!, les 198 coureurs en lice ont débuté la Grande Boucle (du 1er au 23 juillet, parcours de 3.540 km) par un contre-la-montre à Düsseldorf, en Allemagne. Pour cette 104e édition, l'organisation a choisi de s'aligner sur le prize money de l'année dernière. 2,3 millions € répartis entre les coureurs 

Concernant les primes reversées aux cyclistes du Tour, le principe est relativement simple: chaque coureur se voit attribuer une prime finale en fonction de ses résultats sportifs. Plusieurs facteurs entrent dès lors en ligne de compte comme le classement final (et les classements annexes), les victoires par étape, entre autres…

Sur le plan général, Amaury Sport Organisation, l'organisateur de la compétition, répartira en tout 2.280.950 € de primes. Selon le rang final occupé, la prime varie. La fluctuation est tout de même importante. Le vainqueur du Tour remporte ainsi 500.000 €, le 2e 200.000 € et le 3e 100.00 €. Des chiffres importants mais nuancés lorsque l'on se penche sur la suite. Ainsi, le 6e au classement final «ne touche que» 23.000 € et le 9e 4.500 €. Des écarts conséquents dans le top 10. Au-delà de la 19e place, aucune différence de traitement n'est faite: tous les coureurs gagnent 1.000 €.

Des primes allouées en fonction de chaque étape 

Logiquement, d'autres primes sont reversées en fonction des performances réalisées tout au long du Tour. Ainsi, chaque vainqueur d'étape (ou de contre-la-montre individuel) remporte 11.000 €. Ici également, les écarts sont majeurs. Les 2e et 3e coureurs touchent à ce propos 5.500 et 2.800 €.

En fonction du maillot endossé, un coureur peut aussi percevoir une prime, tel est le cas du maillot jaune qui bénéficie de 500 € de bonus à chaque étape. Cette gratification est d'ailleurs la plus élevée de ce point de vue. Une journée en vert (classement par points, 25.000 € à l'arrivée), à pois (meilleur grimpeur, 20.000 € au final) ou en blanc (meilleur jeune, 20.000 € au terme) rapporte la même somme, à savoir 300 € (par jour donc).

Des rémunérations également… collectives  

Autre aspect essentiel à prendre en considération: les primes collectives. En effet, cela n'aura manqué à personne, les 198 coureurs en lice sont répartis en 22 équipes (FDJ, Astana, Sky, Movistar, AG2R La Mondiale, pour ne citer qu'elles). Dès lors, des primes sont évidemment reversées en fonction du classement par groupe.

Ainsi, la 1ère équipe au classement final emporte 50.000 €, la 2ème 30.000 € et la 3e 20.000 €. A chaque étape, la meilleure équipe emporte la somme de 2.800 €. A titre de précision, selon la coutume, ces revenus sont ensuite répartis équitablement entre les cyclistes de l'équipe.

Enfin, d'autres sources de revenus plus originales peuvent être mentionnées. Par exemple, le 1er coureur en haut du col du Galibier (dans les Alpes, surnommé «le prix du souvenir Henri-Desgrange) touche 5.000 € tandis que le Super combatif (pas de maillot spécifique, souvent décerné au coueur qui s'est fait remarquer par ses attaques, ses initiatives, ses efforts etc) de la Grande Boucle gagne 20.000 € (2.000 € à chaque étape).

 

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 08:50

Lancé en 2013, le projet « One Belt One Road », aussi surnommé les « Nouvelles Routes de la Soie », est l’un des projets majeurs d’infrastructures de la Chine en Asie. Bien placée, l’Asie centrale pourrait en bénéficier, si les projets arrivent à leur terme.

