Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

 

AnglaisAnglaisespañolItalianodeutschPortuguês Côté Denne Oversæt til danskOversatt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska

 

Il est tres ... Exactement

 

 

 

             

 

 

Quel. Temps fait-il   

Aujourd'hui

        "Chez  Papy" 

 

                                        

Meteo Libourne

 

041 meteo . 

 

       

A L'affiche..

 

La culture Ne s'hérite pa, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

           

    La

Sélection musicale

Du jour   

 

 

 

 

 

 

 

 

Actu du jour...

​​

Couleurs de saisons

    Côté nature

 

P2106744.cmpb

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Articles Récents

  • Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
    Ça y est nous y sommes la saison débute aujourd’hui pour se terminer le 21 Décembre ! Vous l’avez devinez il s’agit de L’automne …………. Pour moi la plus belle des 4 saisons c'est l'automne, la nature est à son apogée en cette saison : les feuilles se colorent...
  • La survie & les jeux.................
    "Le monde s’extasie tous les jours devant les exploits sportifs des plus grands athlètes internationaux. Beaucoup sont même prêts à payer pour y assister. Pourtant, dans le même temps, des anonymes réalisent eux aussi des exploits extraordinaires, mais...
  • C'est bon pour la santé !
    Dire du mal des autres serait bon pour la santé ! La Science a parlé : Dire du mal des autres serait définitivement bon pour la santé ! Aussi, si vous avez tendance à vous laisser aller un peu trop souvent, ne culpabilisez pas trop… Dites-vous qu’il s’agit...
  • Intelligence " la clé du bonheur " ?
    Quelles sont les 4 catégories de personnes les plus intelligentes ! Croyez-vous qu’il existe un seul type d’intelligence de par ce monde ? Une intelligence uniquement mesurable par le biais de tests de Quotient Intellectuel ? Beaucoup vous diront OUI,...
  • La rétro de la semaine.............
    En images.............. Allez bonne semaine ..............
  • Bonheur où est-tu ?
    La philo & le bonheur Parlons aujourd’hui de l’utilité de la philosophie, rien que cela. Car à voir les nombreux articles, essais, ou encore, interventions qui relèvent de cette discipline : c’est bien cette question qui s’impose : à quoi sert-elle ?...
  • High-tech ;" Et vie privée"
    Votre téléphone Android vous traque constamment… Même lorsque le Wi-Fi est désactivé ! Voilà une nouvelle qui va ravir peu de monde. Le travail de trois chercheurs lyonnais a permis de déterminer que lorsque la fonctionnalité « Internet Sans Fil » (appelé...
  • A propos de la nouvelle convention médicale ............
    Ce qu'il faut savoir sur les nouveaux tarifs des médecins à partir du 1er novembre Une nouvelle convention médicale entre en vigueur à partir du 1er novembre, avec à la clé des augmentations de tarifs. À partir du 1er novembre prochain, une nouvelle convention...

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 06:18

Ça y est nous y sommes la saison débute aujourd’hui pour se terminer le 21 Décembre ! Vous l’avez devinez il s’agit de L’automne ………….

Pour moi la plus belle des 4 saisons c'est l'automne, la nature est à son apogée en cette saison : les feuilles se colorent de toutes les teintes de rouge et d’orange et le soleil doré de l’arrière-saison brille à travers les arbres. Bien sûr, la nature est belle aussi quand elle est en fleur, mais rien ne surpasse la beauté pittoresque de cette saison. l’automne est la saison la plus conviviale de l’année. Car qu’est-ce qui combat mieux l’obscurité qu’un bon feu de bois et une pièce remplie de bougies parfumées ? C’est l’occasion de rester bien au chaud à l’intérieur, sans aucun remords. Mais la question que l’on peut se poser  cette année pourquoi l'automne 2017 tombe-t-il un "22" et pas un "21" ? Si nous sommes encore une fois nombreux à identifier la date du "21" du mois de septembre comme étant celle de l'équinoxe d'automne, cela n'est pas si simple. La date du passage à l'automne correspond en fait à un moment très précis : celui où le Soleil coupe en passant au zénith le plan de l'équateur. Des calculs savants l'ont déterminé, effectué par l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) hébergé par l'Observatoire de Paris depuis 1998. Et comme la Terre ne tourne pas autour du soleil en exactement 365 jours, le jour J peut changer d'une année sur l'autre.

Avec ses feuilles qui tombent en même temps que la température et ses journées qui rétrécissent à vitesse grand V, l'arrivée de l'automne n'est généralement pas aussi attendue que celle du printemps. L'équinoxe d'automne fait pourtant partie des deux seuls moments de l'année où journée et nuit sont précisément de même longueur

La date de l'automne précède d'un mois environ le passage à l'heure d'hiver. Le premier jour de l'automne intervient également à mi-chemin du solstice d'été (20-21 juin) et du solstice d'hiver (20-21 décembre). Mais chaque année, l’équinoxe d’automne a lieu à une date différente. Ceci tient au fait que la Terre tourne autour du soleil en 365 jours, 5 heures et 46 minutes, et non exactement 365 jours. Le plus gros de ce décalage est corrigé par l’adjonction du 29 février lors des années bissextiles. Mathématiquement, les équinoxes d’automne ne peuvent avoir lieu qu’entre le 21 septembre (la prochaine fois en 2092) et le 24 septembre (la prochaine fois en 2303).

 

Allez, vive les promenades en forêt à la recherche de morilles, chanterelle ou cèpes.

Vive la position larve devant un bon film et le petit café bien chaud devant un beau feu de bois. Vive les couleurs extraordinaires que mère nature nous propose tous les ans et vive vous et moi qui avons appris à vivre en toute quiétude l'instant présent. 

 

Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
Bonjour l'automne ! Adieu l'été....................
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 07:23

Quatre questions sur la pyrale du buis, cet insecte asiatique qui ravage la végétation française

Les chenilles particulièrement voraces de ce papillon nocturne, qui pourrit la vie des riverains, ne se nourrissent que de feuilles de buis.

C'est la nouvelle plaie des jardiniers français. La pyrale du buis, un papillon venu d'Asie et dont la chenille dévore uniquement les buis, a envahi toute la France, causant des dégâts parfois spectaculaires. Elle ravage les paysages du Tarn ou d'Ardèche, oblige le jardin des plantes de Rouen à fermer ses portes, et son papillon infeste des maisons, comme celle d'une malheureuse habitante du Lot. En 2016, l'espèce nuisible avait déjà été détectée dans quasiment tous les départements de l'Hexagone.

Franceinfo a interrogé Maxime Guérin, chargée d'études à l'association Plante & Cité, qui coordonne un programme de recherche sur la pyrale. Et vous explique tout sur ce fléau et comment le combattre.

Comment la pyrale du buis a-t-elle envahi la France ?

Avant de terroriser les jardiniers français, on trouvait la pyrale du buis en Asie orientale – Japon, Chine et Corée. Elle a été observée pour la première fois en France en 2008, en Alsace, un an après son apparition en Allemagne. Depuis, le nombre d'individus a explosé. Plante & Cité, une association qui travaille avec des gestionnaires d'espaces verts, est pour la première fois alertée du problème en 2012, explique Maxime Guérin. L'année suivante, elle est signalée dans 52 départements, puis 71 en 2014 et 86 en 2015, selon les données de l'association. "Le boom s'est vraiment produit en 2015 dans les jardins", explique la chargée d'études, "et en 2016 dans les espaces naturels." L'Alsace, riche en buissons naturels, est très touchée, tout comme les régions Paca, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, sans oublier l'Ile-de-France, où sont concernés surtout les jardins des monuments historiques.

Une chenille de la pyrale du buis. (MAXPPP)

"En France, on ne sait pas si elle est arrivée de proche en proche" en se propageant en Alsace depuis l'Allemagne, "ou par l'introduction de buis importés", explique Maxime Guérin. Quoi qu'il en soit, ce sont des buis asiatiques qui lui ont permis d'arriver en Europe. Car l'expansion de la pyrale ne se fait "pas tant par une dispersion naturelle" que par l'achat de buis contaminés. "Le buis est une plante fréquemment achetée, souvent par des particuliers dans des enseignes pas forcément spécialisées, parfois dans des pays d'Europe peu fiables en terme de protection sanitaire, détaille la chargée d'études. L'ampleur du marché fait qu'il y a eu des introductions multiples."

Rien à voir, donc, avec un insecte comme le frelon asiatique, dont une seule femelle peut suffire à coloniser un pays. C'est en se dissimulant dans des arbustes que la pyrale du buis, capable de voler jusqu'à dix kilomètres, continue de se propager en France.

Quel est son impact sur les buis ?

La pyrale du buis n'est pas tant nuisible pour les plantes sous sa forme de papillon que lorsqu'elle est à l'état de chenille. Particulièrement vorace, elle laisse derrière elle des jardins ravagés et des sous-bois complètement déforestés. L'effet peut être très soudain : "Il peut n'y avoir plus aucune feuille en quinze jours", signale Maxime Guérin, surtout si la colonisation de la plante a commencé l'année précédente et que la pyrale a déjà pu se multiplier. Les dégâts peuvent aller jusqu'à la mort du buis infesté : "Quand il n'y a plus de feuilles, les chenilles finissent par ronger l'écorce. Dans ce cas, la plante a du mal à s'en remettre."

Outre l'impact sur les jardins, la pyrale du buis devient facteur de risque lorsqu'elle s'attaque à des buis sauvages. En les dévorant, elle fragilise les sols, ce qui peut provoquer des éboulements, et crée des zones sèches dans les sous-bois, favorables aux départs de feu.

Une pyrale du buis à l'état de papillon dans le jardin du château de Grignan, dans la Drôme, le 7 septembre 2016. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Sous sa forme de papillon, la pyrale ne mange plus de buis mais n'en reste pas moins une calamité. "Dans le Sud, on observe des nuages entiers de papillons", détaille Maxime Guérin. "Ils sont attirés pas la lumière et risquent de rentrer chez vous. Ils ne sont pas urticants, ne présentent aucun problème pour la santé, mais c'est pénible." Ces nuées d'insectes sont, en revanche, dangereuses pour les conducteurs : "C'est comme sous la neige, il faut mettre les essuie-glaces."

Pourquoi la pyrale est-elle si difficile à combattre ?

La première difficulté est de savoir si le buis a été infecté. Car la pyrale commence à dévorer les arbustes de l'intérieur vers l'extérieur. "En général, quand les effets sont visibles à l'extérieur, c'est un peu tard", indique Maxime Guérin. "La seule solution est de mettre la tête dans le buis."

Leur progression s'explique aussi par leur capacité reproductrice. La pyrale, dont les œufs n'éclosent pas l'hiver, peut se reproduire entre deux et quatre fois par an en France, selon le climat de la région où elle se trouve. Une femelle pond en moyenne 800 œufs à chaque fois, la population peut donc exploser en peu de temps.

Pourtant, dans les pays d'Asie dont elle est originaire, la pyrale du buis ne pose pas de problème. Contrairement à la France, elle y a en effet des prédateurs qui contribuent à réguler sa population.

Comment peut-on s'en débarrasser ?

Les deux principales solutions pour combattre la pyrale du buis se trouvent dans le commerce, indique Maxime Guérin. Un insecticide biologique comme le bacille de thuringe permet de lutter contre les chenilles, mais il est plus efficace quand ces dernières sont jeunes. "Il faut agir dès que les chenilles se réveillent", précise la chargée d'études, c'est-à-dire au début du printemps, vers mars-avril, quand la première génération éclôt. "Si ce traitement est bien fait et que les voisins le font aussi, on peut tenir jusqu’à la fin de la saison. En revanche, si on a loupé ce premier cycle, la population explose et on risque de ne plus arriver à tout tuer."
 

Une autre arme efficace contre la pyrale du buis, ce sont les pièges, qui attirent les papillons à l'aide de phéromones. "L'action est limitée sur la population", prévient Maxime Guérin, mais permet de constater la présence de l'insecte et, en observant la période où ils sont les plus nombreux, de déterminer quand appliquer l'insecticide : "On sait qu'au moment du pic de vol, il faudrait traiter quinze jours plus tard." Vous pouvez également acheter des trichogrammes, des parasites qui s'en prennent aux œufs de pyrales.

Un massif de buis ravagé par les chenilles de la pyrale du buis, dans le parc du château de Grignan (Drôme), le 7 septembre 2016. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Si toutes ces solutions peuvent sauver des jardins, une partie du problème subsiste avec les buis sauvages. Intervenir sur ces plantes "ne demande pas du tout les mêmes moyens financiers et humains, déplore Maxime Guérin. A des échelles comme ça, ce n'est pas tout gérable." Ces zones finissent donc par devenir "des réserves" pour l'insecte, qui peut coloniser à nouveau les jardins voisins – et le cycle infernal recommence.

Pour en finir avec ce nuisible, la solution la plus efficace est d'attendre que la nature s'en charge, comme en Asie. Cela prendra du temps, mais "la nature apprend". "Les oiseaux voient cette nouvelle chenille apparaître, ils s'en méfient, puis commencent à la goûter, et si elle est digeste, finissent par la manger", explique la spécialiste. "Cela fait deux-trois ans que l'on constate des cas de consommation par des mésanges ou des geais." A terme, on peut donc espérer que la pyrale du buis devienne une proie habituelle de nos oiseaux. En attendant, Maxime Guérin mise encore sur "quatre ou cinq années catastrophiques".

