Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 06:19

Attention au " Mildiou " la maladie des tomates & pommes de terre "

Avec des morphologies bien différentes, la grande famille des Solanacées compte plus de 2500 espèces comme la pomme de terre, la tomate ! On adore les cultiver au jardin… sauf quand la maladie s’en mêle !

Comme un "bon" champignon qu’il est, Phytophthora infestans, le mildiou, se développe grâce à la combinaison des étés chauds et humides.

Le mildiou se développe grâce à la combinaison des étés chauds et humides.

Le mycélium du champignon se développe sous les feuilles du végétal et produit des spores qui vont assurer sa propagation et qui sont véhiculés essentiellement par la pluie sous toutes ses formes !

Les grosses gouttes de la pluie battantes des orages, les gouttelettes d’une petite averse, la bruine d’un léger passage humide ou encore le brouillard matinal favorisent le développement du mildiou.

Une fois cette maladie cryptogamique déclarée et si les conditions sont adéquates, son évolution est très rapide. Le mildiou va gagner inexorablement toute la plante, feuilles, tiges, et fruits pour les tomates, tubercules pour les pommes de terre. Une fois attaquée, votre production est immangeable, pourrie par le champignon ! Le mildiou peut décimer toute une culture à lui tout seul.Mais ce n’est pas tout, le champignon est capable d’hiverner sur les résidus de plantes mortes restées dans le sol et l'infection repart de plus belle au printemps suivant...

Comment reconnaître le mildiou ?

La plante vire au brun ! D’abord les feuilles, les bordures se dessèchent et deviennent brunes, puis le champignon gagne toute la feuille, puis il atteint la tige qui vire, elle aussi, au brun. Une fois dans la tige, le champignon va être prompt à attaquer les fruits ou les tubercules. Les tomates laissent apparaître des bosselures brunes, elles mûrissent difficilement et finissent par brunir complètement.

Pour les pommes de terre, les feuilles et tiges brunissent puis les tubercules pourrissent. Il y a l’odeur aussi… L’odeur de putréfaction ne laisse pas de doute, ni sur la présence du champignon, ni sur le fait que vous ne vous risquerez pas à déguster vos légumes !

Les bonnes pratiques pour lutter contre cette maladie …

Tout se joue en ‘préventif’ car une fois en place, le mildiou va de toute façon gagner du terrain de manière plus ou moins rapide. Il n’existe pas de moyens de guérir les plantes atteintes (tomates, pommes de terre ...), pas de ‘curatifs’ pour éliminer le Mildiou.

BIEN CHOISIR LES VÉGÉTAUX…

Pour les tomates, les plants greffés résistent mieux au mildiou, aux conditions extérieures difficiles, et donnent des rendements supérieurs avec une fructification qui démarre plus tôt. Il existe aussi des variétés dites plus résistantes au mildiou. Pour les pommes de terre, il existe des variétés présentant naturellement une bonne résistance au mildiou.

 

SOIGNER LA PLANTATION DES TOMATES ET DES POMMES DE TERRE

Pour une culture en ligne, espacez vos plants afin de maintenir une bonne aération entre le feuillage. La plantation en ligne facilite le développement du mildiou qui débute d’un bout de la ligne pour inexorablement finir à l’autre !

Si votre espace extérieur le permet, il est préférable de disséminer les plants dans tout l’espace potager. Cette technique met en avant le principe que tous les végétaux ne sont pas sensibles aux mêmes maladies et permet donc de limiter leurs propagations. 

PRÉVENIR L'APPARITION DU MILDIOU SUR LA TOMATE

Dans les régions humides, la culture de la tomate se pratique sous une serre afin de limiter l’action de la pluie, ce véhiculeur de mildiou.

  • A la plantation, avec de la terre, faire une butte au pieds-mère sur au moins 20 cm de haut, plus l’enracinement est important, plus la plante sera forte.
  • Apporter du purin d’ortie pour fortifier le plant de tomate.
  • Pailler la butte et le sol avec un paillage végétal de chanvre ou de lin. L’eau d’arrosage coulera vers les racines sans éclaboussures.
  •  Lier la tige-mère sans la blesser, laisser du lest au liant car la plante va grossir.
  • Tailler les gourmands qui poussent à l’aisselle des feuilles et de la tige mère. Si la culture se fait en extérieur, veiller à pratiquer ce geste quand il y a 3 jours de beau, c’est le temps de cicatrisation de la plante… Une plaie est une porte ouverte au mildiou.
  • Arroser au sol, jamais le feuillage.

 

PRÉVENIR L'APPARITION DU MILDIOU SUR LES POMMES DE TERRE

La plantation des pommes de terre se fait quand le sol est assez chaud, le bon repaire est lorsque le lilas est en fleur. Une fois votre butte de terre effectuée,

  • Recouvrer la butte d’un paillage végétal comme le chanvre ou le lin.
  • Ne jamais arroser
  • ASSOCIER LES CULTURES ...

    Certains mariages au potager renforcent la vigueur mutuelle des plants en place. Les plantes vigoureuses sont d’autant plus productives en résistant plus efficacement contre les maladies.

    La tomate aime la présence du basilic, de l’ail, de l’oignon, de la carotte, du persil et du poireau.
    La pomme de terre s’entend très bien avec les haricots, les pois, la capucine, le  céleri et les fèves.

    ROTATION DES CULTURES…

    La terre fournit les nutriments nécessaires au développement des plantes. Chaque espèce pompe les aliments spécifiques à ses besoins. En cultivant une même espèce toujours au même endroit, celle-ci épuise le sol de certains éléments sur une profondeur constante, au détriment de la génération suivante…. Sans parler des risques croissants de propagation des maladies !

     

    PENDANT LA VÉGÉTATION

    Toujours en préventif, il existe des traitements fongicides comme contre le mildiou qui protègent le feuillage des attaques du champignon.

    Il est recommandé de retirer les toutes premières feuilles malades et de ne surtout pas les incorporer au compost pour ne pas contaminer votre tas.

    Si l’attaque s’étend dangereusement, récupérez les tomates même vertes et non malades avant leur complète contamination. Les pommes de terre, par contre, ne sont pas consommables vertes !

     

    Le mildiou, préférez tout faire pour qu’il passe son chemin… loin de votre potager !

Partager cet article

Repost0

commentaires