 

Du 14 au 16 mai se tenait à Pékin le premier sommet international consacré au projet de « Nouvelles Routes de la Soie », avec des chefs d’État de 29 pays dont le Russe Vladimir Poutine et l’Indonésien Joko Widodo. Lancée par le président chinois Xi Jinping en 2013 depuis le Kazakhstan, l’initiative « One Belt One Road » (OBOR) vise à déployer 1 000 milliards de dollars d’investissements dans 65 pays.: Comment la Nouvelle route de la soie peut métamorphoser l’Asie centrale Il s’agit essentiellement pour la Chine de soutenir des projets d’infrastructures – autoroutes, train, ports mais aussi énergies – afin de rééquilibrer son développement économique intérieur, renforcer sa politique de voisinage et devenir la première puissance influente sur la zone, devant les États-Unis et la Russie.

L’innovation, jalon du discours d’ouverture de Xi Jinping L’innovation dans ce projet tient une place particulière : prédominante dans la forme, peu substantielle dans le fond. Dans son discours d’ouverture, Xi Jinping l’aborde sous toutes ses coutures, parlant « d’apprentissage mutuel », mettant en avant le rôle historique des routes de la soie dans « l’échange de biens et de savoir-faire qui nourrissent de nouvelles idées ». L’initiative OBOR n’a pas pour objectif de « réinventer la roue » mais doit toutefois présenter les opportunités d’une « nouvelle révolution industrielle » et porter une vision « innovante, coordonnée, verte, ouverte et inclusive » du développement.

L’innovation apparaît donc clairement comme un objectif d’OBOR et Xi a précisé le contenu des projets le 14 mai dernier : création d’un « Belt and Road Science Technology and Innovation Cooperation Action Plan », composé d’une plateforme d’échange, d’un laboratoire commun et d’un parc scientifique de coopération et de transfert technologique. Si le contenu de ces initiatives n’est pour l’instant pas précisé, leurs annonces détonnent avec la « diplomatie des transports » pour l’instant privilégiée par la Chine. Comment faire le lien entre ces infrastructures lourdes et ces technologies de pointe ?

Un modèle chinois de rattrapage technologique

La primauté donnée aux infrastructures reste cohérente avec le modèle de développement que la Chine a pu entreprendre par le passé. Il est permis de penser qu’elle souhaite exporter via OBOR ce modèle qui se déploie en quatre temps: tout d’abord, le développement d’infrastructures. Ensuite, l’acquisition de savoir-faire et de technologies via des joint-ventures. Viendra la montée en gamme par la recherche et développement permettant de dégager de la valeur ajoutée et enfin des innovations en R&D proches de la frontière technologique. L’innovation dans ce modèle arrive bien dans un second temps.

Le questionnement est double. Portées par le « Belt and Road Science Technology and Innovation Cooperation Action Plan », les politiques de cluster ex nihilo ne permettent pas nécessairement de remonter la chaîne de valeur si la maturation technologique n’est pas suffisante. En la matière, les 64 pays d’OBOR attestent de degrés de développement variés (du Bangladesh au Kazakhstan en passant par le Sri Lanka), constat toutefois réductible aux avantages comparatifs de chaque économie.

Une diplomatie des voies ferrées délicate

Certes, la Chine est la première puissance en termes de dépôts de brevets si l’on considère leur quantité et non leur qualité d’innovation. Mais a-t-elle la stature nécessaire pour constituer un moteur d’innovation à l’échelle de l’Asie ? La projection « innovation » d’OBOR reste aujourd’hui parcellaire et il est difficile de voir si la diplomatie des voies ferrées et des routes permettra de développer une « Asia Inc. » menée par la Chine.

On peut toutefois interroger l’effet d’opportunité pour Pékin de l’ensemble du projet et envisager plusieurs hypothèses. La première serait pour les Chinois d’utiliser les laboratoires OBOR afin d’employer sa main-d’œuvre qualifiée en accompagnant les pays bénéficiaires dans leur rattrapage technologique, à l’instar des ingénieurs occidentaux et japonais (sur le modèle des « quality infrastructures » nippones) qui ont formé les ouvriers chinois, notamment dans le secteur des télécommunications dans la décennie 1990 (lire les recherches de Jean-François Huchet à ce sujet).