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 06:44

Pourquoi la taille de la lune semble évoluer en fonction de sa position dans le ciel ?

C’est bien avant Jésus Christ que les scientifiques ont commencé à se poser ces questions, mais pour beaucoup d’entre nous le mystère reste entier. Si vous aussi, vous vous êtes toujours demandé pourquoi la lune paraissait plus grosse à certains moments que d’autre

L’ILLUSION LUNAIRE

http://dailygeekshow.com/wp-content/uploads/2017/07/lune1-768x474.jpg

La Lune en Août

Il est remarquable parfois, comme la Lune peut paraître énorme et très proche à l’horizon, alors que lorsqu’elle est au-dessus de nos têtes, elle paraît lointaine et rétrécie. Mais ce n’est qu’une illusion, connue sous le nom d’illusion lunaire. Et cela fait plus de deux millénaires que les hommes étudient le phénomène.

LES THÉORIES

C’est Aristote, philosophe de la Grèce Antique, qui, au IVe siècle, a émis l’hypothèse que l’atmosphère terrestre produisait un effet loupe sur notre vision de la Lune, comme l’eau pouvait produire le même effet par rapport aux objets immergés. Six siècles plus tard, c’est l’astronome alexandrin Ptolémée qui émit une hypothèse similaire dans son traité, l’Almageste. Cela dit, ces deux esprits attribuaient tout de même le phénomène à la distance apparente de la Lune.

Plus récemment, les psychologues ont suggéré que la taille de la Lune était due à notre imagination. Il est vrai que lorsqu’on la prend en photo, il n’y a aucune différence entre les photos de la Lune prises haute dans le ciel et les photos prises à l’horizon. De la même façon, lorsque l’on fait l’expérience en regardant la Lune à travers un papier roulé en un cylindre, et que l’on fixe le cylindre à la taille que l’on voit, on s’aperçoit que la taille de la Lune n’a pas bougé d’un iota.

 

TAILLE OU DISTANCE ?

http://dailygeekshow.com/wp-content/uploads/2017/07/lune2-768x576.jpg

La Lune rousse

Les théories antiques sont fausses pour le simple fait que l’atmosphère terrestre, de par sa composition, est incapable de changer la taille apparente des objets. Selon l’angle auquel les rayons lumineux viennent se réfracter à travers les différentes particules atmosphériques, la couleur de la lune peut changer, mais pas sa taille.

La taille apparente de la lune peut changer selon le cycle lunaire, jusqu’à 14% de croissance lorsqu’elle est le plus proche de la Terre. Les théories grecs n’étaient donc pas entièrement fausses. Cela dit, cette taille n’est pas changeante en une nuit ou un cycle lunaire.

La théorie psychologique a été premièrement émise par le mathématicien arabe Ibn Al-Haytham, pour qui la taille apparente des objets est conditionnée par la façon dont l’esprit humain perçoit les distances. D’après lui, notre perception de l’espace céleste lui donne une forme de dôme plutôt qu’une sphère, les objets disposés à la verticale nous paraissant donc plus proches que les objets placés à l’horizontale.

Cela dit, les objets paraissant plus proches devraient apparaître plus gros, or, malgré la théorie d’Ibn Al-Haytham, c’est le contraire qui est observé avec la Lune. Le psychologue Don McCready qualifie la théorie de perception des distances de « populaire mais inadaptée ». Une autre théorie psychologique suppose que la taille apparente de la Lune serait conditionnée par les objets que l’on voit autour (montagnes, arbres etc..). Cette idée rejoint la théorie d’Ebbinghaus qui dit que la taille apparente des objets est conditionnée par les objets présents aux alentours, dans le champ de vision.

http://dailygeekshow.com/wp-content/uploads/2017/07/lune4-1-768x512.jpg

La Lune et la ville

La vérité, c’est que les théories pullulent mais qu’aucune n’est communément admise. En effet, d’après le psychologue Claus-Christian Carbon de l’Université de Bamberg en Allemagne, la question n’est pas résolue et ce malgré nombre d’études et d’articles à ce sujet. Il étudie l’illusion lunaire à l’aide d’un planétarium, mais d’après lui, la seule vraie idée que l’on peut se faire sur ce phénomène, c’est que la taille de la Lune amplifiée dans nos cerveaux est bien plus importante que la taille apparente de la Lune amplifiée de 14% selon le cycle lunaire.

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 16:46

Le jardin en Août .............

Au mois d’août, tout le monde est en vacances sauf le jardinier en herbe qui a encore tant à faire parmi ses parterres et ses pots de fleurs.

Comment s'occuper de votre potager en août ?

Outre les récoltes de choux, épinards, pommes de terre, etc., vous devez également penser à semer les légumes d'automne et d'hiver comme :
• les betteraves rondes ;
• les navets ;
• les choux cabus à feuilles lisses ;
• les oignons blancs et rouges. 
Au niveau de l'entretien, il y a aussi pas mal de travaux de jardinage à faire :
• Un arrosage régulier est nécessaire ;
• Il est conseillé de biner votre sol pour qu'il ne craquelle pas sous la chaleur ;
• Pensez également à pailler vos plantes ;
• Si vous avez des choux d'hiver, du fenouil ou des céleris, n'oubliez pas de les butter. ; 
• Afin de soutenir la fructification de vos melons, tomates, et courgettes, il serait judicieux de leur apporter de la vinasse de betterave, du sang séché ou encore du guano ;
• N'oubliez pas de tailler les rameaux de vos aubergines.

Jardinage en août, pensez à l'arrosage, mais pas uniquement

Au mois d'août, la chaleur accroît la déshydratation des plantes, ce qui signifie que vous n'êtes pas débarrassé de la corvée d'arrosage. Pour que cet arrosage soit réellement bénéfique à votre plante, il importe de le faire dans les règles de l'art :
• Évitez de mouiller les feuilles puisque l'eau a un effet loupe qui contribue à augmenter l'agression des rayons de soleil sur le tissu des feuillages.
• Évitez autant que possible la pulvérisation, car la majorité de l'eau s'évapore avant même d'avoir servi à la plante. 
• Il est aussi conseillé d'attendre le soir pour effectuer l'arrosage pour ne pas trop agresser les plantes, et comme il pleut souvent le soir, vous pouvez être épargné de la corvée pour la journée.

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 06:51

Un été de la Saint Martin est prévu pour la rentrée !

