Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

7 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 08:09

Un petit coucou aux travailleurs de l’ombre

Avec un peu de recul après cette longue période festive de fêtes de fin d’année avez-vous songé à ces ombres furtives qui se sont s’agitées ici ou là, en s’employant à assurer la continuité de la vie, à œuvrer pour le confort et la sécurité des citoyens ou bien la propreté de la ville. Ce sont les gardiens du petit matin, ces travailleurs de l’aube qui en dépit des festivités de la veille, gardent la continuité de nos existences et sont les vigies de la fin de la nuit. Dans les campagnes, les éleveurs eux-aussi, affrontent les brumes du sommeil pour s’occuper de leurs bêtes. Avez-vous imaginé aisément le sentiment étrange qui doit les envahir. Jamais ils n’évoluent dans un tel contexte. Ces jours sont si particuliers, ils prennent alors conscience de l’immense décalage qui est le leur. Ils se sont levés alors que d’autres n’étaient pas encore couchés. Ils se sont rendus dans leur ferme, au commissariat, à la caserne, à l’hôpital, à l’entrepôt ou bien dans le fournil, entamant une journée de labeur quand le pays tout entier sombre dans les vapeurs de l’alcool. Ils ont passé la soirée précédente à se priver, à refuser de trinquer tout en fuyant les joyeuses troupes avinées. Ils se sont couchés quand tous les autres enfilaient leurs habits de lumière. Ils ont cherché le sommeil alors qu’arrivaient jusqu’à eux les murmures de la fête, les coups de klaxons et les décibels des animations. Ils se sentaient en décalage déjà, en se levant ils perçoivent combien leur situation l’est véritablement.

Ils ont été présents à leur poste pour recevoir ceux qui ont débordé à un moment ou un autre. Ils se sont rendu sur les lieux d’un accident, ils sont allé au chevet d’un buveur déraisonnable, ils ont reçu les éclopés de la furie collective, ils sont intervenu pour calmer les algarades du petit matin, ils ont nettoyé les rues souillées par les excès de toutes sortes.

Ce sont ces travailleurs de l’ombre, mal payés, peu reconnus, moqués par les tenants d’un libéralisme forcené qui ne fait la part belle qu’à ceux qui n’agissent que pour leur seul profit. Eux, sont au service de tous, des plus faibles, des exclus, des malades, des isolés, de ceux qui sont en détresse, ils sont pour la plupart fonctionnaires ou bien employés de l’ombre de services à la personne, infirmières ou médecins, pompiers ou bien ambulanciers, gendarmes ou bien agents de sécurité.

Ils méritaient bien un petit hommage quand le discours ambiant ne fait gloire et honneur qu’aux princes de l’avidité et de l’égoïsme, aux rois du CAC 40 et aux requins de la finance. La vie collective ne serait pas supportable sans eux, ils sont le ciment d’une société qui se délite de plus en plus. Quand vous avez émergé de votre sommeil, eux il en avait fini de leur job, à leur tour de rentrer chez eux pour bénéficier d’un sommeil réparateur. La vie aura repris ses droits, vous oublierez de les remercier, ignorant ce qui s’est passé alors que vous n’étiez pas en état. Si au moins vous aviez une petite pensée pour eux, un peu de gratitude et beaucoup de considération, vous leur feriez le plus grand plaisir. N’oubliez jamais qu’un monde sans les gardiens du petit matin ou bien sans les veilleurs de la nuit, ne serait pas fréquentable.

Dormez tranquilles braves gens, le petit peuple de l’ombre veille sur votre sérénité, mais de temps en temps n’oubliez pas de leurs faire un petit signe amical, ils appartiennent à la même humanité que la vôtre.

Bon dimanche……………………&……….Bonne Année

Partager cet article

Repost0

commentaires