Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De Papy-Bougnat

  • Papy-bougnat
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine
Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour !
Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule 
Bonne route & merci pour votre visite
  • De moi. retraité, passionné, curieux, gourmet, vivant au vert en Aquitaine Signe particulier : « Ayant attrapé tout jeune la maladie bleue et pas guéri à ce jour ! Dans ce blog vous trouverez un peu de vérité, beaucoup de passion, et quelques coups de gueule Bonne route & merci pour votre visite

Traducteur/Translate/übersetzen/Traducir.

 

AnglaisAnglaisespañolItalianodeutschPortuguês Côté Denne Oversæt til danskOversatt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska

 

Il est tres ... Exactement

 

 

 

             

 

 

Quel. Temps fait-il   

Aujourd'hui

        "Chez  Papy" 

 

                                        

Meteo Libourne

 

041 meteo . 

 

       

A L'affiche..

 

La culture Ne s'hérite pa, Elle se conquiert. 

[André Malraux]

********** 

           

    La

Sélection musicale

Du jour   

 

 

Actu du jour...

​​

Couleurs de saisons

    Côté nature

 

P2106744.cmpb

palombe-.08.07.JPG

A chacun sa toile

P7316215

Urgent!

 Cherche Bénévoles

Pour

  Restaurer Cabane ..

P4065929     

 

Articles Récents

  • La blagounette..........
    Bonne fin de soirée.........
  • L'enquête...........
    Les jeunes consomment quatre fois moins de fruits et légumes que leurs grands-parents Aujourd’hui, les plus jeunes consomment pratiquement quatre fois moins de végétaux que leurs grands-parents. D’une manière plus générale, la recommandation concernant...
  • Une question de " Flair " ?
    Le corps humain est doté de deux narines, mais savez-vous pourquoi ? Voici sûrement une question que nous ne nous posons pas souvent à titre personnel. Tout comme l’ouïe et la vue, l’organe externe de l’odorat marche par deux et cela n’est pas un hasard....
  • La blagounette du soir...........
    Un Corse se plaint :- C'est épouvantable ! Avec mon chef, il m'est impossible de dormir au bureau.- Pourquoi ? Il te réveille ?- Non, il ronfle.
  • Attention au wifi "gratuit"
    "Sans le savoir, 22 000 personnes ont accepté de nettoyer les toilettes publiques en acceptant les conditions d’utilisation d’un Wi-Fi" Pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux conditions d’utilisations des différents services disponibles, une...
  • Prendre l'air.....................par les pieds
    Voici la raison pour laquelle vous sortez un pied hors de la couverture en dormant ! Invariablement… Qu’il fasse chaud ou froid, vous ne pouvez pas vous en empêcher ! Il vous arrive très certainement de vous réveiller au milieu de la nuit, pour vous apercevoir...
  • la presse de la semaine.............
    Bonne fin de soirée..............
  • Aujourd'hui un peu de culture..............
    La chance sourit aux audacieux Explication........... Dans les moments difficiles, quand il est l’heure de faire des choix importants, les grands auteurs sont toujours là pour nous donner un coup de pouce. Vous n’êtes pas d’accord ? Mais si, souvenez-vous...

Attention ! Passion Palombe...

1ier.nov.2010--12-.JPG 

 

 

C'est ici que ça se passe ............

Au mois d'octobre de chaque Année

 

IMGP0227.jpg

Tient ! 

IL y a une Palombière par ici .........?

m.1.pylone.jpg

privilège

 

 

 
 

 .         

25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 06:50

 

LES OISEAUX DE NOS JARDINS

Ces petits oiseaux que l’on dit « sauvages » viennent quotidiennement dans nos jardins pour se nourrir sur les mangeoires que nous leur offrons, nidifier sous nos toits ou dans nos arbres, élever leurs petits à l’abri des prédateurs et enchanter nos journées.