Cette année, ne vous attendez pas à vivre un été indien, mais plutôt un été de la Saint Martin ! Prévisionniste chez Météo France, Frédéric Nathan nous explique de quoi il s'agit.

"Des températures douces après une période de fraicheur", c’est le temps que nous devrions avoir pour la rentrée, selon Frédéric Nathan, prévisionniste chez Météo France,qui annonce également un été de la Saint Martin. Le spécialiste insiste toutefois sur le fait que les prévisions demeurent incertaines car elles sont basées sur les températures enregistrées les années précédentes. L'été de la Saint Martin représente une période de redoux après un rafraîchissement des températures. "La différence entre l'été Indien et l'été de la Saint Martin est que l'été de la Saint Martin est un terme utilisé uniquement pour la France. L'été indien est quant à lui réservé pour le Canada", explique le météorologue. L'arrivée de l’automne devrait donc se faire dans les meilleures conditions météorologiques et aussi peut-être compenser l'été capricieux que l'on a eu. 

Une belle fin de mois

En attendant la rentrée, voici les prévisions pour la fin du mois d’août.  Des éclaircies feront leur apparition dans la journée de mardi pour les régions de la Bretagne et de la Normandie avec des températures allant de 22 °C à 27°C. Mercredi, une baisse des températures est prévue pour les régions Ile-de-France, et les Hauts-de-France, où les températures n’excèderont pas les 22°C.

Apparition des perturbations

A partir de jeudi, des perturbations feront leur apparition avec des orages prévus pour l’Est du pays et des températures minimales de 11°C pour les Ardennes et des maximales jusqu’à 32 °C pour l’Ardèche. Les vents ne dépasseront pas les 20 km/h en Normandie. Vendredi, on aura une France coupée en deux avec toute la moitié nord sous les éclaircies et la moitié sud sous les orages. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, il fera 38°C malgré le temps maussade et jusqu’à 26°C pour le Centre-Val de Loire. Samedi, le temps ne sera toujours pas favorable avec des minimales de 14°C pour les Pays de la Loire et des maximales prévues jusqu’à 30 degrés pour le sud-est de la France.

Une fin d’été de la Saint Martin comme prévu

A partir de dimanche 27 août, le temps sera meilleur avec de grandes éclaircies pour le nord de la France, avec 23°C pour la Somme et l’Aisne, et 31°C pour la Haute-Corse à Bastia. Le temps sera calme pour les jours à venir avec des vents calmes à 20 km/h pour le Nord de la France et 5 km/h pour le Sud. Les températures seront stables avec 25°C pour la Bourgogne-Franche-Comté, 27°C pour l’Auvergne-Rhône-Alpes et 24°C pour les Pays de la Loire ainsi que la Nouvelle-Aquitaine.

 

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 13:58
La chine et ses " Tomates "

 

 

La tomate chinoise à

toutes les sauces...

 

Savez-vous d'où proviennent les tomates que vous achetez sous forme de concentré, de ketchup, de ratatouille ou celles qui garnissent les pizzas ?
La plupart de ces tomates proviennent de Chine...
 Eh oui, la Chine est devenue le premier exportateur mondial de tomates d'industrie.
Même nos tomates sont chinoises !
 Et ces tomates n'ont rien à envier à des produits industriels : elles sont créées artificiellement par des généticiens, elles sont lourdes, denses, avec une peau très épaisse.
Tomates sans saveur, peu chères, bourrées de pesticides, transformées en un concentré rougeâtre... voilà ce que l'on sert au consommateur.
 Et, pourtant rien n'indique la provenance des tomates utilisées dans de nombreux produits transformés.
Le client n'est même pas informé de l'origine de ces aliments. S'il le savait, cela lui redonnerait, sans doute, l'envie de faire lui-même ses sauces avec de vraies tomates, d'autant que ces produits contiennent souvent du sel en quantité et des graisses ajoutées. 
 De plus, en Chine, des ouvriers agricoles sont exploités en vue de la production de ces tomates : ils reçoivent un salaire de misère, vingt euros par jour.
Et ce n'est pas mieux en Italie et en France où des migrants travaillent au même tarif...
Un véritable esclavage s'organise autour de la production de ces tomates.
 Le journaliste Jean-Baptiste Malet a enquêté deux ans sur les dessous peu reluisants de la tomate d'industrie.
Il montre que la tomate est devenue un véritable business...
"En vingt ans, la Chine qui était un des rares pays où l'on ne mangeait pas de sauce tomate est devenue le second producteur mondial et le premier exportateur de tomates d'industrie. J'ai voulu savoir pourquoi", explique Jean-Baptiste Malet.
 Ainsi, les Chinois inondent nos marchés de produits à base de concentré de tomates frelaté.
 Nos sociétés en viennent à exploiter des travailleurs, des enfants, des adolescents dans une industrie scandaleuse et douteuse.
 Comment s'étonner que certains de nos agriculteurs connaissent des difficultés face à cette concurrence de produits à bas prix venus de Chine ?
La mondialisation conduit aux pires excès dans de nombreux domaines : le profit, la rentabilité sont les maîtres mots de nos sociétés.
 Mieux vaut éviter d'acheter ces aliments préparés et fabriqués à partir de concentré de tomates : le consommateur doit être vigilant et refuser d'entrer dans ce circuit mafieux de la sauce tomate.

4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 06:38

La passerelle suspendue la plus longue du monde inauguré en Suisse

elle vient d'être inaugurée le samedi 29 juillet 2017............

Elle mesure 494 mètres de long et seulement 65 centimètres de large. Accrochée au-dessus d’une vallée dans le canton suisse du Valais, la passerelle inaugurée samedi matin s’adjuge au passage un record, celui du pont suspendu le plus long du monde.

Le pont construit en deux mois et demi, qui culmine à 85 m au-dessus de la plus profonde vallée de Suisse, permet désormais aux marcheurs qui empruntent l’Europaweg (voie européenne de randonnée) entre Grächen et Zermatt de s’éviter une descente de 500 m de dénivelé dans la vallée pour devoir remonter plus loin, l’ancien pont suspendu ayant dû être fermé à cause de risques d’éboulements, peu après son inauguration en 2010.

Les randonneurs devront avoir l’estomac bien accroché pour ne pas rendre leur casse-croûte, mais le pont est censé être relativement stable grâce à un nouveau système d’amortissement des vibrations breveté. Particulièrement exposé à la foudre, il sera interdit d’accès en cas d’orage. Ce « pont suspendu Charles Kuonen », financé principalement par des sponsors privés, précise Le Temps, a pris le nom du principal d’entre eux, le copropriétaire d’une cave familiale.

 

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 07:09
Du côté nature............