Deuxième hypothèse, OBOR permettrait à la Chine de repérer au stade du développement, des technologies ou des start-ups qui bénéficieront de ses investissements. Ainsi, cette feuille de route « Innovation », pour l’instant peu substantielle, semble permettre le déploiement d’une géoéconomie de l’innovation dominée par la Chine, et qui laissera peu de place aux investisseurs étrangers.

L’innovation, une géopolitique comme une autre

Que doit développer OBOR ? Le discours de Xi Jinping fait la liste des sujets (économie numérique, intelligence artificielle, nanotechnologie, calcul quantique), des secteurs (notamment les technologies vertes) et des procédés, qui doivent être incrémentaux, reposant sur les pools de connaissances et les écosystèmes entrepreneuriaux. Pour l’instant, les deux projets innovation les plus aboutis dessinent davantage une géopolitique de l’innovation à l’encontre de l’Inde, avec le lancement de satellites de télécommunication. Sur un marché de l’aérospatial dominé par les technologies occidentales et les situations de monopoles, l’Inde et la Chine tentent de disrupter les chaînes de valeur pour diminuer les coûts de lancement et démocratiser leurs usages. Il est donc stratégique pour elles d’exporter leur savoir-faire afin d’atteindre une légitimité internationale.

Le Livre Blanc du 28 décembre 2016, consacré aux activités spatiales chinoises, mentionne directement le projet OBOR comme un « moyen de déployer les services basiques de communication pour les pays le long de la route de la soie terrestre et maritime d’ici 2018, à travers un réseau constitué de 35 satellites mis en service d’ici 2020 ». Ces nouvelles technologies de communication spatiale viennent concurrencer une diplomatie d’influence initiée par l’Inde en 2014 lors du sommet de la SAARC (South Asian Association for Regional Cooperation). Le sommet englobait 6 pays (Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Maldives, Népal et Sri Lanka) afin de connecter les réseaux, mais également de développer la télémédecine dans les régions rurales. La Chine a, quant à elle, aidé le Pakistan et le Sri Lanka à lancer des satellites et est en négociation avec les Maldives, le Bangladesh, l’Afghanistan et le Népal pour de futures opérations.

Cette géopolitique de l’innovation via OBOR est corroborée par la place prédominante donnée aux technologies vertes et à l’adaptation au climat dans le discours de Xi Jinping. Le président chinois souhaite ainsi développer une « coalition internationale du développement vert » et accompagner les pays d’OBOR dans « l’adaptation au changement climatique ». Face à une nouvelle administration climato-sceptique à Washington, la Chine a, encore une fois, saisi l’opportunité qui s’ouvrait à elle.

Source; Un article d’Alisée Pornet
Journaliste spécialisée sur les « Nouvelles Routes de la Soie »et l’évolution des sujets innovation et numérique en Asie, et plus particulièrement en Chine

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 09:08

Malgré une diminution, le nombre de fumeurs est toujours important en France

 

Selon une enquête, le tabagisme chez les Français reste encore trop important. Bien que le nombre de fumeurs ait diminué en France en 2016, il est toujours plus élevé que dans les autres pays occidentaux. L’étude démontre également que la cigarette est aujourd’hui de plus en plus un marqueur social.

Cette enquête a été réalisée en France métropolitaine auprès de plus de 15 000 personnes âgées de 15 à 75 ans. Publié par l’agence sanitaire Santé publique France, le Baromètre santé 2016 nous indique une diminution du tabagisme quotidien. Entre 2010 et 2016, celui-ci a diminué parmi les hommes de 25-34 ans, 41,4 % contre 47,9 %, et chez les femmes de 15-24 ans, 25,2 % contre 30 %. Pour les auteurs de cette étude, cette diminution représente un « résultat encourageant pour l’avenir ».

Mais par rapport aux autres pays occidentaux, la France est en retard. Elle compte actuellement un tiers de fumeurs. Selon le Baromètre santé, ce chiffre est « nettement plus élevé que dans les pays voisins ». En effet, en Allemagne, comme en Espagne, en Belgique ou aux Pays-Bas, on compte environ un quart de fumeurs. L’Italie et la Grande-Bretagne eux en comptent un cinquième.

L’étude constate une baisse des fumeurs parmi les personnes disposant de revenus de la tranche la plus haute, passant de 23,5 % à 20,9 % entre 2014 et 2016. Cependant, au cours de la même période, on remarque que la fréquence du tabagisme quotidien a augmenté chez les personnes aux revenus de la tranche la plus basse, de 35,2 % à 37,5 %. Force est de constater que les écarts de niveau de vie témoignent d’une augmentation des inégalités sociales en matière de tabagisme. Même si la part des fumeurs reste plus importante, le Baromètre déplore également la stabilité de la proportion des fumeuses.

Pour expliquer l’augmentation de ces inégalités chez les catégories sociales défavorisées, les auteurs de l’enquête avancent plusieurs raisons. Le stress, la difficulté à se projeter dans l’avenir, la méfiance à l’égard des messages de prévention, le déni du risque, la dépendance, une norme sociale en faveur du tabagisme ou de des évènements difficiles pendant l’enfance sont, entre autres, des facteurs qui expliqueraient cet écart.

L’usage de l’e-cigarette a, quant à lui, a baissé en 2016 par rapport à 2014, avec 3,3 % d’utilisateurs chez les 15-75 ans contre 5,9 %, et 2,5 % d’usagers quotidiens, contre 2,9 %. L’utilisation des e-cigarettes peut surtout être vu « comme un phénomène de mode qui a tendance à s’estomper », selon Santé publique. Pour conclure, le Baromètre santé affirme que ces résultats « incitent à poursuivre de façon affirmée la lutte contre le tabagisme, en veillant notamment à ce que les personnes vivant dans les conditions les plus défavorisées bénéficient de plus d’attention et d’aides spécifiques pour arrêter de fumer ».

30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 13:29

La tomate industrielle..........

 

Mafia, fraudes... Les dessous sulfureux de la tomate d'industrie

 

Mondialisation sauvage, omniprésence de la mafia, essor fulgurant de la production chinoise...

Enquête;

Le journaliste Jean-Baptiste Malet dresse un état des lieux peu reluisant de la production mondiale de la tomate d'industrie dans son dernier (très bon) livre, "L'Empire de l'or rouge" (Fayard).

 

La tomate d'industrie est l'objet d'un véritable business.(CAPTURE D'ÉCRAN TWITTER)

 

C'est une véritable somme sur l'intrigant business de la tomate d'industrie. Un livre référence. Dans "L'Empire de l'or rouge" qui vient de paraître aux éditions Fayard, le journaliste Jean-Baptiste Malet dresse un état des lieux peu reluisant de ce "fruit artificiellement créé par des généticiens". Au terme d'une enquête de deux ans, menée en Chine, en Italie, en Californie ou au Ghana, l'auteur - qui a signé en 2013 une enquête intitulée En Amazonie. Infiltré dans "le meilleur des mondes", décrit avec précision les enjeux et les rouages de ce juteux business. Mondialisation sauvage, omniprésence de la mafia, essor fulgurant de la production chinoise... Challenges a sélectionné cinq passages édifiants à propos de cette "tomate de combat".

Quand l'Italie équipe la Chine

Pour comprendre pourquoi la filière chinoise a connu une poussée de croissance aussi fulgurante que soudaine, il faut avoir en tête la structure de la filière à la veille du boom chinois, et les acteurs principaux qui détenaient le pouvoir. De Parme à Naples, ce sont les italiens qui règnent en maîtres sur des pans entiers de la filière mondiale. Des conserves de tomates pelées aux petites boîtes de concentré, le marché est oligopolistique. Le pouvoir au sein de l'industrie italienne est détenu par trois types d'acteurs économiques : à Parme, les plus importants traders de concentré de tomate au monde et les constructeurs des usines de transformation à la pointe de la technologie ; à Naples, les plus importants clients des traders de Parme - en premier lieu, les géants Russo et Petti. Les trois sommets du triangle - négoce, industrie mécanique, conserveries - forment un groupe d'intérêt extrêmement puissant, interconnecté, qui n'a cessé de se consolider au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Les principaux acteurs de ces trois pôles, économiquement prééminents, se comptent sur les doigts de la main. La filière italienne a des allures de cartel de la tomate.

(...) "Dans l'industrie de la tomate, l'Italie a joué le rôle de Marco Polo, résume le général Chinois Liu. En fait, les premiers équipements, ce sont les italiens qui les ont offerts à la Chine. Les fournisseurs des équipements originaires de Parme, en Italie, sont venus en Chine pour aider à l'implantation des usines, pour aider à la production, pour assurer le transfert des technologies, des savoir-faire, pour la formation du personnel... Tout à été organisé par les Italiens. Les équipements, dont beaucoup étaient de marque Rossi & Catelli ou Ing. Rossi, venaient du Nord de l'Italie. Puis notre concentré de tomates était vendu dans le Sud, dans la région de Naples, à Russo ou à Petti. Les Italiens n'ont pas seulement fourni les équipements. Dès le début, ils nous ont aussi acheté le concentré".

La France pillée par la Chine

Lors d'un reportage dans le Vaucluse, j'ai entendu parler d'une histoire rocambolesque. Chalkis, groupe agroalimentaire détenu par un gigantesque conglomérat aux mains de l'armée de la République populaire de Chine, avait racheté en 2004 la principale usine de sauce tomate française : Le Cabanon. Jusqu'à cette date, l'entreprise avait été organisée en coopérative, transformant les récoltes d'une centaine de producteurs locaux. Depuis le rachat, la direction de Chalkis refusait de communiquer et cultivait le secret autour de ses activités. En 2004, les Chinois s'étaient engagés à maintenir un volume de transformation pour les tomates produit localement. Dans la région, on avait bien subodoré que l'usine, une fois passée sous pavillon rouge, utiliserait pour une large part des concentrés à bas coût importés de Chine. Il n'avait cependant jamais été question que Le Cabanon ne produise qu'à partir du seul concentré du Xinjiang... (...). Jusqu'au début des années 2000, Le Cabanon avait été en mesure de produire à lui seul un quart de la consommation de sauce tomate des Français. Une fois racheté par les Chinois, l'ex fleuron hexagonal avait été lentement mais sûrement dépecé, l'outil industriel, pratiquement détruit. Chalkis avait d'abord licencié des salariés, puis avait procédé à la suppression de l'outil de "première transformation". (...). Les producteurs locaux durent se reconvertir. Le Cabanon n'en poursuivit par moins la commercialisation de ses produits bien connus des consommateurs, mais en produisant à partir du seul concentré importé du Xinjiang. Les boîtes de conserve, avec leur sauce "produite" dans l'usine historique du Vaucluse pouvaient continuer légalement de passer pour "Made in France" avec le célèbre logo du Cabanon.

Le Bingtuan, le bras armé de Pékin

Bingtuan... Il est impossible de comprendre quoi que ce soit à l'organisation politico-économique du Xinjiang, ni même à la filière mondiale de la tomate d'industrie, sans être familiarisé avec les rouages de la plus puissante des organisations gouvernementales locales : le Corps de production et de construction du Xinjiang (CPCX), plus couramment appelé Bingtuan, littéralement, le "Corps". Gigantesque machinerie administrative d'exception, le Bingtuan est une organisation militaire qui emploie et encadre plus de 2,6 millions de personnes, selon le chiffre officiel donné dans une vidéo interne du CPCX. Le territoire du Bingtuan est composé de 14 divisions, sur lesquelles sont répartis 175 "régiments fermiers". En 2011, le Bingtuan, était à la tête de 14 sociétés commerciales, dont Chalkis, l'un de ses fleurons. (...) Le Bingtuan, gigantesque consortium militaro-industriel, est une spécificité propre au Xinjiang. Sa mission historique est la colonisation du territoire. Il a fait sortir de terre des villes entières, qu'il gère. Hôpitaux, écoles, universités, fermes, industries. Le Bingtuan est une véritable pieuvre, il a des ramifications dans tous les secteurs d'activités. (...) Pour le Bingtuan, l'agriculture intensive et le commerce international semblent être le prolongement de la guerre par d'autres moyens. Aux yeux d'un occidental, le film de présentation de CPCX a toutes les caractéristiques de l'apologie caricaturale du productivisme le plus débridé. En 2011, la production totale du Bingtuan a atteint une valeur de 13,2 milliards d'euros.

Le roi de la tomate roule pour la mafia

Décédé en 2004 à l'âge de 83 ans, Antonino Russo, surnommé le "roi de la tomate", a posé la première pierre de son empire en 1962 en créant La Gotica, entreprise de transformation de tomates. Ce Napolitain, dont la carrière est entachée par une mention dans un rapport de la commission parlementaire antimafia de 1995, puis par une condamnation en 2013 pour trafic de faux concentré italien, vrai concentré 100% chinois, a multiplié tout au long des années 1970 et 1980 les acquisitions et les créations d'entreprises dans le secteur de la tomate d'industrie, et plus largement dans les conserves de fruits et légumes. À l'aube des années 2000, Antonino Russo les a réunies au sein d'un grand groupe industriel : AR Industrie Alimentari. Ce géant de l'or rouge a réalisé officiellement jusqu'à 300 millions d'euros de chiffre d'affaire en contrôlant 20% de la production italienne de conserve de tomates. Maillon stratégique de la filière, le transport de tomates entre les champs et les usines d'Italie du Sud est de longue date un secteur d'activité des organisations criminelles. En juin 2016, à Foggia, la police a arrêté Roberto Sinesi ainsi que cinq autres personnes pour extorsion et tentative d'extorsion de fond sur les chauffeurs de camions de tomates fournissant la plus grande usine de conserve de tomates d’Europe : l'usine Princes de Foggia.

Naples et la fraude douanière à la tomate

Au sein de l'UE, il existe plusieurs cadres légaux permettant d'importer des marchandises. Le plus habituel, celui des importations ordinaires, concerne des produits qui ont vocation à être consommés en l'état dans l'un des pays membres. Ces importations sont soumises à des droits de douane lors de leur passage à la frontière extérieure de l'Union. Pour la tomate d'industrie, ces droits s'élèvent à 14,4% de la valeur de la marchandise. Il existe aussi une deuxième manière d'importer du concentré de tomates dans l'UE, qui permet à l'importateur de ne pas acquitter de droits de douane : il s'agit d'importer du concentré "à titre temporaire" dit aussi en "transit temporaire" ou encore en "perfectionnement actif". Conformément à la législation douanière, "le régime de perfectionnement actif est destiné à favoriser l'activité économique des entreprises communautaires qui transforment ou réparent des marchandises tierces, destinées principalement à la réexportation". (...). Selon le premier syndicat italien de producteurs agricoles Coldiretti, une fois le concentré chinois arrivé sur le territoire de l'UE au titre du régime douanier du perfectionnement actif, quelques entreprises napolitaines de reconditionnement se livrent à une fraude extrêmement simple à organiser. Elles détournent ce régime douanier à leur profit. Selon le syndicat, des industriels napolitains feraient entrer en "perfectionnement actif" du concentré chinois ; une partie des quantités importées à ce titre serait effectivement réexportée ; mais une autre resterait sur le territoire de l'UE et y serait écoulée. Elle ne serait donc pas réexportée, ce qui constituerait une fraude caractérisée.

18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 07:06

Le pain fait-il grossir ? Peut-on en manger tous les jours ? Tous les pains se valent-ils ? Le bio est-il meilleur pour la santé ? 

 

 

Baguette, pain complet, régime et calories... La vérité sur le pain

Pas mal d'idées reçues circulent autour de nos baguettes : le pain ferait grossir, la mie serait indigeste, la biscotte alliée des régimes, etc. Faut-il vraiment se méfier du pain ou, au contraire, est-il indispensable d'en manger tous les jours ? Le nutritionniste Raphaël Gruman nous aide à démêler le vrai du faux, alors que la  se tient dans toute la France  Fête du pain. Du 15 au 21 Mai 2017 depuis lundi et jusqu'au dimanche 21 mai 2017.