Ces espèces vivaient autrefois dans la campagne environnante, et même si ces oiseaux  venaient près de nos habitations, ils retournaient ensuite vers leur habitat sauvage. 
Aujourd’hui, cet habitat a bien changé. Les campagnes sauvages sont cultivées et couvertes de pesticides qui ne leur permettent plus de trouver les insectes ou les baies dont ils se nourrissaient. Les forêts disparaissent et les arbres qui leur offraient branches et feuillage pour y cacher leurs nids ne sont plus là, ou trop peu nombreux, ce qui entraîne des compétitions entre plusieurs espèces pour trouver une cavité libre ou un espace suffisant pour procréer. 
C’est la raison pour laquelle la disparition de l’habitat pousse ces oiseaux vers nos maisons. Les espèces s’adaptent à l’être humain, et savent en tirer le maximum en récupérant de la nourriture, en trouvant des sites pour nidifier et la protection nécessaire à la continuité des espèces.   

Plusieurs espèces dites « communes » sont régulièrement observées dans le jardin ou aux alentours, mais certains de leurs comportements méritent d’être plus soigneusement étudiés, à défaut d’être toujours bien compris !

Aujourd'hui je vous invite à découvrir la SITTELLE torchepot (Sitta europea)

Ordre des Passériformes – Famille des Sittidés

QUELQUES MESURES :
L : 14 cm ; Poids : 17-28 gr

LONGÉVITÉ : jusqu’à 9 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU :


"La Sittelle torchepot est un oiseau de taille moyenne"

 

Le mâle adulte a les parties supérieures bleu-gris, y compris les ailes et la queue. Les rémiges sont plus foncées, gris brunâtre.
Les parties inférieures sont blanc chamoisé avec les flancs et le bas-ventre de couleur fauve. Les couvertures sous-caudales apparaissent comme une plaque tachetée fauve et blanc. Le dessous des ailes est gris avec les rémiges noires.  

Sur la tête, le front et la calotte sont bleu-gris. On peut voir une rayure oculaire noire très nette qui part de la base de la mandibule supérieure, passe en travers de l’œil, et s’étend jusque sur les côtés de la nuque. Les joues et le menton sont blanchâtres. Les côtés du cou sont blanc-chamoisé, comme le dessous. 
Le bec fort est gris foncé avec la base de la mandibule inférieure bleuâtre clair. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun jaunâtre, bruns ou gris foncé. 

La femelle est très semblable mais plus terne, légèrement plus claire que le mâle sur le dessus, avec une rayure oculaire plus brune et des parties inférieures plutôt blanches.  
Le juvénile ressemble à la femelle adulte en plus terne.

On trouve de nombreuses sous-espèces avec des variations de plumage mais avec les mêmes critères généraux.

CRIS ET CHANTS http://www.xeno-canto.org/169603(série de cris)

http://www.xeno-canto.org/129686 (cris rapides)

La Sittelle torchepot est très bruyante. Elle lance des cris aigus quand elle est excitée, soit un seul « twit » abrupt, soit en série lente, mais souvent en phrases de 3 à 4 notes en série rapide. Mais dans le cas d’une excitation intense, elle émet des phrases d’environ dix notes par seconde ! 
On peut aussi entendre quelques « sirrrr » perçants, devenant plus aigus pour donner l’alarme. Le cri de contact est un « tsit » ténu émis juste avant de s’envoler.
Le chant est très variable, avec des notes ascendantes et descendantes, parfois entrecoupées de cris d’excitation.

HABITAT : 

La Sittelle torchepot fréquente les zones boisées de feuillus ou mixtes, les parcs et les jardins. 
Cette espèce a besoin de grands et vieux arbres avec une canopée pour se nourrir et des sites pour nidifier. 
On peut la trouver à différentes altitudes selon la distribution géographique, en moyenne depuis le niveau de la mer jusqu’à 2500 mètres.