 

CORNE BROYÉE, SANG DESSÉCHÉ ... QU'EST CE QUE C'EST ?

 

La corne broyée et le sang desséché sont des engrais utilisés au jardin, notamment lors de la plantation des arbres fruitiers, des arbres et arbustes d’ornement, du potager ou des fleurs. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Dans les deux cas, il s’agit d’engrais organique. Les engrais organiques sont issus de matières naturelles d’origine animale ou végétale (guano marin, farine de plumes, vinasse de betterave …). Ils présentent la caractéristique de ne pas être utilisable directement par les plantes, ils doivent d’abord être transformés par les micro-organismes vivant du sol. Ces engrais permettent une fertilisation douce et progressive limitant le risque de brûlure des racines et le lessivage du sol par les pluies.

  1. La corne broyée 

Corne broyée torréfiée La corne broyée est d’origine animale. Elle est obtenue par le broyage plus ou moins fin de la corne, des ongles ou des sabots des bovins. La caractéristique de ces éléments est d’être particulièrement riche en azote, élément nutritif indispensable à la bonne croissance des plantes.Elle se dégrade très lentement dans le sol et favorise l’enracinement. C’est pourquoi elle est préconisée pour constituer une réserve de nourriture enfouie lors de la plantation des arbres et pour une fertilisation de fond.

 

  1. Le sang desséché 

Sans desséché Le sang desséché est également un engrais d’origine animale (poule, vache, cochon …). Il contient uniquement de l’azote. Il présente les mêmes caractéristiques que la corne broyée mais son action est beaucoup rapide que la plupart des engrais organiques.

Il est régulièrement préconisé comme engrais coup de fouet notamment au potager. Il stimule la croissance des plantes, le développement des feuilles et des jeunes tiges et permet de reverdir le gazon.

Ces engrais s’utilisent au printemps et à l’automne pour les plantations ou pour l’entretien des cultures. Ils sont tous deux utilisables en agriculture biologique.

 

25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 11:05

Est-ce encore possible de manger de bonnes tomates ?

Ma propre production.cliché Papy-bougnat 2016

Nous sommes de plus en plus nombreux à déplorer leur chair trop pâle et leur goût insipide. Est-il encore possible de trouver des produits de qualité ? «Il est tout à fait possible de manger de bonnes tomates», , la pépinière créée par celui que l’on surnomme «le prince jardinier», Louis Albert de Broglie. En effet, en 1998, l’aristocrate, amoureux transi du fruit rouge, a créé le Conservatoire national de la tomate, une collection unique au monde qui abrite aujourd’hui près de 700 variétés et qui redonne au fruit considéré comme un légume toute sa noblesse «la tomate est encore un produit noble». Mais comment reconnaître celles qui ont du goût ? En faisant bien la différence entre produit industriel insipide et fruit de saison de qualité. Décryptage.

1) Consommer local et de saison

 

Consommer les tomates de juin à septembre

Commençons par le commencement. Nombreuses sont celles et ceux qui oublient que les tomates ont- elles aussi - une saison, tant elles abondent toute l’année dans les rayons des supermarchés. «La saison des tomates débute au mois de juin et se termine au mois de septembre», nous explique le jardinier en chef avant d’ajouter : «si la météo a été clémente, on peut en trouver dès la fin du mois de mai et ce, jusqu’à la mi-octobre, mais c’est le maximum». Donc pour tous ceux qui aiment se concocter une salade tomate-mozza en plein mois de décembre pour le réveillon de Noël, c’est raté. «Effectivement, vous pouvez abandonner l’idée d’apprécier le goût de vos tomates si vous les dégustez en hiver»

2) Être attentif aux conditions de culture

Une tomate industrielle contient-elle autant de vitamines ?

«Non. Clairement les tomates industrielles contiennent moins de vitamines que les tomates récoltées au dernier moment qui, elles, ont bien eu le temps de se gorger de nutriments»,

Consommer ses tomates de saison, oui, mais pas issues de n’importe quelles cultures. «Il faut éviter les cultures industrielles, hors-sol ou encore sous serre», avertit le responsable du potager de la Bourdaisière. Les tomates industrielles sont conditionnées pour mieux résister aux maladies et aux chocs. De plus, les fruits sont cueillis trois semaines avant leur mise en vente et tout cela, au détriment de leur goût», assure l'expert. Sa solution ? «On privilégie donc les petites productions et les filières bio et responsables.»

Être attentif aux zones de production

​​​​​​​Selon l'Interfel (Interprofession des fruits et légumes frais) (2), la Bretagne, les Pays de la Loire, l’Aquitaine et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur sont les principales zones de production de la tomate. Pour le spécialiste de la question, le fruit peut être cultivé partout. «Il existe des producteurs de tomates partout en France», indique-t-il. «Et même si certains supermarchés font des efforts en termes de démarches de qualité, il faut privilégier les producteurs les plus près de chez soi, soit les circuits les plus courts», préconise-t-il. Encore une fois, «les tomates transportées depuis l’Espagne, depuis le Maroc et même depuis le sud de la France sont conditionnées pour le transport», rappelle le professionnel.

3) Comment conserver ses tomates ?

Selon le chef jardinier  «le fruit perd de sa saveur lorsqu’il est au réfrigérateur». Aussi, le jardinier en chef préconise de consommer les tomates le plus rapidement possible et de les conserver à température ambiante.

La tomate, un produit de luxe ?

Si la tomate est le fruit le plus vendu en France avec une consommation moyenne de 14 kg par ménage et par an, il s’agirait pourtant d’un «produit haut de gamme. «Comme tous les produits de qualité, pour avoir de belles tomates, il faut bien souvent y mettre le prix», distingue le professionnel. Et pour cause, « la récolte des tomates bio se déroule généralement au dernier moment, lorsque les fruits sont mûrs, que les tomates sont plus fragiles et qu’il peut potentiellement y avoir plus de pertes», explique-t-il avant d’ajouter : «il faut donc compenser ces pertes». D’autre part, les volumes des petits producteurs en bio ne sont pas les mêmes que ceux des grands groupes agroalimentaires et le travail nécessite davantage de main d’œuvre. Et comment distinguer la tomate noble du produit industriel sur les étals des marchés et des supermarchés ? «Cela ne se reconnaît pas et c’est bien le problème», sourit le responsable du potager de la Bourdaisière. «Une tomate n’a pas d’odeur, pas de parfum et ne possède aucun gage de qualité visuel. C’est pourquoi notre seule garantie de sélectionner un bon produit (avant de le goûter) est de privilégier ses conditions de production. À savoir, locale, bio et de saison », insiste-t-il.

