Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

Traducteur Google “translate”

 

 

 

Il est très ... Exactement

 

 

 

             

Le petit dernier

 

A L'affiche..

La culture Ne s'hérite pas, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

 

Actu du jour...

 

 Passion Palombe

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 06:34

Vous avez décidé de planter une haie ?

c'est la saison 

Basse ou haute? Stricte ou libre? Uniforme ou mélangée? Caduque ou persistante? Fruitière, décorative ou défensive? Le choix de la forme et de la composition d'une haie n'est pas simple tant l'éventail des possibilités est grand. À trop regarder les catalogues, on en arrive parfois à éprouver le syndrome de l'enfant confronté à une montagne de jouets et qui ne sait plus lequel prendre! Sans parler de l'enjeu économique (un arbuste coûte tout de même plus cher qu'un plant de salade) ou de la peur de se tromper. C'est qu'on ne plante pas une haie tous les ans…

Le petit livre Quelle haie pour mon jardin?, de Didier Willery, qui vient de sortir en librairie (Ulmer, 64 p., 7,90 €), arrive à point nommé pour nous tirer d'embarras. Lauréat du prix Pierre-Joseph Redouté 2016 pour son ouvrage Dingue de plantes, paru chez le même éditeur, l'auteur nous donne les clefs pour choisir «le type de haie qui convient le mieux à son environnement, au style de sa maison ou de son jardin, mais aussi au temps que l'on pourra accorder à son entretien».

Tenir compte de l'environnement du jardin

On peut par exemple opter pour le plus simple. À savoir une haie monospécifique de conifères (thuyas, leylandii…), de charmilles, de troènes, de cotonéasters ou de lauriers-cerises (Prunus laurocerasus), qui sera taillée au carré une à trois fois par an, selon les espèces, pour lui garder une forme bien rectiligne. L'entretien sera plus facile mais plus chronophage qu'avec une haie libre composée de plusieurs espèces qui ont chacune des besoins de taille spécifiques.

En revanche, en cas d'attaques parasitaires, comme on le voit aujourd'hui avec la pyrale et les maladies du buis, une haie uniforme sera beaucoup plus impactée. «Lorsque deux espèces au moins sont mélangées, si l'une dépérit, les autres continueront d'assurer la fonction de haie», souligne Didier Willery, qui conseille de tenir compte également de l'environnement de votre jardin. Autant une haie de conifères peut convenir en zone urbaine et pavillonnaire, autant il est préférable de se doter d'une haie champêtre, composée de noisetiers, de cornouillers ou de chèvrefeuilles quand on vit à la campagne.

Plus infranchissable qu'un mur

Avec leurs redoutables piquants, pyracanthas, ajoncs, berbéris et aubépines la rendront même plus infranchissable qu'un mur. De quoi protéger votre jardin contre les intrus de toutes sortes tout en le décorant, l'automne venu, des tons rouges et dorés de leurs abondantes fructifications. Dont les oiseaux se régaleront par la suite en hiver. Mais il n'y a pas que la gent ailée: votre haie peut constituer un gîte apprécié des musaraignes et des hérissons, si précieux pour boulotter de façon tout à fait bio, les limaces et autres indésirables qui ruinent votre potager.

Si, pour vous, la dimension esthétique ou sensorielle prime sur le reste, optez pour un mélange fleuri (forsythia, céanothe, althéa…) et parfumé (seringat, oranger du Mexique…) en veillant à planter des espèces qui ne fleurissent pas toutes en même temps. Vous pouvez également orienter votre choix vers des grimpantes qui seront du plus bel effet une fois palissées: clématite, lierre, hortensia grimpant (Hydrangea anomala, en zone ombragée uniquement). Sachez que certains arbustes comme le camélia, l'osmanthe ou le cognassier du Japon supportent des tailles strictes.

Enfin, si vous manquez de place pour créer un verger, plantez donc des pommiers et des poiriers formés en palmette ou en double U. D'avril à octobre, le feuillage de cette haie gourmande vous protégera des regards indiscrets tout en vous permettant de savourer, dès la fin de l'été, le fruit de vos efforts.

Bonnes plantations  !

Partager cet article

Repost0

commentaires