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE :    
La Sittelle torchepot est sédentaire et largement répandue dans la majeure partie de l’Europe tempérée et de l’Asie.   

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :

La Sittelle torchepot est un oiseau très agile, grimpant et descendant des troncs et des branches. Elle se déplace en posant une patte au-dessus de  l’autre et effectue des sautillements en se balançant. Elle bouge latéralement ou le long du dessous des branches. Elle est capable de se suspendre la tête en bas, et de descendre des arbres par le tronc la tête la première. Elle ne se sert pas de la queue, mais elle s’agrippe avec ses longues griffes.

La Sittelle torchepot se déplace très aisément sur le sol par de petits sauts

Sa façon de se nourrir est particulière. Elle coince la nourriture dans une crevasse du bois ou de l’écorce, et la martèle avec son bec robuste, entraînée par le poids de son corps.

Cette espèce fréquente les mangeoires près des maisons, et chasse tous les autres oiseaux car c’est un oiseau très agressif.

La Sittelle torchepot est très territoriale pendant la saison de reproduction. Cet oiseau est sédentaire et maintient son territoire toute l’année, principalement si les ressources de nourriture sont abondantes.

Habituellement, les deux partenaires d’un couple restent proches l’un de l’autre, se nourrissant dans la même zone et émettant fréquemment des cris de contact. 
Des disputes peuvent se produire si d’autres sittelles approchent trop près des limites. Les deux sexes crient et poursuivent brièvement les intrus et paradent.  L’oiseau dresse et déploie la queue, tout en pointant le bec vers le ciel, les ailes étant à semi-ouvertes et abaissées.

Au cours de parades plus intenses, l’oiseau plaque ses plumes sur son corps et déploie complètement ses ailes et sa queue. Les deux combattants s’agrippent avec les griffes et se donnent des coups de becs. Certains combats peuvent parfois devenir très violents.

Pendant les parades nuptiales, le mâle expose les parties colorées de ses flancs et gonfle son plumage avec les ailes ouvertes. La queue est déployée en éventail afin de montrer la zone tachetée des couvertures sous-caudales.

VOL :
La Sittelle torchepot a un vol ondulant sur de longues distances, mais en général, elle se contente de vols brefs d’un point à un autre. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE 
La saison de reproduction a lieu en avril-mai.
La Sittelle torchepot nidifie dans des cavités. Elle est monogame et territoriale. Elle ne creuse pas la cavité mais occupe des loges abandonnées par des pics ou d’autres cavités naturelles dans les arbres. 

Si l’entrée est trop grande, l’oiseau la réduit avec de la boue, et peut aussi en tapisser l’intérieur pour protéger le nid du mauvais temps.

L’intérieur est tapissé de copeaux de bois ou d’écorce, mais rarement de feuilles ou de mousse. 
La femelle construit le nid presque toute seule et ce travail nécessite entre 2 et 4 semaines. Le site du nid peut être réutilisé pendant plusieurs années.

La femelle dépose de 5 et 9 œufs blancs légèrement marqués de roux. Elle incube pendant 13 à 18 jours et ensuite, elle couve les poussins. Les jeunes sont nourris par les deux parents et la période au nid dure environ 19 à 29 jours. Les jeunes deviennent indépendants une ou deux semaines plus tard. 
Cette espèce produit une seule couvée par saison, parfois deux.

ALIMENTATION 
Le Sittelle torchepot se nourrit principalement d’insectes, de graines et de noisettes ou glands. Elle consomme parfois de la sève et des bourgeons de fleurs, et fréquente les mangeoires en hiver.

PROTECTION/ MENACES/ STATUTS 
La Sittelle torchepot est un oiseau commun et largement répandu, mais elle a besoin de grands arbres. La fragmentation des forêts et sa destruction dans certaines parties de la distribution cause des déclins locaux.

 

 

 

Sources :

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 13 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553453

Partager cet article

Publié par Papy-bougnat - dans Du côté nature
commenter cet article

commentaires