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 06:22

Mieux vaut prévenir que guérir dit le proverbe , donc se trouve d'actualité par ces temps de juillet ou soleil et averses composes pour l'instant ce début de mois d'ou l'obligation au jardin d'être très vigilant 

Aujourd'hui nous allons parler de la célèbre " bouillie dite Bordelaise"

La bouillie bordelaise est une préparation ancienne qui fait encore aujourd'hui figure d'incontournable parmi les fongicides employés au jardin. Très efficace, elle permet de lutter contre de nombreuses maladies. Mais même si elle tolérée en bio, elle est à utiliser avec modération...

Qu'est-ce que la bouillie bordelaise ?

La bouillie bordelaise est composée de sulfate de cuivre additionné de chaux (elle contient 20% de cuivre métal). Le produit se présente sous la forme d'une poudre (ou de micro-granulés) bleu turquoise, à diluer dans de l'eau pour pulvérisation.

A quoi ça sert ?

C'est le cuivre qui lui confère son efficacité à la bouillie bordelaise : il a une action essentiellement antifongique (il inhibe la germination des spores de champignons responsables de maladies cryptogamiques), associée à une action bactériostatique (il limite la prolifération des bactéries) et algicide (toxique pour les algues).

Cette bouillie voisine avec le soufre (qui peut d'ailleurs lui être mélangé) dans la catégorie des fongicides minéraux, par opposition aux matières actives dites "de synthèse", d'obtention plus récente (manèbe, thirame...). A ce titre, la bouillie bordelaise est un traitement toléré en agriculture biologique.

Principaux usages

La bouillie bordelaise est un excellent fongicide, utilisé pour lutter contre les atteintes causées par des champignons. On peut aussi l'assimiler à un désinfectant, que l'on applique sur les "plaies", anciennes ou fraîches (plaies de taille par exemple), pour prévenir les développements bactériens.

Les végétaux qui sont le plus souvent traités à la bouillie bordelaise sont les arbres fruitiers, la vigne, les plants de tomates et de pommes de terre, les fraisiers.

Comme toujours au jardin, mieux vaut prévenir que guérir. Ainsi, chez les arbres fruitiers et la vigne, on pulvérisera préventivement à la chute des feuilles à l'automne, et au printemps, juste avant le débourrement des bourgeons, pour maintenir un état sanitaire satisfaisant.

Voici une liste non exhaustive des maladies contre lesquelles la bouillie permet de lutter :

tavelure (pommierpoirierpyracantha),gommose (arbres à noyau),coryneum ou criblure (arbres à noyau),mildiou (vignetomatepomme de terre),oïdium

entomosporiose (cognassierpoirierphotinia),chancre bactérien (pommier, poirier),

cloque du pêcher,moniliose,

Tache angulaire...

Où acheter de la bouillie bordelaise ?

 

La poudre pour bouillie bordelaise est vendue en jardinerie, chez les pépiniéristes, les grands magasins de bricolage et sur internet. Les présentations varient, les marques sont nombreuses, mais les produits sont tous équivalents.

Dosages courants

Respectez les doses de poudre préconisées sur l'emballage ainsi que les précautions d'utilisation. A titre indicatif : on dose généralement entre 10g/l et 20g/l.

Bonne ou mauvaise ?

Ce produit très traditionnel est aujourd'hui un peu controversé, notamment en raison des abus qui ont été constatés sur certaines cultures (vigne notamment). Il ne faut pas perdre de vue que le sulfate de cuivre est toxique, et peut causer de graves brûlures sur certains feuillages.

Bouillie bordelaise : bien l'utiliser... et avec modération !

Règle numéro 1 : ne traiter qu'à bon escient

La bouillie bordelaise n'est pas un traitement universel : bien l'utiliser, c'est d'abord y avoir recours en étant sûr de viser la bonne maladie ! Efficace sur les maladies cryptogamiques et sur certaines maladies bactériennes, elle est en revanche totalement inefficace sur les parasites (insectes, acariens...), les maladies virales, et les maladies fongiques attaquant les racines des plantes...

Plants de tomate traités à la bouillie bordelaise

Règle numéro 2 : traiter dès les premiers symptômes de la maladie

En effet, pour les maladies cryptogamiques, les pulvérisations de bouillie bordelaise (ainsi que de solutions à base de soufre, qui agissent de la même manière) ne sont plus efficaces lorsque la plante est trop atteinte. Quand le champignon a profondément envahi les tissus, il est trop tard...

Règle numéro 3 : traiter préventivement... dans une certaine limite !

Les traitements préventifs à la bouillie bordelaise sont recommandés, notamment chez les arbres fruitiers et la vigne. Mais traiter à longueur d'année n'a pas de sens : ceci est inutile et tout à fait néfaste, car les doses de cuivre répandues dans le sol et sur les végétaux peuvent alors être très importantes.

Règle numéro 4 : respecter les dosages

Ce n'est pas en concentrant davantage votre solution (en mettant plus de poudre dans l'eau) que vous aurez de meilleurs résultats. Au contraire ! Vous risquez des brûlures des végétaux et le pouvoir couvrant du produit peut être modifié, d'où une efficacité réduite (un bon test : si, après pulvérisation, il se forme des gouttes bleues au bout des feuilles, c'est que vous avez surdosé votre bouillie bordelaise ; relisez les consignes de dosage). De même, trop sous-doser peut rendre la solution inefficace : il faudra traiter à nouveau, et la première dose de cuivre aura inutilement pollué votre sol.

Règle n°5 : choisir le bon moment pour traiter

Afin d'éviter de brûler le feuillage, on ne pulvérise pas la bouillie bordelaise par forte chaleur ni en plein soleil. On évite aussi les jours de pluie : le produit serait lessivé avant même d'avoir eu une quelconque efficacité !

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 07:57

Aujourd'hui parlons des  rosiers:

 

 

"La rose est la fleur préférée de tous les jardiniers et les amoureux des fleurs. Il faut dire qu’elle est tellement belle, mais au jardin, quand les feuilles du végétal sont recouvertes d’un feutrage blanc, ça gâche le plaisir…"

Cette maladie de saison  s'appelle :

" l'oïdium ou blanc du rosier"

En fait Le Blanc du Rosier, c’est l’Oïdium

L’Oïdium du rosier est une maladie cryptogamique, entendez par là, qu’il s’agit d’un champignon microscopique qui se développe sur les feuilles et les jeunes pousses de la plante en les recouvrant d’une fine pellicule blanche. Les tous premiers symptômes sont peu visibles et se manifestent par une légère décoloration sous les feuilles. Quand le blanc apparaît, l’attaque est en place, les feuilles peuvent se déformer et les boutons floraux se dessécher limitant considérablement le développement du végétal et sa floraison.

Les facteurs propices au développement de l’Oïdium sont les rosées du matin et les nuits humides avec des journées chaudes et sèches. Pendant l’été, les températures élevées de la journée et de la nuit ne permettent pas son développement, mais le printemps et l’automne sont les périodes qui le verront à coup sûr réapparaître.

L'oïdium ou blanc du rosier se développe particulièrement à l'automne et au printemps.

C’est un champignon… Et comme tous les champignons, l’Oïdium produit des spores qui vont se disséminer aux alentours et qui sont surtout capables de passer l’hiver sur des déchets de végétaux malades restés au sol. Du coup, il lui sera très facile d’hiverner sous forme de mycélium dans les tissus mêmes de la plante. Et l’année suivante, c’est reparti pour lui, il refait surface…

Il faut choisir des rosiers résistants

Le premier ‘bon geste’ à mettre en place est de choisir des variétés de rosiers résistantes naturellement aux maladies. Il existe des rosiers ayant obtenus une norme comme la norme ADR® stipulant que la plante garantie une floraison de mai aux premières gelées automnales, une bonne résistance au froid et une résistance naturelle aux maladies du rosier.

La culture du rosier pour une bonne prévention

Ces végétaux normés résistants aux maladies, ne sont pas indemnes de pucerons et de problèmes de développement s’ils ne sont pas installés dans leurs conditions originelles de culture. Pour bien pousser il faut une bonne terre de jardin, neutre ou un peu calcaire, mais surtout pas acide telle qu’une terre de bruyère, et un emplacement très ensoleillé, recevant au minimum le soleil de l’après-midi. Plus le rosier reçoit du soleil, plus il donnera de fleurs, le mieux étant du soleil toute la journée. Et l’inverse se vérifie à coup sûr !

Ne plantez pas vos rosiers trop serrés !

Prévoyez de l’espace entre les plantes afin de laisser l’air circuler pour ne pas favoriser le maintien de l’humidité et donc le développement de l’oïdium. Toutes les plantes ont une taille connue à maturité, prenez cette information en compte lors de la transplantation. Les végétaux peuvent se toucher légèrement mais ne doivent pas se chevaucher, voire s’étouffer. 

L’association de plantes est une solution intéressante. Lors de l’installation de votre rosier, associez-lui des plants de ciboulettes car cette dernière limite l’apparition de l’oïdium et, en plus, fait fuir les pucerons en raison de sa forte odeur qui n’est pas du goût de l’insecte-suceur.

L’Oïdium se développe essentiellement avec un excès d’humidité. Pour limiter le problème, il est conseillé de recouvrir le sol avec un paillage minéral, comme la pouzzolane, l’ardoise, des galets… Ou végétal, comme le miscanthus, le chanvre, le lin… tout ce que vous voulez sauf les écorces de pin qui amènent de l’acidité dont le rosier ne raffole pas du tout et qui va même bloquer son développement.

Lors de l’arrosage, préférez verser l’eau au pied de la plante, surtout évitez de mouiller le feuillage en particulier si vous arrosez le soir !

Dès l’apparition des tous premiers symptômes de la maladie, supprimez les parties infestées, ne les placez jamais dans votre tas de compost pour ne pas le transformer en bouillon de culture. Préférez porter les déchets malades à la déchetterie.

Le Traitement de l’Oïdium 

Quand la maladie des rosiers, l'oïdium, est belle et bien en place, que les feuilles de votre rosier sont recouvertes du feutrage blanc si caractéristique de ce champignon, l’utilisation d’un fongicide est à envisager très sérieusement. Il s’agit d’un traitement anti-maladie cryptogamique qui va permettre d’éliminer le champignon et de sauver votre rosier.

Il existe des fongicides à base de soufre pour une action par vapeur et par contact, ces derniers sont utilisables en agriculture biologique et des traitements systémiques (qui circulent par la sève) pour une action longue durée. Le traitement peut aussi s’utiliser en préventif dès le mois d’avril, suivez bien les préconisations recommandées. 

Des rosiers en forme indemne de maladie, capable de fleurir toute la belle saison, c’est possible… Si ce n’est pas du bonheur, ça !

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 14:50

LES BOUTEILLES CONSIGNÉES FONT ENFIN LEUR GRAND RETOUR !

"Laver plutôt que casser : la France revient peu à peu au bon sens... et c'est excellent pour notre porte-monnaie ! "

Explications.

Les plus de trente ans s’en rappellent peut-être : avant, quand une bouteille en verre était vide, on la rapportait à la consigne. Une légère contrainte pleine d’avantages, aussi bien sur le plan économique qu’écologique. Heureusement, ce petit geste est en train de faire son grand retour en France !

Vous savez ce qu’on fait aujourd’hui avec une bouteille en verre vide ? On la jette, on la brise en mille morceaux, on la met dans un four à 1 500°, on la fait fondre, on récupère la matière, on la place dans des moules, on fait refroidir le tout et au final, qu’obtient-t-on ? Une nouvelle bouteille vide ! Tout ça pour ça, ce n’est pas génial ? Le progrès dans tout ce qu’il a de plus absurde…

Et avant, vous vous rappelez ce qu’on faisait d’une bouteille vide ? On la lavait… et puis c’est tout !

En faisant cette rapide petite comparaison entre notre époque et la précédente, la question se pose : est-ce qu’on ne pourrait pas revenir au temps béni des consignes et déposer nos bouteilles vides pour les remettre dans le circuit ? On est d’accord : ce serait quand même faire preuve de bon sens et de rationalité. Eh bien, bonne nouvelle : la consigne revient enfin ! Alors qu’elle avait disparu au fil des années 80 le système trouve de nouveau grâce auprès des industriels et des collectivités ! Des expérimentations sont déjà menées dans le Var, les Hauts-de-France et le Jura, une station de lavage a ouvert ses portes près de Paris, des fabricants de bière artisanale s’y mettent aussi, de même que bon nombre de restaurateurs et de traiteurs ! Dernier exemple en date, à Nantes, où une association locale s’est donné pour objectif de relancer la filière… Il faut dire que la consigne ne présente que des avantages. Aussi bien pour les consommateurs que pour les professionnels et les collectivités. Pour tout comprendre, cette vidéo très claire réalisée par la Fondation Nicolas Hulot !

Moins chère, plus écologique et plus logique que le recyclage, la consigne faisait partie de notre passé. Espérons maintenant qu’elle fasse aussi partie de notre avenir !

13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 10:50

Agriculture bio  c'est l'explosion ..............