Le pain fait grossir

Vrai et faux. Il faut garder en tête que le pain est une source de sucre. Une baguette de pain contient l'équivalent de 25 carrés de sucre. On doit absorber 50% de glucides par jour (pour une personne ayant besoin de 2000 calories quotidiennes), le pain est donc un apport de sucres qui peut être intéressant, surtout le matin, lorsque l'on est à jeun. Il n'est cependant pas recommandé le soir, lorsque nos dépenses énergétiques baissent.

La baguette classique peut faire grossir car elle est faite de farines blanches qui ont un index glycémique haut, ce qui signifie que les sucres passent très rapidement dans le sang. Le corps va devoir stocker cette surcharge de sucres sous forme de graisse.

A l'inverse, plus les sucres contenus dans le pain sont complexes, meilleur il est pour la santé. Pour cela, il faut choisir des farines contenant des fibres qui ralentissent l'absorption de sucres et évitent la prise de poids, comme le pain complet.

Ce que l'on met dessus (confiture, beurre, miel ou fromage) a bien sûr une incidence. Cela change les apports caloriques. Dans le cadre d'une alimentation minceur, on choisira du fromage de chèvre au petit déjeuner, pour apporter des protéines et du calcium (plus que le beurre) et obtenir un effet rassasiant.

Le pain favorise la rétention d'eau

Faux, mais tout dépend de la quantité ! Le pain contient du sel. On peut donc faire de la rétention d'eau si l'on en mange en grande quantité. Si vous consommez 75 grammes de pain par jour, ce risque est évité.

Les biscottes aident à maigrir

Faux. Les biscottes sont plus caloriques que le pain. Déjà, elles ne contiennent pas d'eau, et pèsent donc moins lourd. Il faut par conséquent en consommer plus que du pain pour être rassasié. Puis, la surcuisson d'un aliment comme le pain augmente son index glycémique car la chaleur déstructure les molécules de sucre. Le sucre contenu dans la biscotte passe très vite dans le sang, et le corps va gérer ce trop-plein en le stockant. La biscotte est donc un "ennemi" de la minceur. Préférez à la place une tartine de pain aux céréales.

Le pain est meilleur que les céréales du petit déjeuner

Vrai. Les céréales supposées être diététiques (comme les pétales de maïs soufflés sans sucres ajoutés ou les Weetabix) sont déjà beaucoup plus sucrées que le pain. Si vous voulez vraiment manger quelque chose d'équilibré le matin, mieux vaut ne pas se tourner vers les céréales de petit déjeuner et encore moins celles qui sont destinées aux enfants, trop sucrées.

Lorsque l'on se contente d'un bol de céréales avec du lait, on risque d'être affamé une heure après, alors qu'avec une tartine de pain complet, on se cale l'estomac pour plusieurs heures.

 

 

Il faut manger du pain tous les jours

 

Faux. On peut se passer de pain au quotidien, mais on a besoin de source de sucre pour la journée, car le cerveau se nourrit à 100% de sucres. On peut le remplacer par tous les aliments contenant des sucres lents, des féculents (haricots rouges, lentilles) ou de la pomme de terre -pas en purée, ni en frites- qui, si elle est associée à des lipides comme des bonnes huiles, va demander au corps plus de temps pour disperser les molécules. Le résultat : un index glycémique bas, donc plus favorable à l'énergie sur le long terme.

Il ne faut pas manger plus de deux tranches de pain par jour

Faux. On peut en manger jusqu'à 100 grammes par jour, soit 4 tranches de 25 grammes. Tout dépend de la composition de vos repas : si vous mangez des protéines et des légumes aux autres repas de la journée, vos apports seront équilibrés.

Tous les pains se valent

Faux. La baguette, en dehors de son bon goût, n'a pas d'intérêt nutritionnel majeur, alors que les pains complets ou aux graines, avec des farines T80, apportent des fibres et des minéraux.

