Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 06:36

Gazole :

 "Un racket en bande organisée"

(Voyons exactement les chiffres réels)

 

Les chiffres : en un an (le 25/10), le prix à la pompe du SP95 E5 a augmenté de 19,1 c/l (+14,1%) alors que le Gazole B7 a augmenté de 28,5c/l (+22,8%), voir réf 1, donc un écart de 9,4 c/l, (dont 3,7c/l d’écart de taxe sur les produits pétroliers). Il est parfois question de « double peine », mais en réalité c’est une triple peine, car l’augmentation dépasse la hausse du pétrole et les taxes, il y a un « haro » sur le diésel dont chacun profite pour piquer dans la poche des usagers (voir réf2).

L’état

Après avoir piégé les automobilistes en préconisant le diésel qui consomme et rejette 30 % de moins (bonus-malus du Grenelle de l’environnement en 2007), il y a eu un brusque revirement en 2015, en accusant le diésel de tous les mots, avec notamment le fake des 40 000 morts par an « dus au diésel » alors que c’est une extrapolation de la surmortalité lors de pics de pollution toutes pollutions confondues basée sur des chiffres antérieurs à l’introduction du filtre à particules (voir réf 3). Décision a alors été prise de surtaxer progressivement le gazole et rattraper en 4 ans le prix de l’essence, en augmentant les prélèvements fiscaux de 15 centimes par litres l’essence et de 30 centimes par litres le gazole sur cette période (mais dès la première année le prix gazole a bondi bien au-delà de la surtaxe, pour dépasser parfois celui du E10)

Noter au passage que le gazole (B7) comporte 7 % de diester qui devrait être détaxé (tout comme les 10 % d’agro-éthanol de l’E10)

 Les pays producteurs

Dans la mesure où les pays émergents augmentent drastiquement leur consommation -ce qui était bien évidemment prévisible du fait du rattrapage du parc automobile (1 million de voitures par an en Chine) malgré les objectifs ubuesques de réduction de la COP21-, la tension de la « demande » par rapport à l’ « offre » amène inéluctablement une forte hausse du prix du pétrole par les pays producteurs, et c’est une tendance générale qui ne pourra que s’accentuer -à moins de recourir davantage aux agro carburants- . Ceci entraîne mécaniquement une hausse de la TVA perçue par l’état.

 Les compagnies pétrolières, raffineurs et distributeurs

Alors que l’écart sur les taxes est de 3,7 c/l et que le prix du pétrole a augmenté autant pour les deux carburants, la différence de hausse hors taxes en un an (5,7c/l) est empochée par les compagnies pétrolières (voir réf 4). Or ceci est constaté toutes marques confondues, il y a donc entrave à la concurrence. Certes il a pu y avoir un coût pour améliorer la qualité du produit (taux de soufre) mais pas à cette hauteur, il y a certainement une entente implicite voire des consignes pour « brimer » le gazole à titre dissuasif (en rognant peut-être les marges sur le SP95 qui a augmenté moins que le SP98 et même l’E10)

 Les complices

"Constructeurs automobiles"

Après avoir vendu des véhicules diésel plus coûteux que des véhicules essence en profitant de la vogue provoquée par le bonus écologique (cela avait même commencé avant), les constructeurs poussent désormais au remplacement de ceux-ci par des hybrides-essence ou des voitures électriques favorisés par les diverses primes et subventions publiques, en poussant à « mettre à la casse » des véhicule encore en parfait état de marche : gaspillage « écologiquement correct » !! Noter au passage que ces hybrides-essence « vertueux » consomment quand même en usage réel davantage que des petits diésels.

L’approche raisonnable aurait été de favoriser la vente les véhicules moins polluants grâce à des critères adéquats de bonus-malus (curieusement inchangés pour l’instant) et primes à la reprise (sans besoin de surprimes pharaoniques), de sorte que le renouvellement progressif naturel du parc aurait conduit en une quinzaine d’année au même résultat, ceci sans gaspillage éhonté. De toutes façons la France ne représente que 1 % de la pollution atmosphérique mondiale, notre empreinte est négligeable pour le climat par rapport au total.

 Média suivistes

Les média ont consciencieusement relayé les campagnes anti-diésel (en propageant notamment le fake des 40 000 victimes), et même la presse automobile qui ne tarissait pas d’éloges sur les moteurs turbo diésel à injection directe et filtres à particules a subitement viré de bord pour suivre le vent dominant et ne jure qu’électrique (voire essence, qui désormais reprend les technos d’injection directe et turbo ...et rejette autant de particules fines).

 CONCLUSION

La hausse cumulée du prix du pétrole (donc tva), de la taxe sur les produits pétroliers, et de la marge des distributeurs conduit à une inflation insensée du gazole (et du fuel domestique), qui brime les usagers et brime l’économie nationale

Il faut donc -comme l’opposition comme la presse commencent à évoquer-, un moratoire sur la taxation des carburants pour ne pas pénaliser davantage le pays. Le gouvernement refuse jusqu’ici, car l’ « écologie punitive » est une manne pour les caisses de l’état, avec le cynisme de prétendre le faire pour la bonne cause. Les affirmations de baisse de la fiscalité et de hausse de pouvoir d’achat sont des mensonges éhontés, et le chômage est reparti en hausse du fait de la baisse de consommation.

Par contre, conformément à une récente recommandation de l’ONU, il faut réduire le gaspillage lié aux transports intercontinentaux -non taxés et utilisant un carburant contenant 1000 fois plus de soufre !- et inciter à produire et consommer local. Or une énergie plus chère en local pousse aux délocalisations, donc il faut mettre enfin en place (unilatéralement si l’UE ne suit pas), une taxe carbone aux frontières

 ref 1 : https://carbu.com/france/index.php/prixmoyens


ref2 : http://www.europe1.fr/societe/hausse-des-prix-du-carburant-cest-du-racket-3786488

réf 3 :  https://alerte-environnement.fr/2013/03/04/le-diesel-fait-il-vraiment-40-000-morts-par-an/

ref 4 : https://www.capital.fr/economie-politique/prix-carburant-2018-hausse-essence-gazole-diesel-distributeur-distributeurs-marges-marge-etat-1287112

Partager cet article

Repost0

commentaires