Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 08:13

 

 

   Le Billet Du Dimanche .Logo.bon

 

 

 

 

Un Président plutôt ébranlé…..   

 

 

 

 

 

  Il aura fallu moins d’une semaine, entre l’intervention des troupes françaises au Mali et la tragédie d’In Amenas, pour que la guerre du désert dérape. Du prêche clinique sur les raisons d’une frappe chirurgicale, on passe brutalement à la confusion et à la consternation.

En témoignent le visage et les propos défaits du président Hollande lors des deux points presse tenus le 17 janvier.

« Je fais toute confiance... »

Dans le premier, le président français, yeux baissés, regard fuyant, geste mal assuré du bras droit, peine à convaincre de quelques affirmations stéréotypées :

« Je fais toute confiance aux autorités algériennes pour trouver les solutions les meilleures, pour mettre un terme à cette prise d’otage. » Depuis cette intervention de presse  la suite nous a montré la manière dont les Agériens ont réglés le problème sur le complexe gazier près d'In Amenas en Algérie, « La France ayant estimé que le pays «a eu les réponses adaptées». 

 

 

 

Nous sommes loin, convenez-en, du ton solennel et martial annonçant l’intervention du vendredi 11 janvier.

« Il semble que... »

La seconde déclaration, peu après l’assaut, dénote un désarroi et une incertitude encore plus perceptibles :

« [L’opération] semble se dénouer dans des conditions dramatiques... Je ne dispose pas encore de suffisamment d’éléments... »

 

 

 

 

Le président y débite son discours avec la voix blanche d’un responsable politique manifestement dépassé par les évènements et sans paraître vraiment croire lui-même à certaines de ses affirmations :

« Les autorités algériennes m’informent régulièrement de la situation. »   

 

Voilà comment une poignée de terroristes sortis des sables ébranlent le Président de la cinquième puissance mondiale, ses 1 400 hommes de troupes (pour commencer), ses blindés, ses avions et ses drones dernier cri.

Voilà comment une vingtaine d’islamistes hystériques risquent de lézarder rapidement le consensus international autour de son action.

Voilà comment peuvent naître les premiers germes du doute et de trouble dans l’opinion publique nationale quant au bien-fondé de la mission civilisatrice qu’on voulait lui présenter.

Avouez que l’on a déjà vu mieux dans le genre chef de guerre sûr de son fait.

Partager cet article

Repost0

commentaires