Moins la farine est raffinée, mieux c'est. Si vos finances vous le permettent, préférez des pains complets biologiques, sans additifs ou conservateurs, car l'enveloppe de la graine peut contenir des pesticides.

Le pain, c'est bon pour le transit

Vrai, mais tout dépend du type de pain. Ce sont principalement les fibres qui vont réguler votre transit. Or on en trouve beaucoup plus dans les pains complets que dans la baguette. Attention au pain de seigle dont les fibres peuvent être irritantes pour le côlon : elles ne sont pas très digestes et peuvent créer des ballonnements.

Certains pains contiennent de la fibre de betterave, encore plus riche en fibres que la farine complète et très favorable à un transit serein.

Le pain est un bon apport de sucres lents

Faux pour la baguette, vrai pour le pain complet. C'est principalement grâce aux fibres contenues dans la farine que le pain peut se classer ou non dans la catégorie "sucres lents": plus la farine est complète, meilleur est l'apport en sucres lents. Si vous mangez de la baguette, c'est un apport de sucres rapides, comme un banal morceau de sucre.

Mieux vaut manger du pain aux céréales

 

 

Il y a plus de fibres dans un pain aux céréales que dans la baguette.Vrai. Il y a plus de fibres dans un pain aux céréales que dans la baguette, même si les fibres ne sont pas de la même qualité que dans un pain complet. Le pain aux céréales contient également plus de magnésium que dans le pain classique, même si c'est en proportions modestes.

 

Le pain au levain, c'est meilleur

Vrai. Le levain contenu dans le pain ralentit l'absorption des sucres par le corps. Un pain au levain aura donc un index glycémique plus bas qu'un pain classique.

La croûte, c'est indigeste

Faux. Plus la pâte est cuite, plus elle est digeste, car la cuisson aide au travail de l'estomac. Au contraire, le pain blanc ou la mie peuvent provoquer des ballonnements car ils sont moins cuits.

Le pain bio, c'est cher mais c'est meilleur

Vrai. Le pain bio artisanal fait par un boulanger de quartier avec des farines biologiques est obligatoirement fabriqué sans conservateurs, ce qui explique que le pain durcisse rapidement, en 2 jours environ. A l'inverse, le pain biologique industriel contient des conservateurs pour le préserver sur le long terme. Ils sont de surcroît enveloppés dans des emballages d'atmosphère modifiée pour empêcher le développement des bactéries, ce qui modifie le goût et la qualité du pain.

Le pain sans gluten, c'est meilleur pour la santé

Faux. Le pain sans gluten contient beaucoup d'additifs et de farine de maïs pour donner une texture approchant celle du pain avec gluten. La farine de maïs est beaucoup plus riche en sucres que celle de blé. Si vous êtes intolérant ou allergique au gluten, mieux vaut vous tourner vers le fait maison avec de la farine de riz complet par exemple, cela sera meilleur d'un point de vue diététique, mais pas terrible au niveau de la texture, qui sera un peu sèche et friable.

 

 

 

 

11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 06:45

Les difficultés économiques en 10 graphiques qui attendent notre  président ..........

 

Sorti en début d’année, l’ouvrage Accélérer !- La compétitivité moteur de la prospérité - liste les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises françaises. Un livre de chevet pour le futur locataire de l’Elysée.

Dans leur ouvrage Accélérer : la compétitivité moteur de la prospérité, Rémi Legrant et Olivier Marchal, respectivement président et vice-président de Consult’in France*, décortiquent les difficultés auxquelles se heurtent nos entreprises.

Rappelant que les 4 millions d’entreprises françaises sont le moteur de la création de richesses, les auteurs énumèrent les “totems et tabous qui les fragilisent” : “complexités administratives”,“fiscalité étouffante”, marché du travail “cassé”... Découvrez ainsi en 10 graphiques qui illustrent ces difficultés.

Les 10 graphiques suite..

Publié par Papy-bougnat - dans L'enquête de la semaine
commenter cet article