Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 05:40

Une des conséquence du confinement .............

Dix millions de litres de bière jetés Fermeture des cafés, annulation des festivals… Non consommés à temps en raison du confinement, dix millions de litres de bière vont être détruits, indique Brasseurs de France. Un coup dur pour le secteur « très endetté » des brasseries.

Au moins 10 millions de litres de bière vont être détruits, parce que non consommés à temps en raison du confinement, a-t-on appris auprès de Brasseurs de France. « La fermeture brutale des cafés, restaurants, l'arrêt des activités touristiques et l'annulation de tous les festivals et salons a laissé plus de 10 millions de litres de bières, majoritairement en fûts, en souffrance », a annoncé le syndicat professionnel mardi.

Ce chiffre est l'un des enseignements tirés par Brasseurs de France d'une consultation menée fin avril auprès de ses 300 adhérents, qui représentent 98 % de la production française.

« La destruction de cette bière aura aussi un coût non négligeable pour les entreprises », indique le syndicat, qui en appelle aux pouvoirs publics. Parmi les nombreuses mesures demandées par les brasseurs, une aide à la 'destruction des stocks de bière', comme le réclament les viticulteurs auprès de Bruxelles pour le vin.

Pourquoi ne pas les conserver ?

Les bières en vogue, souvent non pasteurisées au contraire des bières blondes classiques, sont plus fragiles. C'est pourquoi elles ne peuvent pas être conservées plusieurs mois.

« Ce sont des bières très houblonnées, et si on les garde trop longtemps, quand elles dépassent deux à trois mois de conservation, l'effet olfactif et l'effet gustatif, l'arôme, disparaît », explique Maxime Costilhes, délégué général de Brasseurs de France.

Ce chiffre de 10 millions de litres ne concerne que la bière stockée chez les brasseurs, selon Maxime Costilhes, pour qui « c'est une base qui ne peut que progresser ».

Coup dur pour un secteur « très endetté »

Si ces 10 millions de litres semblent peu de choses au regard des 22,5 millions d'hectolitres produits pour 2020 (estimation), ils représentent plusieurs millions d'euros de pertes pour des brasseurs parfois fragiles financièrement.

Comme l'indique Maxime Costilhes, le secteur est « très endetté ». « On a investi 241 millions d'euros dans le développement en 2019, précise-t-il, un chiffre important pour un chiffre d'affaires d'un peu plus de 4 milliards d'euros ».

Actuellement, environ 25 % des brasseries sont à l'arrêt, faute d'activité, et « 70 % des brasseries déclarent une perte de 50 % du chiffre d'affaires ou plus depuis le 15 mars ». Si près d'une brasserie sur deux a bénéficié d'un prêt garanti par l'Etat, et une sur quatre du fonds de solidarité, « un plan de relance fort doit accompagner la reprise » des cafés, hôtels et restaurants et du tourisme, estime Brasseurs de France, qui réclame également une exonération des charges patronales et de production pour 2020.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires