Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 16:17

Le  bon air  des abeilles..........

Les abeilles des Vosges sont en pleine forme. Pierre Stephan, apiculteur en Alsace, a le sourire. En 20 ans, ses abeilles n’ont jamais autant produit de miel. Pierre Stephan est apiculteur en Alsace dans le Parc régional des Vosges du Nord. En vingt ans, il n’a jamais connu un début de saison pareil, la production de ses abeilles explose. Selon lui, le confinement y est pour beaucoup. Outre une météo favorable, la baisse des activités des agriculteurs a réduit les traitements. Ainsi, "tout est calme et moins pollué, les abeilles peuvent butiner sans être dérangées".Moins de pesticides, moins de polluants, et les abeilles retrouvent forme et santé...Tout le monde a pu le remarquer : en cette période de confinement, la nature a repris ses droits, elle s'épanouit en ce début de printemps.Les chants des oiseaux se font plus présents dans les jardins. On en aperçoit de plus en plus dans les arbres...Moins de pesticides dans l'air, moins de pollutions sonores... Et la nature revit...Les abeilles menacées d'extinction retrouvent de la vigueur...On le sait... les abeilles sont en danger : depuis des années, des colonies entières sont décimées en raison d'une agriculture intensive, de la monoculture, et de l'utilisation de ces pesticides.Certains miels sont eux-mêmes pollués et contiennent des résidus dangereux, il est donc urgent d'agir pour interdire ces substances délétères. Le covid-19 s'est chargé de remettre de l'ordre dans cette utilisation abusive de produits toxiques. Voilà une leçon dont nous devons tirer profit...Sans les abeilles, on le sait, plus de pollinisation, sans les abeilles, un grand nombre de cultures sont vouées à l'extinction pure et simple...Sans les abeilles, l'homme lui-même est menacé car des équilibres écologiques essentiels sont mis en péril.Cessons de malmener notre planète, de la polluer dans tous ses espaces : sur terre, dans les mers, les océans.Notre agriculture doit être plus respectueuse de l'environnement.Les abeilles vont mieux, mais pour autant, les effets du confinement risquent d'être bien éphémères : : les rejets de CO2 sont actuellement en forte baisse. "Le Haut Conseil pour le Climat estime que, depuis le début du confinement, ils ont diminué, en France, d’environ 30%, ce qui est énorme : conséquence directe de la baisse de l’activité économique et des transports.""Mais, ceci n’est qu’une parenthèse, et la plupart des experts anticipent un effet rebond au moment de la reprise des activités, comme cela avait été observé après la crise financière de 2008. Malgré l’épidémie, nous continuons à émettre beaucoup trop de CO2, pour des raisons structurelles, notamment notre dépendance à l’électricité. Même si une plus grande partie de la population mondiale travaille à domicile, les gens ont toujours besoin du réseau électrique pour s’éclairer, se connecter à l’internet, pour se chauffer."

 

Partager cet article

Repost0

commentaires