 

"L'Agence Bio a révélé une enquête dont les résultats sont spectaculaires : le bio continue sa percée dans l'hexagone, et pas qu'un peu ! "

 

Si l’agriculture traditionnelle est en crise, l’agriculture biologique, elle, se porte à merveille. À vrai dire, elle est même en plein boom et s’ancre définitivement dans le paysage français. Tant mieux car, comme le révèle la dernière enquête publiée par l’Agence Bio, ce secteur est en train de créer des emplois par milliers et se révèle être une formidable opportunité économique pour la France.

Entre 2012 et 2016, l’agriculture bio a créé 32 500 emplois. Avec 118 000 emplois en équivalent temps plein, elle représente désormais 10,8% de l’emploi agricole en France. Une progression spectaculaire et soudaine qui n’est pas près de s’arrêter. Rien que l’an passé, la filière a fait un bond de 11% !

Et encore, ces chiffres ne concernent que les emplois directs. Si l’on prend également les 15 000 entreprises qui travaillent désormais pour la filière bio (transformation, distribution, import/export, conseil, formation, contrôle…) on pourrait ajouter 40 320 emplois supplémentaires… Ça commence à peser, et pas qu’un peu !

Il faut dire que l’activité est poussée par le nouvel engouement des Français pour une nourriture saine, respectueuse de l’environnement et, donc, biologique. Rien qu’entre 2015 et 2016, la consommation du bio à domicile a progressé de 21,7%. De 5,8 milliards d’euros, le marché est passé à 7 milliards en 12 mois seulement. Pas étonnant que les producteurs suivent le mouvement.

Quant à la restauration, elle progresse un peu moins vite, mais s’y met aussi, et c’est assez net : +10% en un an.

Compte tenu de ce mouvement mis en œuvre par les consommateurs, les distributeurs et les producteurs, ce n’est rien de moins que le paysage français qui, peu à peu, est en train de changer. Entre 2015 et 2016 la surface agricole consacrée au bio a progressé de 17,5%. Désormais, elle représente 5,7% de la surface agricole totale. Il y a donc encore beaucoup de marge mais, à ce rythme elle pourrait être rapidement grignotée !

Pour preuve, l’Agence Bio table sur une nouvelle augmentation de 20% des surfaces bio pour 2017 et 2018… Seule condition avancée : que le gouvernement mette bien en oeuvre le plan de transformation agricole de 5 milliards d’euros sur 5 ans, chose qui avait été promise au cours de la campagne présidentielle.

Il semblerait que la France tienne enfin le bon bout. Pourvu qu’elle ne le lâche pas et pourvu que les Français continuent d’encourager ce mouvement par leur politique d’achat.

 

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 08:33

En Moto ou en Auto si vous désirez découvrir votre hexagone , je vous propose aujourd’hui Les bibles de la route

La sortie de la 19ème édition du guide des plus beaux détours de France est accompagnée par celle du hors-série de Moto Magazine « Les plus belles routes de France » et du Petit Futé « Les 100 plus belles balades, France à moto ». Trois ouvrages pour redécouvrir les paysages de l'Hexagone sur deux ou quatre roues.

Le guide des 100 plus beaux détours de France est un outil bien connu pour partir à l'assaut des routes françaises au volant de votre camping-car, de votre cabriolet ou au guidon de votre moto. Avec une diffusion programmée de 212 000 exemplaires, il conforte sa position de premier guide touristique de France et propose un grand nombre de plaisirs visuels et gustatifs. Du château de Vitré aux vignes de Sancerre en passant par le port de Honfleur, il y en aura pour tous les goûts et toutes les couleurs. Chaque ville répertoriée est accompagnée d'une courte description, avec l'adresse de la poste et de l'office du tourisme. Les hôtels et restaurants ainsi que la gare de desserte sont également renseignés. Ce guide comporte aussi un plan de chaque ville alimentée en utiles précisions, comme l'emplacement des parkings pour conserver votre véhicule à l'abri. Cet ouvrage peut s'obtenir gratuitement dans les offices du tourisme des seules villes membres (voir la liste sur le site : www.plusbeauxdetours.com) ou par correspondance au prix de 6 €. À signaler : les possesseurs du guide qui auront visité 7 villes membres du réseau se verront offrir une montre collector signée du logo des plus beaux détours.

Des routes qui sauront susciter l'enthousiasme du motard

Le numéro hors-série « Les plus belles routes de France » de Moto Magazine, disponible au prix de 6, 50 €, est étudié pour les motards (mais il n'est pas exclu que les automobilistes le lisent aussi). Ce guide se focalise sur des destinations ou des régions précises et met en valeur les meilleurs axes pour le motard. Mais la route est un beau prétexte. Chaque description est approfondie et les références culturelles sont nombreuses. Des sélections de lieux à visiter, d'événements auxquels assister, et d'établissements ou il est possible de se reposer et de se restaurer, ont été établis avec rigueur. L'ouvrage donne des précisions fort utiles sur les itinéraires qu'il propose. Dans la partie « les plus beaux virages de France » par exemple, il indique la difficulté de la section de route, l'éventuelle présence d'animaux ou encore l'horaire idéal pour emprunter des chemins. On apprend ainsi que la départementale 680, « qui entrecoupe le Cantal, prend des tons orangés en fin d'après-midi ». Ce numéro spécial propose aussi un guide des étapes qui offrent certaines commodités pour les motards ou possèdent un charme spécifique. Il n'est pas rare que les gérants soient eux-mêmes des mordus de moto qui pourront vous conseiller des itinéraires inédits et vous proposer des offres spéciales, comme le Relais des Puys en Auvergne, qui gratifie les motards d'une réduction de 15% sur le prix de leur chambre. Enfin, vous pourrez trouver à la fin du magazine un top 10 des équipements indispensables pour une balade à moto sécurisante et confortable.

Des périples organisés pour le motard

Et si votre intérêt se porte autant sur le trajet que sur la destination, une troisième solution s'offre à vous : la 11ème édition du guide du Petit Futé des plus belles balades à moto à faire en France, qui s'échange contre 15,95 €. Chaque escapade est classée selon sa géographie (Sud, Est, à proximité de Paris, notamment). Elle est accompagnée d'un plan détaillé. Ceux-ci possèdent leur propre « road-book » qui indique les communes traversées, les routes à emprunter et le nombre de kilomètres entre les villes-étapes. Toutes les municipalités sur votre chemin sont brièvement décrites, les lieux proposant le gîte et le couvert sont indiqués ainsi que ce qu'il y a à voir et à faire, le tout avec les coûts à prévoir. Une rubrique « en cas de panne » qui montre les garages pour motos avec leurs horaires d'ouverture dans les environs des villes rencontrées, fait aussi partie de cet almanach.

 

Bonne routes & bonnes vacances