Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 07:29

 

 

   Le Billet Du Dimanche .Logo.JPG.FN2013  Hommage  au poète…

 

 

 

georges-moustaki.jpg

 

 

 

Il nous a quitté  le poète  … lui qui nous chantait  "lorsque que la mort viendra me chercher quelle me brise contre un rocher, de mes filets quelle fasse un linceul, j’y dormirai tout seul.." Est bien elle est venue en ce jeudi  de mai 2013  et c'est  péniblement qu'il a réussi à atteindre  sa  79 ième année après que son incurable maladie qui lui a donné  beaucoup de fil à retordre.  Lui qui  avait depuis peu élu domicile à Nice pour fuir la pollution de l’île Saint-Louis, à Paris, où il a vécu pendant plus de quarante ans.

 

« Une vraie passion musicale »

 

Au cours de sa longue carrière, Georges Moustaki a signé en qualité d’auteur-compositeur plus de 300 chansons, dont quelques-uns des plus grands classiques du répertoire français : « La Dame brune » pour Barbara en 1968, « Ma liberté », « Madame Nostalgie », « Sarah » et « Votre fille a 20 ans » pour Serge Reggiani… Et « Milord », succès mondial écrit en 1958 pour Édith Piaf. Il avait alors 24 ans.

« Piaf tient dans ma vie une place primordiale. J’ai partagé avec elle une histoire d’amour et une passion musicale », confiait-il en février dernier à « Nice-Matin », dans son ultime interview. « Elle a ouvert une porte. Je ne savais pas ce qu’il y avait derrière, j’y ai trouvé tellement de choses… »

 

« Un homme absolu »

 

Né Giuseppe Mustacchi d’une famille de juifs grecs immigrés en Égypte, Moustaki n’était qu’un très jeune homme lorsque sa route a croisé celle de Georges Brassens, en 1951 à Saint-Germain-des-Prés. Une rencontre déterminante avec celui qui deviendra son mentor et dont il empruntera le prénom pour franciser son nom d’artiste.

Passionné par toutes les musiques, savantes ou populaires, européennes ou sud-américaines, Georges Moustaki passe pour la première fois derrière le micro en 1968, avec « Le Métèque », initialement écrite pour Serge Reggiani. L’année suivante, ce chant de tolérance s’inscrit au cœur d’un premier 33 tour où figurent d’autres futurs classiques (« Ma solitude », « Il est trop tard », « Joseph »…).

 

« Artiste populaire »

 

« Un homme absolu, exquis et raffiné », selon Juliette Gréco ; « un sage, protecteur et attentionné » pour Line Renaud ; un « rebelle indéfectible », ajoute Bertrand Delanoë ; « un type beau, libre », insiste Maxime Le Forestier. Le cinéaste girondin Thomas Bardinet sait la chance qu’il a eue de fréquenter un temps ce « personnage iconique, opposé à toute forme de démagogie ».

Chanteur de la liberté (« Sans la nommer », appel à la révolution permanente) et pourfendeur de l’injustice (« Sacco et Vanzetti », d’après Joan Baez et Ennio Morricone), Moustaki était un artiste populaire autant qu’un humaniste engagé. Mais son répertoire était aussi habité par la mélancolie et la solitude, qu’il chantait avec l’élégance des poètes et la force des hommes libres.

Une des dernières légendes  vient de disparaitre. Il va beaucoup nous manquer, mais ses mélodies mélancoliques resteront  dans nos cœurs...

Merci Georges…

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires